La Citadelle

La lutte contre Sens est à son commencement. Rejoignez la Résistance !

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 12 Nov 2018, 15:47

Fauve est une grosse inspiration et plus si affinités. Souvent le point de depart c'est la musique. Je me shoote aux sons en laissant les idées venir et repartir. Je tiens un truc mais je ne sais pas quoi. J'arrête d'y penser pendant 2 semaines et finalement ça revient en force.
C'est toujours une ou plusieurs musiques qui initient le processus de création.

Concernant Lestrade. C'est comme tout Sens. Dans ma campagne les gens mentent, se mentent à eux même et manipulent les autres pour mieux arriver à leurs fins.

J'avais besoin d'un personnage hyper borderline pour sens mort. Maintenant je l'ai. Mon Finlongfinger est gratiné également. Il a récemment tué femmes et enfants lors d'une de ses boucheries. Il regrette après coup mais mes Bugs etaient véritablement choqués.
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 21 Nov 2018, 01:52

Image

Image

Les podcasts avancent bien. C'est hyper fluide. Bientot la création du domaine. La Citadelle débarque prochainement.
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 25 Nov 2018, 23:38

On vient de finir l'épreuve 7 de Sens Mort et d'enregistrer 2 podcast d'une heure. J'ai réalisé plusieurs petits audios pour le début du livre. Entre autres la rencontre entre Météore et le petit Céline et celle avec Classiss. C'est fait à l'arrache...

https://drive.google.com/folderview?id= ... kHAak1Wmx1

J'ai aussi enregistré la rencontre entre sollipsis et Wilfried. Un des bugs a sans le savoir la capacité de lecture sentimentale. Il a des flashs comme Queen dans V+M. Il pourra donc écouter ce passage au casque pour qu'aucun autres joueurs n'entendent.
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 05 Mar 2019, 12:35

Image
Image
Image



Linogravure que j'ai faite pour un cadeau à un des mes Joueurs. Son simulacre a ce dessin en tatouage sur le torse depuis ses folles années d'ado...
Il ya quelques jours il m'envoit un sms. Les Bugs cherchent activement Soren et Maria. Le labo cité ci dessus est l'Heritage. Il cherche en vain.

Les podcasts sont bouclés. Enfin, seulement les premiers...
Je suis en train de créer le site et faire l'illustration principale.
Coming soon...
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Romaric Briand » 07 Mar 2019, 16:19

J'ai hâte ! Les enregistrements de partie ne le pourront pas, car certains passages sont difficiles à entendre (techniquement), mais vos podcasts de debrief pourront le cas échéant être diffusés sur La Cellule dans la rubrique "Vos Podcasts", est-ce que cela vous intéresse ? Seriez vous d'accord, les uns et les autres, pour que cela soit le cas ?
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
Sens - La Guerre des Immortels - Le Blog de la Cellule - Le Blog de Sens - Le Blog du Val - Le Val
Romaric Briand
 
Messages: 2689
Enregistré le: 07 Déc 2007, 18:36
Localisation: Saint Malo

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 07 Mar 2019, 16:29

Carrément ! Mais pas pour tous je pense. Déjà il y a beaucoup d'heures de podcast. Si tu dois écouter tout avant la diffusion ca va te demander beaucoup de boulot. Je vais quand même créer le site de mon côté. Je t'envoie ça très bientôt. Merci.
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Hellfriend (Jahd) » 07 Mar 2019, 16:34

J'ai grande hâte de découvrir tout ça !
La maturité de l'homme est d'avoir retrouvé le sérieux qu'on avait au jeu quand on était enfant.
Hellfriend (Jahd)
 
Messages: 66
Enregistré le: 15 Jan 2019, 17:36
Localisation: Montpellier

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 12 Mai 2019, 22:52

Le site de La Citadelle est en construction.
Le lien vers le site sera donné prochainement lorsque notre premier podcast sera diffusé sur La Cellule. Ce sera un podcast de présentation de notre table et des Simulacres.
Teasing...on a enregistré un podcast la semaine dernière à la Grande Baronnie en présence de Big Boss (merci à lui). 3h40 de podcast hyper cool!


Image
Image
Image
Image
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 30 Mai 2019, 19:32

Ma table entre dans Sens Néant en grande pompe! Enfin! Ils découvrent la Larme de Classiss/Aziliz et l'univers de Myriade.
Pour plus de facilité j'ai enregistré un énorme audio qui regroupe la présentation de Sétantra et la présentation de toutes les écoles de foi.

https://drive.google.com/open?id=1h11kr ... BP0Vw0ls9N

Un de mes joueurs et moi sommes en train de monter la version vidéo de cet audio. BEAUCOUP de boulot! c'est long!
Image

L'enregistrement des podcasts bat son plein! Le site est presque fini et attend son lancement officiel (à la rentrée selon la Baro).
Les derniers sujets: la fin de Sens Renaissance, Aquacity, FLF, Gladius, le Bug Quadrilla, etc.
Image
Image

D'ailleurs je vous pose la question, auriez-vous des idées de podcast? il y a surement des sujets auxquels je n'ai pas pensés. J'aimerais bien avoir des pistes... selon vous?
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 09 Juin 2019, 09:46

Juste pour vous annoncer que j'ai lancé une deuxième table en janvier. C'était pas prévu mais ça s'est fait comme ça, un soir de jeu de plateau, on me parlait encore de Sens et on me tanait pour savoir quand est ce que meujeuterais avec eux. Tiens! Boom! Je lance la vidéo d'intro et voila... Sans prévenir...C'est parti!
J'ai seulement 2 joueurs à la table (c'est pour ça que je tardais à lancer une nouvelle campagne, je voulais absolument un 3eme joueur, mais finalement 2 c'est cool aussi), du coup pas de solo prévu. On a un rythme sympa. Ça change! Des parties de 3-4h max et créneaux réguliers.
C'est une table de cosmo. Les joueurs travaillent dans des banques et assurances. Formation ingé et math. Ca se ressent à la table instantanément. Cosmo tres fort (50). Rune de vie et mort très très basses (18 max). Ca va être sympa pour les combats. Je me demande comment ça va se passer. Ils seront obligés de jouer en immersion au maximum. Je vois déjà les différences avec ma table principale. Ce jeu est incroyable!
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 09 Juin 2019, 09:52

Ils sont tellement cosmo qu'ils analyse TOUT!!! Ils sont au taquet c'est dingue. La vidéo d'intro a été retournée dans tous les Sens. Le Monde Logique lu 2 fois en 48h. Du jamais vu!
Ils me donnent des comptes rendus de fou.
Tenez.


Sens Hexalogie

Souvenirs des 5 ans de Sen

Nouvelle York.
Je suis réveillé dans la nuit du 3 Janvier 1001 CSH par des bruits de détonations. J’ai peur et ne comprends pas ce qui arrive. Mes parents s’affairent pour quitter l’appartement le plus vite possible, mon frère Auria essaye de me réconforter.
Nous descendons les escaliers avec plein d’autres personnes, pour être bloqué en arrivant près du Hall d’entrée de l’immeuble. Par la baie vitrée du Hall, on voit passer pleins de soldats impériaux qui courent dans la rue et tirent des coups de feu. Soudain des soldats se mettent à tomber au sol, inanimé. Un homme grand et vêtu de noir apparait et tue les derniers soldats uniquement en usant de la parole. Une fois la voie libre, les gens commencent à sortir et on se retrouve dans la rue.
Dehors, il y a beaucoup de bruits, des tirs, des explosions, des immeubles en feu. Les gens sortent des immeubles et courent dans la rue en direction de la mer, ils espèrent pouvoir monter à bord des sous-marins de la rébellion.
Au bout d’un moment on arrête d’avancer, nous somme bloqués par des êtres humanoïdes nimbés d’électricité bleue, les Quadrillas. Mes parents prennent des armes et commencent à combattre, mon frère reste avec moi pour me protéger. Le massacre commence, armés des fouets électriques, les quadrillas découpent les gens comme du papier. Mon frère est coupé en deux, je vois un quadrillas agripper ma mère et lui transpercer la tête avec une pointe d’électricité qu’il a fait sortir de son doigt. Amalsy me retrouve ainsi que Akina, un de mes voisins, on s’enfuit par une ruelle. On finit par croiser une patrouille impériale, on se cache mais le gradé qui dirige la patrouille nous repère. Bizarrement, il détourne la patrouille de notre cachette pour nous laisser le champ libre. J’apprendrais plus tard qu’il s’agissait du Duc Orion. On finit par atteindre un sous-marin de la rébellion, à bord duquel Gladius Sword nous identifie avec une liste de noms d’enfants tous nés le même jour, il nous fait prendre en main une pierre de philonite qui se met à se liquéfier. Le sous-marin nous amène jusqu’à un endroit complètement gelé et recouvert de neige dont on me dit qu’il s’agit du Pôle Sud. On nous emmène dans une grotte profonde en forme de tunnel au bout duquel se présente un porte gigantesque qui s’ouvre devant nous. Dans la cavité géante que se présente à nous il y une ville comme sortie de nulle part et qui nous attendait. On nous regroupe et là un homme mince à la chevelure blanche prend la parole. Je ne comprends pas tout ce qu’il dit, mais il parle de nous Akina, Amalsy et moi et il dit qu’on est l’espoir de l’humanité, ça a l’air de rendre les gens heureux d’entendre ça.



Personnages : (Nom Prénom par ordre alphabétique)

Apolonus Sy (tué par un tir ami d’Amalsy le 21/12/2018csh)
Chef de la milice urbaine d’un des secteurs de la base du Pôle Sud. Il a une quarantaine d’année. C’est un résistant actif qui part souvent en mission. Il est marqué par ses année de combats (cicatrices), et a développé une haine farouche pour l’Omicron.

L’Aveugle (suicidé le 21/12/1018csh)
C’est un ouvrier qui a perdu la vue après un accident.
C’est lui qui répandait les poèmes, est-ce qu’il en était l’auteur ?
C’est également lui le responsable des disparitions, il mutilait ses victimes (tête coupée, yeux crevés)

Comtine Philippe
Directeur de l’université de Séléné.
A participé à la conférence pour le référendum de 559csh

Cruise Louise
Jeune femme séduisante de 18 ans qui a fait une tentative de suicide après avoir lu un poème. Amalsy va essayer de se la faire.

Desiré
Assistant de Sword à la caserne, c’est un civil.

Fiducia Rose
Amie d’Amalsy. Elle a lu un poème et est entrée en rage folle, elle est maintenant dans le coma à l’hôpital.

Finlongfinger (tué au combat par un quadrilla le 3 janvier 1001csh)
Il recueillait des orphelins de guerre.
Il était très sévère, d’où son surnom d’archange de la mort.
Il était immortel avant de se faire tuer par un quadrilla le 3 Janv. 1001csh.
Il faisait partie de l’Omicron avant de trahir et de se faire torturer. Ces tortures lui ont laissé des cicatrices et ont allongé ses doigts (d’où son surnom).

Ganimède
Général qui accueil Gladius à son arrivé au pôle Sud.

Ghost
Amiral de l’Omicron qui a organisé la destruction de la Nouvelle York.

Greedway Maria
Née en 974csh
Directrice de l’hôpital de la base du Pôle Sud.
Coroner de la base.
Fille de Finlongfinger.
Elle fait partie du conseil de la résistance.
Elle a des relations tendues avec Søren.

Hynios
1ère impératrice de la Terre
A vaincu la « cellule », un groupe terroriste.
Elle détestait la science.

Kranisten
Chef des quadrillas.

Nemeo Vigo
Administrateur de la base du Pôle Nord. Ancienne base scientifique transformée en base résistante.
Très rarement présent aux conseils de la résistance.

Oberon Bran
Empereur de la FDSS.
Est devenu mutique de par la bio-mécanique et la sénilité.

Orion Chrysaor (~40 ans)
Homme brun, bien coiffé, portant une cape noire et de beaux habits.
Noble martien ayant le titre de Duc.
Il est haut fonctionnaire de l’Omicron, mais également agent double pour la résistance.
Il siège au conseil de la résistance.
Il permet l’approvisionnement de la base du Pôle Sud en nourriture et matériel.
On ne connait pas ses origines (il n’est pas nait sur Mars)
La base du pôle Sud peut commercer avec le reste du monde grâce à lui.

Quadria Myphos
Scientifique Martien.
Il est immortel.
Il est le fils adoptif de Bran Oberon.
Il a fait construire les ordinateurs des Runes Cosmo et Rebirth.
L’omniscience l’a rendu fou.
Il a découvert avec Sollipsis qu’il existe 6 Runes mais qu’ils n’en ont découvert que 2, l’ombre-monde est donc incomplet, et tous les efforts de Quadria sont dirigés vers la découverte des 4 Runes manquantes.

Matsuo
Ancien soldat de l’Omicron qui a déserté pour la résistance le 3 janvier 1001. Il a tout révélé de ce qu’il savait à Gladius Sword. Depuis personne n’a confiance en lui à la base du pôle Sud, il est vu comme un traitre ou un agent inflitré de l’Omicron. Il a une vie misérable.

Setra Michel
Proche de la soixantaine, bedonnant. Il a un pied artificiel.
Ex PDG de la plus grosse entreprise d’aéronautique et d’arme de l’empire.
Mécène de la base du Pôle Sud.
Il avait conclu un marché avec Finlongfinger.

Sollipsis Søren Aster
Directeur de l’Université de Paris avant d’être appelé sur Mars pour travailler sur les Runes.
Il est immortel mais ne sait pas comment il l’est devenu.
Il déteste Myphos Quadria.
Il possède une Resplioïde blanche veinée de noir avec de grandes ailes blanches.
Il communique avec les plantes de son jardin attenant à son bureau de l’université ? Il fait cela en étendant ses cheveux et en les mêlant à la végétation.
Il est insensible aux effets du poème de W.G.A.

Soros Todd (tué par l’aveugle)
Garçon d’une dizaine d’année qui a fait une tentative de suicide après avoir lu un poème. L’aveugle lui a crevé les yeux et l’a tué.

Sword Akina
Fils adoptif de Gladius Sword. Il vit chez lui.
Il veut toujours être le meilleur, et est un peu arogant.
Il n’a pas fait réagir la philonite lors de l’anniversaire de ses 22 ans, ce qu’il l’a particulièrement contrarié.

Sword Gladius
Né en 971csh
Président de la résistance. Il a un grade de Général dans l’armée.
Il est assez grand et baraqué, il a les yeux bleus.
Fils de Finlongfinger.
Il est intransigeant et ne montre aucune compassion envers ses troupes.
Il peut faire preuve de douceur avec Akina mais uniquement dans leur intimité.
On ne sait pas comment il a obtenu la liste des noms des bugs.

Teolia Auria (mort à la NY le 3 janvier 1001 CSH)
Frère ainé de Sen Teolia

Teolia Kenji (tué au combat le 3 janvier 1001 CSH)
Père de Sen Teolia
Membre de la résistance terrienne

Teolia Sakura (tué au combat le 3 janvier 1001 CSH)
Mère de Sen Teolia
Membre de la résistance terrienne

Teolia Sen
C’est mon simulacre.

WGA
Albinos auteur des poèmes, il avait une femme et deux enfants, Sword semble le connaitre mais ne veut pas l’avouer.

Xela Amalsy
C’est le simulacre de Sylvain.

Zeno Youssouf (tué par l’aveugle)
Garçon d’une dizaine d’année qui a été décapité par l’aveugle.
Il était l’ami de Todd.
















