[Imajica] Une nouvelle larme apparait.

La lutte contre Sens est à son commencement. Rejoignez la Résistance !

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar imajica » 16 Mar 2018, 18:09

Il y a 15 jours nous avons joué la première partie de l’épreuve d’Aquacity. Nous avons du couper l’épreuve en deux car les Bugs ont passé beaucoup de temps à découvrir la ville et à parler avec les PNJ’s — notamment Sollipsis — et le temps nous a manqué.

AQUACITY (partie 1)

A leur arrivée, les Bugs sont accueillis par des civils qui crient leur nom et se prennent en photo avec eux. On les traite comme des rock stars, ce qui contraste avec le Pôle Sud où les habitants sont habitués depuis des années à leur présence. Ganymède leur fait découvrir la ville : le magnifique dôme de Varia, les bâtiments blancs semblables à des coquillages aux opalescences laiteuses, le métro aérien, la forêt luxuriante et l’immense structure des laboratoires en son centre.

Ils sont également confrontés à Aziliz, flottant à l’intérieur d’une petite structure suspendue au dôme de Varia. Cette vision les choque par son étrangeté et sa cruauté et Mya et Sélor hésitent à tenter l’escalade des laboratoires pour aller voir la structure de plus prêt. Mya est prête à partir, mais Sélor hésite. Les deux Bugs remettent leur projet au lendemain, où ils réussiront à rejoindre le toit des laboratoires pour observer la structure de plus prés.

Achénar rencontre le Colonel Indira Seeyal, la future directrice de son projet d’avion furtif, et découvre que Soren — pas rancunière — lui a réservé un bureau et un accès à tous les équipements des laboratoires pour commencer ses premiers essais en maquette. Il se pique de curiosité pour la Varia, et nous évoquons la possibilité de s’en servir pour réaliser la vêture de l’avion. Après un échange de mail en interscénar, le Colonel Seeyal conclut que la Varia pourrait présenter certains avantages. Affaire à suivre.

Sélor s’intéresse à Classiss qui apparait aux Bugs dans la foret dans son costume de balayeur, puis une autre fois ils l’entendent jouer de la musique au pied des laboratoires. Sélor comprend rapidement qu’essayer de cuisiner l’Immortel ne les mènera à rien — après que Classiss les ai traité de cons entre autres^^ — et lors de leur rencontre suivante il se contente de lui demander s’il peut l’écouter jouer. Sélor passe donc un long moment à écouter Nédémone jouer un long morceau triste sur une sorte de guitare bombée (un oud ou une mandoline je suppose) et commence à entrevoir l’affection qu’il porte à Aziliz. Classiss enchaine ensuite sur un morceau mi banjo, mi yukulele pour alléger l’atmosphère. Quelques jours plus tard, Sélor croisera Classiss dans la forêt en train de raconter un histoire de princesse et de golems à un groupe d’enfants très attentifs.

Mya assiste Sollipsis dans ses recherches sur les Fragiles. Ensemble, elles découvrent plus amplement les immenses capacités de ces êtres, mais aussi leur façon d’appréhender le monde. Sollipsis utilise une sorte d’ « hypnose » pour faire se rappeler aux Fragiles des sensations de plus en plus anciennes, et elles comprennent que les Fragiles ont subit de grandes douleurs dans le passé, qu’ils ont peut être été torturés. L’expérience est très pénible pour les Fragiles et pour ceux qui y assistent, mais elles réussissent à faire ressurgir un visage au milieu de ces souvenirs de souffrance : deux yeux gris et froid plantés dans un visage impénétrable, à demi couvert d’une longue mèche sombre. Un visage que Soren ne connait que trop bien.

Les Bugs ont également eu une longue discussion avec Sollipsis dans son bureau — une grande pièce dont l’un des murs est constitué d’un immense aquarium de Varia qui inonde la pièce d’une douce lumière mouvante — à propos d’Aziliz, de Classiss, du projet Renaissance et de la manière dont les sensations façonnent notre expérience du monde.

Nous avons arrêté la session au moment où Soren apprend aux Bugs l’arrivée du Némésis, un subzeri du Pole Sud qui transporte — entre autre — la Générale Mordyns. Officiellement, explique l’Immortelle, elle est convoquée en avance pour présenter son rapport sur la mission à Paris — qui avait été très mal menée par ses hommes — et présenter ses excuses au Professeur Lyndberg. Officieusement, le Conseil veux garder la Générale loin du Pôle Sud tant que l’enquête sur les soupçons soulevés par Mya n’est pas close.

Mordyns, de son coté, à d’autres projets en tête. Ses hommes sont déjà infiltrés à bord du Narmada, le subzeri qui transporte les membres du Conseil résidant au Pôle Sud, et ils ne vont pas tarder à passer à l’action.
À ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Le premier demanda au second qui était l'homme qui était assis là-bas. Le second répondit : "Certains disent que c'est un homme saint. D'autres disent que c'est un con."
Entendant cela, l'homme fut illuminé.
imajica
 
Messages: 51
Enregistré le: 09 Jan 2012, 22:20
Localisation: Bordeaux

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar imajica » 28 Mar 2018, 22:58

Comme il me tarde samedi pour continuer Aquacity, que je suis en train de réfléchir à ça pour préparer les deux dernières épreuves et que j'étais inspiré cette semaine, j'ai commencé à imaginer la future mort d'Achénar (oui dit comme ça, bien sur, c'est suspect...). Et comme je ne suis pas mécontent de ce que j'ai écrit je me permet de la partager avec vous. Dites moi ce que vous en pensez, surtout de comment parle Hélium.

Le futur décès d'Achénar :

Aux commandes de l’appareil, Achénar monte plus haut, toujours plus haut. Au dessous de lui il laisse la nappe nuageuse, lourde et chargée d’éclairs, et au devant le ciel bleu devient de plus en plus sombre. Entre les deux : une ligne infinie d’azur. Le ciel est maintenant un immense écran, dans lequel il lui semble distinguer de pales points blancs. L’un de ces points attire son attention. Celui-ci brille très distinctement, et à mesure qu'il l’observe Achénar se rend compte que sa position baisse lentement vers la ligne inférieure du cockpit. Ce n’est pas une étoile. Intrigué, le Bug manœuvre son appareil pour se rapprocher de ce point brillant. Il est surpris. Il croyait observer un objet lointain, mais il se rend compte qu'il est bien plus proche qu’il ne le pensait. Et plus petit. La sphère est à peine plus grande qu'un ballon de football. Elle est parfaitement lisse, et sa surface blanche brille doucement contre le ciel sombre. Un son doux, comme une note unique, très légère, semble sortir de la sphère. Tandis qu'il l’observe, le Bug se rend compte qu’un mince trait de lumière, comme un fil, semble sortir de la sphère. Le long du fil, la lumière pulse selon un rythme rapide et irrégulier. Au bout du rayon, Achénar aperçoit une autre sphère, à une dizaine, peut être une centaine de mètres de lui. Difficile d’estimer la distance. Puis une sensation froide lui enlace doucement le ventre lorsqu’il suit du regard un autre fil, puis un autre, et un autre... Au bout de chaque fil, une sphère. Partant de chaque sphère, des fils. A perte de vue, les sphères blanches forment une géométrie qui enserre la planète comme un filet. Combien y en a-t-il ? se demande le Bug.

- Combien d’anges peuvent danser sur la tête d’une épingle ? lui répond une voix mélodieuse.

Le Bug se retourne, et sa Resplioïde se met sur la défensive avant même qu’il ai fini son mouvement. Une femme se tient derrière lui, assise gracieusement sur le ciel comme si c’était la chose la plus naturelle du monde. Son corps est entouré d’une armure qui semble faite de lumière pure. De grandes ailes blanches se dressent dans son dos. Elle tourne les yeux vers lui, et Achénar est stupéfié par sa beauté. Les traits de son visage sont parfaits, d’une symétrie et d’une proportion inégalée par un être humain. Son corps fin et gracieux ne présente pas la moindre imperfection. N’importe quelle civilisation, n’importe quelle époque aurait immédiatement considéré cette femme comme le pinacle de la beauté. Des centaines de navires auraient pu être lancés pour la moindre parcelle de ce visage.

- Tu m’intrigues beaucoup, petit oiseau, continue l’apparition Je t’ai regardé t’essayer à voler depuis quelques temps dans cette machine grossière et je me demande bien pourquoi tu t’acharnes autant.

[…]

- Oh, je sais tout ce qu’il y a savoir sur toi, petit oiseau, répond la femme. Tu t’appelle Achénar. Tu es né le 14 décembre 996 à la Nouvelle York. Le voyage spatial te passionne. Tu tiens tous les jours un journal et — elle sourit — tu voudrais être immortel. Tu trouves Sélor ingrat. Tu t’entends bien avec Mya. Tu aimerai visiter la lune, et tu es… attaché à une enfant que tu considère comme ta propre fille. Dois-je continuer ? Tous ces faux sentiments me dégoutent un peu je dois te le dire. Une belle perte de temps.

[…]

- Tu as tort d’en appeler à mes sentiments, petit oiseau. Les Quadrillas n’en ont pas. Et tu ne devrais pas toi-même porter trop d’attention à ces illusions humaines. Il n’existe pas une telle chose dans ce monde.

[…]

- Je vois que je me suis trompée, répond la femme froidement. Je croyais que tu étais un oiseau, mais je me rend compte que tu n’est qu’un autre Cafard qui s’illusionne avec des mensonges ineptes. Tsss — elle soupire — c’est pathétique… Je comprends pourquoi Myphos ne vous considère pas comme une menace. Il est temps pour toi de rejoindre le sol, petit Cafard. Retourne ramper avec les autres dans la fange de vos illusions. Adieu.

