Les élucubrations du géomètre

La lutte contre Sens est à son commencement. Rejoignez la Résistance !

Les élucubrations du géomètre

Messagepar Garrik » 12 Mai 2018, 12:20

Salut à tous!

Je voudrais partager avec vous une petite refléxion méta sur le JdR en général et son application dans Sens, nottament sur les questions de Sens et de son Aiguilleur. Attention, explications pseudo-matheuses droit devant (Je demande aux matheux et aux matheuses de pardonner mon manque de rigueur et aux non-matheux et non-matheuses de pardon mon excès de formalisme ^^).

Et merci à Gambbler pour m'avoir aidé à expliciter tout cela!

La théorie générale

Je conçois un jeu de rôles comme deux ensembles de règles en cohabitation. Le premier ensemble est composé des règles du jeu (le système, l'univers du jeu, ...). Le second ensemble est composé des règles du scénario (les PNJ en jeu, les éveènements qui peuvent se produire, ...). Ainsi, si je joue à Cthulhu, les règles du jeu listent les compétences que mon personnage peut posséder et annoncent que l'histoire va se passer dans les années 20 et intégrer le mythe lovecraftien. Les règles du scénario feront que l'histoire commence à New York le 26 Janvier 1923 et que si je vais au musée d'histoire naturelle j'y rencontrerais Edith Rogers.
Si je me représente toutes ces règles comme des plans dans l'espace, il y a de fortes chances qu'elles décrivent un espace fini. Cet espace est l'ensemble des parties possibles.

Pour illustrer, prenons le schéma suivant (comme nous travaillons dans un plan, les règles deviennent des droites)
Image
Les droites a et b représentent les règles du jeu et la droite c représente les règles du scénario (j'en met juste une pour l'exemple). Ces trois droites décrivent un triangle qui représente l'ensemble des parties possibles en jouant ce scénario du jeu de rôlé considéré.

Remarque

Il est possible que l'ensemble des règles du jeu et du scénario ne décrive pas un espace fini. Il devient alors très difficile d'estimer les parties possibles et on ne sait plus exactement ce à quoi on joue. C'est, selon moi, ce qu'il peut se passer pour un jeu dysfonctionnel.


Vient ensuite le MJ qui a pour rôle de comprendre les règles, de les interpréter et de les appliquer. Son interprétation revient à faire des choix parmis les parties possibles (il va décider de jouer un PNJ de telle façon, il va demander tel jet, ...). On peut représenter cela par de nouveaux plans qui restreignent l'espace des parties possibles.

Reprennons notre exemple précédent.
Image

La droite bleue représente l'influence du MJ, restreignant l'espace des parties possibles à la zone hachurée. Jouer à ce scénario de ce jeu avec ce MJ produira une partie de cet espace hachuré.

Tout le monde suit? C'est le moment d'appliquer tout cela à Sens!

Et Sens dans tout cela?

Lorsque l'on lit les livres de Sens, Sens nous explique les règles du jeu. Il nous décrit l'univers, il nous décrit les six runes, il nous explique comment résoudre des conflits en interprétant les participations aux runes, etc ... Mais il nous explique également les règles des scénarii (les différentes épreuves). L'Aiguilleur, en tant qu'incarnation personelle de Sens, respecte ces règles et dicte ce qui est, ce qu'il se passe. L'Aiguilleur fait le travail du MJ. C'est la combinaison des règles du jeu et du scénario (données par Sens) et des choix faits par l'Aiguilleur, qui décrit l'ensemble des parties possibles. Lorsque Classiss est l'Aiguilleur, il choisi ce qu'il lui plaît dans les parties possibles, quitte à ce que cela manque un peu de cohérence. Lorsque Myphos est l'Aiguilleur, il applique les règles de façon très rationelle, en interprétant l'esprit de ces règles et en cherchant à les appliquer pleinnement. Ces deux aigulleurs ont des espaces de partie possible bien différents et pourtant ils font joueur au même jeu.

