Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

La lutte contre Sens est à son commencement. Rejoignez la Résistance !

Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

Messagepar Dorian » 18 Avr 2017, 12:54

Salut à tous,
Comme annoncé dans ma présentation, j'ai démarré (c'est un bien grand mot, on a juste joué "l'épreuve d'Akina") une chronique de Sens à deux MJ: ma copine et moi-même. Je vais tâcher de vous tenir informés de l'évolution de cette chronique (à la fois de nos idées en tant que MJ lors de la préparation mais aussi en postant les compte-rendus de partie). Nous jouerons environ une fois par mois à partir du mois de mai. Les joueurs n'ont pas encore créé leurs simulacres.

Je noterai en italique les retour des joueurs et des MJ à la fin de chaque point.

1) L'épreuve d'Akina (Spoiler)
Nos trois joueurs avaient vu les vidéos de la guerre des immortels avant la partie, on a donc pu passer directement au choix des simulacres (nous avions préparé des pré-tirés afin de gagner du temps). Pour les décrire rapidos, il y avait la cheffe d'escouade, Salomée, une fille plutôt rigide, à cheval sur l'ordre et la discipline, méprisant la faiblesse et les non-bugs mais souffrant de migraines et d'insomnies. A l'opposé, Abraxas, un bricoleur de génie supportant mal l'autorité et toujours en retard. Il admire Sollipsis pour son génie. Entre ses deux personnages, Silène, le pilote et sniper de l'équipe, un bug ayant fait de la prison auquel le conseil a donné une deuxième chance. Il remplace Akina dans l'équipe (ce dernier ayant été évincé du fait de sa condition).
Les faits ont permis aux joueurs de s'approprier très vite les personnages et ont donné de belles séquences de roleplay (nous tirons d'ailleurs notre chapeau au joueur incarnant Salomée dont c'était le premier jeu de rôle ever). C'est un des grands avantages de ce système, tous les joueurs ont aimés d'avoir plus qu'une simple description des habilités/compétences de leur personnage. Les faits donnent immédiatement une personnalité, une âme au simulacre.

Après une mise au point sur les règles du jeu et l'inscription de leurs faits de simulacres, nous lançons notre générique: "Two rocks and a cup of water" de Massive Attack. L'idée d'un générique a beaucoup plus plu. Il permet une transition efficace, chacun peut en profiter pour se centrer sur son simulacre.

La partie commence par un entraînement avec Gladius Sword (nous avons utilisé des images pour illustrer les PNJ principaux, ici Bruce Willis). Celui-ci est accompagné de deux scientifiques qui ont reprogrammés des robots de l'Omicron en vue d'affronter les bugs (depuis qu'ils ont la resplioïde, Gladius avoue qu'il ne fait plus le poids). L'exercice a des consignes précises dont le but est d'exploiter d'autres runes que Mort au combat: chercher le point faible, dissimuler-vous, élaborer une stratégie... Certains ont bien la référence FF7 en tête pour le combat. Bande-son: "Smake my bitch up" de Prodigy puis le reste de l'album. Les morceaux envoient tout en gardant un côté fun.

Le reste de l'après-midi est passée rapidement, les bugs ont quartier libre. Le soir ils sont appelés par Gladius qui a reçu un appel de Maria (image: Sigourney Weaver dans "Avatar"): Akina ne s'est pas présenté à l'hôpital aujourd'hui (il a été muté là suite à la distribution des resplioïdes). Les bugs enquêtent, se rendent à la soupe populaire puis dans des bars. Ils apprennent qu'Akina s'est méchamment saoulé, qu'il ne parle plus à personne, que sa personnalité a changé, il est beaucoup plus sombre qu'avant. Un docker leur dit avoir vu un mec correspondant à sa description embarquer à bord d'un subzéris en partance pour Sidney, il était accompagné d'un mec avec une cape noir et un masque (plutôt que le vol d'un document dans le bureau de Gladius dont il nous semblait étrange qu'il possède des infos sur ce labo, nous avons préféré mettre en scène l'Aiguilleur qui pousse Akina à l'action).

Après en avoir référé à Gladius (qui les met en garde: "si vous voyez un quadrilla [suvenir traumatique] fuyez!"), les bugs se lancent à la poursuite du subzéris, le rattrape, monte à bord, constate la fuite d'Akina et ré-embarque immédiatement. La capitaine du subzéris (une femme au style de motard, carrément fan des bugs) les rappellent par radio, profondément choquée et en colère: Akina a décapité deux membres d'équipage. Les bugs prennent de plus en plus conscience qu'Akina débloque à mort.

Ce dernier n'ayant que peu d'avance sur eux, on balance Actalia dans la mêlée. ses tentacules enserre le petit subzéris dont le métal plie sous la pression. Deux des bugs sortent et commencent à défendre leur véhicule. Alors que le combat est sur le point de s'achever, une lueur bleutée prend de l'ampleur dans l'océan sous eux (musique dramatique: "Beautiful Lie" de l'OST Batman vs Superman), un quadrilla apparaît (image du docteur Manhattan). Les bugs flippent, se carapatent dans leur subzéris et mettent les gaz. Le quadrilla n'intervient pas pour les en empêcher. Son attention semble dirigée vers la créature blessée.

Le subzéris a subi des avaries, il faut émerger. Description du ciel terrestre. Alors qu'Abraxas, le bricoleur, sort pour retaper la coque. Il entend un sifflement (le thème de Star Wars). Derrière, lui un homme sur un matelas pneumatique sirotant un cocktail lui lance "Vous avez eu chaud là dessous, pas vrai?". Incrédule, il se retourne pour interpeller les autres. Il a disparu. (Pour le visage de Classis, nous avons utilisé l'acteur John Hurt dans Only Lovers left Alive. De ce film nous tirerons également le visage de Sollipsis - Tilda Swinton évidemment- et de Myphos - Tom Hiddleston.) L'apparition de Classis a complètement fait capoté les simulacres comme leur cellulis, ils en ont encore reparlé à la fin de la partie. Ils ont trouvé ça très drôle mais aussi très intriguant.

Arrivée au Japon, ils fouillent le sous-marin d'Akina et trouve les tâches de sang. Il semble qu'il n'y avait qu'un personne à bord. Le cellulis de Silène propose l'idée d'utiliser l'ombre-monde pour enquêter. S'ensuit une longue discussion entre les trois quant à leur conception de l'ombre-monde. Silène finit par voyager. Évidemment, il n'y a pas de sous-marin dans l'ombre-monde. Il repasse dans la réalité des bugs au même endroit et se retrouve avec les jambes coincée dans le plancher du sous-marin (merci la resplioïde de m'éviter l'amputation). Ils se rendent au village des indigènes. Le premier contact est mauvais: Silène poursuit deux enfants qui observait et les choppe par les cheveux avec sa resplioïde activée. Les indigènes l'entourent, agressifs. Les deux autres interviennent et calment la situation. Arrivé au village, ils voient la tête d'un homme sur une pique: ce n'est pas Akina mais le tyran qu'il a tué.

Les bugs se séparent, Silène part voir si la tête est également là dans l'ombre-monde, les autres restent, soignent l'enfnat, se font bien voir, découvre la carte tracée au sol.
Dans l'ombre-monde, Silène expérimente ses ombre-pouvoirs (super-gravité) et incapacite le tyran. Les indigènes le vénèrent comme un dieu. Il peut communiquer avec eux. Il leur laisse un signe de reconnaissance histoire de voir si ça va se répercuter dans la réalité. Ce n'est pas le cas.

Ils partent vers le colosse et aperçoivent, de loin, deux silhouettes pénétrer dans sa bouche. Une fois dans le colosse, ils testent l'ombre-monde pour passer dans les pièces condamnées. Elles contiennent des armoires, des ordinateurs et autres complètement usés et rouillés. Ils font finalement face à Akina, tente de le raisonner sans succès. Ils l'assomment. Abraxas est le seul à pénétrer dans le labo mais les autres suivent sa progression par vidéo. Comme pour l'inscription à l'entrée du colosse, ils utilisent un fait de Cellulis pour déchiffrer l'écriture. Les joueurs sourient en coin, la révélation leur plaît. Tout s'effondre, ils sont coincés. Je suis sorti de la pièce et prononce les phrases de Sens avec un mega-phone depuis le couloir tandis que les simulacres voient la silhouette de l'Aiguilleur à contre-jour. Ils reprennent conscience, trouvent le corps d'Akina, le ventre perforé par sa lame-faux et la phrase inscrite sur le sol. Générique de fin: "Do they dream" de la magnifique OST de Westworld (la série).

Les joueurs ont eu du mal à se contenir durant le générique final, ils avaient de réagir sur tout ce qui venait de se passer. Ils se posent plei nde question: sur l'Aiguilleur, sur Classis et sur le Quadrilla surtout (qui sont-ils, que veulent-ils, pourquoi étaient-ils là?).
Tous ont beaucoup aimé le système, facile à prendre en main même sans expérience du jeu de rôle. On a pu parler du rapport entre jeu sans dé et déterminisme. Ils trouvent la lien entre système et univers logique et cohérent.
L'aspect cinématique n'a pas posé de problème, on avait prévenu avant.
Ils se sont assez vite accommodé à l'immersion. Leur roleplay et leurs discussions sur le jeu durant les pauses nous ont permis d'en distribuer à l'aise. L'immersion négative est intervenue par moment pour sanctionné une réflexion du genre: "Vous n'allez pas me laisser aller en première ligne, je n'ai que 14 en mort!". Ils trouvent le système efficace pour favoriser l'immersion. Ils trouvent par contre exagérer d'en distribuer pour avoir renversé un verre d'eau à table par exemple.


