Sens en asso

La lutte contre Sens est à son commencement. Rejoignez la Résistance !

Sens en asso

Messagepar Wolion » 08 Oct 2018, 19:17

Salut à tous, je viens vous présenter les comptes-rendus de ma nouvelle table de Sens, qui se joue une fois par mois en asso. Les joueurs étant très investis, je ne vais pas vous faire les comptes-rendus, juste vous copier-coller les leurs. Tout y est dit.

Nous avons donc à la table :

Lyanna Croft (jouée par Mellodia) : la chef d'équipe, une Bugs droite et inflexible, très à cheval sur la discipline et secrètement amoureuse de Sollipsis (j'ai pas fini de me marrer).

Jaana "Yuki" (jouée par Primary) : le rayon de soleil de l'équipe, une jeune femme naïve et positive qui a trouvé une seconde famille en la personne d'une vieille japonaise du nom d'Hideaki. Elle vivait secrètement une idylle avec Akina.

Mahdi-Fahres Benhammrouche (joué par Kriglla) : le philosophe et touche-à-tout de l'équipe, un jeune homme indiscipliné au grand coeur, qui passe son temps libre dans les bas-fonds de Pole Sud pour filer un coup de main et voit toujours le bon côté des choses.

Bongwana Théophile (joué par Hache - uniquement à l'Epreuve d'Akina) : un colosse un peu lent d'esprit et d'action, très gentil et prêt à tout pour rendre service. Il sera anéantit avant l’Épreuve du Poète, le joueur ne pouvant pas prendre part à la campagne.

Fabula Hominem (joué par Joker - à partir de l'Epreuve du Poète) : un Bugs aveugle dont l'unité a été décimée lors d'une mission mal préparée. Seul survivant, il a vu ses frères et soeurs mourir sous ses yeux. Hanté par leurs fantômes, il a été incorporé à Esprit Delta pour compenser la mort d'Akina et lui permettre de se reconstruire.

Evangeline (jouée par Siana - à partir de l'Epreuve de la Colline de Glace) : une Bugs discrète et timide, disciplinée et obéissante. Elle a été incorporée à Esprit Delta à l'origine de manière momentanée en raison de ses compétences en matière d'infiltration.

Et on commence avec les comptes-rendus de l'Epreuve d'Akina

Les Pensées de Madhi Fares BenHamrouche

13 Décembre 1018: Demain c'est le grand jour, 17 ans, 17 ans depuis qu'on a été déclarés bug. Faut fêter ça, ça va être la rumba dans le quartier des plaisirs! J'essaie de convaincre les autres de venir participer, pour Théo c'est facile, je n'ai même pas à demander il est déjà partant, pour Yuki faut la traîner un peu mais elle donne son accord de principe. Par contre pour Lyana et Akina, c'est pas évident... Lyana est trop rigide, elle ne veut pas louper son programme pour un écart une fois par an, mais un jour j'arriverai bien à la faire flancher!

Alors qu'on était en train de se préparer à dormir, une estafette toque à la porte, il nous explique qu'on est convoqués chez Sword, on le remercie et on y va. J'aime pas avoir un statut particulier vis à vis des autres soldats, ils deviennent tout coincé du cul pour s'adresser à nous, alors que bon sang on pourrait être de sacrés potes, de vrais larrons en foire durant les temps morts, les soldats sont pas les derniers pour s'amuser, faut dire qu'il faut bien lâcher la pression avec la discipline qu'on se tape... enfin pas tous ...


22h : On arrive chez Sword, petite mission de routine, retrouver Michel Cenetra, qui a encore disparu dans la base de Pôle Sud avant une grosse réunion. Une fois n'est pas coutume on va le chercher dans le quartier des plaisirs, après que Théo ai brillamment soutirer l'information à un garde dans la combine, comme quoi il serait chez Suzanne.
Si c'est pas la boisson qui perdra Cenetra, ce sera probablement un cul...

Enfin bref, on se pointe, Lyana, qui est chef d'équipe, et sacrément efficace à ce poste, nous poste à l'arrière du bâtiment avec Yuki, c'est une bonne idée, le "bureaucrate" est du genre à se débiner devant la paperasse...
Théo entre avec elle et il l'empêchera de sortir par devant, c'est vrai que je ne vois pas de porte plus solide que Théo dans toute la base.
En moins de deux c'est réglé, on ramène une éponge à vinasse au commandant et hop au dodo. Demain on a peu d'impératifs, surtout celui de faire la fête!


14 Décembre 1018: Le matin, j'ai la patate, je réveille Yuki qui essaie de se débiner et après avoir chopé une chemise repassée par Akina, quel ange gardien sérieux! On va chez Hideaki, la grand-mère de Yuki, on s'est régalé et elle a toujours des trucs cools à nous apprendre!

10H : Sonnez haut-bois, résonnez musettes! V'la t'y pas que l'état-major au complet nous met la tartine de compliments et de sermons inspirés, c'est beau, j'en ai la larme à l’œil, Cenetra est éloquent avec le papier, quelques billets qui iront direct aux oeuvres de charité!
Je lance un hiphiphip pour la résistance qui est très peu suivi, comme s'ils étaient étonnés, puis on boit un pot avant d'être convoqués, chaque équipe à son tour par Solipsis. Waw ça fait plaisir de le voir, il est pas là souvent.

12H : On se pointe au labo de Solipsis, l'équipe qui était là avant nous sort avec un sourire ravi, surtout Agonis qui vante la surprise du grand manitou, et il s'embrouille assez vite avec Lyana, j'essaie de détourner la conversation en changeant de sujet, puis on se fait appeler à l'intérieur.

Solipsis est là, il nous attend avec un cadeau spécial, il le file d'abord à Lyana, c'est une espèce de sphère métallique qui fluctue et qui change de forme en rose. Elle le prend et se tend un instant, puis après elle active une armure tout droit sortie du futur de l'espace de l'incroyablextraordinaire qui déchire sa race. Par contre apparemment ça fait mal sa mère, ce qui me refroidit direct... Mais elle est stylée, je me garde bien de le dire par contre.
Après ça, Théo met la sienne, déjà qu'il est une armoire à glace, et version Antartique la glace! Je vous raconte pas l'allure avec l'armure. Je crois qu'il peut gagner la guerre à lui tout seul, moi je vais compter les points.
Yuki et moi on est pas pressés de mettre l'armure, mais bon on le fait quand même. Le souci vient après, quand Akina reçoit la sienne, la sphère lui coule littéralement entre les doigts, et Akina semble le prendre vachement mal, surtout que Solipsis le ménage absolument pas et lui dit qu'il ne peut plus faire partie de notre unité.
Erreur fatale, on ne retient pas Akina qui se casse du labo, on a bien essayé de le rassurer et de dire que rien ne changera pour nous tous, Solipsis a continué à gaffer en disant que si, c'était pas un bug et nyanyanyah prophétie nyahnyanyah élus, immortels, bugs/répercussions, être ou ne pas être, ta mère la calotte polaire...