La femme fait un petit geste de la main et les moteurs de l’appareil se coupent complètement. L’avion commence à piquer du nez, puis il tombe vers les nuages. Impossible de faire redémarrer les moteurs. Plus aucune commande ne réponds et tous les cadrans sont muets. Le système d’éjection est hors service. Achénar s’escrime en vain sur la poignée. A toute vitesse, l’appareil émerge de la couverture nuageuse et fonce vers le sol.
A distance, les autre Bugs assistent impuissants à la chute de leur frère. Sans qu’il s’en rende compte, la Resplioïde a transmis toute la conversation dès l’apparition de « l’ange ». Ils peuvent lui parler, s’ils le souhaitent, mais ils ne pourront rien faire pour l’aider.
L’appareil est perdu. Paniqué, Achénar glisse dans l’Ombre-Monde et use des Ombres-Pouvoirs pour ralentir sa chute. Mais au dessus de lui, la silhouette angélique apparaît de nouveau. Son sourire est froid et cruel lorsqu’elle projette un rayon de lumière blanche qui carbonise la Resplioïde comme du papier. Un deuxième rayon projette à nouveau le Bug vers le sol de l’Ombre-Terre. L’armure est poussée dans ses extrêmes limites, elle menace de rompre à tout moment. Achénar fonce de plus en plus vite. Il a l’impression d’étouffer et lutte pour essayer de contrôler sa vitesse. Dans un mouvement de survie, l’armure le fait passer plusieurs fois d’une ontologie à l’autre pour essayer de le sauver. Le Bug voit le voyant de sa visière alterner entre « Réalité » et « Ombre-Monde », mais plus aucun monde n’est sur pour lui. Le sol n’est plus qu’à une centaine de mètres. Où est il ? Au dessus d’une ville ? D’un océan ? Trop tard pour le dire. Une dernière inspiration, puis Achénar s’écrase avec une violence qui provoque une onde de choc tout autour de lui. La dernière chose qu’il ressent est la sensation de deux mains qui se referment délicatement sur son visage. Puis tout n’est que ténèbres.
À ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Le premier demanda au second qui était l'homme qui était assis là-bas. Le second répondit : "Certains disent que c'est un homme saint. D'autres disent que c'est un con."
Entendant cela, l'homme fut illuminé.
imajica
 
Messages: 51
Enregistré le: 09 Jan 2012, 22:20
Localisation: Bordeaux

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar imajica » 05 Avr 2018, 00:05

Et voilà. Gladius est mort. Plus de crème glacée. Et le moins qu’on puisse dire c’est que ça m’a un peu arraché les tripes de décrire cette scène. J’étais aussi dégouté que mes joueurs, et j’avais envie de les secouer par le col en leur hurlant dessus : « Mais bougez vous ! Empêchez moi de le faire ! ». Mais non bien sur. Ils n’ont pas encore compris que leur plus grand pouvoir sur l’histoire, c’est leur pouvoir sur moi. Mais commençons plutôt par le début.

Aquacity (partie 2)

Nous avons repris l’Epreuve à l’arrivée du subzéri de Mordyns : le « Nemesis » (subtilité quand tu nous tiens… Oh tu peux parler toi), à Aquacity. Les Bugs se méfient d’elle depuis longtemps, et ils décident de s’organiser pour l’espionner 24h/24 durant son séjour, en la filant de loin, en restant camouflé dans son appartement, ou en utilisant « Fêlé » — le Fragile que Sélor a rencontré durant son épreuve en solo. Depuis qu’ils sont à Aquacity, le Bug promène le Fragile partout avec lui dans un thermos pour l’aider à mieux comprendre les humains et pour « travailler leur connexion » en vue de futures missions militaires.
Les Bugs assistent donc à un passage de savon à Mordyns de la part du Conseil à propos de la mission à Paris (voir les épisodes précédents) et aux excuses privées de la Générale au Professeur Lyndberg et à sa fille. Le comportement de la Générale est suspect : elle a l’air nerveuse, presque parano, et elle essaye de se couvrir auprès de Lyndberg en faisant croire que c’est le Conseil qui a planifié la mission et qu’elle n’était qu’une exécutante. Je vous passe les détails, mais les Bugs soupçonnent rapidement que leur vieille ennemie mijote un mauvais coup en rapport avec le Conseil, et ils se demandent si elle ne prévoit pas carrément un gros attentat pour le jour J.
Un petit moment drôle à noter tout de même : Sélor et Achénar hologrammés en robot d’entretien comme — je cite — « l’avant et l’arrière d’un costume de cheval », pour récupérer un indice. Pendant ce temps, je mime Classiss qui tire une chaise pliante au milieu du trottoir et s’installe pour regarder le spectacle en buvant un gin-tonic avec une longue paille.

Les Bugs perdent du temps à suivre une fausse piste montée de toutes pièces par Mordyns, puis Soren mentionne en passant qu’elle est inquiète parce que le Narmada n’a pas répondu au dernier rendez-vous radio prévu. Les Bugs commencent à se faire du soucis et se demandent quoi faire. Gladius, Maria et Michel sont sur ce subzeri (et Wilfried aussi, mais ils ne le savent pas encore). S’il a un problème, c’est la moitié du Conseil qui saute avec lui !
Peu après, Ared Singh — un espion avec qui ils sont liés depuis « La cité des Rêves » — les contacte avec des infos tonitruantes : d’une part, plusieurs des hommes de Mordyns sont introuvables au Pôle Sud, on a complètement perdu leur trace. D’autre part, il a fini de reconstituer le journal de Vigo Néméo et ils contiennent la preuve que c’est Mordyns qui a suggéré au Professeur d’envoyer des cyborgs à Yuminato, et que c’est également elle qui a ordonné à Néméo le bombardement à coup d’armes chimiques de la ville pour effacer les preuves. Mordyns les a balladé durant des mois. Tout ce qu’elle a fait durant les dernières épreuves était fait pour couvrir ses traces et semer le doute dans leurs esprits.
Bien remontés, les Bugs décident d’intervenir sans attendre les forces de l’ordre. Achénar, qui était camouflé dans l’appartement de Mordyns depuis des heures, utilise ses hologrammes pour retenir la Générale et sa garde du corps — une cyborg surentrainée qui se fait passer pour une secrétaire empotée. Sélor et Mya les rejoignent et engagent le combat pour les empêcher de fuir. Sélor plaque Mordyns au sol sans ménagements, pendant que Mya retient la cyborg avec son grappin. Achénar tire une balle dans la jambe de la Générale sans sourciller — elle l’avait traité de « saltimbanque » un peu plus tôt. Mordyns joue alors son dernier atout : elle se contorsionne et sort une fiole de sa poche en menaçant de répandre son contenu si les Bugs ne la laissent pas partir. Les Bugs hésitent. Ils ont découvert un peu plus tôt qu’une alliée de Mordyns, élève de Néméo, travaillait à recréer le virus du Professeur. Si Mordyns lâche la fiole, toute la ville pourrait être contaminée. Sans hésiter une seconde, Mya coupe la main de Mordyns et l’emporte — avec la fiole — dans l’Ombre-Monde. C’était un pur coup de Bluff de la part de Mordyns, mais les Bugs ne le savent pas encore. La générale, bien calmée, est envoyée à l’hôpital. Son assistante en prison sous bonne garde. Les Bugs se précipitent à la suite de Soren pour porter secours au Narmada.

Soren et les Bugs embarquent dans de petits vaisseaux de transport avec quelques troupes et le fraichement promu Général Conrad (celui du Pôle Nord). Après un vol rapide, les Résistants arrivent au dessus de la position supposée du subzeri. Sans surprise, ils apprennent que le Narmada et son escorte ont des problèmes de communication et qu’ils soupçonnent avoir été infiltrés par une équipe de saboteurs. Dans le même temps, les senseurs de la navette s’affolent : une plate forme de transport de l’Omicron, lourdement armée et escortée, s’approche rapidement de leur position.
Priorité au Narmada, les Bugs et Soren plongent pour aider les occupants a débusquer les hommes de Mordyns. Après quelques péripéties rapides, ils arrivent à capturer ou à tuer les saboteurs et à déjouer leur plan. En utilisant le code de sécurité du Professeur Lyndberg, Mordyns a transmis le plan de route du Narmada à l’Omicron. Pendant ce temps, ses hommes infiltrés à bord du subzeri devaient brouiller les communications et installer des charges explosives. Juste avant la bataille, il devaient s’enfuir à bord d’un module d’exploration et faire sauter le Narmada. Officiellement, le subzeri aurait été détruit pendant l’assaut, Mordyns aurait été débarrassée de la moitié du Conseil, et mis l’autre moitié en position précaire. De plus, ce crime aurait causé une colère telle chez les Résistants que la Générale aurait eu beaucoup plus de latitude pour faire valoir ses méthodes expéditives.

Après ces révélations, les Résistants n’ont pas le temps de souffler. Il faut s’occuper de cette unité de l’Omicron qui leur fonce dessus. Les Bugs se lancent dans la bataille et partent désactiver les systèmes clefs de la plate forme volante : le contrôle des drones et les lance-torpilles. Ils en profitent pour prendre d’assaut la passerelle de commandement et capturent l’énorme machine. Mais lorsque les Bugs s’apprêtent à crier victoire, des éclairs bleus frappent les flots alentours. Les Quadrillas surgissent depuis l’Ombre-Monde. Ils volent autour du Narmada et projettent des éclairs sur la coque. d’autres flottent comme des ballons grotesques au dessus de la plate forme et repoussent les vaisseaux Résistants. Les Bugs reçoivent un appel à l’aide de Soren : les Quadrillas ont pénétré le subzeri !

Les Bugs décident de faire se crasher la plateforme sur l’océan et courent rejoindre le subzeri. Ils sont arrêtés par « Harmonie » un•e élégant•e Quadrilla qui utilise ses ombres-pouvoirs pour les ralentir. Étrangement, iel a l’air de jouer avec eux. Avec un peu d’efforts et de coordination, les Bugs abattent Harmonie, et avant de mourir ils peuvent apercevoir un dernier sourire énigmatique sur son visage.
Les Bugs entrent dans le subzeri où règne le chaos le plus total. Les Résistants se battent de leur mieux contre les Quadrillas mais leurs balles s’écrasent contre les carapaces de ces créatures. Soren protège les membres du Conseil avec les ailes de sa Resplioïde blanche. Dans la mêlée, les Bugs aperçoivent Météore — vêtu d’un uniforme d’officier tout en foudre — et une Quadrilla qu’ils ne connaissent pas — dans une tenue qui évoque Captain America — qui défend ses compagnons à coups de boucliers d’ombre-énergie.
Une autre Quadrilla se place devant les Bugs et les défie. Elle est petite, l’air féroce, et sa carapace ressemble à une combinaison renforcée (dans ma tête, elle ressemble un peu à un « Ruby » de Steven Univers pour les connaisseurs). Elle veux venger la mort de son ami•e, et Sélor et Achénar décident de l’affronter à deux. Ils veulent tester une théorie : d’après eux, les Quadrillas ne devraient pas pouvoir utiliser leurs pouvoirs dans l’Ombre-Monde, comme eux en sont incapables dans la réalité. Erreur, comme ils s’en rendent vite compte. Achénar emprisonne la Quadrilla dans une sphère d’ombre-glace, mais « Castagne » s’en extrait facilement par un aller-retour rapide par la réalité et elle se sert de la sphère de glace comme d’un gant lesté pour frapper les Bugs. En combiné avec Sélor qui affronte la Quadrilla physiquement, Achénar essaye de la blesser psychologiquement. Il prend l’aspect d’Harmonie, blessé•e et implorant•e. Il l’accuse de n’avoir pas su le/la protéger. La Quadrilla est blessée au cœur, et elle utilise la Furie pour donner une leçon aux Bugs. Mais la Furie brule la défense de Castagne, et les Bugs prennent le dessus. Finalement, alors qu’ils sont sur le point de lui donner le coup de grâce, Sauveuse — c’était elle en Captain America — arrive pour la tirer d’affaire. « Vous êtes des monstres…» crache-t-elle au visage des Bugs.