Je pense avoir tout dit quant à cette première partie. J'essaierai de poster bientôt nos idées quant au prochain scénario. En vrac, un culte de Finlongfinger, un organe de propagande de la résistance et l'utilisation de Michel Setra (qui?).

Dorian

PS: après avoir jeter un œil à l'aperçu du post, je me suis rendu compte qu'il était super long. Bon courage pour la lecture!
Live by the book, die by the book.
Dorian
 
Messages: 13
Enregistré le: 17 Avr 2017, 17:34

Re: Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

Messagepar Romaric Briand » 20 Avr 2017, 11:52

ça m'a tout l'air d'un excellent début ! Bonne continuation, à toi et à tes joueurs !
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
Sens - La Guerre des Immortels - Le Blog de la Cellule - Le Blog de Sens - Le Blog du Val - Le Val
Romaric Briand
 
Messages: 2519
Enregistré le: 07 Déc 2007, 18:36
Localisation: Saint Malo

Re: Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

Messagepar Garrik » 20 Avr 2017, 11:53

Sympa!
L'aiguilleur qui hurle ses avertissement au mégaphone, je trouve ça tellement classissien :)

Ça s'est bien passé pour les personnages prétiré? Vu le lien demandé entre le joueur et son personnage, j'aurais pas osé donner des personnages prétirés pour Sens, les joueurs étaient bien dans leur persos?
Garrik
 
Messages: 40
Enregistré le: 21 Oct 2016, 00:04

Re: Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

Messagepar Dorian » 20 Avr 2017, 12:59

A priori, je n'étais pas hyper fan de donner des pré-tirés mais on voulait être sûr de terminer l'épreuve en une fois. Ils étaient trois joueurs et avaient le choix entre 4 simulacres. Ils ont pu choisir en fonction de leurs affinités. Du coup, la prise en main a été rapide, les faits aidant à s'approprier le personnage. De plus, nous avions pris soin d'écrire des faits permettant des interactions.

Pour la Chronique proprement dite, nous les laisserons bien sûr créer leur simulacre.
Live by the book, die by the book.
Dorian
 
Messages: 13
Enregistré le: 17 Avr 2017, 17:34

Re: Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

Messagepar Dorian » 03 Mai 2017, 18:11

Vous les attendiez, ils les ont faits: quatre simulacres tout frais, prêt à se lancer les yeux fermés à l'aventure.
Il y a des choses qui promettent je trouve même si je pense qu'il risque d'y avoir pas mal de tensions dans le groupe. "Joue pour voire ce qui va se passer" disait Vincent D. Baker. Si vous avez un avis à donner, nous sommes bien sûr preneur!

Scarlett
Je suis logicienne.
Sollipsis a fait preuve de faiblesse face à Myphos.
Je suis fascinée par les immortels et j'étudie l'ombre-monde.
Je suis prête à tout sacrifier pour la science.
Je suis misanthrope et asociale.
Je suis experte en technologie.
Je juge les autres bugs indignes de leur statut.
La nuit du 3 janvier 1001 et la puissance des quadrias m'a traumatisée.
Je suis épileptique.
Klad me fournit mes médicaments et j'ai ça en horreur.
Je cache mes émotions.
Je vise une place au conseil.
Je suis imbattable aux échecs.

Manol
Je suis d'apparence bonhomme/corpulente.
Je suis toxicomane.
Je suis assez social et souriant en apparence.
J'aime pousser la chansonnette.
Je suis fasciné et attiré par Maria Greedway.
Klad est mon dealer.
Je suis artificier et fasciné par les explosions.
Je suis maniaco-dépressif.
Kelp a déjà et essaie toujours de me sortir de mon addiction.
Je suis passionné par les mécanismes d'horlogerie.
Ma famille me manque. Je me sens extrêmement seul.
L'histoire me passionne.

Klad
Je suis le jumeau de Kelp.
Je suis un fin manipulateur.
Je suis égoïste.
Je suis prêt à tout pour arriver à mes fins.
Je me définis comme un marchand.
Je méprise l'altruisme de Kelp.
Je préfère éviter le combat et recourir au dialogue.
Je suis très persuasif.
Je fais de la contrebande avec l'Omicron.
J'adore l'argent.
Je connais les objets du passé.

Kelp
Je suis le jumeau de Klad.
Je suis les règles.
Je suis avocat.
J'ai un mode de vie très sain.
Je conspue les choix de vie de Klad.
Je suis la voie du bushido.
Je pratique les arts martiaux.
Je respecte Sollipsis et discute souvent d'éthique avec lui.
Je suis méritocrate politisé.
J'aide les faibles.
J'ai une tortue centenaire comme animal de compagnie.
Je suis un bon cuisinier.

Pour les chauffer un peu, on est en train de leur écrire un mail personnalisé rédigé par un des membres du conseil. La partie débutera par la remise de leurs armures devant une immense foule avec un discours de Gladius Sword. Je vous fait suivre les préparatifs et le rapport de partie (on joue le 13 mai).

Dorian
Live by the book, die by the book.
Dorian
 
Messages: 13
Enregistré le: 17 Avr 2017, 17:34

Re: Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

Messagepar Dorian » 14 Mai 2017, 11:39

Ok, nous y voilà: on a achevé l'épreuve du poète. Et c'était coooool!

Après le générique, on retrouve les simulacres dans leur chambre, l'occasion pour eux de nous décrire leur lieu de vie. Ils se dirigent ensuite vers le Setra Stadium pour assister à la cérémonie de remise de leur Respioïde. (Ils avaient été convoqués par mail personnalisé, chacun par un membre du conseil: Gladius pour Scarlett, Setra pour Klad, Sollipsis pour Kelp et Maria pour Manol, ces deux derniers ont déjà pris le pli de répondre aux mails en RP, ça augure du bon).
Le stade est plein à la craquer: plutôt que de célébrer leur anniversaire, on a décidé de jouer ça le 13 mai (date IRL), jour ô combien important de l'arrivée de Finlongfinger sur Terre. Les Bugs et les membres du conseil sont tous présent (sauf Chrysaor). La musique retentit sous les applaudissement de la foule (l'intro du concert Haarp de Muse, un extrait de Roméo et Juliette de Prokofiev). Toute la cérémonie a été soigneusement planifiée par l'Organe de Propagande et de Renseignement dirigé par Quinton Ray (un mec froid et antipathique au visage de Lawrence Fishburne). L'idée est venue d'une petite phrase sur la propagande page 281 de Sens:Renaissance. On a un peu perverti l'idée pour en faire un groupe aux ordres de Vigo Néméo et qui outrepasse ses fonctions en agissant comme une police secrète confisquant livres et objets culturels.
La musique se finit et Gladius prend la parole:
« Résistants, résistantes, c'est le cœur empli de fierté que je m'adresse à vous aujourd'hui. Je suis fier d'avoir été choisi pour présider la résistance à la suite de Finnlongfinger [Une affiche se déroule en grande pompe avec le portrait officiel de FLF], dont nous commémorons aujourd’hui la venue sur Terre.
Finnlongfinger a fait naître en nous un appétit insatiable de liberté, que nous avons su conserver malgré les efforts de l’Omicron et la violence aveugle de Kranisten.
Nous avons souffert mais nous n'avons jamais renoncé. Et pourquoi ? Parce que nous avons la responsabilité de porter le poids de la terre sur nos épaules. Mais aussi parce que nous avons l’espoir ! Cet espoir se tient devant vous, plus tangible que jamais. Certains d'entre vous se rappellent probablement les enfants craintifs que nous avons ramené de la Nouvelle York il y a 17 ans et pour lesquels nombre des nôtres se sont sacrifiés. Regardez-les ! Ce ne sont plus des enfants mais l'atout le plus précieux de la Résistance. Si en raison de cette fameuse nuit du 3 décembre, vous, Bugs, vous devez la vie à la résistance, c'est surtout la résistance et chacun de ses membres, moi le premier, qui vous doit la vie. C'est grâce à vous que nous avons pu trouver un refuge sûr au Pôle Sud tout comme au Pôle Nord. Mais cette vie à se terrer loin des yeux de Myphos est terminée. Nous avons vécu cachés trop longtemps. Certains d'entre vous n'ont jamais vu la lumière du soleil, d'autres en ont oublié l'éclat éblouissant. Avec les armures que les bugs portent à présent, créées par notre sage et génialissime Søren Sollipsis, nous allons pouvoir porter le combat chez l'ennemi. Nous ne nous cacherons plus ! La Terre appartient aux terriens et à la Résistance et non à l'Omicron. Nous allons lui rendre sa liberté. L'heure a sonné. Il est temps d'amorcer le soulèvement de la terre ! ».
Vient ensuite le tour de Sollipsis qui déballe son laïus sur les Resplioïdes. C'est moi qui l'incarne et je ne peux m'empêcher de m'embrouiller sur les pronoms. Les joueurs n'en ont pas parlé lors du debriefing, notre hypothèse est qu'ils croient que c'est fait exprès pour accentuer encore le côté androgyne.
Nous avons eu peur que toute la cérémonie et les discours n'ennuie nos joueurs, qu'ils se sentent mis de côté. On leur a posé la question au debrief et ce n'était pas le cas, ce qui est plutôt rassurant vu la présence régulière de cinématique dans le jeu.
Après la cérémonie, ils ont quartier libre, c'est la fête dans toute la base. À part Scarlett qui reste dans son laboratoire, - elle peut enfin étudier l'Ombre-monde de l'intérieur, elle ne veut pas perdre une minute - les autres participent à la fête et finissent par assister au suicide d'une gamine qui tombe du 10ème étage d'un tour d'habitation. Sous le choc, Kelp déclenche sans le vouloir l'enregistrement et la diffusion vidéo de sa Resplioïde: tout le monde se retrouve avec un cadavre écrasé en gros plan.
Ils font évacuer la zone et, sur ordre de Gladius qui met fin aux réjouissances, allant même jusqu'à rallumer une partie des lumières du Pôle Sud, commencent l'enquête. Klad (qui connaît les parents, ce sont ses voisins de palier) et Manol se rendent dans l'appartement (Manol défonce la porte...). À part trois livres et un mot manuscrit sur la terrasse, ils trouvent rien de spécial (pour les poèmes de Wilfried, nous avons utilisé des extrait de "De l'inconvénient d'être né" d'Émile Cioran, très dépressif et contenant quelques extraits particulièrement adapté à Wilfired, je les recopierai pus tard).
Les parents reviennent, apprennent la mort de leur fille, sont sous le choc. Certes elle n'était pas très bien dans sa peau et n'avait pas d'ami(e) mais de là à se suicider! Alors que Scarlett y va un peu fort sur l’interrogatoire, la mère craque et se met à répéter en boucle la phrase suivante: « Il s'aperçut qu'il y avait autre chose dans le monde que les spéculations de la Sorbonne et les vers d'Homerus que l'Homme avait besoin d'affections que la vie sans tendresse et sans amour n'était qu'un rouage sec, criard et déchirant » extrait de Notre-Dame de Paris (1831) de Victor Hugo. L'idée derrière cette citation est de faire le lien entre ce suicide, l'aveugle et Wilfried via un groupe de gens cherchant à palier au manque de livre et du culture en se transmettant oralement des ouvrages (coucou "Fahrenheit 451").
Finalement l'appartement est bouclé et les parents transportés à l'hôpital pour voir un psy. Les bugs rentrent chez eux.
On pause puis on distribue de l'immersion positive, ils sont tous vraiment bien dans leur simulacre.