Session 1 : (6 janvier 2019)
14/12/1018 csh
Aujourd’hui, c’est notre 22ème anniversaire à Akina, Amalsy et moi. Pour l’occasion nous sommes conviés à l’université par le conseil de la résistance.
Sont présent à cette réunion : Søren Sollipsis, Gladius Sword, Maria Greedway, Michel Setra, Chrysaor Orion.
Søren extrait une pierre de philonite de sa main comme par magie, la pierre semble poussée du creux de sa main. La philonite est un métal étrange qui réagit aux bugs et aux immortels en se liquéfiant.
Søren présente la pierre successivement à chaque bug, la pierre réagit à Amalsy et à moi comme elle l’a fait en 1001 quand on est monté dans le subseris (sous-marin) de la résistance. A la surprise de tous elle ne réagit pas avec Akina ce qui le rend hystérique. Il est accompagné à l’hôpital par Maria et Gladius car il s’est tranché la paume de la main avec la philonite en essayant de la faire rentrer de force.
Nous restons Amalsy et moi avec Soren, Michel et Chrysaor.
Soren nous présente des blocs de philonite en nous expliquant qu’il s’agit d’armures qu’il a confectionnées pour nous, il appelle ces armures des resplioïdes. Lorsque l’on saisit ces blocs, ils sont absorbés par notre corps puis ressortent par notre peau pour créer une armure autour de nous.
Soren fait sortir son armure (armure blanche veinée de noir avec de grandes ailes) et nous dit de le suivre dans l’ombre-monde.
Je pense très fort « ombre-monde » et je me fais digitaliser et envoyer vers l’ombre-monde. A priori le ressenti de chacun lors du transfert est unique.
Nous apparaissons dans l’ombre-monde à l’endroit exact que nous occupions dans le monde réel, or dans l’ombre-monde la base n’existe pas, il n’y a qu’une grotte immense et vide. Du coup, Amalsy et moi faisons une chute de plusieurs mètres ce qui nous fait subir une blessure assez grave. Les armures ne nous protègent pas des blessures, à par un nombre limité de blessures mortelles ce qui peut nous sauver la vie.
Soren nous explique que l’ombre-monde est incomplet et que les lois de la physique ne s’appliquent pas à nous. Il nous invite à essayer par nous-même.
J’essaye de m’envoler, sans grand succès, Amalsy lui, réussit à faire jaillir un geyser de vent sous ses pieds, mais il ne le contrôle pas vraiment et retombe de nouveau lourdement sur le sol.
Soren nous dit ensuite de le rejoindre dans le monde réel. Mais avant cela il nous met en garde de ne pas considérer que les resplioïdes sont vivantes, ce ne sont que des armures. Il nous indique également que dans l’ombre-monde, seule la volonté compte.
Nous repassons dans le monde réel pour réaliser que nous occupons la même place dans le monde réel que celle que nous occupions dans l’ombre-monde au moment du transfert. Heureusement nous apparaissons dans un mur d’une classe de l’université, et nos resplioïdes nous sauvent la vie, mais à quelques mètres près nous aurions pu apparaitre dans un élève et le tuer. Il faudra être très prudent à l’avenir.
A notre retour nous assistons impuissant au suicide d’une jeune étudiante de 18 ans qui se jette du toit de l’université. Nous ne savons pas quelles sont les raisons de ce suicide.




























Session 2 : (19 février 2019)
14/12/1018 csh
Dans la semaine qui suit les précédents évènements, nous prenons du temps avec Amalsy pour nous entrainer avec nos resplioïdes. Nous testons également nos capacités dans l’ombre-monde. Quand je demande des nouvelles d’Akina, on me dit qu’il s’est calmé mais qu’il ne veut voir personne. Je demande également à Soren si je peux l’aider à comprendre pourquoi la philonite n’a pas réagi avec Akina il me dit que non.
A la fin de la semaine, après un entrainement, alors que je vais déjeuner à la cantine de la caserne, je vois une sorte d’Autel dressé sur un mur du réfectoire en hommage à la jeune fille qui s’est suicidé il y a quelques jours. Je reconnais dans la salle des étudiants présents sur les photos commémoratives et je les aborde. Je leur pose quelques questions sur leur amie, ils me disent qu’elle était heureuse et faisait des projets pour l’avenir, elle n’avait aucune raison de se suicider.
En sortant de la cantine, je décide d’appeler Amalsy pour que l’on continue l’entrainement avec les armures. Il me dit que son amie Rose a eu une crise de violence alors qu’ils étaient ensemble à la bibliothèque. Après l’avoir emmenée à l’hôpital, il se dirige vers le domicile de Rose pour essayer de comprendre, je décide de le rejoindre là-bas. Quand j’arrive près de l’immeuble d’habitations, je vois Amalsy passer à travers la fenêtre de l’appartement de Rose et s’écraser dans la rue 4 étages plus bas. Heureusement il avait son armure, je me précipite vers lui. Il est sonné mais n’a pas l’air trop gravement blessé, je l’emmène à l’hôpital ou on nous confirme qu’il n’a rien de grave. Je lui propose qu’on aille dans mon appart à la caserne pour qu’il me recompte ce qui s’est passé.
Une fois chez moi, Amalsy me raconte qu’il a trouvé un bout de papier dans le livre que lisait Rose juste avant sa crise. Sur ce papier est rédigé un petit poème qu’il me décrit comme étant malsain, et qui parle d’un refus d’accéder ou d’accomplir des rêves ou des pensées. Le poème est signé W.G.A. et n’est pas rédigé de la main de Rose. Quand Amalsy a lu ce petit poème alors qu’il était à l’appartement de Rose, il s’est mis à trembler et s’est pris d’une envie irrépressible de suicide, c’est pour cela qu’il est passé par la fenêtre. Il me dit que cela pourrait expliquer les vagues de suicides et de crises de violence qui se sont multipliées depuis 5 ou 6 ans.
J’ai du mal à le croire et suis surpris de voir Amalsy tenir de tels propos alors que je le connaissais si cartésien. Je décide donc de lire le poème pour constater par moi-même de ses effets.
Le poème est assez étrange, il est composé des deux paragraphes, le premier parle de la peur qu’engendrent des rêves, des pensées à l’auteur des lignes, le second est comme écrite par le rêve lui-même et tient des propos haineux et destructeurs envers l’auteur des premières lignes.
En lisant ses lignes et sens m’en apercevoir je commence à trembler, Amalsy arrête le processus en me donnant une claque sur le dos. Ce papier semble effectivement avoir des propriétés singulières, et me laisse très perplexe.
Amalsy propose d’aller voir son ami Rodolphe qui devrait pouvoir nous donner la provenance du papier sur lequel est écrit le poème. Tout ce que Rodolphe peut nous dire c’est que le papier ne provient pas de la base, il vient de l’extérieur. Amalsy lui demande si dans ses connaissances des personnes ont eu des crises de violence, Rodolphe nous indique qu’il n’a plus de nouvelles d’une de ses connaissances : Darius Cashane.
Nous partons avant que Rodolphe n’essaye de nous refourguer la moitié de son stock de bibelots.
Amalsy propose ensuite d’aller à la bibliothèque. Nous y obtenons la confirmation que le papier est très ancien et d’une qualité particulière. Quand Amalsy dit au bibliothécaire que le poème est à l’origine des crises de violences de ses dernières années et qu’il ne faut surtout pas lire le poème, le bibliothécaire le prend pour un fou et tente de lire le papier. Amalsy lui arrache alors le papier des mains, le papier se déchire en deux morceaux.
Je propose ensuite d’aller voir Soren à l’Université. Il ne répond pas lorsque nous frappons à la porte de son bureau, nous entrons, personne. Son bureau contient une grande bibliothèque avec des livres dont nous ne connaissons pas la langue. Il y a une porte de métal au fond de son bureau. Nous ouvrons pour découvrir une grande serre remplie de végétation et d’animaux que nous n’avions vu que dans le livres, la lumière est un peu aveuglante par rapport à la pénombre habituelle de la base, le spectacle est assez fascinant. Nous suivons un chemin de Terre pour trouver Soren au fond de la serre. Il est assis devant une plante et semble lui parler, ses cheveux sont anormalement longs et sembles s’entremêler avec la végétation environnante.
Ses yeux sont tout blancs. Lorsque nous approchons et touchons une plante à laquelle il était connecté, il se réveille d’un coup et semble gêné qu’on l’ait découvert ainsi.
On lui fait part du poème étrange et il nous conseille d’aller voir Gladius. Il lit le poème mais cela ne semble pas l’affecter.
A la fin de la discussion, Soren m’emmène à l’écart dans une petite clairière fleurie et baignée de lumière. Il me demande de m’assoir, de fermer les yeux et de me relaxer pour laisser mon esprit vagabonder.
Je m’oublie un instant et me retrouve à la nouvelle York non loin de ma mère, juste avant qu’elle ne se fasse tuer par le quadrilla. Quand je vois le quadrilla approcher, je me précipite pour défendre ma mère en affrontant le quadrilla. Mais elle ne me laisse pas faire et m’écarte du quadrilla en me disant « non mon fils, ton heure n’est pas encore venue », juste avant que le quadrilla ne frappe et la tue. Je hurle et me réveille dans la clairière. L’amour de ma mère qui m’a sauvé la vie est maintenant gravé à jamais dans ma resplioïde, m’offrant une protection extraordinaire, « la vie d’une mère ».

Session 3 : (17/04/2019)
21/12/1018 csh
Je reviens à moi, dans le jardin de Soren. Je retrouve Amalsy, et nous retournons au bureau de Soren. Nous l’y trouvons et il nous demande de mettre nos resplioides afin de les examiner. Il nous demande si nous arrivons à enlever des parties de notre armure, nous nous exécutons. Il nous rappelle qu’il ne faut surtout pas enlever tout ou partie de l’armure quand on est dans l’ombre-monde.
J’interroge Soren à propos de ses cheveux et de sa connexion avec les plantes du jardin. Il me dit que la capacité de ses cheveux est probablement liée à son immortalité, comme finlongfinger pouvait tuer avec la voix. Soren nie pouvoir communiquer avec les plantes.
Nous testons le poème, il n’a plus ses capacités singulières, probablement depuis qu’il a été déchiré. Nous partons ensuite voir Gladius Sword pour lui parler du poème. Nous le trouvons dans son bureau en train de partager un verre avec Michel Setra. Une fois qu’on lui a raconté ce que l’on sait, il nous conseille d’aller voir Maria pour récupérer la liste des gens qui ont fait une tentative de suicide. Il nous indique également que l’on peut trouver le registre des importations sur les docks.
Nous allons voir Maria, qui nous donne la liste, et lorsqu’Amalsy lui montre le poème elle se rappelle avoir vu de tels papiers sur les victimes. Elle nous ramène un tas de papier, un grand nombre sont déchirés, tachés de sang ou d’autre liquide, mais parmi eux il en reste un qui est entier. Je lis le poème à voix haute et je sens que ma psyché est attaquée, cette expérience me laisse un peu déboussolé, mais n’a pas atteint les autres personnes présentent. Nous constatons que tous ces poèmes ne viennent pas du même livre, mais ils sont tous écrits de la même main et sur des bouts de papier très anciens.
On décide ensuite d’aller voir la première personne de la liste. Il s’agit de Todd Soros, un garçon d’une dizaine d’année. Il nous raconte que c’est un de ses copains, Youssouf Zeno qui avait trouvé dans la rue le papier avec le poème. Après s’être enquit du lieu de résidence de Youssouf, nous nous y rendons.
Sur place, des agents de la milice sont en train d’enquêter sur un enlèvement d’un jeune garçon qui se trouve être Youssouf. Le chef de la milice semble avoir un coupable tout désigné pour cette affaire et s’en va l’arrêter. Nous suivons la milice jusqu’aux docks où les miliciens arrivent à arrêter un dénommé Matsuo après une courte course poursuite et un passage à tabac en règle. Ce Matsuo serait un ancien soldat de l’Omicron.
Nous décidons ensuite d’aller voire une autre victime, Neil Ortiz qui réside justement sur les docks.
Nous le trouvons en plein travail, en train de charger des planches dans un camion. Amalsy l’aide à sa tâche ce qui lui permet de gagner sa confiance, il accepte ainsi de nous parler. Il nous explique qu’après avoir lu le poème il s’est ouvert les poignets. Il se rappelle avoir avalé le papier après cela. Après l’avoir soudoyé (50 crédits), il se rappelle qu’il avait trouvé le papier à l’intérieur d’un livre (magazine) que lui avait prêté un ami docker (Paul). Nous trouvons ce Paul sur les docks et je lui achète le livre pour 25 crédits. Il s’agit d’un livre sans grand intérêt, assez vieux en papier glacé.
Nous retournons voir Gladius pour lui faire un rapport de l’avancement de notre enquête et pour lui demander une autorisation d’enquêter avec la milice. Nous retournons ensuite au docks pour voir le gérant des docks (Malone) et lui demander de pouvoir fouiller la prochaine cargaison en arrivage de Sydney afin de trouver d’autres poèmes. Il accepte, la cargaison arrivera la semaine prochaine.
Juste avant de partir en direction du bureau de la milice, un docker nous demande si on n’a pas vu Neil, il semble avoir disparu. Nous allons à son appart, que nous trouvons en désordre, mais pas de trace de Neil. Amalsy va dans l’ombre-monde mais ne trouve rien à part une lueur étrange au fond de la grotte.
Je me dis qu’il nous faudrait de la main d’œuvre pour fouiller la cargaison la semaine prochaine. Je tente ma chance avec Soren en lui demandant si des étudiants peuvent nous aider, il refuse et me conseille de demander aux docker, après tout c’est leur travail. Nous retournons au docks pour demander à Malone la possibilité d’employer des dockers pour fouiller la cargaison, il acceptera uniquement si Gladius Sword lui en donne l’ordre. Gladius nous fournit cette requête. Pas de nouvelle de Neil.
Nous nous dirigeons ensuite vers la porte de la base pour enquêter sur cette lueur perçue dans l’ombre-monde. Une fois dans l’ombre-monde, on remonte le tunnel pour se retrouver à l’extérieur de la grotte. La lueur était la lumière du jour. Nous apercevons au loin une structure étrange. Amalsy n’est pas chaud pour y aller mais j’arrive à le convaincre. Il s’agit d’une structure chaotique faite de cube creux de métal dont les diagonales sont jointes. La structure sort du sol et monte dans le ciel.
Amalsy grimpe à la structure mais ne vois rien de particulier (il aperçoit une autre structure identique mais suspendue dans les airs à quelques kilomètres de là). La structure n’existe pas dans le monde réel. Nous rentrons, toujours pas de nouvelles de Neil aux docks. Nous nous rendons chez Soren pour discuter de la structure. Il nous réprimande sur notre imprudence d’être sorti de la base, au risque de se faire détecter. Il nous explique ensuite que la structure est une anomalie de l’ordinateur de runes. Celui-ci n’est pas complet, et c’est là, la quête de Mifos, qui cherche de nouvelles runes pour compléter l’ordinateur et parfaire l’ombre-monde.






