La Citadelle

La lutte contre Sens est à son commencement. Rejoignez la Résistance !

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask (Antoine) » 07 Nov 2019, 19:20

Suite des rapports de partie avec Sen et Amalsy...

Ils font parfois le même rêve, la même nuit et au même moment. Ils partagent leurs sentiments un Instant, pendant ce souvenir. Ils parcourent le chemin ensemble depuis si longtemps maintenant... L'Harmonie des Ombres se met alors à l'oeuvre...




Session 0 : (date inconnue)
03/01/1001 csh - Nouvelle York.
Amalsy est réveillé en sursaut, la moitié de sa chambre a été détruite dans un fracas assourdissant et s’ouvre vers l’extérieur. La pluie et le vent s’engouffrent dans la chambre, le ciel rouge est constellé de vaisseau de guerre de l’Omicron qui vomissent des milliers de soldats et des machines de guerre, des bruits d’explosions et de tirs nourris se font entendre partout dans la cité. Amalsy aperçoit au loin des êtres scintillant d’un bleu électrique qui détruisent les bâtiments avec de la foudre qui sort de leur corps. Amalsy se lève et cherche ses parents, mais il ne trouve personne.
Sen est réveillé dans la nuit par des bruits de détonations. Il a peur et ne comprends pas ce qui arrive. Ses parents s’affairent pour quitter l’appartement le plus vite possible, son frère Auria essaye de le réconforter.
Amalsy sort de son appartement, il croise un autre enfant qui lui demande s’il est perdu et qui lui dit de venir avec lui pour chercher ses parents, Ils se dirigent vers les ascenseur. Une femme appelle le garçon par son prénom : Akina, c’est sa mère. Anika, le frère jumeau d’Akina demande qui est Amalsy, Akina explique qu’Amalsy est perdu. Les parents des jumeau leurs disent qu’il faut prendre les escaliers, Amalsy les suit.
Sen et ses parents descendent tous les escaliers avec plein d’autres personnes, mais ils sont bloqués en arrivant près du Hall d’entrée de l’immeuble, rempli de monde. Des habitants armés sont tiennent prêt devant la baie vitrée du Hall. De nombreux soldats impériaux passent en courant dans la rue et tirent des coups de feu. Soudain un homme grand et vêtu de noir apparait et tue les soldats de l’Omicron avec son épée, c’est Finlongfinger, il tue les derniers soldats uniquement en disant « Je t’accepte », à ses paroles, les soldats s’effondre, pris de convulsions.
Finlongfinger s’approche du Hall de l’immeuble, il croise le regard d’Amalsy et dit qu’il faut fuir vers le port, la ville est tombée, les gens dans le hall reprennent confiance, Finlongfinger va les aider !
Les gens commencent à sortir et ils se retrouvent dans la rue. Dehors, il y a beaucoup de bruits, des tirs, des explosions, des immeubles en feu.
Dans la cohue, Akina perd ses parents et son frère, mais il ne lâche pas Amalsy.
La foule coure dans la rue en direction de la mer, ils espèrent pouvoir monter à bord des sous-marins de la rébellion. Mais la course est vite freinée, ils sont bloqués par un être humanoïde nimbé d’électricité bleue, un quadrilla. Des gens essayent de fuir mais des soldats de l’Omicron les abattent à l’autre bout de la rue, ils sont pris au piège. Les parents de Sen prennent des armes et commencent à combattre, son frère reste avec lui pour le protéger.
Amalsy croit entendre la voix de sa mère qui l’appelle, mais soudains les gens s’écroulent, découpés par le fouet électrique du quadrilla.
Le frère de Sen est coupé en deux, Sen voit un quadrillas agripper sa mère et lui transpercer la tête avec une pointe d’électricité qu’il a fait sortir de son doigt.
Amalsy et Akina trouvent Sen en pleurs à côté du cadavre de son frère, les enfants s’enfuient par une ruelle.
Soudain un quadrilla apparait devant les enfants, Akina est terrifié mais fait face au quadrilla. La quadrilla esquisse un sourire en voyant les enfants, et fait apparaitre une épée de foudre. Mais soudain l’expression du quadrilla change, il génère une bulle bleue autour des enfants pour les empêcher de fuir. Le Quadrilla appelle Kranisten en criant vers le ciel, un autre quadrilla apparait au loin, encore plus grand que le premier. Kranisten enjoint le quadrilla de remplir sa mission, il lui dit que Ghaust et Hélium comptent sur eux. Soudain Le quadrilla à côté des enfants est projeté en arrière, c’est FinlongFinger qui l’attaque en le martelant de coups. Chaque coup donné fait diminuer la puissance de la bulle bleue, qui finit pas disparâtre. Finlongfinger finit par mettre le quadrilla au sol et s’approche de sa tête pour dire « je t’accepte », mais ça ne marche pas, il répète ces paroles plusieurs fois mais sans effet. La quadrilla se relève, le sourire aux lèvres, Finlongfinger recule et crie aux enfants de s’enfuir. Les enfants courent vers une porte alors que Kranisten se précipite sur Finlongfinger, Akina referme la porte derrière eux. Les enfants continuent à fuir, ils se retrouvent dans une rue, et finissent par croiser une patrouille Omicron, ils se cachent mais le Duc Orion qui dirige la patrouille les repère. Il détourne alors la patrouille de leur cachette pour leur laisser le champ libre. Les enfants finissent par atteindre un sous-marin de la rébellion sur le port. A son bord, Maria Greedway les identifie avec une liste de noms d’enfants tous nés le même jour, elle passe une pierre de philonite devant les enfants, la pierre réagit en se liquéfiant quand elle est proche d’Amalsy, Sen et Akina. Le sous-marin plonge et prend la mer. Il doit amèner les résistants jusqu’au Pôle Sud. A destination, les rescapés sont emmenés dans une grotte profonde en forme de tunnel au bout duquel se présente un porte gigantesque qui s’ouvre devant eux. Dans la cavité géante qui se présente à eux il y une ville comme sortie de nulle part et qui les attendait. Les rescapés sont regroupé et Soren, un homme mince à la chevelure blanche, prend la parole. Sen ne comprends pas tout ce qu’il dit, mais il parle des enfants, Akina, Amalsy et Sen et il dit qu’ils sont l’espoir de l’humanité, ça a l’air de rendre les gens heureux d’entendre ça.

Amalsy et Sen se réveillent en sursaut, ils ont 23 ans et sont à la base du pôle Sud, ils ont encore fait le même cauchemar pénétrant en même temps.
Dasmask (Antoine)
 
Messages: 122
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask (Antoine) » 08 Nov 2019, 23:21

Session 17 : (06/11/2019)
30/01/1019csh – base du pôle Sud
Deux semaines ont passé depuis le retour des bugs au pôle Sud. Gladius se remet doucement de son opération de reconstruction faciale, Désiré s’occupe bien de lui. A propos des documents qu’Akina a volé, Gladius indique qu’il s’agit d’une prise de guerre de la résistance, volée à l’Omicron et conservés à la Nouvelle-York avant l’attaque. Ces documents sont très sensible, ce sont Finlongfinger et Soren qui ont dit à Gladius de les conserver avec lui. Gladius reste discret sur sa capture, il ne veut pas avouer qu’il n’a pas eu le courage de se suicider. Akina, lui, est sorti de l’hôpital mais reste mutique.
Amalsy va tester le diadème sur Rose, ça semble fonctionner. Sen va parler à Soren de la phrase que répétait Rose, pour lui c’est un extrait d’un ouvrage très ancien, mais il ne sait pas lequel.
Depuis son retour de Sydney, Amalsy dort mal, et les médecins de la base découvrent une tache sombre au niveau de son cœur qui apparait sur les échographies, il resent également des douleurs au cœur quand il utilise le diadème. Sen entend de nouveau parler Graveur, une nuit il se réveille en sursaut paralysé, avec Graveur assis sur son torse, Graveur disparait et Sen s’aperçoit qu’il a sa resplioïde et qu’il est dans l’ombre-monde.
Amalsy et Sen décident d’aller voir Soren pour relater ces faits. D’après Soren, les problèmes de Sen sont liés à des ombre-pouvoirs, mais il ne comprend pas que cela puisse affecter la resplioïde. Gladius entre alors dans le bureau de Soren, et il dit aux bugs qu’il va les envoyer en mission de reconnaissance à la Nouvelle-York. Leur mission sera de reconnaitre les lieux, d’enquêter sur la tornade, et de trouver d’éventuels survivants. Les bugs prendront un subzeris dans une semaine.
06/02/1019csh – base du pôle Sud
Les bugs montent à bord d’un subzeris qui mettra 3 jours pour atteindre le large des côtés américaine au niveau de la Nouvelle-York. Au bout d’un jour dans le subzeris, Amalsy et Sen ont le sentiment d’être épié, Graveur parle à nouveau dans la tête de Sen, Sen lui répond qu’il arrive.
Le deuxième jour de voyage, les bugs trouvent un bout de papier plié dans un couloir. En l’ouvrant ils voient que c’est un poème de WGA, Sen le lit, puis Amalsy souhaite également le lire mais demande à Sen de le surveiller pour voir si le poème a des effets néfastes sur lui, rien ne se passe.
Le poème dit ceci :