Reprise la matin avec une convocation express en salle de réunion. Quiton Ray les attend et leur demande ce qu'ils ont trouvés dans l'appartement. Il est cinglant, voir désagréable avec eux, il considère que Gladius en a fait des mollassons inutiles. Il se montre plutôt intéressé par les bouquins puis leur fait cracher l'existence du bout de papier signé W.G.A. Un deuxième suicide a eu lieu la nuit, à l'hôpital, un médecin d'un soixantaine d'année, Jorge Lopez s'est fait une injection mortelle. Quinton les plante là en leur ordonnant de ramener des résultats au plus vite, il craint que l'Omicron ne soit derrière tout ça.
À l'hôpital, Manol s'informe auprès de Maria tandis que les autres fouillent le bureau du doc. Rien de spécial mais lorsqu'il craque l'ordinateur, ils découvrent qu'un de ses patients se nomme Wilfried Gabriel Anchors, pas d'adresse ni d'info si ce n'est qu'il s'est fait prescrire de lourds somnifères. Manol apprend que Lopez ne s'occupe que de cas assez lourd et voit toute sorte de gens bizarres dont un albinos. Kelp va fouiller les caméras de sécurité: on y voit un albinos qui disparaît soudainement. Ils font le lien immédiatement: il a disparu dans l'ombre monde, c'est soit un bug, soit un immortel, soit un quadrilla. Bien vu les gars!
Alors qu'ils réinterrogent les parents sur le fait qu'ils possèdent des livres, nous donnons à Klad (qui trafiquent pas mal de choses pas très honnêtes) qu'il connaît un vieil aveugle qui collectionne les ouvrages en papier: Thésaure (nous l'illustrons par une photo du vieil homme dans "Soylent Green").
Thésaure est méfiant et les bugs plutôt agressives, la conversation est tendue. Il veut protéger Wilfried. Il leur propose alors du thé et cherche à détourner la conversation (ça a super bien marché, les bugs ne savaient pas comment s'en dépatouiller, ils avaient l'impression de se faire mener en bateau. Ma comparse a assuré l'interprétation!). Ils ont le temps d'apercevoir un miroir presque entièrement recouvert d'un drap: bizarre chez un aveugle. Il les embarque sur le questionnement de la responsabilité de l'auteur vis-à-vis de la réception de son œuvre en prenant pour exemple Gœthe dont "Les souffrances du jeune Werther" a provoqué une vague de suicides à son époque. Les bugs refusent le débat, arguant qu'ils sont là pour résoudre un problème bien concret et non pour résoudre des questions éthiques. Lorsqu'ils lui demandent comment il lit, il leur parle de Wilfried, "ce cher être" qui lui fait la lecture. Il n'est d'ailleurs pas venu depuis un moment et si les bugs pouvaient reprendre la lecture, il serait satisfait. Nous tendons "Lolita" de Nabokov à Manol. Un signet marque une page. Il lit. Thésaure est réjouit. Sur le signet, un texte signé WGA (toujours du Cioran): "Un aveugle, véritable pour une fois, tendait la main: dans son attitude, dans sa rigidité, il y avait quelque chose qui vous saisissait, qui vous coupait la respiration. Il vous passait sa cécité." Dédicace de Wilfried à son ami. Les bugs s'apprêtent à partir dépité. L'aveugle prend Manol à l'écart et lui dit: "Va voir les Mémorant". Au cours de la conversation, ils ont compris que les parents de la gamine morte en faisant partie.

Là, deux des bugs suivent une fausse piste qu'on leur a proposée lors de la nuit de célébration: un groupe de zélote psalmodiant des prières (« Et descendit du ciel un homme au visage dur. Celui qui l’affichait se nommait la mort, et le séjour des morts l'accompagnait. Le pouvoir lui fut donné pour faire périr l’Empire par l'épée, par la famine et toutes les maladies de la terre ») en rue après le couvre-feu. Ils vénèrent Finlonfinger comme un dieu et attendent son retour. Ils se réunissent dans une église de fortune dans les taudis: sur les murs des peintures/gravures des épisodes marquant de sa vie.

Manol et Kelp planquent devant chez Thésaure. Voyant deux hommes entrer, ils les suivent, ceux-ci se nomment Vladimir et William, le premier est spécialiste de Lolita. Les bugs se montrent ouvert et sympathique: ils sont conviés à la réunion des Mémorants (sauf Scarlett).
Celle-ci monte la garde devant l'immeuble. Les autres assistent à la réunion. L'atmosphère est détendue: lorsqu'ils sonnent à la porte, une voix demande: "mot de passe"
- Lolita répond Manol.
- Abattez-les!
Gros blanc, les joueurs se regardent.
- Non, on déconne, entrez et soyez les bienvenus.
Les bugs assistent à une répétition: Albert Jr. apprend d'Albert "Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J’ai reçu un télégramme de l’asile : « Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués. » Cela ne veut rien dire. C’était peut-être hier."
Plusieurs mémorants sont présent: Vladimir (Nabokov), William (Shakespeare), Virginia (Woolf), Alain (Damasio), Jean-Paul (Sartre). Pour s'attirer leur sympathie, Kelp use d'un fait de Cellulis: il connait par cœur "the Tyger" de William Blake en VO. Il le récite sous nos oreilles ébahies. Les applaudissement fusent! Les Mémorants sont conquis. Faut-il lui donner de l'immersion positive pour avoir utiliser un fait de Cellulis? A priori on pensait que non mais la scène était tellement réussie qu'on n'a pas pu résister.
Dehors, Scarlett aperçoit Wilfried arriver. Avec 45 en néant et une ceinture HIDE, elle croit pouvoir lui échapper. Il la remarque immédiatement et passe devant elle. Elle ne fait rien. Il monte. Peu après débarque des véhicules de l'OPR mené par Quinton Ray. Ils viennent arrêter des trafiquants de livres. Que font les bugs dans leur pattes? (Ils n'ont encore fait aucun rapport à leur supérieur depuis le début). Scarlett leur négocie 20 minutes. Elle espère que ce sera suffisant pour parler à Wilfried et éclaircir l'affaire. On enclenche un chrono IRL. Wilfried entre, le silence se fait dans la pièce, il dépose un poème au sol, son armure se matérialise et il disparaît. Scarlett comprend et passe dans l'ombre monde. Elle le voit chuter puis atterrir en douceur. il court à l'opposer d'où elle se trouve. Elle sort son fusil de précision, vise et tire. La balle fuse et semble l'atteindre lorsqu'il fait un brusque écart sur le côté. il est hors de portée.
Scarlett comprend qu'ils ont foiré. Elle donne le feu vert à Quinton et prévient les bugs. La porte est défoncée. Klad et Manol passe dans l'Ombre-monde. Ils ont oubliés qu'il n'y avait rien et s'écrase au sol de 10 étages: blessure grave. Kelp reste et décide de tout filmer alors qu'il se fait embarquer. Sur le trajet, Jean-Paul lui révèle où habite Wilfried. Les Bugs s'y rendent et découvre les murs couvert de papier. On leur donne encore quelques textes. Wilfried est là, il écrit. Les bugs n'osent pas intervenir. Lorsqu'il a finit, il se lève et leur dit "on se reverra". Il saute par la fenêtre. Ils comprennent qu'il ne le rattraperont pas.
Kelp utilise les vidéos pour pointer des vices de procédure et faire relâcher les Mémorants (il est avocat).