Session 4 : (13/05/2019)
21/12/1018 csh
Nous décidons d’aller voir Rose à l’hôpital pour tester ma théorie et constater si elle a disparu ou non. Elle est toujours présente mais dans le coma. Nous nous rendons ensuite au poste de la milice pour poursuivre notre enquête sur les disparitions. Nous trouvons Sy et ses hommes en train de jouer au jeu du Val (jeu de cartes). Leur accueil est glacial, nous leur montrons l’autorisation signée de Gladius Sword et leur demandons s’ils ont progressé dans leur enquête et s’ils ont déjà eu d’autres cas de disparition. Sy nous rétorque qu’il est trop tôt pour que l’enquête ai commencée et qu’il a déjà eu des cas de disparition, la plupart du temps il s’agit de gens qui s’enfuient de la base en montant clandestinement dans un subseris. Quand on mentionne Matsuo, Sy nous dit qu’il ne croit pas à son changement de camp et que pour lui il est un espion de l’Omicron. Quand on demande à le voir, il nous explique qu’il s’est débattu et qu’ils ont dû le maitriser de force. Dans sa cellule, Matsuo est attaché à une chaise et a subi un passage à tabac. Nous discutons avec lui. Il nous explique qu’il était dans l’Omicron est qu’il a changé de camp en voyant les atrocités qu’on lui demandait de commettre à la NY. Il s’est rendu à Gladius Sword et a révélé tous ce qu’il savait de l’Omicron. Nous décidons Amalsy et moi de le libérer, pour éviter une bavure, Amalsy reste avec lui pendant que je vais voir Gladius pour obtenir sa libération. Gladius me dit qu’il ne peut pas faire cela car il doit conserver de bonne relations avec Sy, la milice est utile à la base. Mais il me dit que l’on peut payer sa caution, il passe un coup de fil rapide au poste de la milice pour s’assurer que la caution ne dépassera pas les 2000Cr habituel à cause de notre statut de bug. Sur le chemin du retour Amalsy me contact par Resplioïde et décide de libérer immédiatement Matsuo, Sy lui fait payer 5000Cr. Il emmène Matsuo chez lui et lui sert un repas royal pour le plus grand bonheur de celui-ci. Amalsy tient à le raccompagner chez lui, on s’exécute et ensuite on va s’enquérir de la situation du petit Todd. Ses parents nous disent qu’il est sorti jouer avec ses camarades, et ses amis de jeux nous disent ne pas l’avoir vu, il a disparu. Amalsy va prévenir ses parents. On décide ensuite de tester une nouvelle personne sur la liste, Louise Cruise. Quand on lui présente le papier avec un poème, elle semble effrayer mais nie avoir lu un poème. On s’arrête là, mais Amalsy retourne la voir pour essayer de la séduire, c’est vrai qu’elle est mignonne. En repartant, on croise la milice qui nous informent que Sy a disparu et que ce n’est pas dans ses habitudes. Ils nous avouent à demi-mots que Sy fréquente régulièrement un bar à stripteaseuses que Amalsy connait bien : « le renard ». On s’y rend, Apparemment Amalsy y a ses entrées, on obtient rapidement l’information que Sy est passé au club il y a une heure et qu’il était accompagné d’un aveugle, puis il s’est rendu dans une tour non loin du club. Cet aveugle serait un ancien ouvrier qui aurait perdu la vue suite à un accident avec des produits toxiques. Je vais à la caserne dans l’espoir de trouver l’adresse de Sy, mais en fait Amalsy qui s’était dirigé vers la tour a pu soudoyer le gardien qui lui a indiqué l’étage où réside l’aveugle, ils sont donc allés chez lui en non chez Sy. J’y retrouve Amalsy au pied de la tour. Nous montons à l’avant dernier étage.
L’étage est dans le noir, nous mettons nos resplioïdes et éclairons la zone. Nous décidons de fouiller les appartements les uns après les autres. Le premier est le foyer d’une famille de rats et de blattes. Le second n’est pas mieux mais contient des cartons entiers remplis de livres. Je remarque des traces de pas aux sols, ces cartons ne doivent pas être là depuis trop longtemps. Dans l’appart suivant, nous voyons une mare de sang qui proviens de la salle d’eau, nous forçons l’entrée pour y découvrir le corps de Neil décapité.
Dans l’appart suivant, nous trouvons un bureau rempli de poèmes. Dans l’appart suivant nous trouvons le corps également décapité de Youssof dans une pièce vide. Dans l’appart suivant nous trouvons au bout du couloir d’entrée le corps sans vie de Todd avec les yeux crevés. Dans l’appart suivant les murs sont recouverts des poèmes, nous apercevons au bout du couloir quelqu’un d’attaché avec un sac sur la tête, il semble vivant, je me précipite pour lui arracher le sac, il s’agit de Sy. A cet instant, l’aveugle sort de la pièce d’à côté et me colle une balle dans la tête avec une précision et une rapidité fulgurante. J’attaque, mais rien n’y fait il esquive tous mes coups avec une facilité déconcertante. Amalsy tir avec son canon, en un instant l’aveugle se saisi de Sy et le met sur la trajectoire du rayon qui le désintègre partiellement. L’aveugle nous dit alors qu’il n’existe pas, qu’il n’est qu’une conséquence de notre existence, qu’il ne perçoit le monde que part nous. Amalsy lui demande s’il veut se voir, l’aveugle répond oui et Amalsy lui tend un miroir qu’il a trouvé dans la pièce. Quand nous regardons tous les trois dans le miroir, l’aveugle nous dit « Comme votre monde est beau » et retourne son arme contre lui. Après son suicide, nous entendons des bruits en dehors de l’appart, comme des pas de course. Nous sortons pour entrevoir une ombre de forme humaine adulte avec des cornes sur la tête. Je lui dis « qui êtes-vous, nous ne vous voulons pas de mal », mais il s’enfuit en riant. Il s’engouffre dans l’appartement suivant, je le suis, Amalsy est sur mes pas prêt à toute éventualité. J’entre dans la pièce et l’ombre me pousse par derrière. Il nous dit alors : « comme on se retrouve Ashen, ravi de te revoir Hécate, les choses ne se passeront pas comme la dernière fois mes amis » puis il disparait. Nous finissons de fouiller l’étage pour trouver un stock énorme de nourriture dans l’un et une chambre aménagée dans un autre.







Session 5 : (29/05/2019)
22/12/1018 csh
Nous finissons de fouiller l’étage abandonné. Amalsy active la caméra de sa resplioïde va chercher dans le bureau de l’aveugle qui contient des livres entassés un peu partout, il commence à feuilleter certains livres pris au hasard. Il finit par prendre un des livres et y insère un maximum de poèmes qu’il a trouvé accrochés aux murs. Nous allons voir le cadavre de l’aveugle. Ses poches sont pleines de petits bouts de papiers avec des titres de livres écrits dessus, j’en trouve un qui diffère (un petit bout de carton) sur lequel figure un nom « Anchors » et une adresse dans une tour derrière l’hôpital (SECTEUR B, TOUR D). L’écriture sur ces bouts de papiers est la même que celle des poèmes. Nous constatons que l’aveugle porte sur les bras des tatouages propres aux commandos de la résistance. Nous allons ensuite voir le corps de Sy, du moins ce qu’il en reste. Amalsy lui fait les poches et trouve 1000 crédits qu’il conserve. Nous allons voir ensuite le cadavre de Neil, j’observe la coupure de la décapitation, elle n’est pas nette et n’est donc pas le fait de mon nodachi. Amalsy fait les poches de Neil mais ne trouve que de la monnaie, pas assez d’argent pour que ça l’intéresse. Je commence à ne pas me sentir très bien, la fatigue accumulée et la vision de ses scènes de massacres me mettent mal à l’aise, je demande à partir, Amalsy accepte, par contre c’est étrange, il ne semble pas du tout être touché par la fatigue où l’horreur de ce qu’on a vu, il est bien plus fort psychologiquement que je ne le pensais. Arrivé en bas de la tour, Amalsy retourne interroger le gardien. Celui–ci nous apprend que l’aveugle se nomme Koba et qu’il l’aurait vu plusieurs fois avec un individu terrifiant aux yeux rouges, masqué et dont le visage était caché dans son écharpe. Il nous indique également que d’autres personnes venaient régulièrement, un homme petit et gros et une belle femme. Il nous demande ce qu’il se passe et je lui révèle qu’il y a plusieurs cadavres au 66ème étage. Il commence à paniquer probablement parce qu’il louait de façon illicite cet étage à Koba. Nous le rassurons, et je décide de rester sur place et d’appeler la milice pendant qu’Amalsy va à la résidence des Sword pour informer Gladius de la situation. Un phénomène étrange c’est produit au moment où j’ai appelé la milice, je n’ai pas réussi à me souvenir de mon nom de famille au moment où le milicien me l’a demandé. Amalsy revient un peu plus tard et me dit que Gladius Sword était satisfait, je suis un peu dubitatif car il a réveillé le général chez lui en pleine nuit pour lui apprendre que 5 résidents de la base sont morts. La milice du secteur arrive sur les lieux, elle est à priori accompagnée par d’autres miliciens de secteurs différents. Le responsable nous dit qu’il prend en charge la situation et nous demande de lui donner tout ce qu’on a pu trouver sur place, je lui donne le bout de carton que j’avais trouvé dans le poche de Koba, et Amalsy et moi rentrons nous coucher dans nos appartements respectifs, même s’il a insisté pour dormir avec moi, je suis trop fatigué pour en penser quoi que ce soit, il est 4h du matin.
La nuit est difficile, je fais des cauchemars, je vois en rêve Koba perpétrer ses atrocités sur ses victimes.
Amalsy me réveille à 11h. Il m’explique qu’il est déjà passé mais que je ne me suis pas réveillé, et qu’il en a profité pour aller à l’adresse du bout de carton. Il n’a rien trouvé mais n’est pas entré dans l’appartement dont on a l’adresse. Il est ensuite allé faire son rapport à Sword. Amalsy a vraiment une santé de fer ! Je vais prendre une douche pour essayer de me réveiller. Sur la demande d’Amalsy, nous cherchons Akina à la caserne mais sans succès, nous allons au bureau de Sword pour que je lui fasse mon rapport. Il nous félicite pour notre travail et nous annonce qu’il a constitué l’escouade « Bug » à la demande du conseil, et qu’il a besoin de désigner un leader. Amalsy se propose naturellement, c’est la première étape de son ascension pour prendre la place de Sword. Nous continuons de chercher Akina dans les restaurants aux alentours de la caserne pour finir par le trouver à une terrasse de bar avec des commandos de la résistance plus âgés que nous. Akina semble chercher à se faire de nouveaux amis, ce n’est pas son style. Un des soldats nous reconnait pour des bugs et nous demande de venir à leur table. Cela semble mettre Akina mal à l’aise, je refuse mais Amalsy accepte volontiers (il n’a probablement pas vu la réaction d’Akina), je m’excuse discrètement auprès d’Akina et m’assoit. Les soldats ont l’air très éméchés, l’un deux renverse la moitié de sa bière sur ma chemise. Amalsy paye sa tournée, je ne sais pas ce qu’il cherche à faire. Les hiérarchies sont mal définies, les commandos nous voient comme des petits jeunes à prendre sous leur aile alors qu’Amalsy les voit comme des soldats sous ses ordres, cela a failli conduire à une bagarre. Je leur demande comment sont les missions à l’extérieur, et ils me répondent que les missions les plus difficile sont à Sydney car c’est la plus grande ville de l’Omicron sur Terre. La conversation finie par arriver aux bugs et aux armures, à ce moment Akina baisse la tête, comme gêné, je pense qu’il n’a pas révélé qu’il avait échoué à intégrer son armure. Pour préserver Akina, je décide de mentir aux commandos en leur disant qu’on doit garder secret les capacités des armures et donc qu’on ne peut pas leur montrer. Ils sont un peu déçus mais tout s’arrange quand Amalsy leur repaye une tournée. A la fin du repas, nous prenons Akina à part pour discuter un peu. Il nous dit qu’il veut absolument retenter sa chance avec la resplioïde, on lui répond qu’on pourra en toucher un mot à Sollipsis quand on le verra, une lueur d’espoir brille dans les yeux d’Akina.
Nous nous rendons au bureau de Sollipsis. Il est dans son jardin, je remarque sur son bureau un vieux manuscrit de papier abimé, je regarde ce que c’est, il s’agit de la retranscription de la conférence du référendum de 559csh, ça m’intrigue et je commence à le lire. Sollipsis revient du jardin, il me réprimande car je n’ai pas à fouiller dans ses affaires. Nous lui parlons ensuite des visions étranges que nous avons eues en affrontant Koba. Il nous dit avoir expérimenté de tels phénomènes avec la resplioïde notamment quand on regarde des zones d’ombres. Cela me rassure, je ne suis donc pas fou, c’est la resplioïde qui fausse ma perception. Il nous explique ensuite que la philonite est à l’origine une grande masse en forme de rose qui dérivait dans l’espace et qui s’est écrasé sur la lune où elle a été trouvée. Pour lui la philonite a une propriété d’unicité inaltérable, c’est pour cela que même coupé en morceaux pour former les resplioïde, les morceaux de philonite sont « connectés » entre eux. Il pense également que les Runes sont faites de philonite ce qui expliquerait la capacité des resplioïde à « voyager » dans l’ombre-monde. Un effet secondaire de la resplioïde est que lorsque nous fixons une zone d’ombre, nous pouvons avoir des visions (projection de notre esprit). Sollipsis nous conseille de filmer la prochaine fois. Il nous apprend également que Myphos recherche 6 runes, il en dispose de deux. Les runes seraient faites de philonite, ce qui expliquerait la connexion entre les runes et les resplioïdes. Nous parlons ensuite d’Akina, et pour Sollipsis il est encore trop tôt pour retenter l’expérience, il a peur qu’un second échec anéantisse psychologiquement Akina. Nous lui parlons de l’escouade « Bug » que Sword a constitué, et il nous met en garde qu’il ne faut qu’en aucun cas nos resplioïdes tombent dans les mains de l’omicron, cela pourrait révéler l’existence de la base du pôle Sud. Nous allons ensuite à nouveau méditer, mais cette fois Amalsy vient avec moi, nous ne sommes pas séparés.

Méditation de Sen :
Une falaise rocheuse d’une cinquantaine de mètres plonge directement dans une mer bleue dont les vagues viennent se fracasser contre elle. En haut de la falaise sur une pleine herbeuse se trouve un pégase blanc et majestueux. Il fait beau, un léger vent fait onduler la crinière du pégase. Soudain quelque chose à l’horizon attire l’attention du pégase, il s’élance dans un galop en direction de la falaise. Quand il arrive au bord du précipice il n’arrête pas sa course, mais se lance dans le vide. Il déploie ses ailes qui freinent alors sa chute. En quelques coup d’ailes il s’élance dans le ciel à travers un nuage. En sortant du nuage, les ailes du pégase sont toujours là mais à la place du corps de cheval il y a Sen et sa resplioïde.

Après la méditation, je m’aperçois que ma resplioïde a maintenant une paire d’ailes identique à celles de la créature de ma méditation. En sortant du jardin, Sollipsis me demande si la conférence du référendum m’intéressait, je lui réponds que oui et il me tend le manuscrit que j’avais commencé à lire plus tôt. Je le remercie et nous quittons son bureau. Je m’empresse d’aller essayer mes ailes sur le toit de l’Université, je me jette dans le vide et les ailes me permettent de planer jusqu’au sol et d’atterrir en douceur. C’est incroyable ! quelles surprises nous réserve encore la philonite !
Nous décidons ensuite avec Amalsy d’aller tester les nouvelles capacités de nos armures dans une salle de combat de la caserne, cette démonstration ne manquera pas d’attirer le regard de quelques soldats curieux de voir les bugs en action.