Enfin bref après on fait un test spécial avec les armures, on va dans l'ombre-monde! ...! L'ombre-monde bon sang! C'est sensé être une simulation faite par des ordinateurs, comment ça se fait qu'on se retrouve dans un ordinateur? Et en plus on voit que c'est différent de notre monde, on peut même y changer des lois et créer ou détruire des choses...
Je suis interloqué, flippé et fasciné, comme quand on a le vertige, mais vraiment bien quoi.


Bon une fois la balade terminée, on "rentre" dans notre bonne vieille réalité, merci mais même si ça a l'air très pratique, et que pleins d'idées me viennent en tête. Je n'y refoutrais pas les pieds avec la plus grande joie. Mais bon apparemment on compte sur nous pour sauver le système solaire avec nos nouveaux binious ultra-sophistiqués. Qui avouons-le déchirent leurs mères, faudra s'y faire...


Là je n'ai pas trop envie de détailler, mais bon, ce que je redoutais arriva, Akina s'est fait la malle, il a mis la chambre sans dessus-dessous, pris ses affaires et nous laisse un mur pété avec du sang. On panique, toute l'équipe rivalise d'ingéniosité et d'initiative pour mettre la main sur notre frère bien-aimé, mais il est super doué, pour le coup c'est dommage.
Il a volé une carte au général Sword, un peu spéciale avec un emplacement marqué "bug?" On ne trouve que ça, pas trace de lui, il a réussi à sortir de la base de Pôle Sud et prendre un sous-marin en clandestin, tout ça au nez et à la barbe de tous les soldats de Pôle Sud, spécialement entraînés à repérer ce genre de problèmes.

Viens me dire qu'il ne fait pas le poids notre Akina, viens encore me le dire Solipsis.

Heureusement qu'on a Lyana qui tient tête au dragon-capitaine du port et qui nous obtient un sous-marin, qui est affreusement loooooong à affréter.
On monte dans le sous-marin, on poursuit l'autre, qu'on demande d'accoster par radio, donc on remonte à la surface, et là bim Akina se barre avec un sous-marin de secours. Alors nous aussi on prend le sous-marin de secours pour le poursuivre. On joue au chat et à la souris depuis trop longtemps, du coup je propose qu'on utilise l'ombre-monde pour le devancer. Mais ma proposition est foireuse, sachant que certaines limites pourraient nous être fatales, et rendre l'aventure inutile, je me ravise.

21 Décembre environ: Une semaine plus tard... On arrive sur une plage, on sort en trombe, impatients de pouvoir à nouveau bouger, et on tombe sur une quinzaine de cadavres mutilés avec une arme pouvant être celle d'Akina, punaise j’espère que c'était pour se défendre, mais vu comme il est énervé...

On voit une jungle plus loin, bordel une jungle, on en parle seulement dans les contes au coin du feu normalement, et là, une jungle entière devant nous. Lyana et moi on a du mal à se retenir d'explorer ce merveilleux fourbi, et on se met tous en route pour suivre la trace de sang laissé derrière, on le suppose, Akina, en espérant qu'il ne soit pas blessé.
On arrive alors à un village dans la jungle, il semble qu'une tribu de femmes est en train d'empaler une tête d'homme sur une pique. Mon sang ne fait qu'un tour, et malgré les protestations de Lyana, on avance, avec Théo, en armure au milieu d'eux pour les effrayer. Pendant que les filles fouillent les tentes, on essaie de gagner leur confiance.

Un gamin me dit par où est parti Akina, le seul mot qu'il prononce que je comprends d'ailleurs. Et les filles voient que des prisonniers sont libérés, des hommes. Je ne comprends pas tout, mais ils n'ont pas l'air en danger, donc on se casse dans la direction indiquée par le gosse.


On arrive à une immense statue et on voit quelqu'un y entrer, par la bouche, tellement grande... Du coup on y va comme des bourrins, on monte au grappin (pratique ces combinaisons!)
On arrive en haut d'un immense escalier, et Akina est en bas, enfin! On l'a rattrapé, on l'interpelle pour le ramener à la raison mais il se met à gueuler des trucs désespérément et très joliment dit, le problème c'est qu'il s'énerve et il pète la lumière du coin.
Je descend en rappel avec Yuki tandis que Théo et Lyana passent dans l'ombre-monde. Une fois en bas, Akina se met à nous attaquer, et à nous invectiver, qu'est-ce que j'aurais aimé trouver les mots à ce moment là, mais il ne semble pas trouver le calme.

Il est énervé à cause d'une porte qui reste fermée en bas de l'escalier (et aussi parce que son existence entière a été remise en question ne l'oublions pas). Je ne sais pas exactement ce qu'il se passe, mais d'un coup, alors qu'il tente de me frapper, je lui saisis le bras je m'envole presque au dessus de lui pour retomber lourdement et lui faire une clé de bras. Mais avec l'armure, je lui défonce l'épaule alors qu'il se débat.
Théo sort de l'ombre-monde et enlève l'armure pour essayer de le rassurer, et petit à petit, Akina, essoufflé, se calme.


Théo, Lyana et Yuki se proposent pour passer de l'autre côté de la porte dans l'ombre-monde pendant que je reste avec Akina pour m'assurer qu'il se calme et lui dire combien il compte pour nous, on en vient à chialer d'ailleurs.

Quand les copains nous ouvrent enfin la porte, depuis l'intérieur, on découvre une pièce qui ressemble au laboratoire de Solipsis. Mais très très vieille. Akina est persuadé de trouver des réponses ici, mais moi j'y vois surtout beaucoup de mystères.
Surtout que là-dedans il y a quatre grandes cuves qui font naître chez moi un immense sentiment de culpabilité, d'atrocité, de mal-être. Elles contiennent des formes humanoïdes décharnées. Et je crois que je ne suis pas le seul à réagir, Théo affirme que l'une d'elle l'a regardé. On est bien flippés quand tout à coup on entend des explosions.

On retourne dans la salle de l'escalier, un mec avec un masque extrêmement bizarre descend les escaliers l'air de rien avec des explosions dans le dos en nous disant qu'il ne faut pas rigoler avec le jeu et le finir un truc dans le genre. Je lui tire dans les pieds espérant qu'il dégringole et arrête les explosions, parce que nous on les craint contrairement à lui.
Mais on est soufflés, projetés contre le mur de la salle et je perds connaissance.

En me réveillant, tout le monde est là et va bien, sauf Akina, qui gît égorgé à nos côtés... Pourquoi bordel ?! Qui que soit ce mec, il va prendre cher, t'aurais du tous nous tuer ! Je viens de perdre un frère...
Sur le retour, Lyana va vérifier ce qu'il s'est passé avec les autochtones dans l'ombre-monde, et en fait, Akina avait sauvé le village de la tyrannie des mecs que l'on a retrouvé mort sur la plage, sacré Akina, même perturbé comme tu l'étais, ton sens de la justice (ou peut-être de la self-défense) a été le plus fort, tu vas tellement me manquer frérot...