Le lendemain les bugs décident de faire rapport à Gladius Sword, ils n'ont pas vraiment confiance en Quinton Ray (l'aveugle a laissé sous-entendre qu'il était à la solde de Vigo Néméo). Sword leur remet le rapport de la mission Akina (de nombreuses parties sont censurées et noircies - ce qui a trait aux meurtres commis par Akina, à Classis, au Quadrilla qu'on avait fait intervenir -, peut-être auront-ils les réponses en parlant aux bugs ayant accompli la mission). La partie se termine par l'enterrement d'Akina dont le cercueil est porté par les trois bugs de son équipe et Maria, le tout sur "Burial at sea" de Mono.

Très bonne partie, on a eu peur d'un manque de rythme (pas de combat), de trop de dirigisme ou de l'excès de dialogue et de place prise par les MJs. Les joueurs n'étaient pas de notre avis, l'enquête les a pas mal fait cogité même s'ils ont évacués les questions éthiques liées à la censure et à la responsabilité de Wilfried. En tant que MJ, on a aimé pouvoir développé l'univers à notre guise. On est impatient de jouer la suite et de tester une autre ambiance pour la colline de glace. Les joueurs ont bien compris qu'il pouvait développer leur simulacre en solo soit par mail soit par scénar solo. On verra ce que ça donne.
Live by the book, die by the book.
Dorian
 
Messages: 13
Enregistré le: 17 Avr 2017, 17:34

Re: Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

Messagepar Dorian » 14 Mai 2017, 11:52

Quelque uns des extraits choisis pour être les textes de Wilfried (au final ce ne sont pas des poèmes mais on trouvait que les textes collaient vraiment bien) :

"Dès l'enfance, je percevais l'écoulement des heures, indépendantes de toute référence, de tout acte et de tout événement, la disjonction du temps et de ce qui n'était pas lui, son existence autonome, son statut particulier, son empire, sa Tyrannie.Je me rappelle on ne peut plus clairement cet après-midi où , pour la première fois, en face de l'univers vacant, je n'étais plus que fuite d'instants rebelles à remplir encore leur fonction propre. Le temps se décollait de l'être à mes dépens."

"À mesure que s'accumule les années, on se forme une image de plus en plus sombre de l'avenir. Est-ce seulement pour se consoler d'en être toujours exclus? Oui en apparence, non en fait, car l'avenir a toujours été atroce, l'homme ne pouvant remédier à ses maux qu'en les aggravant, de sorte qu'à chaque époque l'existence est bien plus tolérable avant que ne soit trouvée la solution aux difficultés du moment."

"Jamais à l'aise dans l'immédiat, ne me séduit que ce qui me précède, que ce qui m'éloigne d'ici, les instants sans nombre où je ne fus pas: le non-né."

"Si, autrefois, devant un mort, je me demandais: "À quoi cela lui a-t-il servi de naître?", la même question, maintenant, je me la pose devant n'importe quel vivant."

"Le Temps, fécond en ressources, plus inventif et plus charitable qu'on ne pense, possède une remarquable capacité de nous venir en aise, de nous procurer à tout heure quelque humiliation nouvelle."

Et pour finir, mon favorite:
"J'ai toujours cherché les paysages d'avant Dieu. D'où mon faible pour le Chaos." Les majuscules sont de l'auteur.

Tout est extrait de "De l'inconvénient d'être né" d'Émile Cioran.
Live by the book, die by the book.
Dorian
 
Messages: 13
Enregistré le: 17 Avr 2017, 17:34

Re: Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

Messagepar Gambbler (Vincent) » 15 Mai 2017, 09:11

Super Rapport et super partie Dorian!

Le seul bémol que je verrais est qu'il faut faire attention a ce que la resistance n'apparaisse pas trop comme un mouvement totalitaire, parce que la suite de Renaissance pousse deja les joueurs a se rebeller contre le Conseil et qu'il ne faudrait pas qu'ils quittent la resistance pour fonder un troisieme pouvoir qui existe deja qq parts dans l'hexalogie...

Mais tes joueurs sont parfaitement immergés visiblement et surtout le fait qu'ils choisissent d'evacuer les problemes ethiques est top, Renaissance n'est pas la pour ca....ils y viendront assez vite d'eux meme, et se le prendront en pleine face dans Mort....
Gambbler (Vincent)
 
Messages: 200
Enregistré le: 07 Déc 2014, 11:12
Localisation: Le pradet

Re: Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

Messagepar Dorian » 30 Mai 2017, 15:33

Rapport de partie: l'épreuve de la colline de glace, c'est parti!

En premier, les nouveaux faits des simulacres:

Klad (nouvel équipement: des fumigènes)
Je n'ai cure de l'avenir des bugs et des rebelles.
Je suis hermétique à toute forme d'expression artistique.
Je vois en la resplioïde un formidable moyen de m'enrichir davantage.
Je fournis de la drogue à Manolle depuis de nombreuses années.
Cela fait quelques semaines que je n'adresse plus un mort à mon frère.

Kelp (son armure peut encaisser 4BM)
J'ai un intérêt grandissant pour la littérature.
Je suis décidé à me forger un mental plus dur.
J'ai vraiment été choqué par la mort de Noélia.
Je doute de Manolle quant à son addiction.
Pour la première fois, j'entrevois un peu de bien dans mon frère.

Scarlett (nouvel équipement: +2BM si Scarlett n'est pas repérée par l'adversaire au moment de l'attaque)
Je considère mes tâches militaires comme une perte de temps.
Je ne me bats pas au nom d'une soi-disant nostalgie pour l'ancien monde et sa culture (cf. les mémorants), mais afin de pouvoir à mon tour profiter et approfondir des possibilités infinies qui s'ouvrent à la (post-)science depuis la découverte des runes martiennes.
Je suis obsédée par WGA et sa maîtrise de l'Ombre-Monde.
La respiloïde est pour moi avant tout un formidable outil de recherche et non un atout militaire.

Manolle (son arme, une clé à molette, inflige 2BM)
Changé par les événements récents, je deviens d'une nature plus impatiente et me lève chaque jour d'un poil de plus en plus mauvais.
J'apprends à parler anglais, impressionné par l'érudition de Kelp lors de sa récitation de Tyger ; je m'intéresse à la littérature
Durant mon temps libre, je développe un nouveau prototype d'explosif dont j'aimerais tester l'efficacité.
De plus en plus seul, je me laisse aller au cynisme et ne suis plus le jeune bug motivé et dévoué à la cause.
Je cherche à éviter tout contact avec les autres Bug excepté Klad afin de m'approvisionner en stupéfiant.


J'en profite pour répondre à Gambbler. Notre but n'était pas de brosser un portrait trop sombre de la résistance, simplement de ne pas en faire une grosse bande de bisounours. La censure telle qu'on la mise en scène est une dérive et le fait d'un groupe restreint d'individus (Quinton Ray en tête). Et au final, à part Kelp qui a décidé de défendre en justice les gens les moins privilégiés du Pôle Sud, les autres n'ont montrés que peu d'intérêt pour le contrôle qu'exerce la Résistance sur ses membres.

Avant de dérouler le scénario, je vais juste revenir quelques instants sur Vigo Néméo. Nous n'étions pas tout à fait à l'aise avec la présentation qui en était donnée. Plusieurs questions nous semblaient se poser: pourquoi a-t-il rejoint la Résistance? Pourquoi décide-t-il de la trahir? D'où vient sa fascination pour la destruction massive? Et comment se positionne-t-il dans le débat Sollipsis/Myphos? Idem pour le quadria (que nous avons nommé Forgeur), est-il aux ordres de Néméo ou le domine-t-il? Quelles sont ses motivations? (simple pion de graveur?) Pourquoi tant de violence? (On a finalement abandonné les cadavres encastrés dans les plafonds, on aimait l'effet mais on avait du mal à justifier son génocide même avec la Furie.) En gros, on voulait avoir plus que deux psychopathes en face.
Voilà donc ce qu'on a fixé au départ:
Vigo Néméo est physicien et un géologue. Il en veut à Myphos ainsi qu'à Sollipsis d'avoir décodé les runes. Pour s’opposer à la prédiction de Cosmo et Rebirth, Néméo avance deux choses : d’abord, la connaissance des conditions initiales est insuffisante (puisque seules deux runes y ont été intégrées et qu'il y a des bugs), ensuite, rien ne dit que le système n’est pas chaotique (ce qui ne veut pas dire indéterminé, mais imprédictible).
Son but : vaincre l’Empire par l’imprédictibilité en recréant sans cesse de l’imprévisibilité. Du coup, il a déjà provoqué des tremblements de terre, bloqué le ravitaillement de certaines ressources, augmenté l’autonomie de chaque communauté pour que chacun puisse avoir des manières de vivre radicalement différentes. Il s'implique assez peu dans le gouvernance de Pôle ce qui exaspère Conrad.
Pour lui, la Résistance recrée de la centralisation et des règles, et donc de la prévisibilité. Pour lui, c’est le chaos qui doit gouverner : toute règle peut-être modifiée, tout unité peut lutter contre une autre, aucun avenir ne doit être projeté à l’avance : son profil change par chaque comportement.
Il cherche donc à éliminer le Conseil afin de désorganiser la Résistance. Dans sa bibliothèque on peut trouver des ouvrages tels que "Science et méthode" de Poincarré, "Entre le temps et l'éternité" de Prigogine et Stengers ou "Investigation on the theory of the brownian movement" d'Einstein (on aime bien balancer des titres d'ouvrages à nos joueurs).
Son credo : « L’ingouvernance par le chaos ».
Trois bugs vivent au Pôle Nord (X, Y et Z pour Néméo; Xander, Yarek et Zoé pour les autres). Néméo les considère comme des outils.
Forgeur est aux ordres de Graveur. Il admire ses talents d'artistes même s'il n'a pas la même créativité. Il est plus pragmatique, plus carré. Il a découvert la Furie grâce à Graveur. Depuis, il a changé, il n'a plus peur de tuer. Il espère tuer un bug et créer un tornade ou au moins lui inoculer le virus qui les mènera à Graveur.
Il a rapidement convaincu Néméo de son utilité: ses pouvoirs sont un moyen incroyable de bouleverser le monde tant ils sont imprédictibles.