Méditation d’Amalsy :
Un dragon dégageant une aura de puissance et de force apparaît dans ma méditation, dans ma vision. Le dragon se superpose à ma resplioide, à mon corps, il m’entoure ensuite de ses ailes protectrices. Elles semblent d’une résistance hors du commun. Leur envergure est de plusieurs mètres.
Je ressens une certaine sérénité, une certaine puissance. (→ 1 BM défensif).



























Session 6 : (05/06/2019)
23/12/1018 csh
J’ai dévoré « le monde logique », c’est une révélation, je comprends beaucoup de chose à la lumière de ce texte. A la première heure, le matin du 23, je vais chez amalsy pour lui parler du « monde logique », il faut absolument qu’il le lise. Mais avant il faut que j’en discute avec Sollipsis, nous allons donc à l’université. Malheureusement, il n’est pas là et la personne de l’accueil nous indique qu’il ne donne pas de cours pendant plusieurs semaines. Amalsy souhaite aller voir Rose à l’hôpital, nous y allons. Rose semble toujours être dans le coma, mais elle répète en boucle une phrase étrange : « Il s’aperçu qu’il y avait autre chose dans le monde que les spéculations de la Sorbonne et les vers d’Homerus, que l’homme avait besoin d’affection, que la vie sans tendresse et sans amour n’était qu’un rouage sec, criard et déchirant. »
Nous décidons ensuite d’aller voir la tour dont l’adresse figure sur le bout de carton de Koba, enfreignant ainsi les injonctions de Sword. En sortant de l’hôpital on voit des papiers voler dans la rue. J’en ramasse un, c’est un poème de WGA, je le lis : « Dès l’enfance, je percevais l’écoulement des heures, indépendantes de toute référence, de tout acte et de tout évènement, la disjonction du temps et de ce qui n’était pas lui, son existence autonome, son statut particulier, son empire, sa tyrannie. Je me rappelle on ne peut plus clairement cet après-midi où, pour la première fois, en face de l’univers vacant, je n’étais plus que fuite d’instants rebelles à remplir encore leur fonction propre. Le temps se décollait de l’être à mes dépens. »
Il n’a pas l’effet néfaste que le poème avait avant la mort de Koba, je me sens même assez bien. Les feuilles semblent venir de la tour, et même d’une fenêtre ouverte au dernier étage de celle-ci.
Amalsy ramasse d’autres poèmes :
« J’ai toujours cherché les paysages d’avant Dieu. D’où mon faible pour le Chaos. »
« Sosie décalqué. L’autre de ton existence, Celui que tu voudrais être, Que tu ne seras jamais, Que tu ne peux pas faire exister, Règles, conventions arbitraires, Façonnage de l’esprit invalidant, Altération du cerveau, Doublure négative, Miroir de notre société, Le blanc et le noir, s’entremêlent sans cesse, ne te laissent aucun répis, aucun choix. Tu dois être autre, un autre sosie décalqué par la raison, Comme moi, WGA. »
Nous nous dirigeons vers la tour. Arrivé au dernier étage, nous constatons qu’il est abandonné et dans la pénombre. Amalsy se met immédiatement à filmer avec sa resplioïde. Il n’y a qu’une seule porte à l’étage, nous décidons d’appeler la milice. Je mets également ma resplioïde et commence à filmer, j’ouvre ensuite la porte et découvre derrière elle une salle éclairée de multiples bougie, des centaines de poèmes accrochés aux murs, et en son centre un bureau auquel est assis un homme de dos en train d’écrire. Aux murs sont également dessinés des symboles dont certains sont des cubes avec les coins joints par des lignes, ce que nous avions vu dans l’ombre monde. Je ressens soudain un malaise, une peur indicible en présence de cet individu. Je fais signe à amalsy de reculer mais malheureusement nous faisons du bruit en nous déplaçant. L’homme se retourne avec une vitesse inimaginable, il a entre 40 et 50 ans, les cheveux et les sourcils blancs, les yeux rouges et le peau translucide, c’est l’albinos qui avait été vu avec Koba à plusieurs reprises. En un instant il saute par la fenêtre et disparait. Nous fouillons la pièce, le dernier poème que l’albinos déclame qu’un artiste ne peut pas être tenu responsable de la folie qui peut s’emparer de ses lecteurs. Amalsy bourre ses poches avec le plus de poèmes qu’il peut, je ne sais pas à quoi ça va lui servir ? Je me repasse ce que j’ai filmé, mais je ne ressens plus cette peur qui m’a saisi la première fois. En attendant l’arrivée de la milice, Amalsy me demande d’éteindre ma lampe torche, il éteint toutes les bougies et tire le rideau de l’appartement pour le plonger dans le noir, il m’explique ensuite qu’il a essayé de « regarder » dans le noir pour déclencher une vision mais sans succès. Amalsy trouve dans le tiroir du bureau une photo de l’albinos avec sa femme et ses enfants, il s’agit bien de lui mais son apparence physique a beaucoup changé depuis cette photo. La milice arrive en prend en charge la suite. Nous décidons d’aller en parler à Sword. Nous le trouvons à la caserne en plein entrainement, il a l’air contrarié qu’on le dérange pendant l’entrainement, et il l’est encore plus quand on lui raconte ce qu’on a fait alors qu’il nous avait donné l’ordre de ne plus enquêter sur l’affaire des poèmes. Quand Amalsy lui donne la photo de l’albinos il nie le connaitre, mais il a eu une réaction troublée, je pense qu’il doit le connaitre mais qu’il ne veut pas nous le dire. Il nous rappelle qu’on doit s’entrainer pour le prochaine mission, Amalsy se propose d’intégrer immédiatement l’entrainement que dirige Sword, ce dernier accèpte. Amalsy s’en tire bien, et Sword nous convoque dans son bureau. Nous nous y rendons pour y trouver Désiré, l’assistant civil de Sword. Sword fini par arriver pour nous donner quelques détails sur notre prochaine mission. Elle aura lieu dans une semaine, on devra se rendre au Pôle Nord pour enquêter sur des disparitions, Sword a déjà envoyé une escouade qui n’est pas revenue, il soupçonne Vigo Nemeo d’avoir trahi et d’être à la botte de l’Omicron, notre identité de bug devrait donc restée secrète à tout prix. Nous aurons à faire sur place avec le chef de la sécurité, un certain Conrad. La base étant occupée par la résistance, elle devrait être abandonnée dans l’ombre-monde.
On passe les jours suivants entre l’entrainement, les visites à l’université pour trouver Sollipsis et la recherche d’Akina.
25/12/1018csh
Nous finissons par trouver Akina au milieux d’un groupe de soldats qui se dirigent précipitamment vers les docks, nous les suivons. J’interpelle un soldat qui nous dit qu’il se prépare une grande mission de sauvetage, c’est pour cela que tous les soldats se dirigent vers les docks. Arrivé aux docs nous y voyons Sword en train de donner des ordres aux soldats qui commencent à monter à bord d’un subseris de combat.
Sword nous propose de venir en mission, ça sera une bonne occasion de montrer ce que l’on vaut, nous acceptons. Une fois à bord, on nous fait le topo de la situation : un subseris de marchandise pour le pôle sud a dû faire surface il y a 30 minutes à cause d’un navire de l’omicron, il se trouve à 900 km dans l’océan Atlantique. Nous n’avons pas d’autre détails mais la mission est clair, nous devons récupérer coute que coute le subseris de marchandises. On ne noua a pas donné d’ordre, c’est à nous de décider si l’on veut monter à bord d’une sliptik (aéronef de combat), prendre un jet pack, ou monter dans une embarcation pour prendre d’assaut le navire. Au dernier moment on se décide avec Amalsy pour monter dans un sliptik, Sword et Akina sont monté dans un autre sliptik. Quand les panneaux de la cale s’ouvrent à l’extérieur, on s’aperçois que l’on est en plein milieux d’une tempête, la pluie tombe drue et des éclairs zèbrent le ciel nuageux. Les combats ont déjà commencé, on voit des tirs passer dans le ciel au-dessus de nous.
Dès que l’on décolle du pont du subseris, on est jeté dans la rage du combat, on voit le subseris de marchandise amarré au subseris de combat de l’Omicron qui l’a abordé. Dans le ciel il y a plusieurs vaisseaux de chasse de l’omicron, des tirs fusent dans tous les sens, beaucoup de soldats de l’omicron sont sur le subseris de marchandises. A bord de notre sliptik, les soldats ont commencé à tirer sur l’omicron, Amalsy se joint à eux avec son canon Delta, un autre sliptik de la résistance explose non loin du notre, abattu par une roquette de l’Omicron. Je n’ai pas d’arme à feu, j’attends donc que notre sliptik se rapproche du subseris de marchandise. Une fois assez proche, Amalsy remarque que l’équipage du subseris a été fait prisonnier par l’omicron et qu’ils étaient en train de les charger dans un aéronef avant que les combats ne commencent, on décide d’intervenir avec Amalsy. Je le prends sous les épaules et on se jette dans le vide pour planer avec mes ailes jusqu’à la zone où sont les prisonniers. On atterrit dans la cale du subseris, tous les soldats de l’omicron se retourne vers nous, le regard incrédule, mais il leur faut peu de temps pour reprendre leurs esprits et nous mettre en joue. Je sors mon baton et utilise son « onde protectrice » pour nous protéger de la rafale, Amalsy vise avec son canon et tire. Nous n’allons pas y arriver comme cela, ils sont trop nombreux, on passe dans l’ombre monde. Dans l’ombre-monde, les subseris ne sont pas présent, on se retrouve dans l’eau, on essaye de se repérer et d’avancer suffisamment pour se retrouver dans le dos des Omicrons quand on réapparait dans la réalité. Ça a marché, on est dans leur dos, on en profite pour les attaquer par surprise. C’est à ce moment que l’aéronef commence à décoller, amalsy tir sur le cockpit et abat un pilote mais il en reste un autre. Avant qu’il ne soit trop tard, je me précipite dans l’aéronef. La porte du cockpit est bloquée, je prends de l’élan et fait un passage éclair dans l’ombre-monde pour passer la porte, je me retrouve dans le cockpit et somme le pilote de se poser mais il préfère me tirer dessus, je suis obligé de le tuer. Dehors Amalsy à fort à faire avec l’Omicron d’autant plus que 4 exosquelettes viennent d’arriver dans la cale. Heureusement les renforts arrivent avec Sword et Akina et aident Amalsy à tuer les soldats ennemis. J’arrive à comprendre rapidement comment fonctionne l’aéronef et je le repose au fond de cale. Nous nous regroupons puis Sword et ses hommes équipés de jet-packs partent à l’assaut du subseris Omicron. Je prends Amalsy par les épaules et nous les suivons grâce à mes ailes. On atterrit sur le subseris au milieu des combats. Je vois s’approcher deux Mécas Omicron piloté par des soldats, je me précipite sur l’un deux et je bloque ses jambes avec mon bâton, il failli m’écrasé en tombant mais j’en ai neutralisé un, le second continue sa course vers Amalsy, je bloque une extrémité de mon bâton contre le premier Méca au sol et je l’allonge de 15m, il percute ainsi violemment le dos du second Méca qui tombe sur le ventre. Akina arrive prêt de nous et achève les pilotes des Mécas d’une balle dans la tête. C’est à ce moment qu’une araignée géante mécanisée de l’Omicron s’active derrière Sword. Akina gueule « Attention papa ! », je m’élance avec mes ailes et Akina s’accroche à moi. On atterrit sur le dos de l’araignée. Je concentre toute ma force et toute ma rage dans le coup que je vais donner à la patte de l’araignée, je repense à la mort de mes parents, je me dis que c’est le moment de prouver les capacités de ma resplioïde et que c’est l’instant de montrer à Amalsy et Akina que je ne suis plus le faible petit garçon qui avait peur en 1001 lors de l’attaque de la Nouvelle York. Je laisse exploser ma rage et par miracle j’arrive à briser une patte de l’araignée dans un rugissement de colère. L’araignée chancelle et tombe sur le flan, Sword voyant cela éventre un conteneur plein de lance-missiles, en prend un et tire sur l’araignée la neutralisant. Juste avant que l’araignée n’explose, je saisi Akina et on s’envole, malheureusement le soufle d’une explosion nous fait basculer par-dessus le bord du subseris. La mer est luisante et poisseuse elle doit être recouverte d’essence, je cherche Akina. C’est à ce moment que j’assiste à une scène des plus étrange, un vieux monsieurs habillé en mousquetaire s’approche en pedalo. Sur le pedalo deux enceinte énorme joue une musique épique, pendant que ce vieux monsieur remonte à l’aide d’une canne à pêche une sorte de grand monolithe noir. Il me regarde et sourit, puis il continue sa route et disparait derrière les vague. Encore une vision d’un autre monde induite par ma resplioïde ? Je fini par retrouver Akina et on remonte sur le subseris, nous voyons que nos soldats ont récupérés des lance-roquettes et commencent à abattre les chasseurs de l’Omicron. A ce moment-là on voit avec Akina deux torpilles se diriger vers notre subseris de combat, on se sent impuissant, mais je préviens Amalsy, il se précipite vers un escalier pour nous rejoindre mais il est trop loin, je plonge avec mes ailes et le ramène à côté d’Akina, il se met alors en joue sans hésiter et avec une précision incroyable arrive à toucher de son rayon Delta l’une des torpille qui explose et détruit la seconde en même temps, Amalsy vient de sauver notre subseris et les vies de tous les soldats à son bord !
On décide ensuite tous les trois de repartir vers les combats et d’entrer dans le subseris, le but est de trouver la salle des commandes et de prendre le contrôle du subseris de l’Omicron. Les combats font rages dans les coursives du subseris, j’arrive à faire progresser nos troupes en utilisant « l’onde protectrice » de mon bâton, je me prends malgré tout plusieurs blessures qui auraient dû me tuer, mais ma resplioïde m’a protégé. Je me surprends à tuer un soldat de l’omicron alors qu’il demandait de l’épargner, que m’arrive-t-il ? Nous arrivons à repousser l’Omicron qui bat en retraite, mais Amalsy pense qu’ils n’ont pas pris le chemin du poste de commandement du navire, il nous conseille de descendre et utilise une échelle pour cela, à peine descendu qu’il remonte en criant « grenade ! », et effectivement des grenades aveuglantes explosent au pont inférieur. Nous essayons de trouver une stratégie, mais à priori cela prend trop de temps pour Sword qui jette son épée pour la planter sur le pont inférieur et se laisse tomber derrière elle pour se protéger, les soldats de l’Omicron tirent une rafale nourrie sur l’épée de Sword, nous profitons de cette diversion pour descendre et trouver des abris. Sword a détaché sa ceinture pleine de grenade et s’apprête à balancer le tout, il va couler le subseris ! J’essaye de le convaincre de ne pas faire ça et Akina intervient en ma faveur, Sword cède à notre requête, nous continuons d’avancer avec mon « onde protectrice » et finissons par acculer les soldats au poste de commandement. Nous n’avons pas de temps à perdre, je demande à Sword d’utiliser une seule de ses grenades pour tuer les derniers soldats, ce qu’il fait et je me précipite dans la salle des commandes suivi d’Amalsy. Dans la salle nous trouvons un officier en train de détruire une clé de stockage de données, Amalsy le tue d’un coup de rayon Delta, l’autre officier de la salle se suicide avant qu’on ait le temps de réagir, probablement pour ne pas être capturé. Le subseris est à nous !
Amalsy fait les poches de l’officier supérieur Omicron et trouve une photo de lui avec sa femme et ses enfants, ils ont l’air heureux sur cette photo, est-ce cela l’image de notre ennemi, où sont les monstres de l’Omicron de mes souvenirs d’enfants ?
Les dernières poches de résistance de l’Omicron cèdent rapidement et les soldats se mettent à récupérer tout ce qu’ils peuvent (y compris les morts) pour ne laisser aucune trace, cela semble être une procédure standard de la résistance.
Les otages du subseris de marchandises nous disent avoir entendu que l’Omicron comptait les envoyer sur Séléné.
Nous reprenons le chemin de la base de Pôle Sud avec 3 subseris, dont celui de l’Omicron qui est d’une technologie bien plus avancé que le nôtre.







































Session 7 : ( ??/ ??/2019)
26/12/1018csh

A faire :
Faire des recherches sur la planète Vulcain pour découvrir Urbain Le Verrier.
Demander à Sollipsis d’où vient l’expression « I might be wrong » de Sollipsis et Quadria.
Demander à Sollipsis que signifie l’inscription verticale page 109 du « monde logique » :
Arrêt de la détermination… Une erreur est survenue… ‘Il’ peut nous voir… c’est insensé…
Discuter avec Sollipsis sur le « monde logique », pour comprendre l’erreur de Quadria et ce qu’il a compris de Wittgenstein
Discuter avec Akina, il ne faut pas qu’il cache aux autres son échec avec la resplioïde, il n’a pas besoin d’une resplioïde pour être un combattant d’exception, à l’image de son père.