Dans la réalité, le combat fait toujours rage, et Mya se défend de son mieux grâce au bouclier de sa Resplioïde des assauts de Météore qui, lui aussi, semble jouer avec elle comme un chat avec une souris (expression utilisée par Sélor plus tard). Ses frères Bugs la rejoignent, et ils s’apprêtent à se lancer contre le prochain ennemi quand apparait Kranisten.
Grand, impressionnant, sa carapace bleue le fait ressembler à une statue de marbre ou de turquoise. Son visage est couvert par un masque qui figure une tête de mort stylisée (comme certains masques précolombiens). Il s’avance calmement au milieu du combat, comme si rien ici ne pouvait l’atteindre.
Il croise le fer avec les Bugs, qui se rendent vite compte qu’ils ne font pas le poids. Ils essayent différentes tactiques — et claquent quelques faits de Cellulis — et le Quadrilla leur assène plusieurs coups maitrisés pour leur rappeler qu’il les domine totalement. Il félicite même les Bugs de leurs progrès, avec ironie pensent-ils. Finalement, il balaye les trois Bugs d’un éclair qui les projette contre la paroi du subzeri. Une ombre aux cheveux blancs les réceptionne et essaye de les entrainer loin des combats. C’est Wilfried. « Il faut qu’on sorte d’ici », crie l’Immortel. Mais Kranisten a d’autres projets. Il saute gracieusement sur le Poète, et s’apprête à lui porter un coup mortel. Gladius, voyant cela, se précipite pour s’interposer entre le Quadrilla et sa victime. Il est frappé de plein fouet, presque coupé en deux par le coup.

Alors le silence semble se faire autour des Bugs. Le Général tombe à genoux. « Attention à toi, mon frère », murmure-t-il. Du sang coule de sa bouche. Il sourit aux Bugs, à Mya particulièrement, puis il tombe face contre terre. Les Bugs et les joueurs sont médusés et dégoutés. Mya vide son chargeur sur Kranisten. Elle veux se précipiter vers lui, mais Sélor la retient de toute sa force. Achénar ne bouge pas, stupéfait.
Un cri de douleur brise le silence : « Non… ». C’est Soren. En larmes, elle se place entre Kranisten et le corps de Gladius. Sa Resplioïde est défaite. Elle défie le Quadrilla du regard et fait rempart de son corps (Athénaaaaa). Tous les combats se sont arrêtés. Les Quadrillas observent leur leader. Kranisten est complètement figé, les yeux fixés dans ceux de l’Immortelle. Impossible de dire à quoi il pense derrière son masque de foudre. Météore pose la main sur l’épaule de son compagnon et prononce son nom. Enfin, l’Éveillé sort de son mutisme et s’adresse aux Bugs : « Nous vous attendrons à Paris et Berlin. Lorsque vous serez prêts, venez. ». Puis les Quadrillas glissent sans bruit dans l’Ombre-Monde.

Je laisse passer une très longue minute où je décrit la scène aux Bugs : Gladius allongé sur le sol, Soren et Maria, les mains couvertes de sang, qui se précipitent pour essayer de le soigner. Mya est à genoux, toujours dans les bras de Sélor, et je lui décrit comment dans la foule qui devient de plus en plus floue, elle voit un étrange personnage vêtu d’un costume de théâtre et d’un masque de démon. Il regarde une montre. « Tic, tac… » dis-je au joueurs, « Tic, tac… ». Lentement, je répète : « tic… tac… tic… tac… ». Avec mon bras levé je mime un lent mouvement de balancier. Je les regarde avec insistance. Je guète leurs réactions. C’est le moment de l’Aiguillage, je pense en moi-même. Droite… ou gauche .. ? Tic… ou tac.. ? Je porte un masque moi aussi. J’ai envie, et pas envie, de leur dire tellement de choses. Arrêtez moi, si vous l’osez. Mais l’Instant file. Je le sens. L’heure n’est plus à l’action, mais à la tristesse, aux regrets et à l’amertume. Les Cellulis ont déjà Accepté le Fait. Les Bugs parlent vengeance, meurtre, exécution sommaire. J’inspire à fond. J’avale ma salive au gout… Acide ?, et je reprend la narration pour décrire un petit épilogue. Le voici tel que je leur ai lu :

En prison, la Générale Mordyns est assise sur le lit de sa cellule, le visage dur et fermé. Elle contemple les mille petites cicatrices qui parsèment ses bras et ses mains (« sa main », me reprend
Achénar). Elle sourit. Il y en a de bien plus terribles, cachées sous cette tunique de coton. Toutes témoins d’une vie bien remplie. Des pas légers s’approchent dans le couloir. Encore des questions pour elle ou simplement la ronde d’un garde au pieds plus lestes que ceux de ses collègues ? La porte de la cellule s’ouvre. La Générale lève les yeux, et la surprise se lit sur son visage. Dans l’encadrement de la porte, une grande silhouette sombre se découpe. L’ombre prononce quelques mots, d’une voix grave et douce : « Je t’accepte.».


-----

Bon déjà. C’était. Long. On a commencé à jouer vers 12h et on a finit vers 22h avec des pauses pour manger et j’ai quand même eu le sentiment d’avoir bâclé quelques trucs. Ce qui me fait dire qu’il faut que je mette moins de choses dans mes Épreuves à l’avenir.

Ce qui m’aura marqué aussi c’est la cruauté des Cellulis et/ou de leurs Bugs au cours du scénar. En plus du traitement de Mordyns lors de son arrestation, il y a aussi eu pas mal de violence graphique (décrite par les Cellulis) pendant la traque des saboteurs et de l’assaut de la plate forme. Après la mort de Gladius, Mya et Achénar étaient partant pour tuer Mordyns de leurs propres mains, et il est possible qu’ils exécutent sans procès ce qui reste de ses hommes durant le voyage de retour. Nous n’en avons pas encore parlé, j’attends que la tension retombe un peu.

Je suis un peu triste, et pas totalement satisfait de clore « l’arc » Mordyns de façon un peu précipitée. Mais la fin de Renaissance approchant, je préfère libérer un peu la scène pour les deux dernières Épreuves.

J’ai lancé une perche supplémentaire vers la future transformation d’Achénar qui sera au cœur du prochain scénar, aux cotés du retour de Finlongfinger. En sortant de l’Ombre-Monde, Achénar ressent à nouveau cette étrange sensation de quelque chose qui lui touche le visage. Les Bugs remarquent quelque chose : cinq petites marques sur la Resplioïde d’Achénar. Cinq marques placées sur le coté de son visage et sous son œil. Sélor se souvient alors de leur rencontre avec Graveur. Durant leur combat, après qu’Achénar ai prit l’apparence de Métatron, le Quadrilla avait touché le visage du Bug, dans un geste de tendresse.
À ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Le premier demanda au second qui était l'homme qui était assis là-bas. Le second répondit : "Certains disent que c'est un homme saint. D'autres disent que c'est un con."
Entendant cela, l'homme fut illuminé.
imajica
 
Messages: 51
Enregistré le: 09 Jan 2012, 22:20
Localisation: Bordeaux

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar Muetdhiv3r (Laurent) » 06 Avr 2018, 08:17

Wow !!
Je suis absolument scotché par ce compte rendu totalement épique.
MERCI !
Muetdhiv3r (Laurent)
 
Messages: 87
Enregistré le: 04 Mai 2017, 16:23
Localisation: Ile-de-France (Essonne)

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar imajica » 07 Avr 2018, 15:07

Merci à toi et bravo pour ton endurance xD. A chaque fois je me dis "Je vais essayer de pas faire trop long" et puis je me retrouve en mode Jessica Fletcher devant mon ordi. C'est aussi ce qui me fait dire qu'il faut que je mette moins de choses dans mes Epreuves. Ce weekend, je vais essayer d'avancer sur la suite.
À ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Le premier demanda au second qui était l'homme qui était assis là-bas. Le second répondit : "Certains disent que c'est un homme saint. D'autres disent que c'est un con."
Entendant cela, l'homme fut illuminé.
imajica
 
Messages: 51
Enregistré le: 09 Jan 2012, 22:20
Localisation: Bordeaux

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar imajica » 22 Mai 2018, 00:23

EPREUVE 9 : SOUS LES CENDRES


9.1 - AQUACITY

Nous avons commencé l’épreuve alors que les Bugs rentrent à Aquacity. Ils ont réussi à sauver le Conseil de la trahison de la Générale Mordyns, mais Gladius est mort, tué par Kranisten, donc l’humeur n’est pas des plus joviales. Il y a un moment de flottement lorsque je demande à mes joueur-se-s si les hommes de Mordyns — envoyés par la Générale pour saboter le subzeri du Conseil et donc complices de la mort de Gladius — arrivent entiers à Aquacity pour y être interrogés et jugés. Mya et Achénar décident de les laisser tranquilles, mais Sélor garde tout de même un œil sur les prisonniers, pour leur sécurité mais aussi pour leur « maintenir la pression ».
Le moral est bas à Aquacity. Les habitants sont inquiets, d’autant plus que quelques heures avant l’attaque sur le Narmada, des Quadrillas ont été aperçus dans les parages de la ville. On raconte qu’on aurait vu une « ombre » aller à leur rencontre, et qu’ils auraient quitté précipitamment le secteur ensuite.
Les Bugs assistent à l’hommage public en l’honneur du Général Sword. Soren prononce un long discours d’hommage, puis Mya dit quelques mots d’une voix marquée par l’émotion. Le moment est assez poignant, et j’en suis doublement content puisque non seulement Emilie (Mya) avait préparé un discours qu’elle a lu devant les autres, mais elle a aussi endossé le nom de Mya Sword, qui était quelque chose que j’avais lancé avant le scénario (par un mémo reçu par les Bugs donnant l’ordre du jour de la prochaine séance du Conseil) sans savoir si l’idée accrocherai.