Résumé de l'épreuve:

Après un briefing avec Gladius, les bugs rassemblent leurs affaires et se mettent en route. Le subzéris est minuscule. Du coup, il faut remonter à la surface assez régulièrement pour ne pas encaisser de blessures mortelles dues à l'enfermement. C'est l'occasion pour les bugs de nager un peu et de chopper le premier coup de soleil.
À mi-chemin du Pôle Nord, ils doivent se ravitailler dans une base de la Résistance. C'est une plate-forme pétrolière abandonnée occupée par une vingtaine de résistants. Alors que les bugs tapent la causette, un type (Classis) propose une canette de boisson énergisante (fabriquée au Pôle Nord) à Kelp. Il le regarde dans les yeux et lui dit "Si tu avais bu ça, tu aurais fini ton marathon Guillaume (c'est le nom du joueur et il s'est blessé lors d'un marathon le week-end précédent la partie)".
Alors qu'ils se regardent étonné, l'alarme résonne. L'Omicron attaque. La base est souterraine, les bugs sortent ralentir les impériaux. Ils en éliminent une escouade avant de prendre la fuite face à un tank araignée (inspiré de Ghost in the Shell).
Pas moyen de mettre tout le monde dans le subzéris. Klad embarque les résistants dans sa ceinture cargo. ils en sortiront choqué psychologiquement. On laisse au joueur le soin d'expliquer exactement le fonctionnement de sa ceinture.

Ils arrivent au Pôle Nord et sont accueillis par Néméo qui leur fait la visite. Lors du souper, ils débattent un peu avec lui de la Résistance. Manolle met tout le monde mal à l'aise en parlant de Romuald Cro comme d'un sous-homme. Il le soupçonne de ne pas être celui qu'il prétend être mais n'arrive pas à prouver ses dire.

Le lendemain, ils interrogent Conrad (Brad Pitt de "Fury") puis les différentes familles. Klad se rend au sommet de la base scientifique (on a installé un observatoire inutilisé depuis que le ciel est sans cesse couvert). Il découvre le corps de Romuald Cro et le testament. Conrad leur dit qu'il a peur que leur communication soient interceptées par Néméo. Par mesure de sécurité, les bugs se retrouvent sur le pont...qui s'effondre.
Il remonte jusqu'à la surface. Ils savent qu'il doivent aller dans la cage d'ascenseur, c'est là que se trouve l'accès ua labo secret. Ils se débrouillent pour entrer dans le bâtiment. Les gens sont tendus mais ont l'habitude des catastrophes. Certains disent avoir vu un fantôme, les rumeurs selon lesquelles la base est hantée seraient donc vraies!

Après avoir essuyé plusieurs attaquent de Forgeur en descendant en rappel dans la cage d'ascenseur, les bugs découvrent le labo secret. Néméo est de dos, il demande "Forgeur, qu'est-ce que tu fous?". Le combat s'engage. Les bugs se disent qu'il auront l'avantage dans l'Ombre-monde (ils pensent que les quadrillas ne peuvent utiliser leurs pouvoirs que dans la réalité, tout comme eux ne le peuvent que dans l'Ombre-monde hahahaha). Seule Scarlett reste dans la réalité, elle en profite pour mettre Néméo hors d'état de nuire. elle s'empare aussi de ses documents de recherches et commence à interroger une des membres survivante de l'équipe que Gladius avait envoyé avant les bugs (l'équipe contenait un bug qui est mort dans une tentative de créer une tornade). Les trois autres affrontent Forgeur dans l'Ombre-monde. Ils enchaînent les ombres-pouvoirs pour l'immobiliser et ensuite l'attaquer. il se défend à l'aide d'un marteau et de pouvoirs touchant à la modification de l'environnement (rapprocher les murs et le plafond entre autre). Soudain, Forgeur disparaît. Scarlett est attaquée dans la réalité. Les autres sont rapides à comprendre et reviennent. Plus de quadrilla. Soudain, Romuald Cro apparaît à l'entrée du labo. Puis une deuxième fois à côté d'un bug et encore une autre fois. Ils éliminent les illusions mais ne peuvent empêcher Klad d'être plaquer au mur par Forgeur. Ce dernier achève d'endommager sa Resplioïde et lui injecte le virus. Les autres bugs continuent le combat. Scarlett et Manolle sont presque à bout. Alors que Kelp utilise son bouclier pour les défendre, Scarlett passe dans l'Ombre-monde pour contourner Forgeur et réapparaître en activant sa ceinture HIDE. Elle achève Forgeur d'un tir de ses "balles surprenantes" . Forgeur se désagrège. Ils ne sont pas sûr qu'il soit vraiment mort (on ne leur confirme ni ne leur infirme).
Alors qu'ils sortent du labo, Klad entend des pleurs, une femme (une pleureuse - on voulait déjà introduire le côté théâtral) se lamente (ou joue à se lamenter) puis le regarde et son visage change pour devenir la face émaciée de Graveur.

Un petit désaccord entre MJ met fin à la partie un peu précipitamment. On n'était pas du même avis sur qui devait interroger Néméo (Conrad ou les bugs), s'il fallait le laisser au Pôle Nord ou le ramener devant le conseil. On a préféré s'arrêter là et mettre tout en clair par la suite via un mail (qu'on a pas encore écrit mais qui relaterait l'interrogatoire et la décision du conseil).

Debriefing:

Nos cellulis ont beaucoup aimé la partie et le rythme soutenu. Ils ont pu un peu explorer le monde. Ils nous demandent plus d'infos pour la prochaine entre-partie (combien de temps s'écoule, qu'il puissent se projeter). On leur a promis une sorte de journal du Pôle Sud avec des événements auxquels il pourront réagir. Scarlett demande un scénario solo afin de tenter d'en apprendre plus sur l'Ombre-monde, notamment grâce aux notes de Néméo.

De notre côté on a vraiment aimé cette épreuve (sauf la fin qu'on a un peu merdé). On a un peu laissé de côté l'aspect horrifique pour nous concentrer sur les motivations de Néméo. Les bugs nous ont étonnés lorsqu'ils ont fui la base de ravitaillement après avoir blasté une escouade en deux tours. On (surtout moi) les imaginais plus héroïques. Ils ont argués que leur mission était plus importante et que, de toute façon, la base était compromise (point pour eux). Certains d'entre eux étaient quand même prêts à abandonner les résistants...Kelp les a convaincu de ne pas le faire.
Ils flippaient pas mal avant de se battre contre le quadrilla (d'autant que sa premier attaque les prend dans un moment de faiblesse), surtout Scarlett que la bataille de la Nouvelle-York a traumatisée. Ils ont tout donné (mais pas pensé aux faits de Cellulis), je pense que le combat leur a paru dur mais leur a donné de la confiance en leurs capacités. En tout cas ils sont plusieurs à vouloir une armure plus résistante.

J'ai un peu tardé à faire le rapport (la partie date de jeudi), du coup j'ai dû oublier des détails, notamment sur la discussion avec Néméo au souper. Toujours est-il que c'était une super scène de roleplay, on est fier de nos cellulis!
Live by the book, die by the book.
Dorian
 
Messages: 13
Enregistré le: 17 Avr 2017, 17:34

Re: Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

Messagepar Dorian » 11 Aoû 2017, 10:35

Après une longue pause (vacances des uns et des autres obligent), on est de retour sur les chemins de SENS, pour le meilleur!
On a recommencé par une courte session qui nous a permis de jouer une bonne partie de l'épreuve de Graveur. Mais commençons par le début: les nouveaux faits.
Kald
Je suis d’un naturel cartésien & rationnel. Ce qui est complètement mis à mal par le joueur lui-même suite à ses visions.
J’ai récemment eu une vision mettant en scène une mystérieuse femme en blanc.La fin de l'épreuve 2, une pleureuse lui apparaît puis se mue en Graveur.
Je suis victime de terreurs nocturnes & de crises d'angoisse depuis ma vision.
J’ai consommé l’entièreté des anxiolytiques que j’ai volé dans le Subseris, les premières sensations de manque apparaissent.
Je suis déterminé à découvrir l’identité et les intentions de la femme qui hante mes nuits, il en va de ma santé mentale.Tu ne crois pas si bien dire!
Kelp
Je commence à penser que la rébellion navigue en direction de son extinction.
Je me sens plus proche des membres de l'escouade après qu'aucun d'eux ne se soient défilés devant le quadrilla.
Je suis persuadé que notre entraînement de bug est trop faible et qu'il faut changer ça.
La vie bien cartésienne dont je profitais avant la remise de la resplioïde me manque un peu.
L'adrénaline ressentie pendant le combat avec le quadrilla me donne envie de recommencer à combattre.
Scarlett
J'ai tenu secrète l'existence du rapport de Vigo. Voir le post suivant. Je sépare afin d'alléger (un peu) la lecture.
Lors de notre traversée vers le Pôle Sud, j'ai connu une forte rechute d'épilepsie, me forçant à m'enfiler l'entièreté des médicaments que j'avais en ma possession.
L'organisation de la base du Pôle Nord, une base exclusivement scientifique, me fait gravement reconsidérer la manière dont Gladius gère le Pôle Sud, strictement militariste et sans investir dans la préparation de l'après-révolution, laquelle passera forcément par la recherche onto-logique.Elle va d'ailleurs demandé à Gladius une mutation au Pôle Nord. On ne sait pas encore trop ce qu'on va faire de ça.
J'enrage d'être constamment interrompue dans mes recherches pour exécuter de basses tâches de sécurité intérieure.
Scarlett est un drôle de personnage. Elle se la joue très souvent solo, peu coopérative avec les autres et en même temps c'est elle qui touche au plus près les questions profondes du jeu.
Manolle
Je suis de plus en plus intéressé par le fonctionnement des robots de l'Omicron.
Je songe à me faire remplacer des parties de mon corps que je déteste par des parties mécaniques.
Je commence à nourrir de la rancœur à l'encontre de Greedway.
Je cherche quelqu'un qui a connu mes parents.