3 faits :

J’éprouve de la fierté à la réussite de ce premier combat, nous avons prouvé la valeur des bugs et surtout j’ai prouvé à Akina et Amalsy que je n’étais plus ce petit garçon apeuré de la Nouvelle York.
Ce premier combat a fait voler en éclats mes beaux préceptes de préservation de la vie des soldats de l’Omicron, dans la furie du combat je n’ai pas hésité à les tuer, même celui qui me demandait de l’épargner. J’ai peur de devenir comme les quadrillas, froid et meurtrier.
Un vieux mousquetaire en pedalo, et alors, ces visions ne me font plus peur, je sais qu’elles proviennent d’autres réalités, par contre quel con, j’ai encore oublié de filmer !

Idées d’améliorations :
« T’as pas mal » : la resplioïde annule la douleur causée par BG et BM, pas de malus aux Runes.









































Le monde logique

Questions pour Sollipsis:

P29/30 : [Sen] Quand Quadria compare les schéma 1 et 3 il dit que les propriétés externes sont la tâche noire et les propriété internes non réalisée sont le blanc par contraste. Lorsqu’il liste les propriétés du cube de métal qu’il prend en exemple, il écarte la propriété « Etre envahisseur de la Terre » car le cube ne peut pas envahir la terre, du coup ce n’est pas une propriété interne du cube. Par contre dans l’exemple du schéma 1 il indique « La Terre tourne autour du Soleil » comme fait positif (point noir) et « Le Soleil tourne autour de la Terre » comme fait négatif (point blanc), or il est inconcevable que le Soleil tourne autour de la Terre, tout comme il est inconcevable que le cube envahisse la Terre, qu’elle est la différence que je n’ai pas saisie. Est-ce parce qu’il a été concevable à une époque reculée que le Soleil tourne autour de la Terre, mais qu’il n’a jamais été concevable qu’un cube en métal envahisse la Terre ?
C’est exactement ça, c’est comme l’image de la planète Vulcain qu’utilise à tort Sollipsis p.93, « Vulcain tourne autour du Soleil » est un fait qui est positif pour le monde d’Urbain Le Verrier (Astronome du 3e siècle avant Hynios)

P61 : 2.022 – Il est patent que, si différent du monde réel que soit conçu un monde, il faut qu’il ait quelque chose – une forme – en commun avec lui.
[Sen] Tous les mondes ont un espace logique commun, Wittgenstein ne fait pas de distinction entre réalité et fiction.

P63 : [Quadria] Le monde n’est que l’ombre projetée de la réalité logique et formelle découverte par Wittgenstein.
[Sen] Tous les mondes sont des ombre-monde du monde logique. Notre réalité est aussi un ombre-monde.

P64 : [Quadria] Je viens de découvrir que la réalité est un échiquier, une machine parfaitement réglée.
[Sen] Quadria se trompe, il confond le monde logique essentiel et notre réalité accidentelle.

P75 : [Sen] je ne comprends pas le paradoxe de Fogelin, je ne vois pas où est le paradoxe dans les propositions de Wittgenstein :
2.04 – La totalité des états de choses subsistants est le monde.
2.06 – La subsistance et la non-subsistance des états de choses est la réalité. (la subsistance des états de choses et leur non-subsistance, nous le nommerons respectivement aussi fait positif et fait négatif).
2.063 – La totalité de la réalité est le monde.

P83 : 2.0251 – L’espace, le temps et la couleur (la capacité d’être coloré) sont des formes des objets.
[Sen] Le monde est la totalité des faits réalisés à un instant t0.

P89 : [Quadria] Les relations, voilà les véritables objets simples !
[Sen] Les objets (les choses) des faits ne sont pas des objets simples, ce sont les relations qui sont les objets simples, dans aRb, seul R est un objet.

P95 : [Sen] Sollipsis et Quadria ont tort tous les deux car ils débattent sur une réalité unique alors qu’il y a une multitude de réalités (p75 2.06)

P102 : [Quadria] dire et montrer
[Sen] Dire c’est énoncer un fait sensé réalisé ou non. Montrer est vide de sens (sinnlos) mais permet de comprendre les faits.

P124 : [Quadria] Le monde réel et le logique sont une seule et même chose !
[Sen] Quadria se trompe, dans le monde réel il y a la notion de subsistance ou non des états de choses ce qui n’est pas le cas dans le logique.

P139 : [Quadria] Si véritablement les Runes contiennent des informations au sujet de l’univers, leur langage doit être proche d’une idéographie susceptible de décrire une à une les différentes propositions élémentaires.
[Sen] qu’est-ce qui fait croire à Quadria et Sollipsis que les Runes détiennent les informations de l’univers.

P156 : [Quadria] La seule méthode correcte est celle des sciences de la nature qui se contentent de dire comment est le monde.
[Sen] C’est une erreur de Quadria, les sciences ne disent pas, elles montrent (page 102).

P169 : [N. S. Classiss] Soren Sollipsis s’approche du pupitre de Myphos Quadria. Elle vient reprendre les ouvrages de Wittgenstein.
Sollipsis est une femme dans la réalité du manuscrit « Le monde logique », ou bien s’agit-il d’une faute de frappe ? => en fait les deux, dans notre réalité Sollipsis est un homme et le manuscrit « le monde logique » contient une faute de frappe, mais dans le monde « engendré » par le manuscrit, Sollipsis est une femme.

P184 : [Quadria] Les Runes sont les objets simples ! Je suis sûr que c’est de leur combinaisons que proviennent les objets du monde réel !
[Sen] Quadria se trompe, les objets simples sont les relations, il le dit lui-même page 89. Ce sont les relations entre les Runes et le reste du monde qui sont les objets simples, c’est par cela que les Runes existent dans le monde logique, et les Runes existent dans notre monde car certaines de ces relations sont accidentellement réalisée.

P185 : [Sollipsis] Il est des choses qu’il vaut mieux ignorer !
[Sen] Sollipsis se trompe ou s’est mal exprimé, il ne faut pas rester dans l’ignorance, la recherche de compréhension est le moteur premier du Je-philosophique.

P185 : [Quadria] Je ne serais heureux qu’en accomplissant le Science !
[Sen] Quadria fait appel au sujet de Volonté (je-philosophique) dans sa proposition « être heureux » alors qu’il veut lui-même la réfuter (est-ce cela qui l’a rendu fou ?).

Réflexions de Sen

Est-ce que la resplioïde a la capacité de nous montrer des faits d’autres mondes, ce qui expliquerait l’intervention de l’humanoïde cornu dans l’appartement de Koba ?

D’après les recherches de Quadria et Sollipsis, les Runes contiennent les propositions des faits de notre réalité, mais on a trouvé que 2 des 6 Runes existantes, donc l’ombre-monde issu des ordinateurs Cosmo&Rebirth est incomplet.
Le fait que les bugs ne soient pas présents dans l’ombre-monde n’est en rien une preuve que le monde n’est pas déterminé, c’est une preuve qu’il manque 4 des 6 Runes.
La vraie preuve que notre réalité n’est pas déterminée se trouve dans le livre « le monde logique ».
La réalité est la totalité des faits positifs et négatifs, il y a donc la notion de subsistance ou non d’états de choses. Le logique est la totalité des faits mais sans notion de subsistance d’états de choses.
Le logique est donc essentiel et déterminé.
La réalité est donc accidentelle et non déterminée.
Je suis surpris que Myphos Quadria n’ai pas vu une chose aussi évidente de l’ontologie de Wittgenstein.
Je pense que Sollipsis a saisi cette différence, mais qu’il n’a pas su l’exprimer lors de la conférence, ce qui a mené Quadria à sa perte.

Pour convaincre les gens que leur réalité n’est pas déterminée, plutôt que nous brandir comme preuve (nous les bugs), il suffit de leur faire lire « le monde logique », je pense que ça sera mieux perçu par la population que de les tuer avec des bombes terroristes!






















Notes :

En dépensant 2 points d’immersions, on peut faire une action en lien avec un fait cellulis pour faire 1 point de dégât à un adversaire.

Le Pôle Sud s’approvisionne par Sydney, le dirigeant, le Duc Chrysaor Orion, noble martien est un agent double, il fait partie du conseil de la résistance. Il est haut fonctionnaire de l’Omicron.

La base su Pôle Sud contient 2 millions de personnes dont 400,000 militaires de la résistance, et 3 bugs (Akina, Almasy, Sen). Elle possède une grande étendue d’eau en son centre qui donne accès à l’océan grâce à un long tunnel sous-marin.
Autour de l’étendue d’eau, existe une grande zone ouverte avec une voute soutenue par 6 pilliers géants. Dans ces pilliers ont été construits des habitations.
A côté du plan d’eau ont été construits des doc, et juste à côté des docs se trouve les quartiers de la caserne. On trouve des zones d’entrainement sous des dômes de verre dans cette caserne.
Tout au fond de la grotte on peut trouver le quartier des réparations (mécanos).
L’hôpital se trouve dans le quartier populaire et entre le quartier populaire et la caserne se trouve l’université.

La civilisation Setantrienne date de milliards d’années.

Les quadrillas sont des entités provenant de l’ombre-monde.

Certaines technologies de la cité du pôle Sud sont d’origine inconnue.

Salaire moyen au pôle Sud = 800 crédits / mois
Salaire d’un bug = 1500 crédits / mois

Le gouvernement de l’empire se nomme NERO. Il est constitué d’une hiérarchie de titres médiévaux qui forment la noble chambre.
Il est présidé par le conseil impérial constitué de 12 conseillés (4 par planète)

La résistance a des espions sur la lune pour pouvoir accéder aux ordinateurs de Runes. L’accès est limité aux faits qui vont d’aujourd’hui à il y a 60 ans, pas avant.

Tous les bugs sont liés à la nouvelle York à la même date, mais pas tous au même instant.
Il y avait des centaines de noms sur la liste de Gladius, seul 3 ont survécu.

D’après Soren, les quadrillas sont des entités engendrées par Cosmo & Rebirth en réponse à la naissance des bugs.

Les enfants nés dans la base du pôle Sud ne sont pas des bugs, ils sont une conséquence de l’existence des bugs, ils ne font pas réagir la philonite.

Resplioïde : Elle se régénère d’elle-même.

Les blessures légères disparaissent en une nuit de sommeil.

Les points d’immersions pos/neg sont attribués pour une session et ne sont pas cumulatifs.

Tous les résistants de la base du pôle Sud ne partent pas en missions à l’extérieur, certains sont très actifs et d’autres restent tout le temps à la base.

La base d’opération de l’Omicron sur Terre se trouve à Berlin.

Les resplioïde nous permettent de voyager dans le monde généré par les Runes, l’ombre-monde.
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 09 Juin 2019, 09:53

Eux aussi rejoindront bientôt La Citadelle. De très bonnes recrues c'est certain!
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 23 Juil 2019, 17:18

On commence enfin Sens Néant ! Après avoir écouté plusieurs fois l'audio de présentation de Myriade, digéré et apprivoisé l'univers de Classiss, les bugs se lancent enfin dans la création de Golem et decouvrent petit à petit les règles du jeu dictées par Classiss.

3 PJ jouent 3 Golems:
- Cautère - Feu/Lumière
- Angoisse anciennement Hemiole - Air/Ombre
- Racine - Lumière/Terre

Je décide de jouer moi aussi un Golem. Je leur dis que je suis en vacances puisque Classiss s'occupe maintenant du rôle de MJ. Je prends le contrôle de Lestrade et crée dans Myriade un Golem du nom de Carneira, Eau/Air.
La schizophrénie me guette...
Je fais ça pour 3 raisons:
- avoir à la table de Classiss des Golems venant de toutes les écoles de foi, amenant ainsi une experience totale du monde de Myriade.
-avoir un levier direct dans la fiction. J'aime beaucoup avoir un PNJ proche des PJ dans l'aventure qui servira de métronome et aide dans certaines réflections. Il permet de garder une partie toujours intéressante.
- putain moi aussi je veux jouer merde!

J'ai choisi mes points d'immersion relation! Homemade
Image

Un joueur met le doigt déjà sur de nombreux sujets cruciaux dans Sens Néant. Le jeu vient à peine de commencer... Ah non ça fait déjà 3 ans!

Je balance à la toute fin de la première séance le premier chapitre de La Lettre d'Adieu à Dieu aux bugs. Ils retrouvent sur leur lit respectif une enveloppe avec une lettre manuscrite à l'intérieur.
Je mets mon plan à exécution et appuie sur Play.

https://drive.google.com/file/d/1YeSLEF ... p=drivesdk


Hier soir nous avons enregisté 3 nouveaux podcasts de 2h chacun!!!
- Sens Néant avant de commencer, les attentes et a prioris de chacun.
- Vademecum, la fiction.
- Vademecum, les regles du jeu, gameplay et mécaniques.
Enregistrer ça jusqu'à pas d'heure par plus de 30 degrés, et l'alcool n'aidant pas forcément. Je peux vous dire que ce fut épique!!! Les micros crépitent et surchauffent, le débat monte d'un ton concernant Vademecum, les esprits s'échauffent et les clashs explosent pendant l'enregistrement. Les podcasts du Chaos les voici mesdames messieurs! Heureusement notre groupe est solide et en a vu d'autres. Et comme le dit très bien en conclusion un des joueur: "eh les gars! L'essentiel c'est l'Amour n'est ce pas?!"
Câlin collectif et on range le matos, il est 4h putain je me lève dans 2h... Merde...

Image
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 01 Aoû 2019, 15:07

Suite du compte rendu de ma seconde table. L'épreuve du Pôle Nord a été énorme. Le combat contre le Quadrillas était incroyable. Beaucoup beaucoup mieux que celui de ma première table. C'était parfait. Mes joueurs ont tout de suite maîtrisé le passage dans l'ombre monde pendant le fight.