Pendant le quelques jours qui suivent, Les Bugs discutent avec Soren de la nature des immortels et elle leur livre sa théorie des incarnations personnelles. Achénar considère que ce sont des conneries. Il pense que les immortels sont — je cite — « des ontologies en eux-mêmes, qui déforment la réalité autour d’eux ». Stéphane (Achénar) a souvent des intuitions de ce type, mais rarement la volonté d’aller plus loin dans ses réflexions.
Les Bugs se lancent aussi dans le grand jeu de « qui c’est qui est la Rune de quoi ? », et il tirent leurs propres conclusions à propos des relations des Incarnations entre elles. Il caressent quelques minutes l’idée d’envoyer Wilfried à Myphos avec un gros nœud rouge autour (Autour de quoi ?^^) dans l’espoir de le sauver par le pouvoir de l’amour, puis rangent cette idée pour futur ré-examen.

On enchaine sur le Conseil tant attendu. Les Bugs assistent aux séances et font le point au sujet des récents événements. Quel était l’objectif des Quadrillas lorsqu’ils ont attaqué le Narmada ? Pourquoi ont il approché Aquacity, et surtout la ville est elle encore sure pour la Résistance ? On fait aussi le point sur Mordyns — qui a été retrouvée morte dans sa cellule — et sur ses hommes. Il est décidé qu’une enquête approfondie va être menée par le Renseignement sur l’ensemble des Forces Spéciales. Les hommes de Mordyns seront gardés en vie le temps de l’enquête mais il ne fait aucun doute qu’ils feront face à une cour martiale puis à un peloton d’exécution dans les mois qui viennent.
La deuxième journée de débats est consacrée à la suite de la guerre contre l’Omicron. Le Duc Orion prend la parole pour expliquer le plan du Conseil. Pour que les terriens puissent prendre l’ascendant sur l’Empire et obtenir un levier de négociation avec la Noble Chambre, ils doivent prendre le contrôle de la principale production de la Terre : la nourriture, et les produits biosourcés. Pour ce faire, les Généraux et le Conseil ont conclu que la Résistance devait contrôler à la fois Sydney et les Fosses de Soragol, les deux principaux sites de production terriens. Ce contrôle donnera à la Résistance de quoi forcer l’Empire à négocier, tout en s’assurant qu’ils ne prendront pas la risque de détruire la production de nourriture de tout le système solaire.
Dans ce but, Chrysaor Orion propose d’établir progressivement un rapprochement diplomatique entre Sydney et la Resistance. Les Résistants ont des technologies intéressantes à offrir dans les domaines de l’hydroponie et des biotechnologies, et grâce à Sollipsis ils possèdent aussi le Projet Renaissance, qui pourrait rendre à la Terre sa beauté et son abondance. Voilà des choses qui pourraient aider à convaincre les habitants et les nobles de Sydney — indépendants et dont certains ont déjà quelque sympathie pour la Résistance — de leur apporter enfin un soutien officiel.
Cette manœuvre est aussi un « appât », destiné à attirer la colère de l’Omicron sur la ville. Pendant que l’Empire lancera ses forces militaires sur Sydney, la Résistance en profitera pour attaquer Berlin, réduire leur défenses à néant, et s’emparer des Fosses de Soragol. Il ne « restera » ainsi plus à la Résistance qu’a finir le travail en détruisant les troupes lancées sur Sydney, aidés par les défenses de la cité elle même.
A la fin du Conseil, Soren se lève pour prendre la parole et faire une révélation cruciale pour la suite de la guerre : Finlongfinger est toujours en vie. Il n’a été que blessé par l’attaque de Kranisten à la Nouvelle York, et bien qu’il ai mis 20 ans à se remettre de ses blessures, il est prêt à reprendre le combat. L’Archange de la Résistance fait son apparition de la même manière que cela est décrit dans Sens Renaissance, et il se propose de mener les troupes à la victoire finale. La séance est levée sous les applaudissements des Généraux — plus quelques regards abasourdis de Maria et Wilfried.

Après le Conseil, les Bugs disposent de quelques jour de repos, et Finlongfinger en profite pour les tester. Achénar refuse de venir sur le terrain d’entrainement, puisqu’il est occupé à travailler sur son projet d’avion furtif, et Finlongfinger qui s’impatiente se « téléporte » — via l’Ombre-Monde — jusqu’au bureau d’Achenar et le jette par la fenêtre. Il le traine ensuite jusqu’au terrain d’entrainement en lui rappelant que les Quadrillas n’attendront pas de savoir s’il est prêt, ou motivé, avant d’essayer de le tuer, lui un être qui lui est cher.
Le Général se bat contre les trois Bugs en même temps, pour voir ce qu’ils ont dans le ventre. Il les laisse tenter des choses, leur donne des conseils, réajuste leurs coups lorsqu’ils s’y prennent mal, et n’hésite pas à les envoyer dans le décor s’ils lambinent trop. A un moment, lorsqu’il sent que Mya est prête à en découdre mais manque un peu de punch, il s’approche près de son oreille et murmure : « C’est moi qui ai tué Gladius ». Poussant un cri affreux, la Bug se déchaine contre l’Immortel qui encaisse le coup en souriant. « Vous voyez, explique t il au Bugs, lorsque que vous n’avez plus rien, plus de ressources pour vous battre, votre douleur peu aussi devenir une arme. »
À ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Le premier demanda au second qui était l'homme qui était assis là-bas. Le second répondit : "Certains disent que c'est un homme saint. D'autres disent que c'est un con."
Entendant cela, l'homme fut illuminé.
imajica
 
Messages: 51
Enregistré le: 09 Jan 2012, 22:20
Localisation: Bordeaux

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar imajica » 22 Mai 2018, 00:24

9. 2 - POLE NORD

Pour qu’Achénar puisse travailler sur le projet d’avion furtif, les Bugs et Finlongfinger partent ensemble pour la Base d’Ice Hill. On joue les quelques mois qui suivent rapidement, par ellipses, en alternant les entrainements avec Finlongfinger et les avancées du « Gladius 1 ».
Le projet avance sans problèmes et un premier prototype est rapidement assemblé et testé. Les Bugs s’entrainent à piloter le futur appareil aux cotés d’autres soldats sélectionnés par le Colonel Seeyal, notamment Samuel Flashheart, un jeune homme androgyne, sympathique et un peu grande gueule, qui semble très doué dans ce domaine.

Il se passe également quelques événements pour Achénar. Il est de plus en plus en forme et énergique, mais ses nuits sont peuplées de rêves dans lesquels il voit la tornade de Graveur et il se réveille dans l’Ombre-Monde sans savoir comment il y est arrivé. Soren trouve ces événements curieux, mais elle n’a pas de réponse pour le rassurer. Peut être est il surmené et cherche à s’échapper inconsciemment ?
Achénar reçoit également un message de l’institutrice d’Hérane au pole Sud. La jeune fille parait épuisée depuis le départ d’Achénar, elle s’endort en classe, ne voit plus ses amis et passe tout son temps à étudier. Achénar laisse le message sans réponse. Il s’inquiète de son propre cas, et il veux protéger la jeune fille.

En parallèle, les Bugs suivent l’évolution de la situation à Sydney par l’intermédiaire des informations impériales et des rapports de la Résistance. Les rapports commencent à s’échauffer entre Sydney et l’Omicron. Les nobles de Paris et Berlin déposent des protestations officielles en rappelant le bombardement de la « Cité des Rêves » — par Néméo et Mordyns en réalité, mais que l’Empire met entièrement sur le dos de la Résistance. On parle de menaces de sanctions économiques, et Sydney reçoit même la visite de l’Amiral Ghaust.
En guise d’ultime provocation, le Duc Orion annonce sur touts les médias que Soren Sollipsis, fondatrice et leader de la Résistance, va être accueillie en ville dans quelques semaines pour négocier les bases d’un traité de non agression et de libre échange entre Sydney et la Résistance. Impossible que l’Empire laisse passer ça.

Les Bugs s’entrainent aussi en vue d’une mission importante pour le futur assaut sur Berlin. Ils doivent infiltrer l’une des bases militaires de la ville et implanter un dispositif de brouillage sur une antenne émettrice de l’Omicron. Juste avant l’assaut, ce dispositif pourra être activé à distance pour saturer complètement le réseau de communication de l’Omicron et compliquer leur organisation.
Mais un ou deux jours avant de partir pour Berlin, les Bugs ont un terrible pressentiment. Leur Resplioïde s’active comme si elle ressentait un danger, et une angoisse froide leur serre les tripes. Le soir même, Soren le contacte avec de mauvaises nouvelles. Ces dernières semaines, l’Empire a effectué plusieurs rafles dans les communautés qui vivent autour de l’ancienne Méditerranée, et ils ont débarqué sur l’île de Soukhna (cf. l’épreuve « Les Fragiles », plus haut). De nombreux habitants de l’île ont été tués, et le reste a été emprisonné et amené à Berlin dans un « camp de rééducation ». D’après les infos de la Résistance, l’Omicron se sert de ces institutions pour donner une éducation de base aux habitants qui vivent dans les « territoires sauvages » et les former à travailler comme main d’œuvre quasiment esclavagées — dans la prostitution ou dans l’entretien de la ville. Soren est très inquiète. Les Fragiles qui étaient restés à Soukhna sont « invisibles » pour leurs congénères d’Aquacity et elle pense que Dima — la jeune fille dont ils ne savent finalement pas si elle est un Bug ou non — a été capturée. Or la jeune fille possède une rose de Philonite, offerte par les Bugs. Si elle ou cette rose tombent entre les mains de l’Omicron, qui sait ce qui pourrait arriver ?
À ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Le premier demanda au second qui était l'homme qui était assis là-bas. Le second répondit : "Certains disent que c'est un homme saint. D'autres disent que c'est un con."
Entendant cela, l'homme fut illuminé.
imajica
 