Bien que tu aies reçu la Vie
Utilise la pour vivre
Germe dans ton esprit
Sélections de matières libres

Révèles-toi à toi-même
Deviens ce que tu es
Vis ce que toi seul peut vivre

Dans tout secret réside une verticalité
Annihilant le sens de sa complexité
N’ajoute à ta Folie, totalement démente,
Silences et bouches fumantes

Loin, loin des soupçons
Arrimé à ton rivage,

Ce Moi, l’être le plus royal,
A jamais est un mirage
La lecture de ta Finalité
Exigera une grande Volonté

Babille, babille, sans cesse, ces quelques mots
1 homme est bon
5 se querellent

W.G.A.

Les bugs ne comprennent pas la signification de ce poème, [Ne comprends-tu pas ? Vraiment ? Ça devient un peu longuet non ?], Sen ne se laisse pas influencer par les raillerie de Graveur, et il finit pas comprendre : les initiales de chaque lettre forment un message : « Bugs rdv dans la cale B15 », les bugs s’y rendent.
La cale est plongée dans l’obscurité, les bugs mettent leurs armures pour éclairer, soudain une ombre passe très vite devant eux et va au fond de la cale, Sen peut le voir avec sa visière qui détecte la vie. Il s’approche, Amalsy fait chauffer son canon Delta qui se met à rougeoyer dans la pénombre, et fait le tour pour prendre à revers la personne présente. [Le monstre est avec vous, shuuut ! Le plan se déroule parfaitement]. En s’approchant, Sen appelle : « qui est là », l’homme dans l’ombre saute sur une caisse et semble s’assoir dessus. Amalsy saute sur l’homme pour essayer de le toucher, mais il est repéré et en un éclair il se prend un coup de pied qui le fait voler au fond de la cale. [C’est ça votre leader, pitoyable !]. Sen reconnais l’homme, il s’agit de l’albinos WGA qui lui demande de l’écouter. Sa bouche est recouverte d’un écharpe, seuls ses yeux rouges et ses cheveux blancs sont visibles. Il raconte aux bugs qu’il se nomme Wilfried Gabriel Anchors, qu’il est immortel et qu’il a connu Finlongfinger. Quand Sen lui demande, il dit que ce n’est pas lui qui était avec Akina déguisé en costume de No. Wilfried est né un peu avant 600csh et a vécu à NY. [C’est un assassin de la pire espèce]. Quand Amalsy lui demande s’il a une respli, il leur montre une armure faite d’écailles de métal avec de longues griffes au bout des doigts. Il leur dit que c’est Soren qui lui a donné. Il était journaliste avant l’attaque de la NY.
Il ne connaît pas ses origines, il se demande s’il ne serait pas le fils de Finlongfinger. Il a été adopté enfant, et a hérité de la fortune de ses parents adoptifs. Il a rapidement dilapidé sa fortune et s’est suicidé, c’est à ce moment-là qu’il a réalisé qu’il ne pouvait pas mourir. Il a décidé de prendre un nouveau départ et s’est trouvé une femme, mais comme il ne vieillissait pas, il a vu sa femme mourir de vieillesse.
Maria le connait, c’est elle qui est venu le chercher lors de l’attaque de la NY, mais l’empire le connaissait aussi et a envoyé une quadrilla du nom de Metatron pour le tuer. Elle n’a pas pu le faire à cause de son immortalité mais Wilfried l’a tué en se défendant [Assassin !]. Lorsqu’il a tué Metatron, il a vu une petite tornade bleue sortir de son cœur, et Wilfried pense que c’est ce qui a engendré la tempête qui ravage la Nouvelle-York. Il veut en savoir plus et demande aux bugs de les accompagner. Amalsy demande à Wilfried quels sont les capacités du diadème, Wilfried répond qu’il ne sait pas de quoi Amalsy parle. Sen parle de Graveur, et Wilfried dit se souvenir de se quadrilla [enfin quelqu’un qui se souvient !].
Amalsy teste le diadème sur Wilfried, mais ça ne marche pas, par contre, quand Amalsy réessaye en touchant la main de Wilfried, qui est glacée, il a un flash très bref, il voit Wilfried se battre contre une quadrilla dans un parking en train de s’effondrer. Quand Sen lui demande, Wilfried pense qu’il a toujours eu la capacité de se déplacer rapidement.
Les bugs acceptent qu’il les accompagne, et Wilfried demande à passer à son ancien manoir et à retourner sur les lieux où il a tué Metatron, dans le parking du siège de la résistance. [Assassin !], Sen répond à Graveur : « c’est vous les assassins, c’est vous qui avez attaqué, qui avez versé le premier sang ! »
Au 3ème jour, le capitaine du subzeris dit aux bugs qu’il va accoster dans un port souterrain à quelques kilomètres de NY car l’océan est trop agité pour pouvoir s’approcher par l’eau. Les bugs débarquent, Wilfried les suit discrètement pour ne pas être vu des résistants du subzeris, le port est abandonné depuis longtemps, les lieux empestent une odeur d’algues en décomposition.
[Acte II scène 1, je n’interviendrais pas dans cet acte, je reviendrais à l’Acte III]
Le groupe sort à l’extérieur, il pleut très fort et le ciel est zébré d’éclairs, au loin ils voient la tornade bleue formée de deux cônes opposés qui tournent dans des sens inverses. La ville est en ruine, des squelettes jonchent le sol. Amalsy va voir dans l’ombre-monde et constate que la tempête est présente aussi, il reviens dans la réalité. Sen et Wilfried mettent également leurs resplioïdes et le groupe s’avance pour prendre la direction du manoir de Wilfried. Au bout de 15 minutes, ils entendent une sorte de sifflement, soudain Wilfried plaque Sen au sol, un drone Omicron en forme de sphère vient de tirer une rafale de balles, et passe en raz-motte au-dessus d’eux. Le groupe va se cacher dans un bâtiment en ruines. Wilfried jette un coup d’œil pour voir que plusieurs drones sont en vol stationnaire et larguent des robots araignées qui commencent à fouiller la zone. Le groupe passe dans l’ombre-monde pour leur échapper. La tornade est aussi présente dans l’ombre-monde, il y a également dans le ciel des zeppelins Omicron tout en métal qui patrouillent. Amalsy et Sen utilisent un ombre-pouvoir pour ne pas être repéré par les vaisseaux, et le groupe reprend son avancée. Plus ils se rapprochent de la tempête et plus leur progression est ralentie par les vents violents, ils voient également à quelques kilomètres de leur position des araignée-tanks Omicron en train de patrouiller la zone, ils ne pourront pas passer. Amalsy demande à Wilfried d’aller voir dans la réalité ce qu’il en est. De l’autre côté, Wilfried remarque que les araignée-tanks scannent des squelettes un par un avant de les détruire, ce qui leur permettrait d’atteindre une bouche de métro intacte sans se faire repérer, il va chercher les bug. Le groupe est dans la réalité, quand ils atteignent la bouche de métro, Sen passe en premier. Dans le métro, il règne une odeur putride de moisi.
Ils marchent 10 minutes sur les voies abandonnées du métro et soudain Sen aperçoit des lumières bleues qui crépitent plus loin dans le couloir. Les lumières se rapprochent, les bugs cherchent un endroit pour se cacher mais n’en trouvent pas, 6 sphères Omicron arrivent par le tunnel, Wilfried fonce sur elles, suivi de Sen avec ses ailes, Amalsy ajuste son tir, mais ne fait que déstabiliser une des sphères sans la détruire. Wilfried éventre une première sphère avec ses griffes. Les sphères sonnent l’alarme et font sortir des mitrailleuses pour se défendre, Sen attaque une sphère avec son bâton et ses ailes, il arrive à la détruire. Amalsy se précipite sur une autre sphère et la détruit avec son pouvoir de nuée en la martelant de ses multiples poings, Wilfried en détruit une autre. Les deux sphères restantes tirent des salves de balles, l’armure de Sen lui évite la mort. Sen détruit une des sphère restantes avec ses ailes et Amalsy frappe la dernière à l’aide de la sphère qu’il a encore entre ses mains, mais la sphère n’est pas détruite, c’est alors que Wilfried arrive et fend en deux la sphère avec sa jambe. Le tunnel est à nouveau plongé dans le silence.
Le groupe reprend son avancée, mais cette fois en courant. Au bout d’un moment, Sen aperçoit au loin une silhouette qui disparait, en s’approchant, ils voient une brèche dans un des murs du tunnel et décident de l’emprunter. La brèche court sur une dizaine de mètres dans la roche avant de déboucher dans un couloir de maintenance. Il y a beaucoup de poussière dans le couloir et Sen aperçoit des traces de pas, le groupe suit les traces, Sen en premier, suivit d’Amalsy, Wilfried ferme la marche. Ils atteignent une échelle qui donne sur un autre couloir qu’ils suivent. Le couloir débouche sur une autre ligne de métro, Sen perd les traces, ils décide de se diriger en direction du centre de la ville. Ils remarquent en route des boites de conserves ouverte et des bouteilles d’eau vide au milieu des rails de métro. Ils continuent à avancer et au bout d’un moment, ils entendent une musique douce et voient de l’herbe au milieu des rails, le murs du tunnels irradient d’une lumière bleue. Toujours en avançant, ils remarquent des cadavres, certains sont des soldats de l’Omicron, sur ces cadavres, ils voient des marques de brulures en filament, d’autres donnent l’impression que leur tête a implosé. Sur les murs ils voient des sortent de dessins faits au laser.
Un peu plus loin, Sen remarque une forme de vie dans sa visière, en fouillant le mur, il découvre un passage caché par de la végétation, le groupe l’emprunte pour se rapprocher de la forme de vie. Le passage les mène aux abords d’une grande salle, un puit de lumière d’une ancienne bouche d’aération du métro, au centre, ils voient un jeune homme qui fouille les décombres et qui ne les a pas encore vu. L’indicateur Réalité/Ombre-monde des leurs resplioïdes clignote par moments. Il y a une autre issue à la grande salle, Amalsy demande à Wilfried d’aller se poster là-bas au cas où le jeune homme essaye de s’enfuire. Amalsy appelle alors le jeune homme, celui-ci s’enfuit vers l’autre sortie mais se fait prendre par Wilfried. Le jeune homme semble malade, il a les yeux rouges, la peau marbrée et une partie de son cuir chevelu est abimé, il supplie de ne pas le tuer, Amalsy et Sen arrivent à le convaincre qu’ils ne lui veulent pas de mal, Sen et Wilfried enlèvent même leur resplioïde pour lui montrer qu’ils sont humains, mais au bout de quelques instants Sen commence à saigner du nez et remet sa resplioïde, Wilfried fait de même. Le jeune homme dit que c’est la tornade de graveur qui en est la cause, c’est elle aussi qui fait pousser la végétation et qui a fait apparaitre des monstres. C’est graveur qui a fait les dessins dans les tunnels. Il dit également qu’il n’est pas seul et qu’il est venu ici récupérer des ressources, Amalsy et Sen lui demande de le conduire à son chef, il accepte. Le groupe repart en courant, et finit par quitter la zone de la tornade. Au bout d’un moment le jeune homme demande au groupe de l’attendre là, et disparait dans une conduite étroite.
20 minutes plus tard, il revient, demande au groupe d’enlever leurs armures et de le suivre. Tout le monde passe à 4 pattes dans la conduite, il fait très chaud, et ils débouchent dans une grande salle pleine d’eau. Là les attendent plusieurs hommes armés de fusils qui les mettent en joue. Sen lève les bras en l’air, imité par ses compagnons, et ils suivent les hommes armés. Ils passent par une passerelle qui est retirée après leur passage, et empruntent un long tunnel éclairé de bougies. Ils débouchent dans un immense garage du métro dont toutes les issues ont été condamnées, le garage contient des centaines de rames de métro, aménagée en logements de fortunes pour les nombreux résidents qui regardent le groupe avec curiosité.
Les hommes en armes disent à Amalsy, Sen et Wilfried de monter dans une des rames, ils tirent des rideaux pour cacher l’extérieur et leurs disent d’attendre là. Au bout de 5 minutes, les hommes armés reviennent et leurs disent de les suivre, ils les accompagnent au centre du garage où se trouve un grand brasero autour duquel des hommes se tiennent debout.
Le jeune homme qui accompagnait le groupe s’adresse à l’un des hommes autour du brasero : « Nadir, c’est eux que j’ai trouvé dans la tornade ». Nadir répond « Merci Ulike, tu peux partir ». Ce Nadir est assez jeune (moins de 30 ans), mais il est marqué par des années de lutte, il lui manque un œil, son crâne est en parti brulé, il lui manque le pouce et l’index à une main et il porte une barbe hirsute. Amalsy et Sen ressentent des picotement électrique quand Nadir s’approche, Amalsy ressent également des picotements électrique quand Ulike s’en va, et il a un flash quand celui-ci le frôle : il voit Ulike très jeune, la morve au nez dans les bras d’un résistant juste avant que ce résistant se fasse éclater la tête par un quadrilla.
Nadir se rapproche alors du brasero et à sa lumière Amalsy et Sen remarquent qu’il ressemble énormément à Akina, Sen ne peut s’empêcher de dire : « Anika ? »
Dasmask (Antoine)
 