"""Session 7 : (12/06/2019)
26/12/1018csh
Nous avons perdu 40% de nos soldats lors du combat mais nous avons sauvé le subseris de marchandises. Nous allons discuter avec Akina, on lui remonte un peu le moral mais il reste aigri de ne pas avoir de resplioïde. Il souhaite partir de la base, aller en mission ailleurs. Amalsy lui propose de venir en mission avec nous au Pôle Nord et lui promet d’en parler avec Sword. Je dis à Akina que c’est une bonne chose qu’on ait ramené le subseris au Pôle Sud, il est plus mitigé, il se demande s’il n’y a pas de mouchard de l’Omicron à bord.
Avec Amalsy nous allons dans une cabine avec des couchettes pour nous reposer. Nous discutons un peu sur le « monde logique » puis nous nous endormons.
Nous faisons un cauchemar étrange Amalsy et moi, le même cauchemar, très pénétrant. Au réveil j’essaye de rassembler les bribes de souvenirs de ce cauchemar. Il se déroule à la Nouvelle York, le soir de l’attaque de l’Omicron le 03 janvier 1001csh. Je perçois ce cauchemar au travers de mes yeux mais également de ceux d’Amalsy et d’Akina et d’Anika, son frère jumeau. Nous revivons les évènements de l’attaque, mais des éléments nouveaux s’ajoutent à mes souvenirs d’enfant :
Finelongfinger utilise la phrase « je t’accepte » pour tuer les soldats de l’Omicron.
Cette phrase ne marche pas sur les quadrilla.
Finelongfinger nous a protégé des quadrillas lors de notre fuite à l’aide d’une sphère de protection qui résistait aux assauts des armes quadrilliennes.
Les quadrillas parlent notre langue et semblent doués de raison.
Un des quadrilla en a appelé un autre nommé Kranisten, ce Kranisten lui a ordonné de continuer la mission et de suivre les ordres de Gaust et d’Hélium.
A notre réveil, nos resplioïde sont actives. Après concertation, nous décidons d’aller voir Akina. Nous lui demandons s’il se souvient avoir eu un frère jumeau, il semble troublé mais ne se souviens de presque rien de l’époque, il a refoulé la majorité des souvenirs de cette époque.
Nous allons voir Sword, mais il n’en sait pas plus. Amalsy lui demande s’il connait les noms de Kranisten et Hélium, il ne sait pas non plus.
Nous arrivons au Pôle Sud avec les subseris et nous allons nous reposer, la nuit est déjà bien avancée.
27/12/1018csh
Nous allons nous entrainer avec Amalsy, dans l’après-midi, nous tombons sur Sollipsis dans la rue et l’interpelons.
Nous lui parlons de la mission de sauvetage, de la vision que j’ai eue en mer mais que je n’ai pas filmé, de notre cauchemar commun. Amalsy l’interroge sur l’inscription vertical du manuscrit « le monde logique » :
Arrêt de la détermination… Une erreur est survenue… ‘Il’ peut nous voir… c’est insensé…
, pour Solipsis c’est une plaisanterie du rédacteur du manuscrit. Je lui demande d’où provient l’expression « I might be wrong » qu’il utilisait avec Quadria, il me dit que c’est en jeu entre eux pour se rappeler qu’il faut toujours remettre en question les certitudes, il dit que c’est une langue ancienne, très répandue sur Terre avant Hynios. Je lui parle un peu de mes réflexions après lecture du « monde logique » : pour moi l’absence des bugs dans l’ombre monde est expliquée parce que seule 2 des 6 Runes ont été découverte et donc qu’il manque 2/3 des faits, Sollipsis m’indique que je me trompe et que la totalité des faits est dans chaque rune, la relation entre les runes est d’une autre nature.
Il nous propose ensuite d’aller méditer dans son jardin, nous acceptons.
Je vais au même endroit que d’habitude, mais Amalsy va à un autre endroit du jardin.
Méditation de Sen :
Sen a 10 ans, il est au bord d’un lac, le regard absorber par les remous de l’eau. D’autres enfants jouent derrière lui, l’un d’eux s’approche discrètement et pousse Sen violemment dans l’eau. Sen tombe de tout son long vers la surface du lac, mais ce n’est pas Sen qui tombe, c’est le monde qui tourne autour de lui. Lorsqu’il heurte la surface de l’eau, il ne se retrouve pas sous l’eau, mais crève la surface du lac et ressort à l’air libre, comme dans un monde miroir. L’élan de la chute le fait se redresser et il a juste à tendre les bras pour bousculer le petit garçon qui l’a fait tomber et le faire chuter par terre à son tour.
Méditation d’Amalsy :
?
Pendant notre méditation Sollipsis répare nos armures.
Nous passons les deux jours suivants à nous entrainer avec Amalsy avant d’être convoqué dans le bureau du général Sword le 29/12/1018csh.





Session 8 : (24/07/2019)
29/12/1018csh
Nous choisissons pour nom d’équipe Xénos. Elle est composée de :
Amalsy et Sen, Akina, Jarhed (soldat vétéran polyvalent), Louisa (sniper expérimentée), Figo (spécialiste en explosifs), Juan (spécialiste médical), Scott (jeune soldat qui a notre âge). Gladius nous dit qu’il fait confiance à Conrad, c’est lui qui l’a envoyé au pôle Nord lors de la fuite de NY en 1001. Le complexe du pôle Nord se situe sur la colline de glace, Vigo Néméo y travaille sur une arme de destruction massive, mais le conseil de la résistance a toujours refusé de le financer. Vigo Nemeo avait des ancêtres qui ont construit le complexe il y a 200 ans.
La précédente mission d’enquête sur les disparitions comptait 4 soldats et Sword n’avait pas prévenu Néméo de leur arrivée. Conrad était au courant, mais la mission n’est à priori jamais arrivé au pôle Nord.
Le Pôle Nord est une petite base de 15000 personnes avec principalement des scientifiques.

On part dans le nuit en passant par la grande porte qui s’ouvre légèrement sur le tunnel. Sur la grande porte on peut lire l’inscription : « Hier nous vivions sur Terre, la Terre nous supportait. Aujourd’hui nous vivons sous Terre, c’est nous qui la supportons ». Nous sortons dehors où une tempête a lieu, nous marchons pendant 1 heure pour arriver au bord de mer où se trouve un petit subseris qui peut contenir 30 personnes.
Nous prenons la route la plus directe passant par le pacifique. Il nous faudra 2 jours pour arriver au pôle Nord. Le seul danger en route est représentée par les mines, mais nous en croisons pas en route, nous voyons une eau très polluée avec des créatures étranges qui nagent dedans. Nous voyons grâce à un périscope que la surface est très hostile, tempête de feu et éclairs. A mi-chemin nous voyons à l’Est une grande colonne de lumière bleu qui part vers le ciel et localisée sur l’ancien continent Américain.
31/12/1018csh
Nous arrivons au pôle Nord vers 17h, nous passons par un tunnel creusé dans la glace et qui débouche sur une gande fosse de 600m de diamètre et qui semble ne pas avoir de fond. L’eau y est limpide. Nous remontons à la surface et nous amarrons à une des nombreuses écoutille situé quelques mêtre sous la surface de l’eau. En sortant du subseris nous arrivons dans une salle immense qui fait le tour de la fosse et d’où partent toutes les écoutilles.
Nous sommes accueillis par un petit homme souriant grassouillet avec les cheveux gominés (Vigo Néméo), un général en uniforme avec un air sérieux (Conrad) ainsi qu’une poignée de soldats et de scientifiques.
Néméo nous fait un accueil très chaleureux, il nous dit qu’il va nous montrer nos quartiers et qu’il nous invite à diner ensemble ce soir. Il ne comprend pas pourquoi Gladius Sword nous envoie car une enquête a déjà eu lieu, mais il est heureux de nous recevoir à la base du Pôle Nord. En suivant Néméo, on se dirige vers un grand ascenseur que l’on emprunte pour remonter à la surface. Il y’a beaucoup de vent mais on peut apercevoir par moment des rayons de soleil. Néméo nous explique qu’il a fallu de nombreuses année pour réaménager le complexe. L’ancien complexe qui se trouve à l’Est de la fosse est principalement occupé par les militaires, c’est le complexe construit par son ancêtre Morten Néméo il y a plus de 200 ans. Le nouveau complexe scientifique à l’ouest où nous nous trouvons actuellement, a été construit depuis 1001. Une passerelle en métal au-dessus de la fosse relie les deux complexes.
Nous nous dirigeons vers un grand bâtiment qui contient les habitations des scientifiques, une dame d’un certain âge nommée Rosette nous accueille, elle est la gérante de la résidence. Nous montons au 4ème étage, Néméo nous explique que le 5ème étage sont ces appartements privés et que le 6ème étage est pris par un musée en mémoire de ses ancêtres. Il existe un réfectoire dans le bâtiment pour pouvoir se restaurer, la cuisinière se nomme Alice. Néméo nous a invité le soir même, nous lui proposons d’arriver vers 19h30. Nous prenons possession de nos appartement, qui sont les appartements des disparus, et nous décidons Amalsy et moi d’aller voir Conrad. Rosette nous indique qu’il doit probablement se trouver sur les docks, nous y allons et y trouvons effectivement Conrad. Il est occupé à décharger un subseris avec ses hommes mais accepte de discuter avec nous. Il s’écarte un peu de ses hommes et parle à voix basse, il semble très suspicieux. Il nous explique qu’il organise la partie militaire de la base ainsi que toute la logistique. Les disparitions ont commencées il y a un an et demi, et concernent 15 personnes, l’enquête a eu lieux il y a 6 mois et a conclu à des désertions, mais Conrad n’y crois pas et pense que Néméo a falsifié le rapport d’enquête, car la version des familles des disparu diverge de celle du rapport. Nous revenons à nos logements et décidons d’aller tous diner avec Néméo.
Nous sommes accueillis par un vieil homme trisomique qui se nomme Romuald, c’est l’homme à tout faire de Néméo. Néméo nous invite dans son salon pour discuter.
Nous lui parlons de l’enquête et il nous dit de voir avec Conrad, c’est lui qui a tous les éléments. Il nous indique que la majorité des scientifiques de la base travaillent sur le virus. C’est ce virus qui aurait décimé la base de son aïeul il y a 200 ans, d’après Morton Néméo, la fosse aurait été creusée par une ancienne civilisation disparu depuis. Ce Virus cible uniquement les être humain et Néméo voudrait en faire une arme dissuasive de destruction massive qui pourrait fournir un poids politique face à l’Omicron.
Malheureusement le conseil refuse de financer ses recherches, il le regrette et considère que le conseil n’est pas constitué d’hommes politique, et n’est pas apte à prendre les bonnes décisions. Il accuse Gladius Sword de faire un blocus sur les échanges de population entre les bases des pôles Sud et Nord (la base du pôle Nord n’a que 15000 personnes, elle a besoin d’un renouvellement de sa population vieillissante).
Il soupçonne également Conrad d’être l’espion de Sword pour surveiller ses faits et gestes.
Il considère que les bugs ne sont pas la solution, ils ne représentent aucun poids politique, alors que le virus pourrait l’être.
Il nous demande ensuite comment le pôle Nord est perçu par la population du pôle Sud, pour lui les gens se font une fausse idée, la vie est bien meilleure ici, en surface contrairement au pôle Sud.
Néméo vie seul avec Romuald dans ses appartements.
Nous passons ensuite à table, le repas est délicieux.
Après le repas, nous remercions notre hôte et rentrons dans nos appartements. Amalsy et moi décidons d’aller immédiatement discuter avec Conrad, et nous nous dirigeons vers la passerelle pour aller dans le quartier militaire. Au milieu de la passerelle, la gravité se met soudainement à augmenter, nous clouant sur place et fini par briser la passerelle, on tombe dans l’eau glacée. Nous mettons nos resplioïdes alors que nous coulons à pique et passons dans l’ombre-monde. Nous nageons pour nous rapprocher de la parois et essayons de remonter à l’aide d’aspérités dans la parois. Je réalise soudain qu’on est dans l’ombre-monde et décide d’utiliser un ombre-pouvoir pour créer un courant d’eau qui va nous remonter à la surface, ça fonctionne. Une fois à la surface j’utilise mes ailes pour revenir sur la terre ferme.
On continue notre trajet en faisant le tour de la fosse, et nous décidons d’entrer dans le plus grand des bâtiments que nous voyons. Une fois à l’intérieur, toutes les lumières s’éteignent de ce côté du complexe (coupure de courant ?). Nous remettons nos resplioïde pour éclairer les lieux et distinguons une forme humaine dans un couloir, nous nous approchons pour constater qu’il s’agit du cadavre d’un scientifique dont la tête coupée est encastrée dans le plafond, il lui manque également un bras, il y a du sang partout.













