Messages: 51
Enregistré le: 09 Jan 2012, 22:20
Localisation: Bordeaux

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar imajica » 22 Mai 2018, 09:16

9.3 - BERLIN

Les Bugs et Finlongfinger décident qu’il vaux mieux que le Général reste au Pôle Nord pour finir de préparer les troupes et se tenir prêt à protéger Soren en cas de danger. Les Bugs embarquent dans l’avion furtif, piloté par Samuel qui les largue au dessus de Berlin. Ils sautent de l’avion, glissent dans l’Ombre-Monde et descendent tranquillement sur l’Ombre-Berlin.
L’Ombre-Ville est bien différente de sa contrepartie réelle, qu’ils ont étudié pour préparer leur mission. La plupart des installations militaires n’existent plus. Le centre de la ville a été agrémenté d’un immense quartier d’affaire — judicieusement construit à coté du Parlement — et les fortifications ont été ouvertes. Les Bugs peuvent également voir que les fondations d’un nouveau quartier sont en construction sur les eaux noires, agrémentées d’une immense affiche vantant les mérites du futur parc d’attraction qui va y être construit. En passant, ils ont aussi une magnifique vue de la Lune, en flammes sous son globe de Varia, qui leur fait forte impression.
Les Bugs atterrissent dans le centre ville, à proximité d’un immeuble de bureaux. En jouant sur les différences de construction entre l’Ombre-Monde et la réalité, ils infiltrent les défenses de la Base sous couvert des hologrammes d’Achenar — qui rendent le groupe presque invisible — et installent le dispositif de brouillage sans se faire repérer. Ils se font deux petites frayeurs lorsqu’ils croisent Météore qui est venu procéder à une inspection surprise de la Base, puis lorsque les hologrammes d’Achénar commencent à faiblir et à fluctuer.

Les Bugs décident de passer dans l’Ombre-Monde en urgence, histoire de souffler un peu et de pouvoir naviguer dans la ville en étant plus sereins. Ils font la découverte de l’immense bordel — au sens littéral — qu’est Berlin des deux cotés de la réalité. La prostitution, la bouffe pas chère et l’alcool débordent dans chaque rue. Les immeubles sont très hauts et serrés, l’air et la foule sont denses et étouffants, les gens se soulent, dansent et vomissent dans les rues, et l’odeur est indescriptible. Ils passent devant un immense bordel, grand comme une barre d’habitation, avec une lumière rouge à chaque fenêtre, et plus loin ils assistent à une agression sexuelle en pleine rue. Les Bugs s’interposent et assomment ou font fuir les trois hommes, mais ils se font engueuler par le patron du bordel voisin qui leur oppose que ses clients ont payé pour ce service, et en avance. Les Bugs fuient avant que les soldats ne rappliquent.
Les Bugs sont frustrés et en colère, et les sourires des joueurs autour de la table sont mêlés de dégout. J’avoue que je ne les ai pas trop laissé souffler durant la traversée de la ville, mais je ne me suis pas appesanti sur les descriptions. Je voulais bien leur faire sentir la saloperie de l’Empire et leur donner un avant gout du mépris de la Vie qu’ils retrouveront plus tard dans Sens Mort. Ici, il s’agit surtout du mépris des terriens, jugés comme des sauvages par les soldats Sélénites et Martiens. Dans les rues, ils découvrent notamment d’autres affiches au sujet du futur parc d’attraction. Outre les manèges et les attractions à sensation (pour que les enfants puissent aller voir Mickey pendant que papa va au bordel), les publicités vantent la création d’une grande « réserve naturelle », un « village des nations » ou les visiteurs pourront admirer des représentants de toutes les « cultures primitives » qui existent encore sur Terre. Ils découvrent que cette section du parc sera construite juste à coté du zoo. Demi tarif pour les enfants et les militaires.

Lorsque les Bugs croient pouvoir souffler un peu, l’un d’eux aperçoit Samuel Flasheart — leur pilote — marcher dans l’ombre-rue. Il traverse la foule, et à leur grande surprise il interpelle un Quadrilla qui passe en volant au dessus des rues. C’est Météore. Le Quadrilla fait signe à Samuel de le rejoindre, et ce dernier s’envole pour le rejoindre sur le toit d’un immeuble. Les Bugs se précipitent pour espionner la conversation, et sous leur yeux le visage de Samuel s’efface pour laisser apparaitre un autre Quadrilla : il s’agit de Sauveuse !
Grâce à « Félé », le Fragile que Sélor à adopté et transporte dans un équipement spécial de son armure, les Bugs peuvent entendre des bribes de leur discussion. Sauveuse à l’air triste et anxieuse, elle essaye de convaincre Météore de parler à Kranisten. Elle veux qu’ils renoncent à quelque chose. Météore, calme comme à son habitude, rétorque à sa soeur : « Reprends toi, Sauveuse, tu oublie que nous n’avons pas de sentiments. Nous devons faire notre devoir. Jusqu’au bout . » Les deux Quadrillas se séparent et glissent dans la réalité.
Les Bugs ne comprennent plus rien de ce qu’il se passe et ils commencent à stresser un poil. Ils décident de la jouer fine et — une fois de retour dans la réalité — contactent Samuel pour lui dire que leur première mission à échoué mais qu’ils continuent de poursuivre leur second objectif.

Les Bugs arrivent en vue du camp de rééducation sous une étrange neige grise. Il neige des cendres sur tout le quartier. Ils ont une longue discussion sur comment sortir Dima du camp en toute discrétion, puisqu’elle ne peut pas passer dans l’Ombre-Monde avec eux et qu’ils craignent que les hologrammes d’Achénar les lâchent au pire moment.
Pendant qu’ils parlent, une luxueuse limousine noire arrive dans le camp. Une femme blonde, au visage cruel (que j’imagine avoir la tête de Cersei Lannister) en sort et est accueillie par le directeur du camp, un homme à l’allure servile et repoussante qui ressemble à un gros chat. L’homme s’incline profondément en baisant la main de la femme blonde — Ursula Tyganis — et la remercie d’honorer ainsi de sa présence « sa modeste institution caritative ». Lady Tyganis passe plusieurs jeunes gens en revue, elle regarde leurs mains, inspecte leurs dents, et en sélectionne une poignée qu’on doit lui réserver pour « qu’elle passe les faire chercher plus tard ». Elle tombe également sur Dima, dont le minois lui plais instantanément. La jeune femme essaie de lui parler, utilisant sa capacité à influer sur les émotions de son entourage, et Ursula Tyganis décide de l’emmener immédiatement avec elle. « Je suis sure qu’elle plaira beaucoup à l’Amiral Ghaust, dit elle avec un sourire radieux, il a toujours eu le gout de l’exotisme. »
Sous les yeux paniqués des Bugs qui n’ont toujours pas eu le temps de mettre leur plan au point, Dima est donc emmenée par Ursula Tyganis dans sa limousine. Ni une ni deux, Sélor s’accroche « discrètement » à l’arrière de la voiture, et Mya et Achénar volent une moto pour le suivre et le couvrir avec un hologramme. Arrivés sur une avenue, Sélor fait éclater un des pneus de la limousine qui fait un arrêt brutal en pleine circulation. Les Bugs assomment le chauffeur, mettent un taquet à Lady Tyganis et fuient en quatrième vitesse en entendant des sirènes de police se rapprocher.
Les Bugs se planquent un moment dans un hôtel de passe. Puis Sélor et Achénar décident de se déguiser en soldats de l’Omicron, accompagnés de Dima et Mya habillés en prostituées pour rejoindre le repaire de l’une des cellules de la Résistance de Berlin. En chemin, ils croisent Classiss qui serre chaleureusement la main de Sélor en lui affirmant « j’adore ce que vous faites ».

Le Kit Kat Klub, est un cabaret doublé d’une maison close dont les patrons et les employés font partie de la Résistance. Après un petit passage musical https://www.youtube.com/watch?v=Ry_fR5H1GYw, les Bugs rentrent en contact avec les deux leaders de cette cellule. Ils veulent laisser Dima aux bons soins de la Résistance Berlinoise, mais la jeune femme n’a aucune intention de laisser les survivants de son village sans secours, notamment son fiancé qui a été blessé lors de l’attaque. Elle est traumatisée et triste. Elle a vu ses amis et ses parents tués sous ses yeux, et elle a vu les blessés et les infirmes du camp de rééducation être emmenés dans un baraquement d’où ils ne sont jamais ressortis.
Les Bugs négocient avec les propriétaires du Kit Kat Klub pour qu’ils se rendent au camp le lendemain et rachètent le jeune homme sous le prétexte de l’employer au club. Dima ne se laisse pas convaincre par le pragmatisme froid des Bugs, elle craint pour les autres habitants de son village. Regardant les Bugs dans les yeux, elle matérialise la rose de Philonite et leur demande de jurer sur la fleur qu’il reviendront sauver les habitants de Soukhna. Ils constatent que la rose a changé par rapport à la dernière fois où il l’on vu, et de longues épines font saigner la main de la jeune femme qui ne quitte pas les Bugs des yeux. Sélor et Mya promettent, mais Achénar refuse. Il y a plus important dans la bataille qui se prépare, et il est de plus en plus anxieux à propos de ce qui lui arrive. Plus tard, il va tester ses hologrammes pour voir s’ils fonctionnent bien, et Mya — qui assiste à la scène — verra avec inquiétude des éclairs lumineux entourer la Resplioïde du Bug.