Messages: 122
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask (Antoine) » 19 Nov 2019, 22:37

Session 18 : (18/11/2019)
09/02/1019csh – base des survivants de la Nouvelle-York
En entendant le nom d’Anika, Nadir ne peut s’empêcher de verser une larme qu’il essuie discrètement pour que ses hommes ne la voient pas. Amalsy et Sen donnent leur noms et demande à Anika s’il se souvient d’eux et de son frère Akina, mais il ne se souvient de rien et leur demande de l’appeler Nadir. Nadir demande d’où viennent les bugs, et Amalsy révèle que de nombreux résistants ont fui la NY et se cache au pôle Sud, quand Nadir lui demande il dit qu’il y a 2 millions de résistants au pôle. Nadir dit qu’il ne pensait pas qu’il y avait des survivants ailleurs, et Sen et Amalsy lui répondent que c’est la même chose pour le pôle Sud, ils ne pensaient pas qu’il pouvait y avoir des survivants à la NY. Les hommes autour du groupe de bugs commencent à chuchoter entre eux. Quand Nadir demande ce qu’il sont venu faire Sen leur dit qu’ils sont venu affronter Graveur mais Nadir et ses hommes sont incrédules, Nadir leur dit que Graveur vie au centre de la tempête dans l’ancien siège de la résistance et qu’ils ne peuvent pas aller là-bas à cause des effets mortels des lieux. Amalsy leur répond qu’ils sont protégés par des armures et fait poper sa resplioïde pour appuyer son propos. Nadir examine l’armure mais reste dubitatif, Sen essaye de lui expliquer comment fonctionne l’armure mais Nadir ne comprend pas un traitre mot que ce que Sen lui raconte. Amalsy essaye d’entrer en contact avec Nadir grâce au Diadème en se mettant dos à lui puis en prenant sa main, mais ça ne fonctionne pas. Sen demande à Nadir combien il y a de résistants à la NY, celui-ci répond qu’il y a 7000 personnes dans la base et un total de 50,000 personnes répartis dans plusieurs poches de résistances dans la cité. [Regarde les tous autant qu’ils sont, si différents de toi] [Toutes ces épreuves pour découvrir la vérité].
Amalsy contacte Akina avec le diadème, et lui dit qu’il est en mission à la NY, Akina lui demande s’il lui veut encore mais Amalsy répond que non, que c’était pas de la faute d’Akina, qu’il a été manipulé. Amalsy dit ensuite à Akina qu’il a une formidable nouvelle, qu’il a retrouvé Anika. A cette nouvelle, Akina semble très ému et la connexion du diadème se brouille. Nadir demande ensuite aux bugs s’ils peuvent contacter la résistance du pôle Sud, Amalsy contacte alors Gladius. Amalsy lui explique la situation, et Gladius lui révèle que c’est ce qu’il craignait, que la résistance ait abandonné des gens derrière eux à la NY. Gladius demande à Amalsy comment est la situation des résistants, Amalsy lui répond que les résistants vivent bien et qu’il sont très organisés. Gladius demande s’il pense qu’ils sont dignes de confiance et Amalsy répond oui. Quand Amalsy dit à Gladius que le chef des résistants de la NY est Anika, Gladius est surpris mais il se doutait qu’Akina avait un frère. Gladius demande à Amalsy ce qu’il faut faire à son avis et celui-ci répond qu’il faut faire évacuer les résistants, Gladius lui dit qu’il enverra un subzeris qui peut contenir 5000 personnes. Amalsy révèle ensuite à Gladius l’intention des bugs d’aller confronter Graveur, Gladius lui répond que la mission était juste de repérer les lieux mais comme d’habitude les bugs n’en font qu’à leur tête!
Amalsy explique dans les grandes lignes ce qu’il s’est dit avec Gladius. Sen demande ensuite à Wilfried ce qu’il va chercher dans son ancien manoir, il répond qu’il cherche un livre qu’il a égaré. Quand Amalsy lui demande quel est ce livre, il répond que ce livre traite d’Agone, un personnage pré-hyniosien qui aurait fait des recherches sur des arcanes étranges [Merci de te souvenir d’Agone, assassin de quadrilla. Ah, ah, ah, ah, ah !].
Le groupe décide de partir à la recherche de Graveur, il est accompagné de Nadir, Ulike et 6 soldats armés.
Le groupe progresse dans les tunnels du métro et fini par arriver dans la zone de la tornade, les murs luisent de bleu, une petite musique résonne et la végétation est de plus en plus présente. Au bout d’un moment, certains soldats commencent à subir les effets des lieux et rebroussent chemin, les bugs revêtent leur resplioïde. Arrivé au point ou les deux derniers soldats se mettent à cracher du sang, les bugs enjoignent Ulike et Nadir de repartir en arrière, Nadir hésite mais finit par accepter, les deux bugs et l’immortel reprennent leur progression. En s’approchant du centre de la tornade, les entailles que Graveur à laisser dans le mur commencent à former des dessins compréhensible, des fresques qui racontent une histoire :
Les bugs voient d’abord une ville moderne, la musique cesse pour être remplacé par un brouhaha de foule. Ils voient ensuite des scénettes qui représentent des accouchements, la naissance de bébés informes qui effraient les gens autour. Ils voient ensuite une scène où ces bébés informes sont jetés à l’eau et de l’électricité bleue crépite autour des bébés immergés. Ensuite, les bébés grandissent et prennent la forme des quadrillas. Ces quadrillas se battent ensuite contre finlongfinger, mais celui-ci les terrassent, finlongfinger est représenté comme un démon cruel qui trône fièrement en haut d’un amoncellement de cadavres de quadrillas. Les bugs voient ensuite 4 quadrillas survivants qui se rassemblent, un très grand comme Kraisten, une femme comme Metatron et deux autres qu’ils ne reconnaissent pas. Ces quatre quadrillas se séparent ensuite pour rassembler leur semblables. Les fresques suivantes portent des marques étranges, de petites boules blanches reliées par un réseau de lignes très complexe. La fresque suivante dépeint une femme angélique avec des ailes qui apparait devant les quadrillas et qui va apprendre à ces derniers à utiliser leur ombre-pouvoir et à accéder à la réalité. Les bugs voient ensuite les quadrillas avec cette ange aider Ghaust à détruire la NY dans la réalité. Ensuite ils voient une fresque immense qui dépeint la mort de Metatron face à Wilfried qui est représenté comme un démon cornu. A la mort de Metatron une petite tornade sort de son cœur.
Le groupe continue de progresser, il n’y a plus de fresque, juste un tunnel dont les murs brillent de bleu, ils entendent également frapper les trois coup d’une représentation théâtrale et les sons d’un orchestre qui se prépare. Le témoin Réalité/Ombre-monde de leurs resplioïdes clignote de plus en plus vite. Des décombres flottent dans le tunnel comme si la gravité n’avait plus d’emprise sur eux et les murs sont maintenant parcouru de reflets bleuté, comme s’ils étaient sous l’eau. Ils finissent pas arriver dans une grande pièce vide avec au fond une porte en métal rouillé, leurs voyants clignotent tellement rapidement qu’il n’arrivent plus à distinguer les deux couleurs. Sen pousse la porte et ils se retrouvent dans un parking plein de carcasses de voitures et plongé dans l’obscurité. Amalsy tente d’aller dans l’ombre-monde mais réapparait à côté de Sen et Wilfried. Au centre du parking ils voient une faible lueur bleuté. En s’approchant, ils remarquent que la lueur est en fait un corps qui flotte et dont émane la lueur bleue. Wilfried dit au bug qu’il s’agit de Metatron, et qu’ils doivent rester sur leur gardent, Graveur ne doit pas être loin. Amalsy tente de toucher le corps de Metatron mais sa main passe au travers, il s’agit juste d’une ombre. Soudain une voix féminine résonne dans toutes la pièce : « tue le, rends lui la paix, tu dois mettre fin aux souffrances de Graveurs, cette comédie a assez durer. » [Amitié, Amour, es-tu seulement capable de ressentir ces émotions, moi je ne peux pas, Hélium !], Sen réponds et dit : « Graveur ta souffrance a trop durée, il est temps d’en finir ». [n’est-ce pas merveilleux]. Amalsy lance « Graveur, que veux-tu ? », mais ce dernier ne lui répond pas. [tue le !].
Amalsy décide de contacter Soren avec le diadème. Il dit à Soren qu’il est sous la tornade à la NY avec Wilfried qui a tué une quadrilla il y a longtemps, et qu’ils sont à côté de son corps fantomatique, il demande à Soren ce qu’il doit faire. Soren lui répond qu’il doit se méfier de Wilfried, et que la tornade est en train de fusionner les deux mondes.
Sen cherche une issue au parking et aperçoit des ascenseurs au fond de la salle, les ascenseurs sont hors service mais il y a un escalier à côté qu’ils peuvent emprunter.
[Acte III, la mort]
La musique s’accélère, le groupe monte de deux étages et débouche dans le hall d’entrée de l’immeuble. Au centre du hall se tient une grande statue d’ange qui dénote avec le reste du hall. L’extérieur est très lumineux, et ils voient au loin l’intérieur de la tornade qui charrie un grand nombre de débris.
Ils empruntent ensuite un grand escalier qui monte dans les étages, il y a un peu partout des statues, des gravures qui ne devraient pas être là, le lieu est assez reposant, Amalsy ne souffre plus de ses blessures.
Arrivé au dernier étage, une immense porte cochère se dresse devant eux avec deux masque blancs, un souriant et l’autre triste. Sen pousse la porte assez facilement malgré sa taille imposante et ils se retrouvent à l’extérieur, sur le toit de l’immeuble, mais celui-ci est recouvert de parquet avec au bout une scène de théâtre fermée par un rideau rouge, ils sont à l’épicentre de la tornade. Le rideau se lève et sur la scène ils peuvent voir Graveur, chétif dans son fauteuil roulant. Il s’avance sur la scène et une voix se fait entendre qui emplie le lieu :