Session 9 : (28/07/2019)
31/12/1018csh

Malgré qu’il y ait du sang partout, il n’y a pas de traces de pas de l’assassin. Nous laissons le cadavre pour avancer vers l’escalier au fond du bâtiment. Les pièces de part et d’autre du couloir sont vitrées et l’on voit qu’il s’agissait d’anciens laboratoires qui ont été vidé de tout leur matériel. La tempête à l’extérieur se renforce, des éclairs de feu zèbrent le ciel. Nous montons l’escalier pour trouver un autre cadavre, celui d’un soldat coupé en deux. Arrivé au 1er étage, nous voyons que le couloir est couvert de cadavres de soldats et de scientifiques. Un des scientifiques semble s’être trainé en direction d’une salle avant de se vider complètement de son sang. Nous avançons vers cette salle. La pièce se révèle être une grande salle de conférence. Une seconde pendant qu’un éclair illumine la pièce, nous voyons des centaines de scientifiques assis dans la salle, assistants à une conférence, la vision disparait avec l’éclair. Nous entendons alors une voix métallique, une voix de quadrilla qui résonne au-dessus de nous et dit en rigolant : « Voleurs de vie, qui ne naît pas ne peut pas mourir, de quoi avez-vous peur ? ». Au fond de la pièce nous avons aperçu une porte, nous nous y dirigeons pour l’emprunter. Elle donne sur un couloir étroit puis un escalier en colimaçon qui débouche sur une salle circulaire en haut d’une tour qui permet de voir toute la base. Derrière un canapé nous trouvons le cadavre de Romuald en état de décomposition avancé, cela doit faire plusieurs semaine, peut-être même des mois qu’il est ici. Qui donc a bien pu nous préparer notre repas avec Néméo ?
Nous récupérons un carnet que Romuald tenait entre ses mains, il s’agit d’un carnet de Vigo Néméo, plusieurs pages ont été arrachée. Sur une des pages à moitié déchirée, on peut lire que la précédente équipe d’investigation envoyée par Sword est bien arrivée et qu’« il » s’en est occupé.
Le début du carnet contient des notes de l’aïeul de Vigo, Morton Néméo, il indique l’existence d’un passage secret se trouvant dans un des laboratoires du rez-de-chaussée. Les dernières notes du carnet exhortent à fuir ce lieu.
La voix métallique résonne à nouveau mais en dessous de nous cette fois-ci, il nous dit : « vous avez apprécié votre dernier repas ? ». Je fais mine de me précipiter vers l’escalier mais Amalsy me retient pour fouiller la pièce, je me laisse faire. On trouve une vieille photo de huit scientifiques, Amalsy l’empoche.
Nous redescendons et au moment de revenir dans la salle de conférence je me fais plaquer au sol, je cris ce n’est pas nous qui avons tué ces gens, Jarhed reconnais ma voix et nous libère tout de suite, ils nous disent être parti à notre recherche depuis la coupure de courant. Nous faisons le point, et Amalsy ordonne de se mettre en formation, Scott, Jarhed et moi en première ligne, le reste de l’équipe 10 mètres derrière en seconde ligne. Une fois dans le couloir, nous enjambons les cadavres et c’est à ce moment-là qu’un quadrilla attaque. Le bras du quadrilla sort du sol pour arracher la moitié de la jambe de Scott, puis avant qu’on ait le temps de réagir, le haut de son corps sort d’un mur adjacent et décapite Scott d’un coup net, avant de disparaitre de nouveau dans le mur.
Le combat s’engage, il va être particulièrement confus et violent, je n’ai que des souvenirs fragmentaires de ce qu’il s’est passé, je vais essayer de retranscrire au mieux ce que je me souviens :
Juste après cette première attaque, Amalsy nous enjoint de ne pas bouger et passe dans l’ombre monde. Il revient peu de temps après en criant « quadrilla ! », et effectivement, un quadrilla immense, il fait facilement 3m de haut apparait à côté d’Amalsy et lui assène un coup violent. Je l’attaque mais il bloque facilement mon attaque et me projette à travers un mur avec une violence inouïe. Amalsy en profite pour aligner un tir de son canon Théta, le quadrilla accuse le coup et repars dans l’ombre-monde. Amalsy le suis sans attendre, je crie au reste de l’équipe : « barrez-vous, ce n’est pas un combat pour vous » et je passe également dans l’ombre-monde. Nous essayons de l’attaquer mais rien ne semble l’atteindre. Après quelques échanges de coup, le quadrilla repars dans le réalité. Nous restons avec Amalsy un peu dans l’ombre monde pour trouver une stratégie. Après un certain temps, je m’inquiète pour notre équipe et je convainc Amalsy de retourner à la réalité. Et mes craintes se sont réalisées, ils ne sont pas partis comme je leur avait dit, et sont en plein combat avec le quadrilla, Louisa a perdu un bras mais continue à se battre, Figo balance tous les explosifs qu’il peut sur le quadrilla, sans succès. Amalsy leurs ordonne de se replier vers nous (près de la sortie), pendant la fuite de Louisa, le quadrilla en profite pour la tuer avec un rayon qui sort de ses yeux.
Le combat continue, le quadrilla tire à nouveau avec ses yeux, je passe dans l’ombre monde pour essayer de réapparaitre derrière lui et le saisir, Amalsy passe aussi dans l’ombre monde au moment où Akina essaye de le pousser hors de la trajectoire du rayon. Akina est salement touché par le rayon. Nous réapparaissons dans la réalité Amalsy et moi de part et d’autre du quadrilla, je le saisie et Amalsy le met en joue, mais le quadrilla repasse dans l’ombre monde au moment où Amalsy tire.
Le reste de notre escouade a pu s’enfuir, nous pouvons continuer le combat sans risquer de perdre à nouveau quelqu’un. L’électricité qui entoure le quadrilla semble virer de plus en plus du bleu vers le rouge à mesure qu’il encaisse nos coups, nous pouvons le vaincre ! Lors d’un de mes passages dans l’ombre monde j’ai pu repérer la trappe de la cachette mentionnée dans le carnet des Néméo, j’espère y trouver une solution pour vaincre le quadrilla et l’indique à Amalsy pour qu’on s’y rende. Nous y trouvons une immense salle souterraine qui fait toute la surface du complexe, dans cette salle il y a de nombreux lits de camps. Une vingtaine de lits de camps sont occupés par des gens qui semblent être maintenu dans le coma par des perfusions (probablement les scientifiques disparus). Amalsy en débranche un, qui finit par mourir (son cœur s’emballe).
A ce moment, on voit le quadrilla revenir et descendre les marches qui mènent à la sortie. Il est accompagné de Vigo Néméo. Apparemment Vigo est de mèche avec le quadrilla et il n’est pas surpris de découvrir les corps des disparus, il s’adresse au quadrilla qu’il nomme Forgeur, et mentionne qu’il a trouvé le remède et qu’il va enfin pouvoir trouver les financements qu’il cherchait, qu’il allait pouvoir arrêter la guerre et il ordonne au Quadrilla d’écraser la résistance. Sa culpabilité ne fait plus de doute dans mon esprit. Le quadrilla dresse un champ de protection autour de Vigo et s’approche de nous. Amalsy se précipite vers Vigo Néméo, je profite que l’attention du quadrilla soit prise par Amalsy pour foncer sur lui et le saisir. Amalsy fait un passage éclair dans l’ombre monde pour se retrouver à l’intérieure de la sphère protectrice, avec Néméo. Le quadrilla passe dans l’ombre monde pour se libérer de ma prise et reviens immédiatement dans le monde pour me saisir le crâne. Amalsy met Néméo en joue, le quadrilla l’interpelle pour lui montrer qu’il va me tuer si Amalsy touche à Néméo. Je crie à Amalsy « Tue le ! », et Amalsy tire et tue Néméo, le quadrilla crie de rage au moment où je disparais dans l’ombre monde avant qu’il ne m’écrase le crâne. Je reviens dans la réalité et essaye de fuir vers l’escalier, le quadrilla m’attrape avec un fouet et me ramène près de lui. Amalsy en profite pour lui tirer dessus, son armure devient encore plus rouge, il se retourne vers Amalsy et j’en profite pour le frapper de mon bâton. Le quadrilla devient fou de rage, il couche amasy par terre et lui écrase la tête pendant qu’il me saisit à la gorge pour m’étrangler. Nous passons tous les deux dans l’ombre monde et armons nous coup dans l’anticipation de l’arrivée du quadrilla, et ça fonctionne, nous le touchons en même temps ! Dans un râle, il nous donne un coup de poing chacun, et fini par mourir en se désagrégeant, et en criant « non, comment c’est possible ! ».
Son dernier coup a désactivé ma resplioïde, je peux encore entendre et voir partiellement ce qu’il se passe mais je ne peux plus bouger, ni communiquer avec Amalsy. Amalsy me prend sur son dos et nous remonte.
Juste avant de quitter la salle immense je vois parmi les lits de camps un vieil homme en fauteuil roulant visiblement très malade. Il s’adresse à moi sans bouger se lèvre et avec une voix métallique caractéristique des quadrillas, il me dit « Je t’attends avec impatience à la Nouvelle York voleur de vie. » Amalsy n’a pas l’air de l’avoir entendu.
Quand on arrive dans le corps principal du bâtiment, Conrad arrive avec ses soldat en demandant ce qu’il se passe. Amalsy lui fait un bref rapport et indique qu’il faut immédiatement évacuer la base. Il demande à des médecins de la base d’essayer d’ouvrir ma resplioïde au chalumeau, mais sans succès. Il ne reste que notre Subseris et un autre, le reste a été emporté par le champ gravitationnel qui est probablement la première attaque du quadrilla. Amalsy demande à conrad de selectionner les meilleurs éléments de la base pour remplir les deux subseris avec nous et repartir à la base du Pôle Sud, les autres devront attendre.
Juste avant de partir, un personnage étrange apparait comme par magie au milieux de nous et dit à Amalsy de ne pas oublier Romuald, qui est mort en haut du phare, donc qui nous a servi le repas. Après vérification, Romuald a disparu. Nous rentrons à la base du Pôle Sud en un jour et demi.
Maria prend en charge les blessés et Notamment Akina qui est dans une situation critique, sa blessure est très grave et elle s’est infectée. Soren conduit Gladius, Amalsy et moi dans son jardin, il me dépose dans une clairière et pose sa main sur moi, ses cheveux s’allongent et se mêlent aux plantes qui se mettent à pousser pour recouvrir complètement mon corps. Après quelques instants, les plantes se rétractent me libérant de ma resplioïde. Soren raccompagne poliment Gladius vers la sortie, celui-ce voulant poser énormément de questions à Soren. Ensuite soren nous propose de méditer.
Méditation de Sen :
Je vois le pégase blanc s’élancer de la falaise, il se dirige vers un orage. Quand il s’approche des éclairs zèbrent le ciel, et l’un d’eux frappe le pégase de plein fouet, ce qui provoque une explosion. De cette explosion, le pégase ressort avec une robe d’ébène, et il s’élance encore plus loin avec une vitesse accrue.

Fait nouveau, je peux voir la vision d’Amalsy, et lui a probablement vu la mienne.
Méditation d’Amalsy :
Amalsy se trouve devant une entité électrique avec des intentions hostiles. Au moment où l’entité l’attaque en envoyant un éclair vers lui, Amalsy passe dans l’ombre monde et réalise un dash extrêmement rapide vers la position de l’entité. Au moment où l’entité apparait dans l’ombre monde, elle est surprise de voir Amalsy juste à côté d’elle et n’a pas le temps d’esquiver le coup qu’Amalsy lui porte avec la lame de son canon Delta.

Nous avons ensuite tous les deux une vision commune :
Nous avons la vision d’un océan immense qui recouvre la moitié de la planète (ce qui n’est pas énorme, sur Terre les océans représentent 75% de la surface). Nous voyageons sous l’eau sans aucune gêne, et nous approchons d’une cité magnifique illuminée de flammes vertes. En s’approchant on s’aperçoit que les flammes vertes sont en fait des algues géantes iridescentes qui reflètent la lumière du jour et illuminent la cité. La cité est peuplée d’une faune luminescente. Dans cette cité on ressent une présence bienveillante, elle se nomme Inaqualia, elle porte un masque et dégage un sentiment de tristesse.





Session 10 : (31/07/2019)
02/01/1019csh
Pendant les deux jours qui suivent j’entends la voix du vieux quadrilla dans ma tête [Voleur de vie !], la nuit j’entends les pleurs d’une femme, je dors très mal. Tous les matins je me fais réveiller par des coups de bâton frappé sur un plancher [toc,toc,toc,toc,toc… TOC !.... TOC !.... TOC !!], ça fait un bruit qui me vrille le cerveau. J’ai également des vision d’une tornade immense.

04/01/1019csh
Je vais à l’hôpital pour faire un check-up [Barjo !], c’est Maria qui s’occupe de moi, elle me trouve en parfaite santé. [Tue la !]. Il faut que je fasse quelque chose, que j’agisse, j’avance tout droit dans la ville, sans but, Amalsy me suis, [Il est derrière toi !], je me retourne, je me retourne et voie Amalsy en armure, je lui demande pourquoi il a mis son armure, il me dit que j’ai la mienne de sorti également, et effectivement c’est vrai, je ne m’en étais pas rendu compte, je la range, [tue le !] NON, c’est mon ami !!!
La ville est en effervescence, il y aurait des rumeurs de révoltes au Pôle Nord, des centaines de soldats auraient déserté avec des Subzeris.
Amalsy décide d’aller voir Gladius à la caserne, je le suis [pathétique !] Ta gueule ! On y trouve Gladius, Maria, Soren et Michel. Maria est très énervée envers Soren et le gifle, Gladius la retient avant qu’elle ne continue à frapper Soren, Michel emmène Soren hors de la caserne, en les croisant je demande à Soren si je pourrais utiliser son jardin pour méditer, il me répond oui. Amalsy va voir Gladius, il veut lui refaire son rapport, il n’a pas confiance en Conrad. Je demande à Gladius ce qu’il s’est passé entre Maria et Soren, il me dit que ce ne sont pas mes oignons. [quel curieux personnage secondaire, quel homme !]. Amalsy demande ensuite à Gladius de pouvoir faire partie du conseil, Gladius le rembarre gentiment en lui disant que c’est un peu tôt et que les bugs ont peut-être mieux à faire que siéger au conseil. [tu ne peux pas lui faire confiance, voleur de vie !] Ta gueule !
Nous allons ensuite voir Soren et Michel dans le bureau de Soren à l’université. Je demande à Soren la raison de l’altercation avec Maria, il me dit que c’est privé. Je vais ensuite dans son jardin à l’endroit où j’ai l’habitude de méditer [Ah, Ah, Ah, Ah, Aaaaah !]. Je me visualise en train de donner un coup de bâton au vieux quadrilla en fauteuil roulant, rien ne se passe. Amalsy me retrouve, je lui dit que la méditation ne marche pas [C’est ça votre leader, pitoyable !] Va bien te faire FOUTRE !
Amalsy décide d’aller voir Rose et Akina à l’hôpital. Rose est toujours dans le coma mais elle va bien et a l’air sereine. [Le monde est un théâtre, quel rôle joueras-tu ?]
Nous allons voir Akina, il est très fatigué, Amalsy essaye de le réconforter de lui dire qu’il a joué un rôle essentiel dans notre victoire contre le quadrilla, mais ça ne marche pas.
On va au Renard pour boire et regarder des filles, un groupe de soldats du pôle Nord à côté de nous parlent entre eux, ils disent que la mutinerie était prévue depuis longtemps et qu’il visaient une fuite vers Sydney.
Je continue à boire et fini complètement déchiré.