Dans un petit appartement du Kit Kat Klub, les Bugs se demandent comment ils vont sortir de Berlin. Peuvent il faire confiance à Samuel, ou plutôt Sauveuse, pour venir les récupérer comme il le lui ont demandé ? Sait-elle qu’il l’on démasquée ? La nuit est courte et agitée pour les Bugs. Sélor ne dort pas, et il voit Achénar glisser dans l’Ombre monde durant son sommeil. Sélor se précipite pour chercher Achénar et le gifle jusqu’à ce qu’il se réveille. Il ne le laissera pas dormir le reste de la nuit.
Le lendemain matin, les patrons du Kit Kat Klub reviennent au cabaret avec Toumai — le fiancé de Dima — toujours blessé mais libre. Après les retrouvailles, Sélor prend Dima a part, car il a peur qu’elle ne commette une imprudence. Il veux lui faire promettre qu’elle ne tentera rien pour libérer ses amis toute seule. Dima à l’air changée lorsqu‘elle lui répond. Elle a l’air plus résolue, plus dure. « Lorsque vous viendrez, je serai prête. » dit elle. Elle tend la main, et une lame noire apparait entre ses doigts. Durant la nuit, la rose de Philonite s’est changée en épée, la garde ayant encore la forme des pétales de la fleur.
À ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Le premier demanda au second qui était l'homme qui était assis là-bas. Le second répondit : "Certains disent que c'est un homme saint. D'autres disent que c'est un con."
Entendant cela, l'homme fut illuminé.
imajica
 
Messages: 51
Enregistré le: 09 Jan 2012, 22:20
Localisation: Bordeaux

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar imajica » 22 Mai 2018, 09:17

9.4 - EN PLEIN CIEL

Les Bugs font leurs au-revoir à tout le monde et passent dans l’Ombre-Monde. Grâce aux ombres-pouvoirs il prennent un maximum d’altitude avec l’idée d’être récupérés en pleine chute par Samuel et l’avion furtif en s’aidant du grappin de Mya. Stéphane constate que ses points d’ombre-énergie ont été totalement restaurés pendant la nuit.
Alors qu’ils flottent dans le ciel de l’Ombre-monde, les Bugs aperçoivent une étrange sphère blanche en suspension. De la sphère part un fil, qui mène à une autre sphère, puis à une autre, et une autre, et une autre… (Je vous renvoie à un de mes précédents message où j’imagine la mort d’Achénar pour avoir des détails sur la scène). Intrigués, les Bugs repassent dans la réalité, où ils constatent que l’immense réseau de sphères est aussi présent. Surtout, ils se rendent compte qu’ils ne tombent plus. Que se passe-t-il ?

Un magnifique ange vêtue d’une armure de lumière leur apparait, assise sur le ciel comme si c’était ce qu’il y a de plus naturel au monde. Elle leur parle d’une voix douce et calme. Elle est curieuse. Elle les a observé, dit elle, s’agiter et se battre pour des idéaux illusoires. Pourquoi ? « C’est pathétique » déclare-t-elle, radieuse. Je continue la description sous les éclats de rire de Stéphane(Achénar) qui comme moi adore ce genre de personnages hautains. Hélium — car c’est bien elle — finit par se lasser des réponses insensées de ces « insectes ridicules » et attaque les Bugs avec un rayon de lumière qui brule la Resplioïde comme du papier. Mais le « Gladius 1 » surgit par-dessus les nuages, et Sauveuse en bondit, toutes foudre dehors pour s’interposer en criant : « Laisse les, connasse ! ». (C’est sorti tout seul sous l’impulsion du moment). Elle défend les Bugs de son bouclier qui surchauffe sous la lumière de la Quadrilla de Cosmo.

Les Bugs sont abasourdis et le joueurs sont désorientés. Ils ne savent décidemment plus à quoi s’attendre dans cet univers de dingue. Finalement, Lucille(Sélor) utilise un fait de Cellulis pour faire apparaitre Falkor, le fucking dragon-chien porte bonheur de « L’Histoire sans fin », et les Bugs s’enfuient avec Sauveuse à dos de miracle d’immersion au nez d’une Hélium « quelque peu interloquée ».
Finalement, je ravale mes larmes de rire, et la Quadrilla de Cosmo se rappelle que je l’ai faite venir dans cette Épreuve pour une raison précise. Elle rattrape les Bugs d’un coup d’aile et attaque Achénar. « C’est la fin du voyage » déclare-t-elle. Elle propulse le Bug hors du dos du dragon, vers le sol, et consume sa Resplioide sous la lumière. Achénar essaie de reprendre le contrôle. Son armure les fait passer à toute vitesse d’une ontologie à l’autre pour essayer de le sauver. « Mais, dis-je, plus aucun monde n’est sur pour Achénar » (j’ai failli ajouter « dans la Pierre du Désespoir Absolu » mais je me suis retenu.). Les Bugs assistent à la scène sans pouvoir intervenir. Achénar chute, sa Resplioïde réduite en cendres, et il tombe dans l’Océan. Puis tout n’est que ténèbres… et nous arrêtons là la narration jusqu’à la prochaine Épreuve.

----

Une épreuve assez longue — encore — mais plutôt cool à faire jouer. J’ai apprécié de pouvoir dérouter les Bugs et les joueurs, et de réussir à leur faire un peu peur avec la fluctuation de la Resplioïde d’Achénar et les multiples apparitions de Météore. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que le Quadrilla les a filé plus ou moins discrètement pendant tout leur périple à Berlin, avec dans l’idée de garder un œil sur eux et sur Sauveuse au cas où leur mission tournerai mal.
C’était cool aussi de pousser un peu le bouchon avec l’ambiance dégueulasse de Berlin. Je voulais montrer aux joueur-se-s à quel point leurs personnages n’avaient fait qu’effleurer l’hostilité de la vie sous l’Omicron, mais j’espère ne pas en avoir trop fait. Il faudra que je leur en reparle, par sécurité.
C’est aussi la première épreuve où il y avait autant de looongs discours des PNJs, et j’espère ne pas trop les avoir saoulés avec ça.

Suite, et fin, de Renaissance dans pas trop longtemps j’espère. Ensuite je pense qu’on fera une petite pause en faisant un crochet par Los Angeles et Vade+Mecum pour les vacances.
À ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Le premier demanda au second qui était l'homme qui était assis là-bas. Le second répondit : "Certains disent que c'est un homme saint. D'autres disent que c'est un con."
Entendant cela, l'homme fut illuminé.
imajica
 
Messages: 51
Enregistré le: 09 Jan 2012, 22:20
Localisation: Bordeaux

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar Muetdhiv3r (Laurent) » 28 Mai 2018, 20:52

Encore et toujours merci Imajica pour tes super comptes rendus qui sont encore et toujours source d'inspiration pour moi !
Tu pousses le concept de post à rallonge en page à rallonge en en mettant plusieurs d'affilée.

Visiblement le forum est un peu calme en ce moment, et les réactions peu nombreuses, mais sache qu'au moins une personne attends tes messages avec joie ! Tes idées sont super intéressantes !

La mort d'Achenar est super. Comment compte-tu gérer sa "renaissance" ?
Muetdhiv3r (Laurent)
 
Messages: 87
Enregistré le: 04 Mai 2017, 16:23
Localisation: Ile-de-France (Essonne)

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar imajica » 30 Mai 2018, 19:46

Merci pour ces encouragements Laurent, ça me fait super plaisir !

Stéphane (Achénar) n’est pas au courant de ce qui va lui arriver, même s’il le soupçonne vu que la subtilité n’est pas mon vraiment fort. La blague du moment sur le forum Messenger où on discute avec mes joueurs c’est qu’il nous envoie des gifs de fantômes et que l’on fait mine de s’organiser sans lui pour la prochaine partie.

Je me tâte à lui parler avant le prochain scénar, histoire qu’il puisse préparer son retour de façon dramatique, mais au final je crois que ce serait plus intéressant s’il découvrait sa nouvelle condition et ses nouveaux pouvoirs au cours de l’Epreuve. Il serait plus en phase avec son Simulacre.

Concrètement je pense qu’il va passer tout le début de l’Epreuve avec nous autour de la table mais avec interdiction de parler (ou au moins de parler « en jeu »). Je pense que je m’adresserai directement à lui juste avant ou juste après que les Bugs commencent l’assaut final. J’aime BEAUCOUP la scène introspective avec des questions décrite par Dorian dans « Chronique à deux MJ » et je vais clairement me servir de ça, avec les descriptions des nouvelles sensations du personnage et des questions sur ses souvenirs et sur ses liens (« Tu te rappelles un visage, une petite fille qui te regarde avec des grands yeux, est ce que ça signifie quelque chose pour toi ? »)
À ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Le premier demanda au second qui était l'homme qui était assis là-bas. Le second répondit : "Certains disent que c'est un homme saint. D'autres disent que c'est un con."
Entendant cela, l'homme fut illuminé.
imajica
 
Messages: 51
Enregistré le: 09 Jan 2012, 22:20
Localisation: Bordeaux

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar Romaric Briand » 31 Mai 2018, 08:35

Salut Imajica ! Je lis également tous tes rapports de parties au cas où tu en douterais ! Je trouve assez géniale la façon dont tu utilises tout le matériel disponible pour proposer une expérience complète de Sens :)

Par contre, si je puis me permettre, j'aimerai tellement que tu nous parles des débriefes et des joueurs et des joueuses autour de la table. Quand je lis tes rapports, je vois les personnages, mais je ne vois pas ce que pense les joueurs et les joueuses de tout cela. :)

J'aimerai en savoir plus... mais bon, il est peut-être des choses qu'il vaut mieux ignorer... je ne sais pas...
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
Sens - La Guerre des Immortels - Le Blog de la Cellule - Le Blog de Sens - Le Blog du Val - Le Val
Romaric Briand
 
Messages: 2604
Enregistré le: 07 Déc 2007, 18:36
Localisation: Saint Malo

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar imajica » 04 Juin 2018, 19:02

Merci Romaric :). Je ferai des efforts pour parler plus des mes joueurs et joueuses à l’avenir, mais je dois avouer que je ne fait pas de débriefing en bonne et due forme avec la table vu que les parties ont tendance à durer un peu. On parle plus du jeu en passant, au détour de conversations ou sur Messenger. Rien d’inavouable je te rassure^^.
À ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Le premier demanda au second qui était l'homme qui était assis là-bas. Le second répondit : "Certains disent que c'est un homme saint. D'autres disent que c'est un con."
Entendant cela, l'homme fut illuminé.
imajica
 
Messages: 51
Enregistré le: 09 Jan 2012, 22:20
Localisation: Bordeaux

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar imajica » 06 Oct 2018, 22:44

Je n’ai pas donné de nouvelles depuis un moment désolé, mais cet été nous avons pu jouer le dernier acte de Sens Renaissance. Ensuite nous avons décidé de faire une grosse pause pour cause de vacances et de voyages pour un peu tout le monde à la table. Entre temps, j’en ai profité pour relire « Sens Mort ».