Graveur : « Je vous attendais résistants, je suis heureux que tu ais fait le 1er pas Wilfried. »
Wilfried répond : « comment me connais-tu ? »
Graveur : « C’est Metatron qui me l’as dit, vous êtes tous les deux responsables de cette tempête. Réalité, Ombre-monde, peu importe, Metatron n’est pas morte dans un monde, elle est morte entre les deux mondes, ces deux réalités ne font plus qu’une en ce lieu »
Wilfried : « tu cherches à devenir réel ? »
Graveur : « Connais-tu un monde sans sentiments ? »
??? (je nai pas la suite de l’échange, Graveur mentionne Kranisten et Meteor)
Graveur : « les bugs ont volé la vie des quadrillas ! »
Quatre Quadrillas apparaissent au quatre coins de l’immeuble : Kranisten, Graveur, Metatron et Meteor.
Wilfried saute sur Graveur et tente de planter se griffe mais il est bloqué par une bulle bleuté qui apparait autour de Graveur qui dit « Sinistres cafards, vous ne soignerez pas le mien ». Sen se précipite sur le simulacre de Graveur et l’attaque avec un coup de bâton dans les jambe suivi d’un coup d’aile dans la tête, et en se retournant tente de le frapper dans grand coup de bâton à la tête, mais le simulacre saisi le bâton et s’apprête à frapper Sen au niveau du ventre. Amalsy attaque aussi le simulacre de Graveur avec Nuée ce qui détourne son attention de Sen, Amalsy le frappe mais le simulacre reprend rapidement l’avantage en saisissant les bras d’Amalsy.
Kranisten fonce sur les bugs, Wilfried utilise un ombre-pouvoir pour balancer sur Kranisten les débris d’une citerne d’eau pris dans la tornade, Kranisten frappe les débris et reconstitue la citerne et cours dessus en se rapprochant des bugs, Metatron sort un lame fine de son bras et fonce aussi vers les bugs.
Amalsy attaque de nouveau le simulacre de Graveur, celui-ci vacille. Sen utilise un ombre pouvoir, il déforme les lattes de parquets au sol pour former des gueules béantes qui se referment violement sur les 4 simulacres. Metatron arrive au niveau de Sen et exécute une glissade pour passer à côté de lui et le cribler de coup de fleurets, l’armure de Sen encaisse le coup mortel. Wilfried attaque Metatron et dit au bugs qu’il ne faut pas rester au milieu, c’est alors que Meteor sa saisit de Wilfried avec son fouet électrique et l’expulse hors du toit. Sen se saisit d’Amalsy et saute en piqué pour rattraper Wilfried. Amalsy se saisit de Wilfried une fois à son niveau et l’aide à se rapprocher de la façade de l’immeuble, une fois qu’il a pris appuie, Wilfried se met à courir à une vitesse folle pour remonter le long de l’immeuble, entrainant avec lui les deux bugs. Le groupe se retrouve rapidement à 20m au-dessus du toit [Impressionnant]. Amalsy vise le simulacre de Graveur avec son rayon Delta, le canon transperce le simulacre et rebondit pour frapper également le simulacre de Kranisten, le simulacre de Graveur fait un signe comme pour saluer avec un chapeau et disparait. Sen utilise ses ailes pour foncer sur le simulacre de Metatron avec Wilfried accroché derrière lui, Meteor balance son fouet mais Sen arrive à l’esquiver, Kranisten frappe dans le vide ce qui génère un appel d’air qui dévie l’attaque de Sen et Wilfried. Metatron en profite pour frapper Sen à la tête avec son fleuret qui s’est transformé en sabre, l’armure de Sen encaisse à nouveau la blessure mortelle.
Wilfried attaque le simulacre de Kranisten mais il résiste et le repousse. Le vrai Graveur dit à Wilfried : « tu ne vaux pas mieux que ton père », Wilfried lui répond : « que connais-tu de mon père ? » et il attaque le simulacre de Kranisten avec un coup de pied qui le projette sur la bulle du vrai Graveur, celle-ci vacille. Amalsy attaque le simulacre Kranisten avec son rayon Delta, il est de nouveau repoussé contre la bulle qui vacille à nouveau. Sen prend appuie sur le ventre du simulacre de Metatron avec son bâton et l’allonge pour se précipiter sur Kranisten et le percuter de plein fouet en le lacérant de ses ailes, Kranisten percute à nouveau la bulle qui scintille et le simulacre disparait. Graveur se lève de son fauteuil il reprend son apparence de quadrilla avec une armure et commence à reconstituer la bulle avec ses mains. Amalsy utilises un ombre-pouvoir pour contrôler un morceau énorme d’un bâtiment pris dans la tornade et le précipiter vers Graveur, il crie à Sen de s’écarter, c’est alors que le simulacre de Metatron se relève et lance son épée qui va transpercer Sen, le simulacre disparait mais Sen reste bloqué sur place par la douleur du coup. Graveur concentre toute l’énergie de sa bulle vers le morceau d’immeuble qui s’abat violemment sur lui et Sen, arrachant la moitié du toit. Amalsy crie à Wilfried d’aller sauver Sen, celui-ci plonge, il aperçoit Sen en train de tomber avec les débris d’immeubles et lui tend la main, Sen tend son bâton à Wilfried ce qui lui permet de le sortir des débris en chute libre. Une fois dégagés, Wilfried et Sen remontent vers le toit. En haut, Meteor attaque Amalsy et le saisit, Amalsy déclenche la bénédiction du Golem qui percute violemment le simulacre et le fait disparaitre, mais Graveur est derrière Amalsy et le gratifie d’un « stupide » avant de lacérer le Golem avec des filaments qu’il a fait sortir de ses doigts, et lui dit « tu souffres ? mais ce n’est rien à côté de ce que j’ai enduré »
Sen et Wilfried arrivent sur le toit, Graveur les regardent et dit « Les pouvoirs des bugs sont insuffisants ». Sen et Wilfried fonce vers Graveur pour l’attaquer, Graveur réagit, fait une prise à Wilfried et l’expulse au loin, il se retourne vers Sen et lui dit : « regarde et apprend, dépasse moi !» et il plonge sa main dans le torse de Sen qui s’illumine d’une lumière blanche. La resplioïde cède, et Sen sent sa vie quitter son corps. Il regarde Amalsy et lui dit « finit le combat pour moi, mon frère » avant de s’écrouler. Amalsy fou de rage se jette sur Graveur en tirant de son rayon Theta, Wilfried le pousse pour accélérer le mouvement, le rayon transperce Graveur dont l’armure crépite d’un rouge sang.
Dans un dernier souffle, Graveur regarde Sen et est surpris de constater que sa resplioïde est en train de reformer. [Ceci n’est que le début de ton histoire, regarde et apprend à voler. Quand tu verras l’ange, n’oublie pas de lui briser la nuque un présent t’y attend. Es-tu prêt, voleur de vie]
Les derniers mots de Graveur sont : « Vous n’avez pas pu ressentir ce sentiment, votre réalité n’est qu’un jeu. Kranisten, Metatron, Meteor, n’ai-je pas été merveilleux ? », puis le corps de Graveur disparait en se désagrégeant sous un tonnerre d’applaudissements. Des rideaux rouge gigantesques se mettent à tomber du ciel autour des survivants et l’édifice commence à trembler. Des morceaux de l’immeuble se décrochent et sont aspirés par la tornade, Sen se saisit d’Amalsy et Wilfried et plonge en piqué dans le vide. Arrivé au sol, Sen fonce dans le hall d’entrée, s’arrête au niveau de la statue et frappe le coup qui se brise en libérant un paquet enroulé dans du tissu. Sen se saisit du paquet et reprend sa course avec Amalsy et Wilfried, ils se précipitent dans la cage d’escalier, s’appuyant des pieds sur les mur pour aller plus vite. Arrivé au parking, un grand quadrilla apparait et se dirige vers le corps de Metatron, il s’agit de Meteor. Il s’adresse au groupe : « Bugs, nous devons mettre fin à cela ensemble, il faut attaquer le corps de Metatron dans les deux mondes en même temps, je vais le faire dans le mien, faites-le dans le votre. Nous nous affronterons à notre prochaine rencontre. ». Meteor passe dans l’ombre-monde et frappe le corps, Sen frappe le corps au même moment. Quand les coups ont porté, une lumière blanche éblouissante sort du corps de Metatron et se met à tout aspirer autour de lui, pour finir en explosion qui propulse Amalsy, Sen et Wilfried au fond de la pièce. Sen et Wilfried s’effondrent KO, Amalsy résiste un peu et reste conscient. Le parking est en train de s’effondrer, mais Amalsy aperçoit un vieil homme au milieu de la pièce, il porte une épée avec un pendentif accroché à la garde, ce pendentif représente un carré dont les coins sont joints par des diagonales, ce pendentif brille légèrement dans l’obscurité. L’homme soupire et s’approche du groupe, il met un genou à terre et plante son épée dans le sol qui se met à briller d’une lumière bleue, une onde protectrice entoure le groupe. Le vieil homme marmonne quelques mots qu’Amalsy ne comprend pas et il voit apparaître autour du groupe comme des pages d’un livre qui se tournent. Un flash lumineux éblouie Amalsy et le groupe se retrouve sur une plage à quelques kilomètres de la NY, et Amalsy voit au loin la tornade se contracter et s’évaporer en un immense disque bleu. Amalsy perd finalement connaissance lui aussi.
Le groupe est réveillé par un vent frais, la tempête a disparu et des raies de lumières percent les nuages au-dessus de la Nouvelle York, seul le bruit des vagues se fait entendre.
Amalsy demande à Wilfried s’ils doivent aller dans son ancien manoir récupérer le livre mais Wilfried lui dit que c’est inutile et qu’il pense que Graveur avait récupéré le livre.
Sen ouvre le paquet trouvé dans la statue et découvre qu’il s’agit des pages manquantes du carnet de Vigo Nemeo, il les lit rapidement et les tend à Amalsy qui semble désireux d’étudier ces pages en profondeur.
Dasmask (Antoine)
 