Début Janvier: Retour à la base de Pôle Sud, J'ai pas pu décrocher un mot depuis qu'on est parti de l'île, ce qu'a dit Akina me tourne en boucle dans la tête. Selon lui on est manipulés, et il est le seul qui se fait égorger, et de quel jeu parlait le mec masqué? ... Je sais que je devrais être plus présent pour Théo, Yuki et Lyana, mais je n'y arrive pas, cette perte est trop grande.
Je dois aller dans les dispensaires, je pourrais peut-être sauver quelqu'un là-bas... Je crois que je n'aurais jamais passé un Noël et nouvel an aussi triste depuis ... depuis ... depuis Papa et Maman...
Wolion
 
Messages: 163
Enregistré le: 12 Avr 2010, 22:44
Localisation: Bouches-du-Rhône

Re: Sens en asso

Messagepar Wolion » 08 Oct 2018, 19:20

Et on continue avec les pensées de Yuki :

Dans l'appartement :
Enfin calée dans la chambre ! la soirée va être tranquille. On a frappé à la porte. Ah beh évidemment Sword nous envoie un robot. Sérieux, j’ai pas envie, je suis calée dans mon plaid. Pfff tant pis j’y vais comme ça.

Chez Sword :
Evidemment c’est Cenetra le problème. Mince j’ai peut-être exagéré de venir fringué comme ça, Sword n’a pas l’air d’apprécier. Et aller, faut qu’on aille encore le chercher.
Bon Madhi dit qu’il est chez Suzanne. J’aime pas le quartier des plaisirs, ça ne révèle pas vraiment le meilleur côté des gens selon moi. 5 minutes qu’on roule et j’ai déjà vu une bagarre et trois gars ivre-morts.
ça y’est, on est arrivé ? Beurk, pas trop envie d’entrer là dedans, bien contente que Lianna nous demande de surveiller la sortie de derrière avec Mahdi.
Bon, emballé et livré, on rentre car j’ai pas envie de passer ma soirée à ça.
Demain c’est notre anniversaire. Madhi propose une petite fête. Si ça lui fait plaisir je pense que je peux faire un effort


Le lendemain

à l'appart :
Oh non pas envie de me lever… foutue réunion. Franchement super anniversaire à devoir me fringuer comme Lianna. Bon je ne vais pas me plaindre vu qu’elle me repasse ma tenue
à la réunion : … mon dieu que c’est long… j’ai envie de thé là. Je me demande si Sword est du genre à boire du thé.
Mince pourquoi Madhi crie hip hip hip ? Bon je vais suivre le mouvement pour pas faire tâche.
Avec les 2000 crédits qu’ils nous ont donné ça va pouvoir aider financièrement Hideaki. Ce n’est pas comme si personnellement j’en avais foncièrement besoin.

Chez Hideaki :
Home sweet home. Enfin presque.
Hideaki m’impressionne quand-même. Quand les gars viennent avec moi on dirait la mamie géniale. Mais ils ne connaissent pas son côté obscur… son regard quand elle est fâchée contre moi. Brrrrr j’en ai des frissons dans le dos.
Bon un bisou et on file chez Solypsis

Devant le bureau de Solypsis :
Tient Agonis, qui sort. Ce gars est l’exemple de pourquoi je ne veux pas participer aux cours de combat. En plus de la violence inutile, il prouve que trop de coups sur la tête n’améliore pas les capacités intellectuelles. Et je pense qu’il en a pris beaucoup.
On est tous là, allons découvrir ce truc “trop génial”
...
Beaucoup de mystère pour cette fleur bizarre, quel intérêt de… QUOI C’EST QUOI CE TRUC ! Encore plus d’armes, de violence. ça ne s’arrêtera jamais.
Euh… Pourquoi ça ne marche pas sur Akina… non mais quoi cette histoire encore. Akina fait partie de notre groupe, Nous ne sommes qu’un. Il ne faut pas le laisser partir seul, je veux le suivre. Merde j’en ai la nausée, tout mais pas ça. Mais si je pars maintenant je vais peut-être empirer le problème.
Je vais faire en sorte d’expédier ça pour le rejoindre au plus vite.

Dans l’ombre monde :
Je… Je n’avais pas conscience qu’un truc comme ça pouvait exister. J’aimerais tellement qu’Akina puisse être là pour voir ça.
Wouah chaque chose que j’essaie de faire m’épuise. Je sais que Solypsis nous explique des choses importantes en ce moment, mais j’aimerais retourner dans notre monde maintenant. Je veux le rejoindre.

De retour dans notre monde :
Bon plus le temps de parler, il faut vite retrouver Akina, je n’imagine même pas dans quel état il doit être en ce moment. Heureusement que Mahdi m’accompagne, je ne suis pas sûre de pouvoir le calmer seule.

Dans la chambre :
Oh… qu’est-ce qu’il s’est passé ?! Il doit être hors de lui, il faut le retrouver vite. Il va faire une bêtise, il faut l’arrêter. C’est pas possible non, il faut le retrouver tout de suite. Par où commencer ? J’ai peur, j’ai tellement peur qu’il lui arrive quelque chose.
je suis sûre qu’il va quitter la ville, je le sens. il faut être plus rapide que lui. Je sais que Lianna saura quoi faire.

Durant le voyage:
Akina, je ne sais pas ce que tu as en tête, mais je t’en pris reviens vers nous. Ne nous abandonne pas.
Quel est ton but ? ça ne rime à rien, rien ne change pour nous. Tu fais partie de notre unité.
Tu fais preuve d’une violence qui n’est pas dans ton habitude.

Dans la statue :
Nous t’avons enfin retrouvé. Je peux enfin respirer. Nous allons tout arranger, trouver une solution. Je ne comprends pas ce que cela veut dire mais on découvrira le fin mot de l’histoire.
Qui est cet homme ? De quoi parle-t-il
EXPLOSION
… Aah j’a mal. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? La statue, où est-elle ? Tout le monde est là ? Akina ? … Akina ! AKINA !!!! NON PUTAIN NOOOOON AKINA !!!!!!!
.
.
.
dans l'appart :
Je me sens vide. Tu me manques terriblement. Je me doute que les autres doivent trouver bizarre que je dorme avec ton coussin mais ça m’est égal. j’ai l’impression que tu es encore là, que ce n’est pas arrivé. Et chaque fois que je me réveille, un trou immense à l’intérieur de moi est là pour me rappeler ce qu’il s’est passé, et là douleur est telle que je ne peux m'empêcher de pleurer. Pourquoi faire ça ? Je veux comprendre. La force des liens qui nous uni nous aidera à surmonter ça. Mais pour l’instant je n’en ai pas envie.