EPREUVE 10 : LA RENAISSANCE

Nous avons repris directement là où nous nous étions arrêté. Les Bugs fuient Berlin accompagnés par Sauveuse, sur le dos d’un dragon porte bonheur. Achénar est tombé dans l’océan, mort, sa Resplioïde carbonisée par les attaques d’Hélium. Entre les deux parties nous avons beaucoup plaisanté sur le fait qu’Achénar ne pouvait plus intervenir que sous la forme d’un fantôme et Stéphane (le joueur d’Achénar) assiste au début de la partie couvert d’un drap blanc. Nous avons du mal à garder notre sérieux. Je l’ai prévenu qu’il avait le droit de parler en tant que joueur mais pas en tant que Simulacre. J’ai maintenu le silence pendant plusieurs mois sur ce qui allait advenir d’Achénar, donc tout le monde est plutôt curieux de savoir la suite.

Le dragon porte bonheur commence à se dissiper et finit par disparaître. Les Bugs font une pause et en profitent pour parler avec Sauveuse et essayer de lui soutirer des informations. Elle élude la plupart de leurs questions. Elle a l’air nerveuse, et soucieuse. Elle les a aidé, dit elle, car elle n’a pas pu s’en empêcher. Elle a vécu parmi eux, continue-t-elle, pour voir ce qu’ils valaient. Pour voir s’ils en valaient le coup. « Je sais ce que je dois faire à présent » dit elle finalement. Sauveuse prend congé des Bugs et renouvelle l’invitation de Kranisten de les rejoindre à Berlin. « Nous devons nous battre bientôt, vous vous rappelez ? Mes frères et mes sœurs vous attendent. Je veux être avec eux… A la fin. »

Les Bugs laissés seuls ne sont pas prêts à accepter la mort d’Achénar. Ils se font récupérer par un subzeri de la Résistance et ils fouillent longuement la zone où il est tombé, dans la réalité et dans l’Ombre-Monde. Ils utilisent la vue de « Félé », le Fragile qui partage désormais l’armure de Sélor. Ils tentent de contacter la Resplioïde de leur camarade à de nombreuses reprises, dans un monde, dans l’autre, puis en voyageant rapidement d’une ontologie à l’autre. Je joue un peu avec eux en leur renvoyant des messages d’erreur : « - - - erreur 404 - - - la Resplioïde que vous essayez de contacter est indisponible - - - veuillez contacter votre Aiguilleur pour plus de renseignements - - - ». Le Fragile s’épuise à chercher des traces du Bug, il partage sa vision avec Sélor jusqu’à lui montrer le fameux « espace alvéolé ». Je prends un petit risque en décrivant que l’espace alvéolé existe autant dans les deux ontologies que dans le moment de transition entre les deux.
Les Simulacres commencent à imaginer qu’il existe de nombreuses ontologies, et qu’il pourrait exister un monde pour chacune des Runes de Dieu. Il réfléchissent à « ce qui pourrait relier tous les mondes » et je me mord la langue pour ne pas évoquer la question de la métaphysique, car ça me semble un peu trop tôt. Ils s’en rendront compte par eux même plus tard.

Selor et Mya finissent par rentrer au Pôle Nord où se prépare l’assaut final. Les Résistants les accueillent en héros après la réussite de leur mission. Comme Achénar n’est pas avec eux, tout le monde suppose qu’il est en mission infiltrée et Les Bugs décident de ne pas démentir cette version pour préserver le moral des troupes.

Arrive finalement le moment de la grande bataille finale. Les Bugs embarquent dans un subzeri et voyagent pendant plusieurs jours dans un silence nerveux. Les troupes de la Résistance convergent vers Berlin. Ils arrivent enfin. Le brouillage installé par les Bugs est activé. Les torpilles font exploser les premiers lignes de mines marines. Les subzeris font surface et larguent des centaines d’hélicoptères chargés de soldats et de missiles. Les Bugs et Finlongfinger sont dans l’un d’eux, ils doivent défendre leur transport contre les appareils ennemis ou ils s’écraseront sur la ville. Mya détruit l’hélice d’un hélicoptère ennemi avec son grappin et en abat un autre avec son arbalète. Sélor saute sur un appareil en vol et en détruit le moteur avec ses lames. Il saute sur un hélico et abat les pilotes avant d’être rattrapé par le grappin de Mya. Les Bugs et leur unité atterrissent dans la ville et sont reçus par un feu croisé entre des soldats et une sentinelle mécanique.

Comme je sens que Stéphane commence à s’ennuyer, je me tourne vers lui pour jouer la résurrection d’Achénar, fortement inspiré par le récit de Dorian dans sa « Chronique à deux MJ ». J’ai répété ce moment plusieurs fois et préparé des musiques d’ambiance pour marquer la scène. Je décris à Achénar sa chute, l’obscurité, et ce qu’il voit lorsqu’il ouvre les yeux. Je l’interroge sur son aspect, ses nouveaux pouvoirs. La dernière question est : « Tu te rappelle des gens. Ils ont besoin de toi. Qu’est ce que tu fais ? ». Je prends Stéphane à part pour lui expliquer plus clairement ce qui lui est arrivé. Il a l’air ravi et moi je suis plutôt soulagé.

Les Bugs sont pris dans plusieurs combat assez brefs et ils se lancent à l’assaut d’une base qui contrôle une partie des défenses anti-aériennes de la ville. C’est le moment que choisit Achénar pour réapparaitre. « Intuitivement », les Bugs reconnaissent leur ancien compagnon. Comment-est-ce possible ? Comment a-t-il survécu ? Armé de ses nouveaux talents, le Quadrilla Achénar ouvre la voie à ses compagnons et ils prennent rapidement le contrôle de la base. Les Bugs décident de laisser les soldats sur place, pour utiliser les défenses à l’avantage de la Résistance et pour prévenir de nouvelles pertes.
Mya (ou peut être Emilie, son Cellulis) est frustrée. Les combats la lassent. Elle voudrait faire plus, faire mieux. Elle cherche un moyen d’arrêter cette bataille d’un seul coup d’éclat. Les Bugs décident de s’en prendre aux nobles et aux hauts gradés de l’Empire, avec l’espoir que s’ils coupent la tête le reste tombera peut être. Ils ont en mémoire Ursula Tyganis, qui s’était vanté d’être une intime de l’Amiral Ghaust et décident de lui rendre une visite amicale.

Dans la ville, ils croisent des scènes de panique. Les civils se cachent ou essaient de fuir vers les astroports. Ils tombent également sur plusieurs scènes étranges, comme une unité de chars impériaux enchevêtrés dans les racines de figuiers gigantesques, ou des militaires tués par des décharges électriques, et ils commencent à comprendre que les Quadrillas sont en train de se rebeller contre l’Omicron.
Plus tard, ils assisteront à la mort pathétique de plusieurs d’entre eux. Racine, un grand Quadrilla au corps sinueux est abattu par une unité de l’Omicron devant leurs yeux. Derrière lui, les Bugs remarquent un petit jardin aménagé au fond d’une impasse. Le cadavre d’une vieille femme lourdement maquillée est allongé sur le sol, un arrosoir cabossé à la main. Les militaires l’ont abattue. Un autre Quadrilla tombera sous les tirs d’un char d’assaut pour protéger un petit chien. Mourant, il caresse une derrière fois l’animal, sourit et s’évapore dans la fumée des tirs.
C’était important pour moi que les Quadrillas meurent en défendant quelque chose de concret, même infime. Je voulais donner un coté pathétique à leur mort bien sur, mais aussi je ne sais honnêtement pas si pour un Quadrilla il y aurait une vraie différence entre protéger une fleur et protéger une ville par exemple. Je suppose que c’est l’intensité du Lien qui compte…

La partie qui suit est largement improvisée. Les Bugs pénètrent sans mal dans la maison des Tyganis et tombent sur Ursula en train de charger sa navette personnelle pour fuir la ville. Ils la prennent en otage et contactent les membres de sa famille qui ont des responsabilités dans l’armée pour exiger qu’ils cessent le combat. Certains des gradés hésitent, mais le Général Alban Tyganis — le frère d’Ursula — abandonne sans regrets sa sœur à son sort, trop heureux de se débarrasser de sa rivale.

Remontés contre le Général, les Bugs partent pour l’astroport militaire d’où il dirige une partie des opérations. Sur place, c’est l’émeute. Les civils se pressent contre les barricades pour fuir par les navettes, mais les militaires les en empêchent et finissent par tirer dans la foule. Finlongfinger en furie hurle « Lâches ! » et bondit sur les soldats pour les mettre en pièces. Les Bugs le suivent, accompagnés de Résistants Berlinois (dont la jeune Dima, qu’ils ont retrouvé en chemin).
Les Bugs se font ouvrir la voie par Achénar, Dérive et Castagne, leurs compagnons Quadrillas, et foncent vers le centre de contrôle. Ils mettent les soldats hors de combat et Sélor glisse sa lame sous la gorge du Général Tyganis et lui demande d’ordonner à ses troupes de cesser le combat. Mais il est trop tard. Le Général a réussi à passer le brouillage et a contacter directement l’Amiral Ghaust.

Au dehors, un bruit grave se fait entendre. Le sol tremble, les vitres vacillent. Une grande lumière descend à travers les nuages et vient frapper l’océan presque à la verticale. Le rayon dessine un trait, nonchalamment, et vaporise une partie de l’Océan en quelques secondes. Au moins deux subzeris sont désintégrés par le tir. Les appareils les plus proche sont ballotés comme des coquilles de noix par la vague créée par le rayon. Lentement, une masse énorme traverse les nuages et vient de positionner au dessus de la ville. C’est un croiseur impérial ! Des essaims de chasseurs sortent des soutes de l’appareil pendant que le croiseur recharge son arme principale.
Lorsqu’un second tir s’apprête à frapper la ville, la silhouette bleue de Dérive s’interpose devant le rayon. Le tir est arrêté, mais Dérive est désintégré par le laser. Kranisten arrive enfin, accompagné des autres Quadrillas de Rebirth. Ensemble, ils créent un énorme bouclier pour protéger la ville. Le vaisseau tire à nouveau. La barrière brule, mais elle tient bon. Pour combien de temps ?
Mya et Achénar décident de partir à l’assaut du croiseur et se rendent aux hangars pour voler une navette. Les chasseurs impériaux commencent à prendre les Quadrillas pour cible. Sélor essaie d’en abattre un maximum depuis la tourelle pour protéger leurs nouveaux alliés. Mya, changée en titan, écrase les chasseurs comme des insectes. Sauveuse multiplie les boucliers pour protéger ses frères et ses sœurs.
Lorsque la navette est assez proche, Achénar passe dans l’Ombre Monde et vole jusqu’à sa position approximative. La barrière des Quadrillas faiblit. Les missiles longue distance des subzeris pleuvent sur le croiseur et Sélor et Finlongfinger utilisent les canons ioniques de la base pour affaiblir son bouclier.