Messages: 122
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask (Antoine) » 01 Déc 2019, 16:25

Enfin!! Tellement hate de le voir!!!

Classiss: Origins
Official movie trailer

https://youtu.be/oIYOmWdt5KM
Dasmask (Antoine)
 
Messages: 122
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask (Antoine) » 01 Déc 2019, 19:48

Lettre d'adieu à Dieu 4 - Bran et moi
https://drive.google.com/open?id=1IaVjM ... 1oLV9NWIxd
Dasmask (Antoine)
 
Messages: 122
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask (Antoine) » 02 Déc 2019, 21:48

voici le Testament de Sétantra enregistré.
J'ai laissé volontairement de la musique au début pour que vous puissiez caler le texte du livre à l'audio. J'ai fait ça car les passages du livres font référence aux Golems de votre table. A vous, donc, d'essayer de vous synchroniser pour un rendu du plus bel effet ^^

https://drive.google.com/open?id=16COIu ... g3ptzwudLP
Dasmask (Antoine)
 
Messages: 122
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar jfalconnet » 03 Déc 2019, 17:57

Dasmask a écrit:Enfin!! Tellement hate de le voir!!!
Classiss: Origins
Official movie trailer

MDR
Toutes mes préparations et réflexions rédigées sur Sens se retrouvent ici: https://akantor.net/-Campagne-Sens-MJ-Only-.html
jfalconnet
 
Messages: 17
Enregistré le: 21 Oct 2019, 01:23

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask (Antoine) » 04 Déc 2019, 19:36