_________________________________________________________________

On passe maintenant à l'Epreuve du Poète avec le compte-rendu de Mellodia :

Corps d’Armée
Base Militaire du Pôle Sud
Division « Bugs »


Rapport du Capitaine Lyanna CROFT, Responsable de l’unité Delta,
sur l’enquête concernant plusieurs suicides suspects


1 – Circonstances

Le 20 janvier 1019, à 19h50 : Nous sommes convoqués par le Général Sword qui nous envoi en mission afin de faire respecter le couvre-feu.
21h50 : Lors de notre ronde, une enfant de 8 ans tombe par la fenêtre de sa chambre. Je demande alors à Yuki d’emmener l’enfant à l’hôpital tandis que Fabula et moi-même allons interroger les parents de l’enfant. Ces derniers nous indiquent n’avoir entendu aucun bruit et ne pas savoir ce qu’il s’est passé.
22h30 : Nous rejoignons Yuki à l’hopital.

2 – Faits et Enquête

Yuki nous informe que la jeune fille tombée par la fenêtre est dans le coma. La grand-mère de Yuki est également à l’hôpital dans un état similaire après avoir tenté de s’ouvrir les veines.
Yuki nous parle alors d’un poème qu’elle a découvert dans les mains de l’enfant et qui l’a elle-même profondément affecté lorsqu’elle en a pris connaissance. Ce poème était signé « WGA »
C’est à ce moment que le Dr Maria Greedway est venu à notre rencontre. Elle nous apprend que depuis plusieurs semaines il y a une vague de suicides au sein de la base. A ce moment-là, 6 personnes étaient déjà décédées et 14 se trouvaient dans le coma.

Le 21 janvier 1019, 8h00 : Pendant que Fabula tentaient de trouver un remède pour les personnes se trouvant dans le coma, Yuki et moi-même avons procédés à une étude des victimes et à l’interrogatoire des témoins pour trouver une piste à explorer.
Tous les témoins parlaient d’un poème que la victime a lu quelques instants avant de tenter de se donner la mort.
C’est ainsi que nous avons découvert que ces poèmes étaient tous vendu au même endroit, une vieille librairie située dans l’un des quartiers défavorisés de la Base.
09h30 : Sur place nous avons rencontrés le propriétaire de la librairie, un vieil homme aveugle. Je laissais Yuki et Fabula procéder à l’interrogatoire pendant que j’inspectais l’intérieur du commerce.
Nous découvrîmes alors que les poèmes étaient vendus par le libraire sans que ce dernier ne sache ce qu’ils contenaient. Il accepta de stopper la vente de ces papiers et nous donna le nom du poète torturé : Wilfried Gabriel Anchors.

3 – Traque et Fin de l’Enquête

11h00 : Nous nous sommes rendus aux archives de la Base pour trouver des informations concernant notre suspect. Faits très étranges : nous n’avons presque rien trouvé. Seuls son nom et son adresse étaient notés dans les archives.
11h30 : Nous nous rendîmes à l’adresse indiquée et nous avons donc rencontrés une jeune femme à qui l’appartement a été vendu depuis plusieurs années.
Elle nous décrivit Mr Anchors dans des termes très peu élogieux et insista lourdement sur la laideur importante de ce monsieur. Elle nous donne l’adresse que ce dernier lui laissa en partant.
Je me dois d’indiquer ici que Fabula, dans un excès de zèle, à fracturer la fenêtre de cette jeune femme. Il s’est engagé à faire remplacer lui-même la fenêtre endommagée. Je ne doute pas qu’il respectera son engagement.
13h00 : Nous arrivons à la nouvelle adresse de Mr Anchors. Je vais décrire les lieux car cela me semble important pour la suite de l’affaire. Mr Anchors vivait dans un tout petit studio situé en face de l’hôpital, juste au-dessus de l’entrée des urgences. Au moment où nous sommes arrivés sur place, les cris de douleur et de désespoir parvenant de l’hôpital nous remuaient les tripes. Mr Anchors vivait continuellement dans cet environnement.
Son studio était composé d’un simple lit et d’un bureau où Mr Anchors se trouvait à notre arrivée. Tous les murs de la pièce étaient recouverts de poèmes. Nous n’avons pas pris le risque de lire ce qu’ils contenaient…
Je n’ai aperçu Mr Anchors que de profil et je dois dire que la description qu’on nous en avait faite était très en-dessous de la réalité. Je me suis sentie prise de nausée face à l’aspect physique de Mr Anchors.
Il s’agissait d’un homme de 20/30 ans, albinos, décharné et d’une laideur atroce.
Lorsque nous avons voulu lui parler, il s’est brusquement relevé et s’est jeté par la fenêtre. Puis il a disparu !

14h30 : Nous sommes retournés au Quartier Général afin de faire notre rapport au Général Sword. C’est à ce moment-là que nous avons réalisé notre bêtise. C'est Yuki la première à y avoir pensé.
Je dois dire que nous n’avons pas encore l’habitude d’utiliser nos armures et de passer dans l’ombre-monde. De plus, rien ne nous laissait penser que Mr Anchors avait cette capacité. C’est pourquoi nous n’avons pas pensé à aller dans l’ombre-monde pour poursuivre sa traque au moment de sa disparition…
Fabula choisi également ce moment pour nous informer qu’il peut voir les auras des personnes qui l’entourent. L’Aura de Mr Anchors étaient d’un violet sombre très rayonnant alors que les auras qu’il voit habituellement sont toutes de couleur bleu.
15h30 : Nous retournons au studio de Mr Anchors et allons vérifier dans l’ombre-monde si nous trouvons des traces de son passage. Effectivement, nous retrouvons des traces de pas qui confirment nos soupçons.
16h00 : l’équipe se sépare. De mon côté j’ai choisi de brûler l’intégralité des poèmes toujours présents dans l’appartement de Mr Anchors. Ceci afin d’éviter de nouveaux accidents suite à leur lecture.
C’est à peu près à ce moment-là que j’appris de par Yuki que l’intégralité des personnes qui se trouvaient dans le coma se sont réveillées.

Mon équipe et moi-même restons à la disposition du corps d’armée afin de poursuivre l’enquête et la traque de Mr Anchors. Il nous semble important de ne pas abandonner et de retrouver cette personne très néfaste.

Fin de Rapport

"1 mois.... ça va faire 1 mois qu'Akina est mort.
Je ne comprends toujours pas ce qu'il s'est passé. Et je déteste ne pas comprendre....
Ensuite la disparition de Théo. Putain ! Comment quelqu'un peut-il disparaître de l'esprit de la terre entière comme ça ?