On a une équipe qui vire assez mort pour le moment. Ils ne sont pas trop satisfait de la manière dont la Résistance gère les choses. Je pense qu'Aquacity va les faire pas mal réfléchir. D'un autre côté, on n'a pas eu l'occasion de mettre en scène des scénarios solos afin de leur montrer d'autres côtés de la Résistance.

Retour au Pôle Sud
Les Bugs ont laissés Vigo Néméo au main du nouveau commandant du Pôle Sud: Conrad. Celui-ci se charge de l'interrogatoire. Un procès aura ensuite lieu au Pôle Sud. On envisage qu'un des bugs inféodés à Néméo le fasse échapper. Ce serait l'occasion d'un inter-scénar/scénar solo course poursuite. Directement ils ont rendez-vous avec Gladius qui est plutôt remonté. Ils ont abandonné une base de la Résistance aux mains de l'Omicron au lieu de se battre. De plus, ils ont "sauvés" les résistants présent en les enfermant dans une ceinture-cargo. Leur santé mentale en a pris un coup. La plupart sont sortis de là complètement terrorisés et inaptes au service. Alors que les Bugs protestent en disant que l'Omicron était trop nombreux, Gladius leur balance le fait qu'ils se soient attaqués à un quadrilla au mépris de la consigne "fuir si vous en voyez un". Sword leur conseille de prendre du repos et de réfléchir à leur acte. Derrière sa colère il y a aussi beaucoup d'inquiétude pour ses bugs.
Ils quittent le bureau et laisse place à une autre équipe (les bugs qu'on leur avait fait jouer en pré-tiré lors de l'épreuve d'Akina). Ce sont eux qui iront à la Nouvelle-York.
La scène était intense. Ju, qui joue Gladius, les a mis mal à l'aise. Certains ont essayés de bafouillés des excuses, d'autres se sont vexés. Comme des enfants qu'on gronde un peu fort. C'était top. Je pense qu'on les a juste piqués au vif pour la suite.
Les Bugs cogitent de leur côté. Manolle et Klad (pas au top de sa forme) vont boire un verre et tombe sur l'équipe Salomée. Ils ont les glandes de se faire piquer la vedette. Ils envisagent de partir avant eux en volant leur subzéris ou un truc comme ça. Mais il faut convaincre les autres.
Kelp et Scarlett se plongent dans leur boulot. Ils ont l'impression d'être épiés (verre d'eau qui se vide, fenêtre qui aurait dû être fermée...).
Manolle et Klad (qui perd des blessures mentales chaque nuit en plus d'avoir des visions de tornades, de gradins, d'homme en chaise roulante, d'entendre des coups de batons...) se font passer pour Gladius en disant à Scarlett que son labo va être réquisitionné par l'équipe Salomée. Hélas, sans succès. On ajoute notre grain de sel en lançant une discussion entre scientifiques au labo de Scarlett à propos de la Tornade qui ravage la Nouvelle-York.
Klad finit par réunir tout le monde pour leur avouer qu'il souffre terriblement. Il est certain que la solution se trouve à la Nouvelle-York.
Ils sont à deux doigts de craquer (y compris Kelp qui déteste désobéir aux ordres, hou le vilain Cosmo!). On met le petit coup de pouce nécessaire. Le poème de Wilfried qui leur donne rendez-vous dans un sous-marin. Ju leur fait son speech d'une voix tremblotante, inégale, allumée, géniale. Ils écoutent fascinés. à la fin de son monologue, un des bugs dit "c'est tout?" Les autres le regardent estomaqués: mec on a jamais eu autant de révélation d'un coup (il leur a dit être immortel, au moins 400 ans, avoir tué un quadrilla et probablement créé une Tornade, avoir une resplioïde, être l'incarnation de la Rune de Chaos, alors que certains voyaient en lui un quadrilla...)
Kelp veut quitter le subzéris mais Wilfried a déjà largué les amarres. Ils sont donc en route. Les visions ne lâchent pas Klad. Scarlett en profite pour parler avec Wilfried. Parfois sans succès il passe de longs moments à jouer avec une toupie comme un gosse.

Arrivée à la Nouvelle-York
Le temps est maussade, la mer déchaînée. Ils accostent néanmoins. Wilfried propose de monter sur un immeuble pour avoir une plus belle vue sur la ville et s'élance. Les Bugs suivent (sauf Klad, trop épuisé par ses rêves). Au sommet, ils aperçoivent la ville en ruine, la Tornade. Deux drones de l'Omicron surgissent et font feu sur Kelp, le rate mais détruise la partie de bâtiment sur laquelle il se tenait. Il tombe, Wilfried plonge pour le rattraper. Kelp passe dans l'Ombre-monde pour amortir sa chute. Wilfried passe d'un monde à l'autre pour s'assurer qu'il va bien. Scarlett élimine un drone. Manolle descend par les escalier,s se fait tirer dessus. Klad finit par abattre le dernier drone. Il vaut mieux passer par les tunnels.
Alors qu'ils avancent dans le metro désaffecté, une barricade leur coupe la route. Des voix les interpellent: "Qui êtes-vous?", "Que faites-vous là? Vous êtes sur le territoire de la Résistance.", "Foutez-le camp!". Scarlett s'eclipse dans l'Ombre-monde. Les résistants de la Nouvelle-York flippent, leur tire dessus sans effet. Les Bugs continuent d'essayer de s'expliquer ils finissent par les convaincre qu'ils sont de la Résistance, qu'ils connaissent Gladius...
Dans les taudis des Résistants, ils rencontrent Énée, une bug qui n'a pas su être évacuée lors de la bataille. La philonite réagit. Elle les interroge: "C'est quoi un bug?" Manolle: "Tu vois il y a les gens normaux puis les bugs. On est meilleur quoi, on a des super armures." Énée: "Alors pourquoi vous n'avez pas encore sauvé la Terre? Pourquoi vous ne nous aider pas?". La réponse leur coupe un peu le sifflet. Kelp prévient Gladius de la présence d'un Bug à la Nouvelle-York. Il râle qu'ils aient désobéis mais il est trop tard. Il leur conseille d'être prudent et d'attendre les renforts.

Vers la Tornade
Les Bugs se mettent en route, promettant aux Résistants de les sortir de là. Mais il faut d'abord qu'ils résolvent le problème de cette Tornade et du quadrilla. Les Résistants les mettent en garde: personne ne revient de la Tornade. Et le Graveur leur fait peur, il transforme le paysage, sculpte des choses, lance des éclairs.
Le décor dans les tunnels est changeant. D'abord une jungle de pierre, des hommes, des animaux, des hybrides dont les yeux les suivent. Puis finalement une série de scènes qui semblent former une histoire.
Vous traversez un pont qui conduit à la Nouvelle-York. La ville est en bien meilleur état qu'actuellement. De part et d'autres des scènes de vie. Des naissances, des enfants qui grandissent. À droite des gamins heureux (les bugs), qui jouent dans les rues, souriant, bercé par leurs parents. À gauche, des enfants (les quadrillas), imberbes, la pierre prend des reflets bleutés, à l'écart de la foule qui les regarde avec méfiance, leur lance des pierres, les chassent. Finnlonfinger tend le bras. Un enfant tombe inanimé.
Quatre quadrillas se rassemblent, un homme grand et baraqué (Kranisten), un autre plus mince, un troisième magnifique et une femme que Wilfried identifie comme Metatron.
Des fresques superbement détaillées. Certaines représentent la bataille de la Nouvelle-York : on peut y avoir Finnlonfinger mourir face à Kranisten. Un sourire s'épanouit sur le visage de Finnlonfinger. Il regarde Sollipsis. Kranisten semble triste. Un peu plus loin, la scène continue, Sollipsis porte le corps de Finnlongfinger. Kranistent les regarde partir.
À nouveau la bataille, des enfants se cachent dans les ruines, aidés par les résistants. Flashback pour les bugs, ils se retrouvent dans leur moi enfant, désorienté, apeuré. Énée est sauvée par Chrysaor. Ensuite, encore plus perturbant, leur propre départ de la Nouvelle-York. Ils sont un peu pris de court mais donne quelques informations.