Session 19 : (27/11/2019)
11/02/1019csh – côte Atlantique à 10km de la Nouvelle-York
Amalsy et Sen n’ont aucune idée de combien de temps a passé depuis qu’ils ont vaincu Graveur avec l’aide de Wilfried. Ils se souviennent qu’ils ont eu une vision pendant qu’ils étaient inconscients. Téléporté par l’étrange vieil homme. Cette vision montrait les bugs en train de gravir une montagne immense de plusieurs kilomètres de haut, recouvert de végétation et d’animaux. Arrivé au sommet ils s’aperçoivent que la montagne est en fait un cratère immense recouvert de végétation avec une ville gigantesque en son centre. Sen pense qu’il s’agit d’Olympus Mons, mais il n’y a normalement aucune végétation sur Mars. Les bugs arrivent dans la cité et sont accueillis en héros par une foule en liesse. Arrivé au centre de la ville, un chevalier leur ouvre une grande porte, les bugs se sentent en confiance avec ce chevalier, derrière la porte se trouve une grande salle avec deux trônes, sur le plus petit est assis une jeune femme qui joue de la Lyre.
Il y règne une atmosphère douce, plaisante presque maternelle.
C’est à l’issue de cette vision que les bugs se sont réveillé sur la grève. Ils ont mal au crâne. La tornade a disparu. Elle confondait la réalité et l’O.M., elle créait un pont entre les deux mondes. Ils se rémémorent la scène avec Metatron, sa destruction. L’implosion, le souffle puissant. Ils se tournent alors vers Wilfried et lui posent de nombreuses questions. Ils apprennent qu’il est au pôle sud depuis le début. Il n’a jamais quitté le PS. Il s’est caché de tout le monde. C’est Soren qu’il l’a détecté comme s’il disposait d’un 6ème sens. Il ne connait pas d’autre immortel hormis Myphos, Soren et Oberon. Il a été adopté. Il ne connait pas ses parents biologiques. Ses parents adoptifs ont fait fortune. Il n’est pas résistant. Il tenait un journal antirévolutionnaire. Il n’a jamais vu d’autre respli. Amalsy tente de communiquer de nouveau avec Wilfried par le diadème. Nous comprenons que la communication fonctionne avec les personnes qui ont confiance en Amalsy et peut-être également Sen.
A l’issue de cette discussion, les bugs ont appris que Wilfried les surveille depuis longtemps, que Finlongfinger était amis de ses parents adoptifs, que Gladius n’étaient pas au courant qu’il vivait à la base du pôle Sud depuis l’attaque de la NY, que Soren lui a donné la resplioïde de force, que toute la mise en scène de Graveur (statues, scène de théatre, etc.) provient du livre Agone. C’est Koba, l’aveugle, qui revendait les poèmes. Non voyant, il n’avait pas conscience du statut d’Immortel de Wilfried, ce que ce dernier recherché. Amalsy montre la vidéo qu’il a filmé de Nedemone, mais Wilfried est surpris et pense qu’il s’agit d’un ombre-pouvoir, et donc que le pôle Sud serait compromis par la présence d’un quadrilla. Les bugs lui parlent du personnage en costume de No, mais Wilfried ne l’a jamais vu non plus, pas plus que le vieil homme à la coupe égyptienne et ça l’énerve un peu que les bugs aient vu plus des choses que lui à la base du pôle Sud.
En observant la ville au loin, les bugs voient que les méca de l’Omicron sont tous détruits, probablement par l’explosion de la tornade, ils décident de retourner auprès de Nadir et des autres survivants, pour cela ils passent dans l’ombre monde et Sen utilise un ombre-pouvoir afin de voler rapidement jusqu’au hangar où se cachent les survivants. Avant de repasser dans la réalité ils vont contrôler qu’il n’y a pas de survivants dans l’ombre-monde, ce qui est le cas. En repassant dans la réalité ils constatent que les lieux ont été désertés. Amalsy utilise alors le diadème pour contacter Gladius, ce dernier lui dit qu’il est à la NY et que deux jours ont passé depuis la dernière fois qu’il l’a contacté, il pensait que les bugs s’étaient sacrifié ou pire, avaient été capturé, il est rassuré d’apprendre que non. Il dit à Amalsy qu’ils sont sur le port de la Nouvelle-York en train d’évacuer les survivants. Les bugs prennent la direction du port, en passant ils constatent que les gravures de Graveur ont toutes disparues. Arrivé à proximité du port, les bugs voient une foule immense rassemblée, Sen déploie ses ailes et emporte Amalsy et Wilfried dans les airs pour passer au-dessus de la foule qui les acclame par des applaudissements. Sen se pose sur le port à côté de Gladius, Nadir et quelques généraux de la résistance, Gladius s’approche immédiatement des bugs. Amalsy fait un salut militaire et dit à Gladius « Mission accomplie ». Gladius le regarde et raille en lui disant qu’effectivement c’est une belle réussite pour une mission de « renseignements ». Gladius semble surpris quand il aperçoit Wilfried, mais il ne discute pas avec lui, il dit aux bugs qu’il est très occupé par l’évacuation et que le débriefing de la mission aura lieu au pôle Sud, mais Amalsy ne l’entend pas de cette oreille et pose de nombreuses questions à Gladius sur ce qu’il compte faire pour évacuer les survivants et lui donne des conseils, Gladius semble faire preuve de patience et ne s’énerve pas. Amalsy demande ce que va faire Nadir et Gladius répond qu’il va rester à la NY pour aider ceux qui resteront à se cacher quand l’Omicron reviendra. Amalsy va voir Nadir et lui explique ce qu’il s’est passé avec Graveur et la tornade, il lui dit ensuite qu’il va le contacter par la pensée, il utilise le diadème qui fonctionne cette fois, mais ne dit rien à Nadir, qui reste perplexe. Nadir se rapproche alors d’Amalsy et chuchote à son oreille pour lui demander si Akina est au pôle Sud, Amalsy lui répond par l’affirmative.
Les bugs finissent par monter à bord du subzeris en partance pour le pôle Sud, ils sont accompagnés de Gladius et Wilfried.
Au soir du premier jour de voyage, les bugs vont se coucher dans leurs lits superposés de la cabine qui leur a été attribuée, Sen occupe le lit du haut et Amalsy celui du bas. En pleine nuit, les bugs sont réveillés par un bruit de chute dans leur cabine. Sen sent soudain une main glacée se refermée sur son bras et le tirer hors du lit, puis il est poussé dans le lit d’Amalsy, les deux bugs mettent leur resplioïdes et allument les lumières intégrées, ils bondissent hors du lit et s’apprêtent à combattre. Soudain ils sont recouverts par une couverture, et ils entendent une voix leur dire : « On va voir ce que vous valez ». Sen déchire la couverture de ses ailes pour constater qu’ils ne sont plus dans leur cabine mais dans une salle sombre avec des murs en béton nu et de l’eau qui arrive à hauteur de mollet, l’air empeste le poison pourri. Sen constate avec la visière de se resplioïde qu’il y a plein d’organismes vivants au dehors de la pièce. Amalsy passe dans l’ombre-monde, les lieux sont identiques, il utilise un ombre-pouvoir pour générer une explosion de flammes tout autour de lui, il carbonise les murs et aperçoit, à la lueur de l’explosion, une volée de marches au bout de la pièce. Amalsy revient à la réalité et indique l’issue à Sen. Les bugs se dirigent vers les marches et arrivent dans une sorte de chaufferie avec une grande chaudière qui occupe une partie de la pièce, ils entendent un bruit de bois qui s’entrechoque ainsi qu’une voix qui grommèle et qui dit par moment « fait chier ! ». Ils contournent la chaudière pour découvrir le vieil homme avec une coupe