Et maintenant ce gars ! Putain de putain de putain ! Mais c'est qui lui ?!?
D'où il peut se rendre dans l'ombre-monde comme nous ? Est-ce un bug ? Mais si c'en est un, pourquoi on ne le connait pas ?? Et comment il peut tuer des gens avec des mots ??? Rhaaaaaaaa !!!!!"
*Lyanna met un coup de poing dans le mur*

_______________________________________

Et celui de Joker :

Fabula avançait péniblement vers la stèle, les jambes tremblantes, on pouvait sentir dans sa démarche qu'il peinait à aller à son but. Epuisé par l'entrainement qu'il s'infligeait et les jours sans sommeille qu'ils s'imposaient... la sueur recouvrait son front alors que l'on pouvait sentir dans son souffle l'épuisement dont il était victime... Encore un peu se répétait-il inlassablement... juste encore un peu...
Il déposa une note au pied de la stèle, le genoux à terre il n'avait plus la force de se relever... Il finit donc par se résigner, il finit donc par s’asseoir. Perdu dans ses pensées... il chercha longuement ses mots... la gorge serrée et finit par se trouver ridicule, il commença donc le plus simplement possible:
"Bonjour les amis... j'ai l'impression que ça fait une éternité que je ne vous ai pas vu... c'est un peu vrai en quelque sorte se dit-il ironiquement en étouffant un rire sans joie. J'ai été affecté à une nouvelle équipe: esprit Delta... ne vous inquiétez pas, j'ai été très bien accueilli et ils sont tous très gentil avec moi.
- Superare? Tu te rappelles de Lyanna? Celle qui te ressemble un peu, en un peu plus psychorigide? Super... après avoir travaillé avec elle un peu, je peux te dire qu'elle semble forte et digne de confiance... je ressens néanmoins une forte colère en elle, comme quelques chose qui la tourmente intérieurement... je pense qu'il n'y a pas que la perte d'Akina...Théophyle aussi a disparu du jour au lendemain...personne ne semble se rappeler de lui, c'est très étrange... et comment ne pourrais-je pas la comprendre ? Perdre un des siens est si terrible... j'espère pouvoir l'aider à s'en relever. Quoiqu'il en soit je pense qu'elle est parfaite dans son rôle de Leader d'équipe et c'est un honneur de faire équipe avec elle.
- Au fait Caelum j'ai fait la connaissance de Yuki... elle te ressemble un peu, elle est paisible, gentille, douce... peut être un peu moins créative que toi, moins rêveuse... mais je l'apprécie beaucoup... la pauvre m'a pris l'oreiller d'Akina pour pouvoir s'endormir, elle me le demandait avec tellement de douleur dans la voix que je n'ai pas trouvé le coeur de le lui refuser... elle à l'air vraiment peinée et je me sens désemparé face à leur douleur, j'ai envie de les aider mais je n'ai pas les mots...
Il faut que je vous dise, Sword nous a affecté à une mission de patrouille qui est encore partie en vrille... p*******..... une gamine qui a décidé d'apprendre à voler sans équipements de rigueur... oui, le pyjama ne fait jamais un bon parachute...oui pardon Spera, je sais que ce n'est pas drôle...
- Ne t'inquiète pas Spera,oui, on a réussi à la sauver...
- Alors j'en étais où moi? Ah oui, on l'a sauvé et emmenée à l'hosto le plus proche. Là bas on a appris qu'il y avait une véritable vague de tentatives de suicides et que tous les indices convergeaient vers un poème signé "WGA". La pauvre Yuki a été particulièrement touchée puisqu'une femme qu'elle considère comme sa grand mère a subi les affres de cette saloperie...
- Pardon Spera, oui je surveille mon langage pardon...
- On a enquêté sur cette situation... et j'ai lu le poème "tueur"... Non ne m'engueullez pas s'il vous plait... après tout j'ai plus rien à perdre... je vous rejoignez ou j'en apprenez un peu plus sur la personne qui avait écrit ça, le choix me paraissait donc simple... Il s'est alors passé un truc très bizarre, j'ai alors "ressenti" le type... le chaos qui émanait de lui comme un tsunami de souffrance indicible... toute cette anthropie, c'était terrifiant et sublime à la fois... j'ai ressenti une énorme fatigue psychique... cependant je ne suis pas mort... du moins pas complètement...
- Pardon Spera... oui je dois rester positif pardon...
- Hey Caelum ! Tu vas rire, j'ai voulu sauver les gens avec un poème... ouais c'est bon arrête de rire... je me suis dit que si un poème avait pu mettre des gens dans un état de coma, proche de la mort, bah que ça pourrait marcher à l'inverse... bon bien sûr ça a foiré... mais je me suis mis à écrire du coup... tu me diras ce que tu en penses hein ? D'ailleurs la petite fille de la grand mère de Yuki m'a dit que je lisais très bien... j'ai senti qu'elle était émue, j'ai pensé que c'était en rapport avec l'état de sa grand mère et j'ai voulu la consoler mais elle m'a pris la main... Arrête de rire c'est pas drôle, je me suis défilé tellement vite que je me rappel plus de son prénom..." Fabula essuya d'une main tremblante les larmes qui perlaient sur ses joues et poursuivit d'une voix serrée.
- Bref... A force de chercher, on a fini par trouver la trace de celui qui écrivait ça... un certains Wilfried Gabriel Ancore, il vivait près de l'hôpital... je n'ai pas vu grand chose, bien sûr, mais ce que j'ai perçu... je n'oublierai jamais... son aura, violette... presque noire. Elle brillait d'une intensité que je n'avais jamais vu, à notre arrivée il a pris la fuite... il a sauté par la fenêtre... il m'a échappé... enfin nous a échappé vous savez comment ? En se cassant dans l'ombremonde... sans déconner...oui sans respioïde... putain c'est quoi ce bordel ? Quel abruti je suis, je n'ai même pas envisagé une minute qu'il aurait pu faire ça... suis je vraiment si médiocre?"
Fabula serra alors le poing si fort qu'il en rouvrit la blessure qu'il avait bandée la veille, le pansement autrefois immaculé, se tacha de son propre sang...
" On a dû faire appel à Sword.... et Sollypsis... ils ont tout arrangé et nous on dit "bon boulot"... bon boulot pour rien mais bon boulot... soit...
- J'ai demandé à Sollypsis des explications... et vous savez ce qu'il m'a répondu ? Attendez un peu... alors c'était: "pour mon propre bien je ne devrais pas chercher à savoir"... QUOI ?..... Et je dois supporter ça?... voir mes amis crever dans cette guerre pourrie, des gens se suicider pour des poèmes alors que l'espoir se fait la malle dans la cuvette des chiottes avec un mot d'excuse signé Sword et Sollypsis...ces deux là... ils nous maintiennent dans une ignorance béate dans laquelle, bienheureux cafard que nous sommes, nous ne trouvons rien de mieux à dire que "merci" en courbant l'échine comme des chiens... soumis à leur bon vouloir... tout ça doit cesser !
La voix de Fabula commençait à trembler, ce n'était plus seulement de la fatigue ou de la colère... c'était beaucoup plus profond:
"Pardon les amis... je... je suis tellement fatigué de tout ça..il y a trop de choses que je ne comprends pas... je ne supporte plus cette ignorance dans laquelle nous sommes maintenus et enfermés... cela ne peut plus continuer."
Le sang perla alors du bandage de Fabula, une simple goutte au couleur du rubis s'écrasa au pied de la stèle, Fabula tremblait de tout son être alors qu'il tentait en vain de reprendre contenance.
"Je... j'ai peur... peur d'être trop faible sans vous...peur de ne pas être en mesure de protéger tout le monde, peur de continuer à vivre sans vous... terrifié à la simple idée de vous oublier... d'oublier vos voix, les instants que nous avons partagés... comment aller de l'avant sans vous ? Vous qui m'avez tellement appris... Comment apprendre à vivre sans vous?... qu'est-ce que je dois faire maintenant ? Qu'est-ce qu'il me reste ?"
Pendant un instant Fabula cru sentir une main se poser sur son épaule mais ce n'était que le fruit de son imagination, il caressa néanmoins son épaule en espérant y trouver une présence... encore une fois en vain:
"Je n'ai plus... que cette rage que je sens grandir... m'envahir... je crois que... je crois que je crains... de me noyer dedans... de perdre pied... mais j'ai essayé... j'ai essayé d'aider autant de gens que possible... de donner un sens à ma vie... ou plutôt.... à ma survie... je ne sais pas combien de temps il me reste mais je veux, non, je dois sauver autant de gens que possible...je vous demande de veiller sur moi... juste... encore un peu..."
Il appuya son visage contre la stèle et caressa cette dernière de sa main valide, les larmes coulaient abondamment le long de ses joues et sa voix ne devint qu'un long gémissement:
"Spera ? Tu sais, ce soir là dans cette caverne... quand je t'ai ouvert mon coeur... tu n'as pas pu me répondre... je voulais que tu saches... que ce n'est pas grave... je... regrette de ne pas avoir écouté Caelum et Superare et d'avoir tardé si longtemps pour t'avouer mes sentiments...ses larmes coulaient le long de la stèle sur les noms de ses amis... je veux juste te remercier... te remercier d'avoir partagée mon existence, de m'avoir souris quand nous étions petits et que tu m'as présenté à Caelum et Superare, je me rappelle de ce jour là...je me rappel de ce que tu leurs à dit: "Je vous présente Fabula, il est un peu bizarre mais aussi très triste par contre il est très gentil et c'est mon ami alors soyez sympa avec lui..." ce jour là ma chérie, tu m'as redonné le sourire et... une famille... tu m'as poussé à croire en moi... en mes capacités...tu as bandé mes blessures et gravée ton nom à jamais dans mon âme... pour tout ça je veux juste te dire: merci... merci d'avoir été... la femme que j'aime... merci pour tout..."
Fabula s'arrêta net... il senti l'espace d'un instant quelque chose dans son dos... alerte il s'apprêta à tirer son arme et se ravisa... à quoi bon se dit-il avant de poursuivre en murmurant:
"Je ne supporte plus de vivre sans toi mon amour... tu sais j'ai essayé... j'ai essayé d'oublier cette dernière image: ta souffrance, ta douleur, le sang que tu crachais en tentant de respirer, l'odeur de ta chaire brûlée... je ne voulais garder que ces instants de bonheur à tes côtés, nos rires, nos moments de complicités et toute la beauté de ce que nous avons partagés, du plus insignifiants aux plus merveilleux de nos instants...mais ce type..." Le monde se tut alors que la voix de Fabula devint grave et emprunte d'une colère que peu pourrait envisager..." Ce type me les a enlevé... maintenant quand je repense à vous, je réentends cette explosion, le hurlement de Caelum, tes râles, ta douleur... les ordres hurlés par Superare et finalement le son de sa gorge tranchée puis finalement cette voix, ce type...ces mots que je réentends même quand je dors..." Une goutte de sang perla de nouveau du bandage alors que la voix de Fabula se fit plus glaciale encore "je vais le retrouver Spera, je te le jure...lui, sa famille, ses amis tous ses proches...tous...je vais les faucher tous...je vais tout lui prendre... et quand il n'aura plus rien à perdre... viendra son tour..."
Un vent léger caressa alors la nuque du jeune homme qui sembla presque immédiatement se radoucir. Il hésita un instant et approcha finalement ses lèvres de la pierre:
"Je t'aime mon amour, maintenant et pour toujours"
Il déposa alors son tout premier baiser contre le froid de cette stèle la baignant de quelques larmes avant de s'assoir contre cette dernière:
"Juste une dernière chose les amis...est-ce que vous pourriez continuer à veiller encore un peu sur moi... Juste encore un peu...."
Pour la première fois depuis longtemps Fabula s'endormi, ce n'était ni son lit, ni l'endroit pour cela... mais il s'endormi... car pour la première fois depuis trop longtemps il était là où il voulait être. De ces yeux coulaient les larmes qu'il dissimulait dans l'ironie, le sarcasme et l'effronterie, ces larmes que lui seul savait voir... ces dernières formèrent une maigre rigole qui rejoignit la note légèrement tachée de son sang qu'il avait déposée un plus tôt sur laquelle était inscrit: " Réponse au poète".
Fin
Wolion
 