On arrête la partie là. On jouera la suite jeudi prochain. On préfère ça que bâcler le combat. Le fait de devoir lancer des flashbacks les a un peu surpris. Ils sont chaud de les retravailler pour la semaine prochaine (surtout les jumeaux) et de recommencer la partie avec ça.
On avait un peu peur avant la partie. On n'avait plus joué depuis longtemps, nous étions moins "dedans". On s'y est mis un peu tard pour préparer, un de nos joueurs a écrit ses nouveaux faits de simulacre deux minutes avant la partie (immersion négative pour lui!). Et finalement ça a été magique. Les cellulis ont repris leur simulacre en main comme s'ils ne les avaient jamais quittés. Leur interprétation a été magistrale d'un bout à l'autre (encouragée par de nombreux jetons d'immersions positives).
Les joueurs ont beaucoup aimé d'avoir un moment plus libre au début de la partie. Pas de mission, pas d'ordre, de la prise de décision plus personnelle. (Il faut vraiment qu'on fasse des scénars solos). De même, on a mis à profit le fait d'être deux MJ pour isolé l'un ou l'autre lorsqu'il voulait voir Gladius en privé par exemple. Ils ont trouvés que ça favorisait beaucoup l'immersion. Surtout parce que le deuxième MJ peut continuer de les faire jouer pendant ce temps-là. Ils n'attendent pas "bêtement". De même, utiliser des petits messages en papier pour transmettre certaines infos "secrètes": tu te sens observés, tu rêves de ceci... leur a beaucoup plu.
Le final dans une semaine! Je pene que Graveur démarrera le combat en hurlant "Lumière" et tous morfleront un éclair sur la face pour les mettre dans le bain. L'acte 1 du combat sera la création de 4 statues (les 4 quadrillas de rebirth), l'acte 2 le déchaînement de la Tornade avec des bouts de bétons qui volent dans tous les sens et le vent qui entravent les mouvements. Et enfin, l'acte 3, le miracle, Graveur se lève de sa chaise et combat seul afin de succomber.
Live by the book, die by the book.
Dorian
 
Messages: 13
Enregistré le: 17 Avr 2017, 17:34

Re: Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

Messagepar Dorian » 11 Aoû 2017, 10:36

En bonus, les notes de Vigo Néméo récupérée par Scarlett

Les notes de Néméo, comme son laboratoire, sont assez désordonnées. Certaines parties sont lacunaires, d'autres visiblement manquantes. Rien n'est daté.

« Forgeur m'a parlé des tornades. Son explication n'était pas tout à fait claire. Sa perception du monde est tellement différente de la nôtre. Pour lui la réalité n'est pas ici mais dans l'Ombre-monde. De plus, je crois qu'il ne me dit pas tout. Mais comment déchiffrer ce visage bleuté sans émotion ?
Les tornades seraient un moyen de passer d'un monde à l'autre. Grâce à elle je pourrais découvrir à quoi ressemble l'Ombre-monde de l'intérieur. Les possibilités du passage d'un monde à l'autre sont immenses. La résistance ne pourrait qu'en bénéficier. J'aimerais voir la tête de Myphos Quadria lorsque nous commencerons à désorganiser son cher Ombre-monde.
Le problème des tornades est qu'elles sont excessivement difficiles à créer. D'après Forgeur, il faut tuer un bug à l'instant précis où il passe dans l'Ombre-monde. Autant dire que les probabilités sont minimes. Mais apparemment son maître aurait réussi l'exploit à la Nouvelle-York. Il faudrait que je m'y rende un jour. »

« Il est arrivé un fâcheux désagrément à Y. Suite à un test poussé des capacités de sa resplioïde, il a perdu l'usage de ses fonctions motrices. Il peut certes toujours passer dans l'Ombre-monde mais n'est plus d'une grande utilité pour la résistance. Je ne sais que faire. Forgeur essaie de me convaincre de tenter de créer une tornade. L'accident a quelque peu perturbé d'endoctrinement auquel je les avais soumis. J'ai peur de ne pas pouvoir compter sur sa pleine coopération. »

« Ce quadrilla est fascinant. Je l'ai rencontré alors que mes recherches piétinaient et un nouveau monde s'offre à moi. Ses pouvoirs sont la réponse absolue à la prétendue prévisibilité établie par Myphos. Il est capable de générer n'importe quel effet indépendamment de toute cause physique. Un pur miracle au sens premier du mot, un événement qui ne suit pas le cours naturel des choses. »

« Encore une fois le Pôle Nord doit se contenter des restes. Trois bugs pour nous, le reste pour le Pôle Sud. Et Gladius les laisse faire joujou à leur guise. J'apprends que certains se consacrent aux arts plastiques. Leur intérêt est bien trop grand pour perdre du temps.
J'ai éduqué X, Y et Z en suivant les principes du Meilleur des mondes. L'enseignement hypnodédique semble porter ses fruits. Ils disposent de connaissance bien ancrées dont ils sont capables de faire usage au mieux sans jamais désobéir ou poser de question sur le bien-fondé de leurs actes. »

« Je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie. Toutes mes certitudes ont été balayée en un clin d'œil. Pour peu, je me mettrais à croire aux mythes propagés par mon aïeul à propos de cette base. J'étais dans mon laboratoire, avec Z lorsque toutes les lampes se sont coupées. Plus d'électricité nulle part. Ce genre de chose arrive mais d'habitude j'en maîtrise la cause. Pas moyen de relancer le générateur. Y est partie dans l'Ombre-monde pour aller voir à la surface. Son corps est réapparu quelques minutes plus tard, toujours entouré de sa resplioïde, mais inanimé. Ensuite une lumière bleu, aveuglante. Il est apparu, j'ai cru qu'il allait me tuer sur le champ. J'ai pensé que la Résistance était finie. Les quadrillas nous avaient trouvés, nous ne pouvions pas résister. Puis il m'a parlé. »

« J'ai reçu la visite des sbires de Gladius hier. Enfin, je ne l'ai appris qu'aujourd'hui. Forgeur s'est occupé d'eux et les a capturés. Trois membres de l'OPR dont un bug. Rien qui puisse s'opposer à un quadrilla. Si le Conseil se doute de quelque chose à propos des scientifiques disparus, c'est que quelqu'un doit être au courant. Je parierai sur Conrad. Il aimerait pouvoir faire de cette base une copie du Pôle Sud, un petit royaume bien ordonné. S'il n'était pas aussi borné, ses compétences me seraient bien plus utiles. »

« X. Mâle. 1M85. 72kg. Cheveux noirs. Yeux gris. Droitier. Tireur hors pair. Capacité de calcul et d'analyse élevée. A le mieux réagi à l'hypnopédie. Il obéit instantanément au son de ma voix. Il semble toutefois manquer de personnalité et d'initiative.
Y. Mâle. 1M74. 86kg. Cheveux châtains. Yeux bruns. Gaucher. Combattant brutal, maîtrise naturelle de l'Ombre-monde. Je manque d'emprise sur lui. Sans se rebeller ouvertement, j'ai pu constater qu'il ne suivait pas toujours mes ordres. Cela a parfois été source de tension entre lui et Z.
Z. Femelle. 1M68. 53kg. Cheveux roux. Yeux bleus. Droitière. Combattante imprévisible et sauvage. Impulsive et émotive. Elle m'est dévouée mais pas à la manière froide et mécanique de X. Elle semble me considérer comme un père. »

« Sollipsis a débarqué hier comme une fleur. Pas un mot pour prévenir de sa venue, rien. Juste cet éternel sourire satisfait figé sur la face. Il m'énerve avec son air d'immortel qui en sait plus que tout le monde. Il refuse de partager son savoir. Il a pourtant aidé à déchiffrer les runes, si quelqu'un pouvait nous aider à en trouver les failles, ce serait lui. C'est à peine si on a échangé un mot. Il voulait voir les bugs et leur remettre un présent. Je m'attendais à tout mais sûrement pas à cette resplioïde ! Cette combinaison est fantastique mais son mécanisme m'échappe. Comment peut-elle sortir de nulle part ? J'ai essayé de la retirer aux bugs mais sans succès. Elle semble profondément liée à leur personne. J'ai contacté Sollipsis pour en savoir plus, afin d'aider les bugs lui ai-je dit. Il n'a rien voulu entendre. « Il est des choses qu'il vaut mieux ignorer » m'a-t-il dit. Il me faudra découvrir par moi-même leur fonctionnement. Avec un tel pouvoir, renverser l'Omicron semble presque facile. »

« Les quadrillas seraient l'exact opposés des bugs. Les uns sont nés dans l'Ombre-monde, les autres dans la réalité. Ils n'ont pas d'équivalents dans l'autre monde. Ils sont donc imprévisibles pour Cosmo et Rebirth. Sont-ils liés un à un de quelque façon que ce soit ? Forgeur ne sait pas. Sont-ils comme les deux faces d'une même pièce, séparées ontologiquement à la naissance ? Un premier pas serait de connaître le nombre exact de bugs et de quadrillas. À ma connaissance, vingt-trois bugs vivent au Pôle Sud, plus X, Y et Z. Je ne connais par contre que trois quadrillas : Kranisten, Forgeur et son maître. Mais ils doivent être plus nombreux. Il me semble qu'au moins une dizaine d'entre eux étaient présents à la bataille de la Nouvelle-York.
Les bugs, grâce à la resplioïde que leur a fourni Sollipsis sont capables de voyager dans l'Ombre-monde. X, Y et Z m'ont décrit ce qu'ils y voyaient mais n'ont pas pu m'en ramener d'échantillons. Tout objet qui tente de passer d'un monde à l'autre est anéanti, sauf la philonite. Sachant cela, il est possible que le corps des quadrillas soit constitué ou du moins recouvert de philonite. Pourtant les tests effectués montrent que les deux n'ont pas les mêmes propriétés. Le corps de Forgeur semble beaucoup plus modulable. Mes premières tentatives de comprendre le fonctionnement biologique (?) des quadrillas m'amènent à penser que leur corps est constitué d'énergie pure. »