Maintenant, observons ce qu'il se passe à la fin de Sens Mort et dans Sens Néant. Après la mort de Soren, Classiss prend la parole dans le livre. Il va indiquer l'épreuve à jouer. Classiss, Aiguilleur depuis le début (quoi que cela peut se discuter) s'empare d'une partie des attributs de Sens et défini les règles du scénario. On remarque que la police d'écriture est celle de Classiss, mais on joue tout de même selon les mêmes règles du jeu (on a toujours 6 runes, des liens, des faits etc). C'est dans Sens Néant que Classiss prend tout le pouvoir et défini les règles du scénario mais également les règles du jeu. Cela il peut le faire car il corromp Aziliz (rune de Néant) pour que le livre/la rune devienne son jouet à lui.

En faisant cela, Classiss, peut changer le jeu complètement. Il est d'ailleurs à la fois Sens et Aiguilleur. Mais il n'est pas entièrement libéré car Sétentra est un jeu joué à l'intérieur de Sens. Classiss pose de nouvelles règles et décrit a lui seul un espace de parties possibles mais cet espace est inclus dans l'ensemble des parties possibles décrit par Sens et l'Aiguilleur-Classiss.

Remarque

D'après cette théorie, on devient complètement Sens en définissant soit-même les règles du jeu et du scénario. Peut en déduire que je deviens Je lorsque je décide de fermer les livres de Sens pour créer mon propre jeu? Nous pousser à jetter l'échelle pour nous-même créer serait-il le plan de Sens depuis le début?


Où aller depuis là?
On pourrait essayer de dérouler cette théorie pour y intégrer d'autres élements. Par exemple, on pourrait parler des cellulis qui déterminent quelle partie sera jouée parmi les parties possibles. On pourrait également essayer d'interpréter au travers de ce primse d'autres évènements clés de l'histoire.

Bref, voilà ce que j'ai de plus abouti dans cet axe de réfléxion. Qu'en pensez-vous?
Garrik
 
Messages: 57
Enregistré le: 21 Oct 2016, 00:04

Re: Les élucubrations du géomètre

Messagepar Gambbler (Vincent) » 12 Mai 2018, 18:33

Bon forcement tu sais que je suis d'accord...mais je trouve cela édifiant...et depuis peu je me demande si cela ne nous permettrait pas de représenter Sens...
en fait si l'on réfléchis bien, Sens ne nous est jamais décrits....mais....un peu quand même...au moins en creux...

Et puis sens est l'ensemble des 6 runes...donc un schéma représentant Sens (l’Être) serait donc une figure à 6 cotés...
Mais et si cela marchait aussi pour cette vieille chimère qui est le schéma de Sens le jeu....

Dans un podcast (un très très vieux) Adrien explique qu'il a tenté de représenter le jeu selon un schéma chronologique...et Rom lui a expliqué qu'il n'y parviendrai jamais comme ça...puis en poursuivant son explication Adrien nous dit que Rom lui a demandé d’arrêter parce que Adrien risquait de parvenir a qqch et que cela embêtait Rom...

Selon moi, un schéma chronologique est un schéma qui s'inscrit dans une vision causaliste...(une cause précède un effet dans le temps)...mais entre le moment ou rom explique a Adrien qu'il ne va arriver à rien et le moment ou il lui demande de s’arrêter, Adrien a du changer qqch pour s'approcher d'une solution...

Selon moi cela pourrait être la théorie des Ensembles...(je suis ne brêle totale a ce niveau la...) et j'ai qq arguments pour cela...d'une part, pour expliquer un univers, si nous ne sommes pas dans le causalisme, il ne reste que la théorie des ensembles...(mais la je ne touche pas assez ma bille pour être sur de cette affirmation...) de plus, Rom a longuement etudié Wittgenstein mais il me semble que pour y parvenir il a déjà dit avoir du étudier Russel, qui était l'un des maitres de Wittgounet...