égyptienne qui se retourne soudain en affichant un large sourire et en tenant un bilboquet à la main. Il est habillé en militaire et porte à son côté la rapière qu’Amalsy l’avait vu utiliser après la mort de Metatron. L’homme glisse le bilboquet dans sa poche sans aucun problème, puis place son index devant sa bouche et fait « chut ! » aux bugs. En faisant silence, les bugs entendent des grognements qui semblent humains. Sen demande à l’homme qui il est, celui-ci répond qu’il se nomme Classiss. Amalsy lui demande quel âge il a, il répond en demandant aux bugs quel âge ils lui donnent. Amalsy lui dit plus de 60 ans, Sen répond 43 ans complètement au hasard, et Classiss semble satisfait par la réponse de Sen. Amalsy lui redemande quel âge il a réellement et Classiss lui répond : 43 ans. Il dit ensuite qu’il est peut-être temps de voir de quel bois se chauffent les bugs, cela énerve particulièrement Amalsy qui tente de donner une claque à Classiss, mais avant que le coup ait pu porter, Classiss a réagi à la vitesse de l’éclair et a renversé Amalsy qui se retrouve au sol. Amalsy se relève et demande à Classiss de lui donner sa dague, elle a l’air puissante, Classiss semble offusqué et répond à Amalsy qu’il s’agit d’une rapière et pas d’une dague et qu’il peut aller se brosser pour l’avoir. Amalsy lui demande alors de lui donner l’objet en bois étrange avec lequel il jouait plus tôt, Classiss fourre sa main dans sa poche et dresse son majeur en ressortant la main. A priori il n’a pas l’intention de donner quelque objet que ce soit à Amalsy, ce dernier lâche l’affaire. Classiss parle ensuite de points d’immersion positifs, ce qui est incompréhensible pour les bugs, mais soudain des pas de courses se font entendre, Classiss ordonne aux bugs de ne plus faire de bruits. Les bugs voient des créatures humanoïdes voutées entrer dans le faisceau des lampes de leurs resplioïdes, ces créature semblent aveugles et reniflent l’air ambient. Soudain Classiss éternue bruyamment, et se retourne vers les bugs en haussant les épaules d’un air faussement désolé. Les créatures attaquent, Sen bondit au ras du sol et lacère les jambes des créatures avec ses ailes. Trois d’entre elles se jettent sur lui et plantent leurs griffes dans sa chaire. Amalsy brandit son canon Delta et tue trois créatures d’un seul tir. Classiss le gratifie d’un « Crâneur ! », il sort sa rapière et fonce dans le groupe de créature, il est rapidement submergé par leur nombre. Sen bondit en l’air pour se débarrasser des créatures qui sont sur lui, deux lâchent mais la dernière reste accrochée à son dos, il fonce alors vers un mur et se retourne au dernier moment, le squelette de la créature se brise sous la violence de l’impact. Sen repart à l’attaque pour aider Classiss, il abat quelques créatures mais il s’aperçoit que Classiss a disparu. Amalsy tue les dernières créatures avec la lame de son canon, tout redevient calme.
Amalsy décide d’aller dans l’ombre-monde voir si Classiss ne s’y trouve pas, les lieux sont identiques, il entend même les grognements des créatures au loin, mais pas de Classiss. Quand il revient dans la réalité, la resplioïde de Sen se rétracte, et quand ce dernier essaye de la remettre, il n’y arrive pas. Désarmé et sans protection, Sen ramasse au sol un tube rouillé pour en faire une arme de fortune. Les bugs n’ont d’autre choix que d’avancer dans le couloir qui sort de la salle où ils se trouvent. Amalsy progresse en premier, suivi de Sen, ils y a toujours de l’eau au sol qui charrie des carcasses de poissons en décomposition, l’odeur qui s’en dégage est affreuse. Sen prend de l’eau limoneuse entre ses mains et en arrose son corps, il espère qu’ainsi il sera moins détectable par les créatures, mais cela lui retourne le cœur, il est à la limite de vomir mais il se retient. Les bugs continuent d’avancer dans ce couloir, soudain, une créature s’approche, elle pose ses mains dans l’eau et renifle l’air, puis en un instant saute sur Amalsy. Celui-ci tue facilement la créature, et les bugs reprennent leur progression. Ils finissent par arriver dans un couloir qui contient plusieurs portes, l’une d’elle est fracassée et des créatures sortent soudain par l’ouverture, Amalsy ouvre la première porte qu’il voit et les bugs l’empruntent. La porte mène vers une cage d’escalier, les bugs commencent à monter pour mettre de la distance entre eux et les créatures. Après avoir gravi 15 étages, ils tombent à nouveau sur quelques créatures, Sen éclate le crâne d’une d’elles et Amalsy tue facilement les autres. Les bugs montent encore de 2 étages pour trouver une porte défoncée avec du sang séché sur les murs. Amalsy tente de contacter Classiss avec le Diadème mais ça ne marche pas. Ils montent encore 3 étages pour se trouver bloqué par des éboulis dans l’escalier, ils ouvrent alors la porte de l’étage qui débouche sur un couloir avec d’autres portes. Ils ouvrent une porte pour découvrir qu’il s’agissait d’anciens laboratoires, ils y voient des bureaux et des anciennes cuves qui semblent avoir implosé, certains sont juste lacérées et d’autres cuves sont intactes. Les fenêtres des bureaux qui semblaient donner sur l’extérieur sont maintenant condamnées par des murs en béton, certains murs ont des petites fissures d’où coule de l’eau.
Les bugs perçoivent un chuchotis qui provient de la pièce d’à côté, ils tendent l’oreille et s’approchent de la porte. Ils reconnaissent la voix de Classiss qui dit : « t’inquiètes, si tu peux m’apporter de la segapente, je te retrouve ta femme, tu devrais pouvoir trouver la segapente dans la fosse de Soragol. C'est là bas qu'on trouve la meilleure. »
Amalsy ouvre la porte, ils découvrent un bureau saccagé avec Classiss en train de discuter avec un poisson par un trou dans le béton qui bloque la fenêtre. En voyant les bugs, il s’arrêter de parler au poisson. Sen demande alors à Classiss s’ils sont sous la mer, Classiss a l’air surpris et répond que sur l’autre table ils n’avaient pas deviné si tôt, Sen demande s’il s’agit d’Inaqualia, et Classiss lui répond qu’Inaqualia est une personne et non une ville et il se demande comment les bugs connaissent Inaqualia, ils répondent qu’ils ont eu une vision dans le jardin de Soren, le seul commentaire de Classiss est qu’il est étrange qu’ils ai eu cette vision si tôt dans le premier livre.
Classiss dit alors aux bugs qu’il est temps d’y aller, mais Sen fait remarquer qu’il est en pyjama, Classiss réfléchit quelques secondes et dit aux bugs de se cacher dans un placard, ils s’exécutent.
Au bout de quelques instants cachés dans ce placard, ils entendent de nouveau les grognements des créatures, puis soudain un choc sourd qui fait vibrer tout l’étage, la porte du placard s’ouvre et Classiss leur tend un sac en papier avec un M en forme de double arche imprimé dessus. « Désolé, y’avait la queue, mangez, ça vous fera du bien » dit-il aux bugs. Les bugs trouvent effectivement la nourriture délicieuse, divers aliments pris entre deux tranches de pains briochés. La resplioïde de Sen repope et leurs blessures se referment comme par magie. Ils sortent du placard et s’aperçoivent que des morceaux de créatures ont éclaboussé les murs et le plafond, c’est un véritable carnage.
Classiss leur demande de le suivre, et leur dit de se préparer car il y a des quadrillas là où ils vont.