Le lendemain à 13h [toc,toc,toc,toc,toc… TOC !.... TOC !.... TOC !!] je me prends la tête entre les mains, j’ai mal. Il faut bouger, faire quelque chose. Amalsy est resté avec moi, on va à la caserne pour s’entrainer.
Une fois sur place, on remarque beaucoup d’activité, deux missions sont en train de se préparer, on s’approche et voit Gladius et Maria donner des ordres. Amalsy demande à Gladius ce qu’il se passe, il explique que les dissidents du pôle Nord se sont fait attraper par l’Omicron et emprisonner dans une base du pacifique [il s’agit du complexe Omega], une mission dirigée par Maria va aller au complexe pour prendre des informations sur la captivité des soldats dissidents. [Ils ne récupèreront que peu d’informations et n’empêcheront pas le pire, tu le peux]. L’autre missions dirigée par Gladius doit retrouver les autres dissidents pour qu’ils ne tombent pas dans les mains de l’Omicron.
Je dis à Gladius que l’on doit aller avec Maria sur le complexe Omega, il me regarde avec étonnement.
[Tu dois savoir quelque chose]. Je convaincs Amalsy de partir avec Maria. Amalsy insiste pour emmener Juan et Figo mais Maria refuse. Nous prenons un subzeris de combat pendant 4 heures puis 2 sliptiks de combat pendant encore 1 heure avant d’arriver en vue de la plateforme. On voit de nombreuse lumières, il s’agit d’un complexe pétrolier immense qui grouille de soldats de l’Omicron, il y’a beaucoup de matériel militaire, des char d’assaut, de vaisseaux de combat. Tout en haut du complexe, sur la plus haute plateforme, un missile immense de 20m de long est sur sa rampe de lancement. [Ils vont envoyer la petite apocalypse sur la Nouvelle York, tu dois l’empêcher. Ne fais pas ça pour me sauver, fait le pour vous, la Nouvelle York ne doit pas être détruite]
On plonge dans la mer avec Maria et ses soldats, [Acte I scène 1…] et on nage jusqu’à un des piliers de la plateforme. Les soldats commencent à escalader le pillier. Je prends Amalsy et j’utilise mes ailes pour monter directement sur la première plateforme. Des soldats ont leur ronde, on ne peut pas attendre Maria, il faut qu’on bouge, on passe dans l’ombre-monde.
De l’autre côté, la plateforme est laissée complètement à l’abandon. Nous montons directement jusqu’à la dernière plateforme où se trouve le missile, j’utilise mes ailes pour passer les passerelles écroulées. Nous arrivons en haut et repassons dans la réalité après s’être caché en s’agrippant au bord de la plateforme. [Ce n’est pas une comédie qui se joue ici, c’est une tragédie !] Sur la plateforme, il y a des caisses pour se cacher, on monte. On voit le missile avec une vingtaine de soldats qui le garde, il y a aussi un grand bâtiment également gardé par une vingtaine de soldats. On va se rapprocher pour voir mieux [la voie est libre], j’avance plus rapidement pour tomber nez à nez avec un soldat [Oops, ah, ah, ah !], je donne un coup de bâton sur le soldat, celui-ci tombe au sol et me supplie de l’épargner, je ne l’écoute pas et balance le soldat par-dessus le bord de la plateforme vers une mort certaine. On se cache de nouveau derrière les caisses, les autres soldats n’ont rien remarqué. [tu risques ta vie ici].
Amalsy décide de s’infiltrer dans le bâtiment en passant par l’ombre-monde [Acte II scène 1…]. Je reste dehors pour surveiller. A l’intérieur, il doit se débarrasser de 3 soldats en train de faire une partie du Val. Le bâtiment est rempli de cages de prisonniers, ce ne sont pas des prisonniers du pôle Nord. Une femme inconsciente est ligotée sur une table. Amalsy pose quelques questions aux prisonniers et leur demande de garder leur calme. Les prisonniers viennent de l’Inde et l’Omicron avait prévu de les envoyer ers Séléné mais ils ne savent pas pourquoi. La femme sur la table est la chef de la résistance de Paris. Amalsy grimpe à l’étage pour fouiller les bureaux qui s’y trouvent. Il y trouve un ordinateur dans un bureau luxueux, il y trouve les éléments suivants :
Après l’attaque de la Nouvelle York, [on étaient sous les ordres de Gaust à cette époque] l’Omicron a cherché des survivants de la résistance dans les décombres, une tornade étrange, faite d’éclairs bleutés a fini par se former et a pris de l’ampleur. Aujourd’hui, elle menace de détruire l’atmosphère de la Terre, pour éviter cela, l’Omicron a décidé d’envoyer un missile nucléaire sur les décombres de la Nouvelle York en espérant que cela détruise la tornade.
Il est mentionné également que le général Heishmann qui dirige le complexe Omega est entré secrètement en contact avec la puissante famille de noble Séléné : les Gargantua. Il aurait passé un accord secret pour obtenir un titre de noblesse contre l’envoi de populations de prisonniers sur Séléné.
Il trouve également un ordre venant de Mars et ordonnant de leur envoyer Ozi Mandias et Lisa Delbo.
Il trouve encore la localisation de plusieurs complexe militaires Omicron.
Je continue à surveiller les soldats, ils sont plutôt calmes, en bas par contre, des groupes soldats convergent vers la position de Maria, Amalsy la prévient. Il faut que j’empêche ce missile de partir, mais je ne sais pas comment faire [tu risques ta vie ici].
D’un seul coup les soldats s’activent autour du missile et de la fumée commence à s’échapper de ses réacteurs. [Acte III scène 1… 40 secondes]. Plus le temps de réfléchir, il faut agir, je passe dans l’ombre monde et me précipites vers l’endroit où se trouve le missile, Amalsy me rejoint et réalise un bond en avant impressionnant, il est à côté de moi en un instant. On repasse ensemble dans la réalité pour se retrouver devant les soldats, ils nous mettent en joue immédiatement et j’ai juste le temps d’activé mon onde protectrice avant de recevoir des rafales de balles. Amalsy en profite pour réaliser une onde de choc qui fait tomber plusieurs soldats puis ensuite tire avec son canon sur les soldats restés debout et en tue quelques-uns. Après plusieurs rafales, mon bouclier ne résiste plus et je me prend une balle, je m’envole en l’air pour retomber près de la console de contrôle du missile, au milieu des scientifiques, Amalsy cours également pour se rapprocher. [30 secondes]. Je menace un scientifique pour qu’il annule le lancement, il me répond que c’est trop tard. Amalsy le met en joue et le tue, puis se tourne vers un autre scientifique et réitère la question, même réponse. Je réactive mon onde protectrice pour nous protéger amalsy et moi, Amalsy se rapproche de la console. [20 secondes]. Il essaye de désactiver le missile mais n’y arrive pas, il trouve par contre les coordonnées et peut les modifier. Il hésite sur les coordonnées qu’il doit entrer [10 secondes]. Il finit par choisir des coordonnée dans le pacifique au large de l’Australie, le missile part.
Nous sommes encerclés par les soldats de l’Omicron, Amalsy repasse dans l’ombre-monde, j’essaye de le suivre mais ça ne marche pas, je saute dans le vide et déploie mes ailes, j’essaye de repérer où se trouve Maria.






















Session 11 : ( ??/08/2019)

A faire :
Recherche Kranisten dans notre réalité pour savoir si c’est un bug ou pas.
Tester si je peux accéder à R-1(Réalité Kranisten) avec ma resplioïde, ou si je n’ai accès qu’à R+1(Ombre-monde Sen Amalsy), essayer aussi d’accéder à R+2 (ombre-monde de notre ombre-monde) => Demander à soren, au moins pour R+2.
Parler à Sollipsis de la phrase que dit Rose (spéculation de la Sorbonne, vers d’Homerus)
Travailler notre lien avec Amalsy, essayer de méditer ensemble pour ressentir l’autre, voir si ce lien peut marcher entre la réalité et l’ombre monde.
Demander à Gladius Sword comment il a eu la liste des bugs.
Devenir fou…."""
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 10 Aoû 2019, 11:23

Pendant ce temps-là à la table de Classiss...


RACINE (Golem de Siegfried)

A l’origine, Racine étudiait auprès de l’école de la Lumière ; c’était un étudiant érudit et enjoué,
passionné par les enseignements de Deus dont il était un fervent admirateur et disciple.
Un jour, Deus la Chance décida de l’aider afin qu’il soit pleinement en phase avec ses sentiments.
Plus tard, il dira que tout cela était prévu et qu’il savait que son élève était destiné à une autre école,
c’était un accomplissement voué à accompagner Racine vers sa vraie Nature.
Afin de l’accompagner, il lui transmit un compagnon de route, un myriadien apprivoisé, un crayon
fait de bois ; Racine, apprécia déjà ce compagnon qui semblait symboliser le croisement de deux
chemins, celui de la nature et celui de la pensée. Ce myriadien avait à ce moment-là un autre nom
que racine a étrangement oublié aujourd’hui ; Plus tard, il deviendrait Carbone.
Deus partit avec Racine en dehors de Miroir, en direction de l’immense forêt luxuriante qui entoure
Mogosh. Il lui proposa de s’installer dans cette jungle et de laisser les éléments et la vie suivre leur
cours, d’observer, d’apprendre et d’analyser. Complice de Deus, Gaia observait elle aussi Racine
depuis les ruines abandonnées des temples anciens.
Les premiers mois, Racine pris plaisir à assimiler la Nature qui l’entourait, il apprit plusieurs concepts
liés à cette forêt et à son fonctionnement, il observa le cycle de la vie, la naissance, la lutte de la
faune et la flore envers elles-mêmes et au sein de leurs espèces via des échanges de sentiments, le
calme, l’enchantement ambiant, la puissance de ce qui l’entourait.
Il eut largement le temps de se lier avec quasiment tout ce qui l’entourait dans cette jungle, par
moment, c’en était presque trop, il y avait presque trop de vie autour de lui, par moment, il n’en
avait pas assez et parcourait de grandes distances pour échanger avec un tronc ou une feuille qu’il
ne connaissait pas encore.
C’est comme cela que Deus vit son ancien élève s’enraciner auprès de l’école de Terre, Racine avait
trouvé la Terre dans laquelle il allait s’épanouir.
Quelques temps après cela, un incendie se déclencha ; tout de suite, Racine pensa aux paroles de
Brasier : « Les arbres sont faits pour bruler... » ; mais l’école du Feu n’y était pour rien bien sûr.
Racine était déjà en direction de l’incendie ravageur lorsque Deus lui apparut et démontra que le
cycle de la vie incorporait aussi des éléments qui peuvent sembler d’apparence violents et
destructeurs, mais que sous les cendres de cet incendie, la vie allait repartir de plus belle et que cet
événement serait profitable pour d’autres setentras.
Mais Racine n’écoutait déjà plus, il défendait la lisière de la forêt maintenant en proie a une chaleur
insupportable à l’aide de son myriadien.
Il luttait contre cet incendie en confrontant sa larme, il effectuait plusieurs rituels pour changer son
était et lutter en état d’eau, Deus était spectateur de ce duel, il voyait en projection son ancien élève
souleverla terre pour étouffer le feu, faire virevolter les feuilles pour éteindre les braises, retourner
les lits des rivières pour noyer les flammes, repousser le souffle incandescent avec son crayon
maintenant noirci.
Racine sentit que son myriadien souffrait lui aussi de voir sa Nature mis à mal par les flammes, il
brulait par la pointe, il était devenu plus dur, il était devenu Carbone.
Le duel prit fin, les flammes n’avait pas atteint les arbres qui bordaient la forêt, mais une parcelle
de terre était maintenant sans vie, du moins en apparence.
Racine retourna auprès de Deus, maintenant aux cotés de Gaia qui pleurait la perte d’une parcelle
de Vie mais riait d’avoir un nouvel apprenti ; les deux utrimas étaient impressionnés par la
persistance et le courage dont Racine avait fait preuve, il les remerciait alors pour cette expérience ;
sur le chemin du retour, il avait compris ce que Deus avait fait pour lui.
Dorénavant, il allait rester ici, à protéger la jungle qui bordait Mogosh, il allait continuer à apprendre
de la Terre tout en se servant de ce qu’il avait pu apercevoir de la Lumière, cette même Lumière qui
caresse la cime des arbres et fait naitre la vie à leurs pieds.
On dit depuis ce temps de Racine que c’est un Golem sur qui on peut compter, que son jugement
est éclairé et que son raisonnement se révèle juste lorsqu’il s’enracine dans nos pensées, il est
difficile de se défaire de sa gentillesse et se son envie de protéger tout ce qui l’entoure, c’est un
beau parleur qui, au fil du temps passé à toutes les extrémités de la canopée, a su tisser des liens
avec des éléments mais aussi avec des Maitres Héritant et des myriadiens.
Si Racine protège la forêt de Mogosh et par extension Gaia, c’est aussi pour protéger la princesse
Aziliz, proche de Gaia. Il apparait comme un gardien immobile, que l’on croise à chaque fois que
l’on voudrait pénétrer dans la forêt de Mogosh.
Souvent, sur les rives du lac d’Accalmie, Il observe patiemment Sirène et dérive avec les courants
qu’elle génère, il prend son temps à échanger avec la flore aux alentour qui bénéficie de la vie que
contient cette eau, il absorbe lui aussi cette vitalité du bout de des pieds, fermement ancrés dans
la terre ; cet endroit est un peu son havre de paix, il aime ressentir au bord de ce lac les éléments
qui se rencontrent : l’eau placide, le sable accueillant, le vent frais, le soleil irradiant, la lumière
apaisante et l’ombre dans laquelle il effectue ses méditations.
Cautère essaie quelques fois de s’immiscer auprès de la forêt de Mogosh plus par défi que par
volonté de nuire, et Racine est toujours là pour rivaliser avec lui, il lui semble que Cautère se
complait dans le duel en lui-même et pas dans le résultat ; Ils joutent ainsi ensemble, assis pendant
des heures. Un myriadien de passage ne verrait que deux sétentras assis en tailleur, l’un à la lisière
de la forêt et l’autre en dehors, mais lorsqu’on aperçoit leur lutte mentale, les confrontations de
sentiments tels que l’honneur, la persévérance, la fouge, le courage et la passion sont
spectaculaires.
De longues discutions nocturnes s’instaurent avec Shade, de longs échanges de sentiments qui ont
pour résultats de permettre à la Faune et la Flore nocturne de s’abriter sous les propos rassurant
des deux palabreurs ; au cours de ces échanges, des doutes sont levés et de nouveaux s’installent,
tels des nuits pleines de réflexions.
Racine discute également souvent avec Cumulo-Nimbus et se laisser porter par le flux de leur
discours, il aime ce vent qui rafraichit la forêt et qui sait aussi se montrer ferme quand il le faut et
termine le débat en faisait s’abattre un arbre comme pour assener le point final et mettre terme à
leur échange.
Les grandes réflexions se font notamment auprès de Rayon, dont les propos irradient la flore et
font naitre de nouveau individus, les enfants de terre et de lumière. Racine n’intervient pas dans
ces réflexions, il est pour le coup spectateur du maitre héritant de son ancienne école qu’il admirait
déjà à l’époque ; parfois, lorsqu’il est en pleine méditation et qu’il réorganise sa larme, son affection
pour l’école de Lumière et ses anciens camarades et professeurs est très présente, mais jamais au
point de le faire douter de son appartenance à l’école de la terre.
Entre deux palabres, il s’allonge sur Bop et écoute ses histoires avec attention, en veillant à
apprendre des décisions passées ; il affectionne particulièrement ce chêne, dernier témoin d’une
époque où l’acide et le mentir n’existaient pas.
Avec Mycose, il entretient une relation ambiguë, le pourrissement et la mort de mort de la forêt qui
sont liés à la présence inévitable de Mycose font naitre en Racine des sentiments partagés, même
s’il conçoit les effets bénéfiques d’un tel renouvellement de vie, il à parfois du mal à l’accepter et à
l’imaginer vivre sous ses pieds, parfois, il repense à l’histoire de Mycose, sa transformation, et
quelque chose la dedans ne lui plait pas ; il se garde bien d’en parler avec les autres setentras.
Mais la relation la plus authentique et la plus harmonieuse qu’il entretient et celle qu’il partage avec
sa branche Carbone ; ce qu’ils ont vécu ensemble à crée un lien puissant entre les deux entités.
Racine sait qu’il pourra toujours compter sur Carbonne pour lui prêter main forte tel un couteau
lorsqu’il combat, comme un crayon lorsqu’il élabore et dessine ses plans de la forêt, mais surtout
comme une canne lorsqu’il à besoin d’un ami sur qui se reposer.


Je suis attaché à mon mentis de Racine 6 terre
Je suis attaché à mon état de Sétentra de Terre 6 Terre
Je suis attaché à mon statut de Golem, gardien d’Aziliz 6 Terre
Je suis attaché à la forêt qui entoure Mogosh 8 Terre
Je suis attaché aux préceptes de l’école de lumière 5 Lumière
Je suis lié à la faune et à la flore myriadienne qui m’entoure 6 Eau
Je suis attaché aux rencontres avec d’autres Sétentriens 4 Air
Je suis lié à Gaia 4 Feu
Je suis lié au Feu 5 Ombre
Je suis attaché au lac d’Accalmie 5 Eau
Je suis lié à Cautère 6 Terre
Je suis lié à la pérennité de l’école de Terre 7 Terre
Je suis lié à Sirène 5 Lumière
Je suis lié au cycle de l’Ombre 3 Eau
Je suis lié à mes promesses 4 Terre
Je n’éprouve aucun sentiment pour Mycose Ø Acide

Mon arme,
Tu es liée à ton mentis de Carbone 6 Terre
Tu es liée à ton Utrima Gaia 6 Terre
Tu es attachée à ton école de foi Terre 6 Terre
Tu es apprivoisée par Racine 6 Terre
Tu es liée au Feu 6 Feu
Dasmask
 
Messages: 102
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

PrécédenteSuivante

Retourner vers Sens Hexalogie