« Un échec. Quelle frustration ! L'occasion était inespérée. Avec un bug sous la main, nous ne pouvions pas ne pas tenter l'expérience. Nous savions que les conditions étaient extrêmement précises et qu'une telle opportunité ne se représenterait pas de sitôt. Détruire la resplioïde fût plus compliqué qu'attendu. Forgeur a déchaîné sa puissance. C'était absolument effrayant et beau à la fois. Ce contrôle sur la matière, cette absence de contrainte. Il y a là quelque chose qui touche à la liberté. »
Live by the book, die by the book.
Dorian
 
Messages: 13
Enregistré le: 17 Avr 2017, 17:34

Re: Chronique de Sens à deux MJ [Renaissance]

Messagepar Dorian » 18 Aoû 2017, 17:17

Suite et fin de l'épreuve 3:
On reprend par le flashback des Bugs. Ils revivent la bataille de la Nouvelle-York. Ils encaissent tous une blessure mentale grave avant de poursuivre leur route. Le tunnel de metro semble prendre fin. Au fond les attend un quadrilla. Ils hésitent, essaie de lui parler, avance prudemment. Pas de réponse. La tension monte, ils sortent leurs armes. Soudain Wilfried éclate de rire: ce n'est qu'un statue, réaliste certes mais une statue. La tronche des cellulis valait le coup d'œil.
Ils commencent à monter. Alors qu'ils pénètrent dans une pièce assez dépouillée, au centre de la quelle trône une tombe ornée d'une statue et de fleurs sculptées, la gravité s'inverse. Metatron leur fait son discours puis la gravité reprend ses droits. Ils s'écrasent au sol mais se sentent bien mieux mentalement.
Les bruits de voix et de pas se font entendre. Les bugs sont inquiets, aux aguets. Ils continuent l'ascension.
Au sommet, il débouche dans un immense théâtre élisabéthain. Le bruit de la foule est à son paroxysme. Soudain le silence se fait, trois coups résonnent. Une femme vêtue comme une pleureuse (la même que Klad avait aperçue au Pôle Nord) s'avance sur scène et prend la parole: "Vous voilà enfin. La pièce va pouvoir commencé. Je pleurerai vos morts comme il se doit.". Elle s'avance vers le trône qui occupe le centre de la scène. En marchant sa silhouette clignote par intermittence. Les bugs peuvent apercevoir un quadrilla émacié derrière les traits de la jeune femme. Elle s'assied et son apparence se modifie. C'est maintenant un vieil homme décharné qui occupe le trône. Lui (incarné par moi) et Graveur (par l'autre MJ) échangent leurs répliques puis Graveur hurle: "Lumière!". Des éclairs bleus s'abattent sur les bugs et Wilfried (1BM et paf!).
Il anime ensuite quatre statues (représentant Kranisten, Météore, Metatron et lui-même). Chacune se lance à l'assaut d'un bug. Ils ont bien appris. Ils exploite le décor et leurs ombre-pouvoirs pour se défaire de leurs opposants. Pendant ce temps, Wilfried tente de percer la sphère bleu qui protège Graveur. C'est finalement Kelp qui y parvient en activant son bouclier au contact de celui de Graveur provoquant une interférence et une onde de choc. Graveur expulse Wilfried du théâtre avec un éclair. Les bugs sont seuls face à lui. Ils luttent âprement. Presque mourant, Graveur tente de couper le bras de Manolle. Sa resplioïde lâche, sa main puis son avant bras de désagrège avant que l'armure ne se reforme au niveau du coude. Kelp porte le coup fatal en tranchant les deux bras de Graveur (pas très glorieux comme fin, on oublie la pose christique dans le ciel...). Les applaudissements retentissent.
Épuisés, les bugs redescendent. Arrivés au niveau du tombeau de Metatron, il rencontre Météore. Ils acceptent son explication sans trop poser de questions. Ils savent qu'ils ne sont pas de taille. Seule Scarlett ne veut pas fermer la Tornade, elle aimerait l'étudier. Kelp s'occupe de mettre fin à l'épreuve. Une onde de choc les balaie, ils sombrent dans l'inconscience. S'ensuit quelques flashs de lucidité:
- Classis déguisé en égyptien qui leur annonce "ce tombeau sera votre tombeau, hahahaha".
- L'escouade Salomé (les bugs a qui ils ont grillés la priorité pour se rendre à la Nouvelle-York) qui les transporte en lieu sûr.
- Maria Greedway et des médecins qui s'occupent de leur cas.
Ils reviennent finalement à eux plusieurs heures plus tard, toujours à la Nouvell-York. Maria s'y est rendue, inquiète de leur sort (l'état de Klad avant le départ laissait présager le pire).

Après la dernière partie et suite à l'enthousiasme des joueurs pour des moments pus axés sur le roleplay et les apartés, on a enfin décidé de leur faire jouer des scénars solos et des inter-scénar. Seulement on voulait avoir des idées plus précises (on avait bien quelques trucs en tête mais on voulait que ça vienne des joueurs avant tout). Du coup on a mis en scène la chose suivante: le conseil (Gladius et Maria en tête) sont inquiets pour les bugs des cellulis. Ils ont enchaînés les missions, rencontré et vaincu deux quadrillas, assisté au suicide d'une enfant, cauchemardé pendant des semaines d'affilées... Il faut faire le point sur leur santé et sur leur vie. On a préparé un questionnaire avec une partie commune et une partie plus spécifique à chacun et on les a pris individuellement en consultation. Maria s'est occupée de Scarlett et Manolle (qui en est amoureux) et Wikus Atkinson (le psy de Kelp) de celui-ci et de son frère. Pour ne pas que les deux autres s'ennuient pendant ce temps-là, nous leurs avions enregistré l'interrogatoire de Vigo Néméo par le général Conrad (je peux joindre la version écrite, pour l'audio vous pouvez me contacter. J'ai monté ça avec audacity en 1h30, ça pourrait être mieux mais c'est bien passé quand même. Et ça termine par l'évasion de Néméo aidé par une de ses bugs.

Voilà le questionnaire commun et les questions spécifiques.

Depuis que votre équipe a été formée, vos missions se sont enchaînées. Vous avez rencontré un premier quadrilla au Pôle Nord. Si nous avions eu connaissance de cette possibilité, nous ne vous aurions jamais envoyés à quatre là-bas. Puis vous avez décidé d'agir de votre propre chef alors que nous tentions de vous préserver d'une seconde expérience aussi violente. Mais ce qui est fait est fait… Alors tâchons de faire le point là-dessus.
1) Vous jugez-vous satisfait sur ces différents plans ? (de 0 : pas du tout, 1 : assez peu, 2 : moyennement, 3 : la plupart du temps, 4 : tout à fait)

Travail en tant que bug
Travail en dehors
Ressources financières
Ressources relationnelles
Estime de soi
Passions et loisirs
Sexualité

2) Au cours de ces derniers mois, vous est-il arrivé de ressentir des sentiments particulièrement négatifs ? Si oui, dans quels moments avez-vous ressenti ces sentiments ? À contrario, au cours de ces derniers mois, vous est-il arrivé de vous sentir particulièrement épanoui ? Si oui, dans quels moments avez-vous ressenti ce sentiment ?

3) Quels sont vos sentiments à l’égard de vos coéquipiers ? Que pensez-vous de chacun d’eux ? Comment considérez-vous leurs réactions en situation de stress ? Et au quotidien ? Vous sentez-vous plus proche de l’un d’eux, et pourquoi ?

4) Comment voyez-vous votre avenir dans la Résistance ? Et comment voyez-vous l’avenir de la Résistance ?

Manolle
Vous sentez-vous reconnu pour vos capacités au sein de votre escouade ? Accepteriez-vous de vous séparer momentanément de vos coéquipiers pour travailler à la restauration de la Nouvelle York ? Pour quelles raisons avez-vous commencé à prendre des pychotropes ?

Scarlett
Vu vos projets, vos ambitions ne sont pas combinables avec un travail de terrain. Acceptez-vous sans regret de quitter votre escouade ? En tant que bug, ne vous sentez-vous pas redevable à la Résistance ? Sur quoi voulez-vous travailler et en quoi n’est-ce pas combinable avec vos activités de bug ? Plusieurs possibilités : lui proposer une mission spéciale, lui proposer de démissionner.

Klad
Vous avez récemment été sujet à des visions. Comment celles-ci influencent-elles votre manière de considérer la frontière entre le vrai et le faux ? Quelles sont les conséquences de celle-ci sur votre manière de vivre et d’envisager votre avenir ? Comment vivez-vous le fait de travailler aux côtés de votre frère ? Désirez-vous parfois vous en éloigner ?

Kelp
Parmi les membres de votre escouade, vous semblez être celui qui a été le plus marqué par la mort de Noelia. A votre avis, pourquoi ? Vous considérez-vous comme plus sensible que vos coéquipiers (sachant que vous êtes le seul à consulter régulièrement un psychologue) ? Comment vivez-vous le fait de travailler aux côtés de votre frère ? Désirez-vous parfois vous en éloigner ?

Les cellulis ont carrément aimé. Ils se sont pris au jeu et j'ai pu me rendre compte à quel point ils avaient investis leurs simulacres. Je n'ai jamais vu (ni joué) de perso aussi dense avant. C'est vraiment bon! Puis ça nous a donné pas mal d'idées pour des scénars solos.
Je vais essayer de résumer les réponses des simulacres dans un autre post. En tout cas les points les plus intéressants.
Live by the book, die by the book.
Dorian
 
Messages: 13
Enregistré le: 17 Avr 2017, 17:34


Retourner vers Sens Hexalogie

cron