Note complémentaire : en contact de bugs, Sen et Amalsy ressentent des picotements. Nous l’avons ressenti en présence de Ulike, Anika.
Dasmask (Antoine)
 
Messages: 122
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask (Antoine) » 07 Déc 2019, 13:38

Pensées du moment

- aziliz est bien l'incarnation de la rune de création. C'est clairement dit dans Néant à certains endroits. La rune de créa détruite elle régresse jusqu'à un état d'enfant sans aucun sens. Excatement comme une création sclérosée réduite presque à néant. Mais plus la campagne avance et plus aziliz réagit (le sourire, son réveil). Les cellulis à travers leurs simulacres intègrent de la création, peut-être est-ce mon cas, plus je créé plus elle réagit ?

- Choix d'Indalesse , Bope ne peut pas se répandre sur le sol de Myriade comme s'il ne faisait pas partie de cette ontologie... Metalite? C'est soit née du choix d'Indalesse soit j'ai parfois l'impression que la metalite est la philonite du MJ, le libre arbitre du meneur injecté malgré Sens dans la fiction?

- testament de setantra: Setantra dit que l'acide pourrait venir des differentes écoles mais ne cite pas celle de la Lumière ...

- tous les maitres heritants de chaque école sont orientés vers 2 éléments. Feu/eau ;feu/air; feu/terre etc etc. Le 6eme maitre jamais cité, pour chaque école, est de type Feu/Feu ; Air/Air etc. C'est pour souligner le lien? La relation? Ne peut être maitre héritant qui ne se lie avec une autre école ?

-et si les setantriens étaient le peuple de Dieu dans le Val? Ruines de temples anti-helios.
Pour que la tour indéfinie se connecte à la Terre il ne faut pas de rotation donc l'histoire se passerait avant l'aspiration d'Helios? Pk pas?

- sur le cadran de Setantra il y a 5 gargouilles d'aspect humain en haut de chaque intersection... Celle du centre représente plutot Wilfried ou Myphos? J'aurais envie de dire Wilfried...

- parents de Classiss m'obsèdent. Qui sont-ils? Forge et sérénade me font beaucoup penser à des métaphores de stentor et adeline mais c'est impossible... Ou leurs corps sont-ils emmenés et pk? Asterius oui mais ensuite? Sont-ils les supers ordinateurs traducteurs des Runes? Son père est Helios donc...

-le fait que Classiss prenne le nom de sa mère fait énormement penser au matriarcat du Val.
Dasmask (Antoine)
 
Messages: 122
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask (Antoine) » 09 Déc 2019, 07:46

- Bopé en grecque = vent du Nord. Huan dans Vademecum entend le vent du Nord lui susurrer quoi faire. L'Acide/libre-arbitre/le personnage libre/Classiss est là. On avait déjà remarqué la police de Classiss dans V+M...

- ça serait ouf si la police de Classiss était Myriade !! À vérifier mais je ne pense pas...

- Tantra, en sanskrit, signifie chaîne, fil, continuité.
Tan=tendre.
En latin, se- est un préfixe indiquant une mise à part, une séparation........nouvelle détermination en cours..............
Modifié en dernier par Dasmask (Antoine) le 09 Déc 2019, 21:37, modifié 1 fois.
Dasmask (Antoine)
 
Messages: 122
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Romaric Briand » 09 Déc 2019, 10:41

nice !
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
Sens - La Guerre des Immortels - Le Blog de la Cellule - Le Blog de Sens - Le Blog du Val - Le Val
Romaric Briand
 
Messages: 2711
Enregistré le: 07 Déc 2007, 18:36
Localisation: Saint Malo

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask (Antoine) » 10 Déc 2019, 19:58

Fred : Sen c’est ma resplioïde
Et encore mieux : je suis la resplioïde de Sen

Antoine: Càd ? Une explication ?

Fred: je me demandais comment je fais pour changer d’ontologie, et c’est par Sen que j’agis dans le monde de Sens, c’est donc un peu ma respli. Après je me suis dit que c’est grâce à mon imagination que Sens existe (cette détermination de Sens) et que c’est donc grâce à moi que Sen a accès à l’ombre-monde, je suis un peu sa respli, mon imagination est sa respli. Après peut-être que je m’égare un peu
Après ce que j’ai encore du mal à saisir c’est est-ce qu’on a chacun notre détermination qu’on fait converger grâce au langage ou est-ce ce qu’on a tous les 3 la même détermination qu’on l’on perçoit de façon imprécise à cause des imperfections du langage?

Fred: Rhaaaaaa, il fait trop qu’on se fasse une session meta où on discute du jeu!!!!
junky de Sens

Antoine: Mdr! Grave!

Fred: la nuit porte conseil, j’ai réalisé qu’il n’y a qu’une détermination qui vient d’Antoine. Syl et moi on interagit avec le monde de Sens grâce à nos simulacres, mais la structure du monde c’est Antoine, c’est pour ça que tu portes une chevalière avec le symbole de Sens.

Antoine: (emoji tengu car pas autre chose en stock)

Fred: mmmh intéressant, quel est le rapport avec ce personnage?

Fred: c’est un masque de tengu qu’il portait ou bien c’est parce que t’as pas trouvé d’autre emoji?

Antoine: 2eme option

Fred: réfléchis Fred, réfléchis! trouve le rapport entre le personnage de no, la structure du monde de Sens et la chevalière d’Antoine! réfléchis !!! j’ai pas réussi à percer le mystère des méca qui scannaient les cadavres à la NY, je dois percer celui-là !

Fred: j’ai relu les résumés, le masque est pourtant rouge, mais ce n’est pas un tengu, c’est un homme ou un démon ?

Antoine: Tu me régales fred! Si tu savais comme tu me régales
Sylvain: Quid des autres bugs et immortels portant des respli. Ex: wilfried.il serait la respli de qui.et qui serait sa respli
Fred: le vecteur de volonté de tous les pnj c’est Antoine.
Fred: L’acteur de nô, à l’image de Classiss, a conscience d’être dans un jeu, ce qui semble leur conférer un pouvoir illimité sur Sens. ou alors l’acteur de nô est Sens, Antoine avait tiqué quand je lui avait dit qu’il anthropomorphisait le jeu, depuis lors je me dis qu’on va rencontrer le jeu lui même dans le jeu, comme un personnage, je pensais que c’était Classiss, mais l’acteur de nô sa marche aussi.
3:
Dasmask (Antoine)
 
Messages: 122
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Précédente

Retourner vers Sens Hexalogie

cron