Dans le croiseur, Achénar se fait passer pour un membre d’équipage et rejoint la passerelle de commandement. Il crée des parasites et des avaries imaginaires dans l’appareil, et perturbe les données pour laisser croire à l’équipage que le bouclier du vaisseau ne craint rien alors qu’il est sur le point de lâcher.

La barrière des Quadrillas finit par éclater en morceaux, et le croiseur se met à bombarder les créatures de foudre bleue avec des projectiles de plasma. Lucille utilise un fait de Cellulis, et Sélor se change en une gigantesque forteresse (l’invocation « Alexandre » de Final Fantasy). Les immenses ailes de Sélor se déploient pour protéger les Quadrillas.
Finalement, les Quadrillas survivant se resserrent autour de Kranisten, ils rassemblent leurs dernières forces pour frapper le croiseur. Sauveuse crie, elle essaie d’arrêter Kranisten. Elle se bat avec lui, mais il la repousse et elle s’écrase au sol. Ils frappent. Le bouclier saute et le croiseur est gravement endommagé. Il doit battre en retraite. Les derniers Quadrillas tombent en cendres sur la ville ou s’écrasent dans les ruines. Sauveuse et Sélor assistent impuissants à leur mort.

Sous la pluie de cendres, les Bugs et Finlongfinger recueillent les dernières paroles de Kranisten. Sauveuse est anéantie par le chagrin. Kranisten disparait, laissant derrière lui un parterre de fleurs écarlates qui sont soufflées par le vent. Autour d’eux, la bataille touche à da fin. Les impériaux fuient. Les nuages se dissipent partout sur la planète. Les Résistants et les survivants de Berlin exultent. Victoire. Enfin.

En épilogue, je raconte comment les Bugs, Finlongfinger et les troupes résistantes stabilisent la situation à Berlin avant de « marcher » vers Paris et les Fosses de Soragol. Puis, les Résistants viennent prêter main forte à Sollipsis et Orion qui se battent à Sydney. Dans les mois qui suivent, la Résistance libère petit à petit les principales villes de la Terre. Un nouveau gouvernement est nommé à Sydney et des négociations sont entamées avec l’Omicron, avec dans la balance la menace d’un blocus des approvisionnements en nourriture et en produits bio-sourcés en provenance de la Terre. Les dernières troupes impériales sont contraintes de quitter la planète.
Dans le même temps, un étrange phénomène se met en place sur le globe. Partout la Vie renaît, se développe. La Terre semble vouloir guérir en quelques années les blessures de 500 ans de guerre et de feu.
Les Bugs vont pouvoir jouir de quelques mois de paix.

----

Depuis, nous n’avons pas eu beaucoup l’occasion de nous voir, hormis avec Lucille (Sélor) avec qui j’ai eu aussi de longs échanges par mail. Sélor est retourné à la Nouvelle York à la recherche de réponses. Il y a retrouvé Sauveuse, et un timide rapprochement commence à se faire entre ces deux « grand brulés ». Sélor et Sauveuse ont également rencontré Wilfried dans les ruines de la tour de Graveur.

Emilie et son Simulacre sont parties en vacances avec mon exemplaire / l’exemplaire de Soren du « Monde Logique ». Nous n’avons pas eu l’occasion de parler de Sens depuis mais j’espère qu’elle aura des réflexions a partager puisqu’elle était la plus intéressée par la métaphysique du jeu et les questions morales qu’elle soulève. Je suis aussi curieux de savoir ce qu’elle fera de la maison que lui a légué Akina.

Stéphane est très pris par un projet d’écriture. Pas de nouvelles d’Achénar, donc, qui est toujours à bord du croiseur impérial jusqu’à nouvel ordre. Il a bien rencontré brièvement une diplomate en mission pour un certain Aldo Rande, mais elle n’a pas pu rester.

Eran, la « fille adoptive » d’Achénar est inconsolable et continue d’attendre son retour dans le port du Pôle Sud. Achénar a demandé à tout le monde de déclarer officiellement sa mort et de ne pas parler à Eran de sa transformation. Mais Sélor est allé trouvé la jeune fille et lui a promis de répondre à toute ses questions. Il ne veux plus, dit il, entretenir l’atmosphère de mensonges et de dissimulation dans laquelle on les a élevé. Ca promet de jolies choses autour de la table je pense.
À ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Le premier demanda au second qui était l'homme qui était assis là-bas. Le second répondit : "Certains disent que c'est un homme saint. D'autres disent que c'est un con."
Entendant cela, l'homme fut illuminé.
imajica
 
Messages: 51
Enregistré le: 09 Jan 2012, 22:20
Localisation: Bordeaux

Re: [Imajica] Une nouvelle larme apparait.

Messagepar imajica » 06 Oct 2018, 22:49

J'en profite pour partager ce que j'avais préparer pour la transformation d'Achénar en Quadrilla. Ayant été moi même bien inspiré par les récits des autres, ça pourra peut-être être utile à quelqu'un (et puis j'en suis assez content).

LA RESURRECTION D'ACHENAR

Je n’en ai pas fini avec Achénar. Il est temps pour ce Simulacre de rejoindre la Narration. Et pour ce Cellulis de retrouver une voix dans Mon monde.

< Son KOTOR1 - « It is such a quiet thing » >

< C’est finalement une chose bien calme… tomber. Le plus difficile, c’est encore de l’accepter. >

< Musique - « Myst Theme » >

(à 0 :50) < Et tu tombes. Au cœur d’un grand œil tourbillonnant. Et au fond de cet œil, il y a un cube. Chaque face est un carré muni de ses diagonales. Tu entends une voix. Un souvenir. >

< Vous ne sortirez pas si facilement… Vous n’avez pas idée de l’ampleur du piège dans lequel vous êtes en train de sombrer ! Quiconque commence le jeu doit lui trouver une issue… >

< Puis tu entends une autre voix. >

< Qui es tu ? >

< … >

< Tu es seul. Il fait sombre. Le monde autour de toi est gris, mais tu distingue des masses plus sombres encore, des surfaces, des voiles opaques. Tu es couché ? Sur le sol. Et ces masses forment un relief, des rochers, des collines, des formes rugueuses en suspension autour de toi. >

< … >

Pense à jeter un coup d’œil vers le Cellulis de Sélor à ce moment là. Ca devrait lui évoquer quelque chose.

< Tu vois une lumière, toute petite, qui s’agite et se tortille devant tes yeux. Comme une flammèche blanche et grise. Ses ondulations, son frémissement, sont comme une chorégraphie que tu peux lire, comme un air de musique que tu pourrai déchiffrer très facilement si tu le voulais. >

< Est-ce que tu en as envie ? >

< Faim, crainte, curiosité. Des mots qui englobent difficilement les sensations que tu lis dans cette flammèche gris-bleu. >

< Musique - « Ice Fog Flow » >

< Puis petit à petit tu aperçois d’autres lumières. Des grandes et des petites. Ondulantes. Vibrantes. De grandes vagues pulsantes et rayonnantes, et les minuscules ondulations de toutes petites particules de lumière. Et tu te rends compte qu’en fait ce lieu ou tu te trouve n’est pas sombre, mais qu’il est inondé d’une lumière qui te baigne et qui t’entoure. Et tu retrouves un mot, un mot très important qui refait surface dans ton esprit comme une masse gigantesque. >

< La Vie. Tout autour de toi. >

< … >

< Tu perçois quelque chose de très vague, quelque chose de bleu et de fluide qui jaillit là où devrait se trouver ton… toi. Tu aperçois les restes de quelque chose de noir, comme des cendres, qui flottent et se dissipent rapidement, et la lumière bleue jaillit comme des éclairs dans toutes les directions. Tu peux toucher, gouter en même temps tout ce qui t’entoure. Des mots sautent dans ta tête à mesure que les sensations te viennent : salé, humide, amer, gluant, coupant… Tes pensées partent dans toutes les directions, et tu vois ton corps commencer à se défaire dans cette eau sombre qui t’entoure. >

< Est-ce que tu panique ? >

< A quoi peux tu te raccrocher ? Est-ce que tu te souviens seulement de ce que c’est, d’avoir un corps ? De quoi est-ce que tu te souviens ? >

Ici, fait travailler Achénar à reconstituer son corps à partir de ses sensations. Des pieds qui foulent le sol, des outils dans ses mains, une main sur ta joue, un estomac bien rempli, la tête tournée par un bon whisky… Au fur et à mesure que ces sensations lui reviennent, une sorte de corps commence à prendre consistance sous ses yeux.

< Concentre toi ! Tu les ressent ? >

< Lentement, cette lumière qui est ton corps se solidifie, elle commence à ressembler à quelque chose. Quelque chose qui te ressemble ? Ou quelque chose qui ressemble à un rêve ? Quelle forme est-ce qu’il a ce corps ? >

< Tu bouges tes bras, tes jambes. Tu as l’impression qu’avec ce corps tu pourrai faire des choses inouïes. >

< Tu veux essayer ? >

< Mais attention. Tu sens qu’il ne faudrait pas grand-chose pour que ce corps perde à nouveau sa forme dans l’ivresse du mouvement. Tout est si… fluide à présent. Mais tu y arrive. Tu te souviens. >

< … >

< Musique - « Rebuilt jedi enclave » >

< Au fait, tu te souviens d’autre chose on dirait. Des lieux, des visages, des moments passés ensemble… >

< Tu te rappelle des gens. Tu les a appelé tes amis. Tes frères. Ta sœur. Ta fille. >

< Est-ce que ça signifie quelque chose pour toi ? >

< Tu les sens. Quelque part. >

< Ils ont besoin de toi. >

< … >

< Qu’est-ce que tu fait ? >

< … >
À ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Le premier demanda au second qui était l'homme qui était assis là-bas. Le second répondit : "Certains disent que c'est un homme saint. D'autres disent que c'est un con."
Entendant cela, l'homme fut illuminé.
imajica
 
Messages: 51
Enregistré le: 09 Jan 2012, 22:20
Localisation: Bordeaux

PrécédenteSuivante

Retourner vers Sens Hexalogie

cron