Messages: 163
Enregistré le: 12 Avr 2010, 22:44
Localisation: Bouches-du-Rhône

Re: Sens en asso

Messagepar Wolion » 08 Oct 2018, 19:22

Dans la tête de Yuki

Dans le bureau de Sword
Voilà plusieurs semaines qu'Akina est mort. La douleur est forte, je me sens vide à chaque fois que je pense à lui. Mais il faut que je reprenne le dessus, la vie continue et d'autres choses merveilleuses nous attendent. Et même si la perte d'Akina est difficile, mais ne pas savoir ce qui est arrivé à Theo est juste insupportable. J'essaie d'en parler le plus possible pour peut être qu'un jour une personne sache me répondre où il est.
Sword nous appelle. Je suis en colère contre lui, il a vu Theo des centaines, des milliers de fois. Dire qu'il ne s'en rappelle pas n'a absolument aucun sens. Et il ne cherche même pas à comprendre, il n'écoute pas et prétend que notre ami, notre frère n'est que le fruit d'un choc post-traumatique.
Il nous envoie encore sur une mission de routine. Beh tient donc, plus rien n'a l'aspect d'une routine ces dernières semaines. Avec l'arrivée de Fabula dans notre groupe, j'ai l'impression qu'on essaie déjà de remplacer Akina et Theo. Je ne lui reproche rien, il est très gentil et n'a pas rechigné une seul fois quand je lui ai pris son coussin pendant 3 semaines. Mais l'odeur d'akina me manque...

Dans la jeep
Bon beh c'est parti pour la mission. On ne se plaindra pas, peu de monde était en retard pour le couvre feu ce soir. Et ce n'est pas comme si... C'est quoi ce bruit ! Mon dieu, cet enfant est en train de tomber !