Tjs dans le même popo, Rom parle de cette théorie en posant une question qui est "Le barbier rase tout le monde...mais qui rase le Barbier" et lorsque Adrien lui réponds que pas mal de réponse ont été apportées il affirme que non, elle ont toutes été démenties...
Ce serait cool si qq'un s'y connaissant un peu la dedans pouvait essayer de m'aider dans cette apre tache...
Gambbler (Vincent)
 
Messages: 271
Enregistré le: 07 Déc 2014, 11:12
Localisation: Le pradet

Re: Les élucubrations du géomètre

Messagepar Garrik » 12 Mai 2018, 23:12

Je ne m'y connais pas du tout en philosophie de Russel et vraiment très peu en théorie des ensembles, mais je crois que l'histoire du barbier fait partie des paradoxes qui servent juste à montrer les limites du langage. Dorian avait fait une vidéo avec Realmyop sur ce genre de choses (https://www.youtube.com/watch?v=ZBESlOh_BRo).

Quand à la figure à 6 côtés pour Sens, ça ressemble vachement au cadran, non? Peut être que le carré aux diagonales croisées est une projection d'une figure plus complexe sur notre plan?
Garrik
 
Messages: 57
Enregistré le: 21 Oct 2016, 00:04

Re: Les élucubrations du géomètre

Messagepar Gambbler (Vincent) » 12 Mai 2018, 23:14

Ben j'avais déjà pensé à une pyramide carrée vu du dessus...
Gambbler (Vincent)
 
Messages: 271
Enregistré le: 07 Déc 2014, 11:12
Localisation: Le pradet

Re: Les élucubrations du géomètre

Messagepar Garrik » 11 Oct 2018, 11:38

Je reprend ce sujet pour exposer un point de vue sur Sens (l'entité) et le traître. Je parraîtrais peut être enfoncer des portes ouvertes, mais je pose cela par écrit tout de même.

Sens est, selon moi, un concept immatériel. Il n'a pas de forme physique et ne peut donc être tué. Il se propage en étant compris, assimilé. Il se propage au travers des runes. Ces runes ont été traduites en livres par un certain Romaric Birand dont le véritable rôle reste a définir. Lire les livres, c'est comprendre Sens, le concept. C'est être habité par Sens. On se met a projetter ce concept, sa vision partout, on reflète Sens sur notre réalité. On devient son miroir.

C'est là qu'intervient le traître. Comment tue-t-on un concept? On ne peut pas lui planter une rapière dans le coeur, on ne peut pas dresser une armée contre lui. On peut essayer de tuer le messager qui le diffuse en disant aux gens de se détourner de cette cellule qui propage Sens, de les laisser entre eux. Le concept ne se propagera pas et avec un peu de chance il sera oublié. Mais condamner une pensée à l'oubli ça ne marche pas complètement. L'histoire de Sens nous le montre bien. Les travaux de la cellule, les écrits du cercle de Vienne ont été banis par Hynios pour finalement mieux revenir.
Non, pour vaincre définitivement Sens, il faut réellement tuer le concept. Il faut le corrompre, rendre ce concept bancal, innutile, que les gens ne le considèrent plus du tout. C'est à cela que s'atèle le traître. Il va commencer par en faire un jeu de rôle pour pouvoir filer une métaphore de Sens en cette personne hors du commun qu'est le MJ. Il sera un simulacre de Sens. Le traître va dépeindre un Sens tyranique, abject car c'est une caractéristique qui lui colle si bien. Le jeu va être problématique et il va progressivement inciter les joueurs a repousser ce MJ, à le critiquer et par ce biais, faire la critique de Sens. À la fin de Sens chaos, quand il est dit de se méfier de la cellule, cet avertissement n'est que la conclusion d'une longue entreprise. "N'allez pas voir la cellule, ils sont dangereux. En plus comme vous avez vu, leur jeu est un peu nul, vous avez 100 fois mieux à faire, allez jouer aux autres jeux!"

Nous, nous allons au delà de ça. Avec nos théories, nos réfléxions, nous cherchons Sens dans sa forme non corrompue. Nous n'avons pas avalé le poison du traître. Et nous sommes prêts à chercher la vérité dans des livres emplis de mensonges pour cela. Quant à savoir qui est le traître et quels sont ses complices? Bonne question
Garrik
 
Messages: 57
Enregistré le: 21 Oct 2016, 00:04


Retourner vers Sens Hexalogie

cron