Après l'accident
Notre travail d'équipe a pu empêcher cette enfant de s'écraser sur le sol. Elle a que quelques coupures sur les mains et les avant-bras et... Tient un papier ? Qu'est-ce qu'une enfant fait avec ça ? Vu le quartier où elle vit, ses parents auraient des difficultés à lui payer ça. Qu'est-ce que... Oh mon dieu, ce texte... Je... J'ai mal... Aussi mal que le moment où j'ai vu le corps sans vie d'Akina... Ce vide où plus rien n' a de sens... Et juste W.G.A. comme signature
Stop, je dois emmener cette enfant à l'hôpital pendant que les autres cherchent des indices. Mais pas celui du coin. Je vais l'emmener à l'hôpital militaire, elle y sera mieux soigner.

A l'hôpital, dans la salle d'attente
Mais qu'il est désagréable ce médecin ! J'essaie de lui faciliter le travail et me fait rembarrer gratuitement. A t on déjà vu un docteur aussi peu bienveillant.
Oh non, voilà la Maria qui arrive. Bon restons zen, on ne va pas se laisser influencer par autant de mauvaises ondes... Quoi ! Hideaki ici ! Comment ça sa petite fille ? Theo disparaît, et visiblement d'autres apparaissent de nulle part. Et c'est n'importe quoi cette histoire de suicide, c'est bien la dernière personne qui ferait ça ! Je suis sûre que quelqu'un cherche à lui faire du mal... Peut être cette Saioko sortie de nulle part.

Dans la chambre d'Hideaki
J'ignorais qu'Hideaki avait eu une fille. Elle ne l'a jamais évoqué. Je n'ai même jamais vu une photo d'elle.
De toutes façons ce n'est pas la priorité. Je vais fouiller ces affaires... Ce papier... Il est signé des mêmes initiales que celui dans la main de la petite fille. Il s'agirait d'un tueur en série !

Dans le hall de l'hôpital avec l'équipe et Maria
Sérieusement ! Ils sont au courant depuis plusieurs semaines et n'ont rien dit ! Comment leur faire confiance dans de telles circonstances ? Au moins on a trouvé une piste de recherche : interroger la famille des victimes pour savoir d'où viennent ces poèmes
Finalement Saioko n'est peut-être que ce qu'elle prétend. Elle est gentille et a l'air d'enormement apprécier Fabula.
Je vais aller parler au docteur également. Peut être que proposer mon aide, moi qui ai lu le poème et suis encore indemne pourra l'aider. Il a été désagréable mais après tout il doit avoir beaucoup de pression et de responsabilités, surtout en ce moment.

Chez le libraire
On a enfin une piste fiable. On pourrait avancer si ces deux idiots arrêtaient de se chamailler. Je suis obligée de me mettre à crier pour me faire entendre et les calmer.

Je ne sais pas si je peux me fier à ce libraire. Je n'aime pas mentir mais la vie d'Hideaki est en jeu... Mince il m'a percé à jour. Peu importe, on a un nom, c'est l'important.

À l'appartement de Anchors
Comment une personne peut-elle ne pas avoir de date de naissance ? Même Sollypsis qui est immortel en a une.
Cet appartement fait peur à voir. Tant de souffrance dans un si petit endroit. Il fait du mal mais j'ai de la peine pour lui.
Mince il s'enfuit ! Mais... Où est-il passé...

Chez Sword
La piste s'arrête là, on l'a perdu...
Mais quels idiots nous sommes. Il n'a pas pu disparaître, il a dû passer dans l'ombre monde ! Nous devons en avoir le cœur net.

En bas de l'immeuble d'Anchors
C'est bien ça, il s'est échappé dans l'ombre monde. Je me sens dépassé, comment est-ce possible ?
Je dois contacter Sollypsis. Seul lui saura nous répondre

Dans le bureau de Sword
Il s'agit bien d'un être qui a dérobé un Resploid. Mais comment est-il arrivé à entrer dans le bureau de Sollypsis sans la clé ? Et surtout, il a pris l'armure qui devait revenir à Akina...
Sollypsis dit qu'il sera là dans 2 jours et Sword nous demande d'interrompre les recherches pour l'instant tant que nous n'avons pas de nouveaux éléments. Mais même si toutes les personnes dans le coma se sont réveillées, quelque chose ne colle pas. J'ai cette curieuse sensation que Sword est bien plus impliqué dans cette affaire qu'il ne le prétend, mais surtout je sens que cette histoire va être dissimulée et étouffée.
Mais là seule chose qui m'importe à cet instant est retrouver Hideaki.

À l'hôpital
C'est Saioko que je vois pleurer ? Que se passe-t-il ? Elle a avoué ses sentiments à Fabula qui l'a rembarrée ? Hideaki va bien ? Comment ça elle ne veut pas la voir ?
Ah non, ça commence à bien faire. Cette jeune fille n'y est pour rien. Qu'Hideaki en veuille à sa fille à la rigueur, mais Saioko n'a absolument rien fait pour s'attirer les foudres de sa grand-mère. Elle cherche juste à créer un lien, c'est totalement injuste de la part d'Hideaki de la traiter ainsi. Et je vais lui dire ! Oui oui je vais lui dire... Non je n'ai pas peur... Enfin si mais bon
...
Je rêve ou Hideaki vient de me dire que j'ai raison ?... Notez bien ce jour dans vos mémoires chers êtres vivants peuplant la planète. Hideaki a avoué avoir eu tort en ce jour du 21 janvier 1019 !

La force des liens aura toujours le dernier mot.

________________________________
Les plus observateurs auront sans doute deviné que Sayoko est l'introduction de Sauveuse. J'ai hate :D

Et l'interlude de Mahdi, dont le Cellulis était absent pour l'Epreuve du Poète :

Jour X de Janvier 1019:Ca fait plusieurs jours que je ne suis pas rentré aux dortoirs communs, je ne sais même pas ce que ça peut impliquer au niveau de la hiérarchie. Lyanna saurait elle... en y pensant, elle doit être en rage, j'ai pas été très réglo avec eux dernièrement, il faudrait peut-être que je retourne les voir un peu...

"Monsieur, tu sers trop fort."

Ah merde, je viens de faire mal à ce pauvre garçon en serrant trop le bandage.

Madhi"Oh pardon, voila, c'est mieux comme ça, tu as un bras tout neuf, évites de te faire mal la prochaine fois.

Je le vois s'éloigner tout content avec un petit merci, j'ai un petit sourire en coin empreint de gentillesse qui me vient en voyant tant d'innocence.

*Craaac, le bruit d'une épaule qui se déboite*

Les larmes me montent aux yeux, je secoue la tête frénétiquement pour les chasser, Une grande inspiration et ça repart, enfin deux, puis trois. J'ai du mal à me calmer, je sens que je respire difficilement, mes mains commencent à trembler. Calmes-toi Madhi, calmes-toi, tu auras toute la nuit pour déprimer, il reste tant à faire.

"Madhi, tu peux venir me donner un coup de main?"

Madhi"J'arrive Zephyr, j'arrive."

Je rejoint Zephyr, personne n'a jamais aussi bien tenu ce dispensaire qu'elle. Je la regarde et lui lance un sourire alors qu'on déplace Alphonse de lit, le pauvre est malade depuis une semaine. Zephyr a beau avoir une dizaine d'années de plus que moi, certains jours elle semble plus jeune que moi, avec son enthousiasme et son énergie, et d'autres elle paraît plus usée que le monde, particulièrement lorsqu'il y a des décès...

*Nos pleurs conjugués, une étreinte et un soutien profond qui nous calme, puis la porte qui s'ouvre de l'intérieur...*

J'ai de la difficulté à prendre des bouffées d'air, je perds un peu l'équilibre et je me ressaisi en m'accrochant au chariot où son disposés les outils de médecine. A la vue du scalpel, je sens encore les larmes me monter aux yeux. Je sors immédiatement du dispensaire, en m'adossant au mur de l'entrée, je reprends mon souffle en perdant mon regard dans les hauteurs de la base, ce plafond si lointain, qui nous protège de la surface, qui nous enferme du monde...

Zephyr"Tu sais, tu peux prendre ta journée Madhi, si tu risques de te faire mal et du mal aux patients, ça ne profitera à personne. Tu fais déjà beaucoup."

Madhi"Merci Zephyr, mais tu sais bien que c'est jamais assez, tu as que deux bras et tu fais le travail de six, j'aimerais bien être capable de te soulager un peu de ta charge."

Zephyr"Oui mais si tu as les bras qui tremblent, ça ne marchera pas, je te congédie aujourd'hui, fais ce qu'il faut pour aller mieux et reviens vite m'aider."

Pour appuyer son propos un peu franc avec sa tendresse habituelle elle me fait un bisou sur la joue, et je sens le rouge y monter, elle sourit et me tend un de ses sticks à la menthe. J'en prends un et je lui fais un clin d'oeil gêné, en m'éloignant, j'ai ces pensées qui reviennent, elle est quand même très jolie et tellement adorable, mais je suis un gamin pour elle, peut-être que je devrais arrêter de me laisser immobiliser par son sourire à chaque fois qu'elle sauve un patient, ses lèvres si délicates et ce bonheur dans le regard...

*Le liquide étrange qui coule de ses mains, son désespoir dans le regard, la lumière qui s'y éteint, les mots sentencieux irrévocables de l'immortel.

"Fait chier!"

Je me rends compte que j'ai parlé à voix haute et que j'ai donné un coup de poing dans le premier mur que j'ai croisé. Les gens paraissent choqués, du coup je me dépêche de bouger, je vais flâner dans les quartiers environnants, et voir qui a besoin de mon aide...

Nuit X+1 de Janvier 1019: "Mon coeur reste sombre! Ce cri de désespoir..., il tourne en boucle dans ma tête, la lumière ne veux pas s'allumer... il y a des portes partout... elles s'entrouvrent, il y a l'ombre d'un colosse derrière chacune d'entre elles, je ne veux pas entrer. Elles sont toutes maudites, mais, mes pieds avancent tout seul, rien ne brillent, à part elles, ces salétés se tiennent droites, devant moi.
Ne regarde pas Madhi, ne regarde pas! Ne regarde pas LES CUVES!!!

Je me réveille en sursaut, en sueur, me relevant d'un bond sur le lit de camp. Je me prends la tête dans les mains, et les sanglots commencent à secouer mon corps entier, j'entends la porte de mon cagibi s'ouvrir, incapable de réagir, je sens quelque chose qui m'enveloppe, qui m'enserre au niveau du torse, et une chaleur contre la joue.

"Là, là, c'est un cauchemar, je suis là..."

J'arrive à peine à bredouiller un

Madhi"Merci Zeph' "

Jour X+5 de Janvier 1019:Je donne à manger à Alphonse, c'est dommage qu'un grand gaillard comme lui ai besoin d'aide pour se nourrir, mais vu dans l'état maladif dans lequel il est arrivé ici, je suis bien content qu'il puisse mâcher quelque chose tout seul.
Il y a beaucoup à faire aujourd'hui, et j'ai bien plus d'énergie que ces derniers jours, Mad'is back j'ai autant de solutions que d'idées, tout le monde va passer la journée dans ce dispensaire, c'est moi qui vous l'dit.

Madhi"Allez mon Alphonse, une cuillère pour papa, et après c'est dodo"

Alphonse"Tu sais à qui tu parles gamin? J'ai une béquille à portée de main qui te botterait bien les fesses."

Madhi"C'est ça que je veux entendre, la gniaque du vieux, allez dans deux jours tu me poursuis dans les ruelles pour me botter le cul!

Alphonse grommelle, Zephyr rigole, je souris, tout rentre dans l'ordre...

*"Arrêtes je vais me mettre à chialer"*

Enfin presque...

Jour X+10 Janvier 1019:Ca fait trois jours que je viens chez Hideaki, bon je dois bien avouer que ne pas croiser Yuki m'a bien arrangé, je ne saurais vraiment pas quoi lui dire pour m'excuser de mon absence, bien qu'elle me manque grave. Lyanna et Théo aussi...
Mais j'avoue qu'ici c'est un lieu reposant, Hideaki m'a appris quelques bases du Qi gong, et la cérémonie du thé. Que je suis en train d'essayer d'effectuer.
Je ne peux pas m'empêcher de lui lancer des regards pour chercher dans son regard de l'approbation sur ma façon de le servir, mais elle reste impassible, impérieuse...
Du coup ça ne manque pas, je renverse du thé à côté, une belle grosse tâche sur la nappe.

*Du sang autour de son cou, répandu sur le sol, l'incision dans sa gorge*

Je frissonne, je veux m'éloigner, je prends mes affaires, je dépose un baiser sur le front d'Hideaki et commence à m'éloigner.

Madhi"Merci Hideaki, t'es la meilleure

Je sens que quelque chose me retient par la manche, je me retourne pour voir la poigne d'Hideaki me retenir, tout en me faisant dos, le jury dans toute sa splendeur.

Hideaki"Ce n'est pas fini, et il faut nettoyer maintenant, reprends ta place"

La patronne a parlé, je mets difficilement mes émotions de côté, je reprends ma place et sors le chiffon pour nettoyer mes frasques, ce n'est que du thé, que du thé...

Jour affaire WGA+1:Je me tiens face au miroir, en me fixant dans les yeux, ça peut paraître bête, mais ça me donne confiance, du baume au cœur de me fixer, de me revoir enfin, d'arrêter de m'ignorer. Salut beau gosse, on va faire la résistance!? D'une simple pensée, j'enfile mon armure, la respiolid? respiaulide? respieaullyd? Enfin bref, l'armure de fou. Et d'une autre pensée j'active le pavois, installé par Sollipsis et en la fixant.

Madhi"Personne d'autre, personne d'autre..."
Wolion
 
Messages: 163
Enregistré le: 12 Avr 2010, 22:44
Localisation: Bouches-du-Rhône


Retourner vers Sens Hexalogie

cron