Les podcasts de La Cellule, saison 7

News, présentations et actualités.

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar Steve J » 10 Juin 2016, 14:11

Il existe un fameux article de John Wick, paru dans son Dirty MJ/Play Dirty, et s'intitulant "Good Guy Vador" et s'amusant à défendre l'empire en arguant du fait que l'on peut interpréter lire le film à l'envers.
Mais bon au delà de cette possibilité ludique de réinterprétation, Star Wars est une œuvre beaucoup moins politique que Monostatos en tant qu'elle n'instaure pas de dialectique entre le côté lumineux et le côté obscure qui est clairement indéfendable à moins de s'amuser à interpréter les images comme une forme de propagande.

L'une des réussites de Monostatos c'est qu'il mêle la nécessité de construire un discours politique entre le MJ (qui va défendre Monostatos) et les joueurs (qui vont défendre les idées de Fabienstatos). II est nécessaire de produire des réflexions politiques pour obtenir des points de Puissance et des relances (en justifiant la révolte, en dénonçant les oppressions de Monostatos,...).
On a peu d'exemples comme ça de jeux qui rendent nécessaire la réflexion politique (on doit réfléchir) et qui lui donne une efficacité (on transforme le monde parce que l'on produit une réflexion politique). Mais le jeu n'invite pas tant à se poser des questions qu'à y répondre et impose les conclusions de chacun ce qui est paradoxal.

Autre paradoxe : le jeu insiste sur le fait de rendre justifiables les arguments de Monostatos mais :
*ils ne peuvent pas convaincre les PJs
*ils sont défavorisés mécaniquement

Même sil ne parle pas directement du jeu, l'article de Vivien sur le propos offre des outils de réflexion (et une autre approche de la politique en JDR).
Steve J
 
Messages: 81
Enregistré le: 03 Jan 2013, 23:59
Localisation: Lyon

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar Fabien | L'Alcyon » 11 Juin 2016, 11:44

Salut tout le monde !

Merci de vos réactions et votre intérêt ! :)

Valentin T. a écrit:J'ai le sentiment que la théorie rôliste gagnerait énormément à se rapprocher des concepts déjà existants en science, et dont les propriétés ont beaucoup été étudiées. Elle gagnerait à la fois en clarté et en prédictions puissantes.

Oui, on le fait en fait beaucoup entre nous, moi surtout avec des théories de sciences sociales. C'est compliqué pour deux raisons.
  • D'une part ça demande du temps et beaucoup d'efforts. Je dois dire que le climat actuel du jdr ne me donne pas envie de parler de théorie de jdr et encore moins de parler de mes travaux scientifiques ou de mes connaissances de thésard. Entre le galvaudage à outrance (par rapidité, par manque de rigueur ou par instrumentalisation) et le fait de se faire traiter d'élitiste intello, je peux pas dire que ça donne envie de sortir de ma coquille (assez épaisse, j'en conviens).
  • D'autre part, ces rapprochements sont effectivement importants, mais il est aussi important de développer nos propres concepts et notre propre théorie et de ne pas être esclave de concepts venus d'autres champs (on en discute ici). Le Vide fertile c'est un concept de jdr, et on en reparlera et on reparlera des liens entre ce concept et les notions de système en sciences (sociales pour ma part). Mais il faudra aussi faire preuve de pédagogie et de clarté pour que ça ne se résume pas à des concepts d'autres champs.
Bref, il faudra faire un podcast sur ce sujet précisément et je sens que ça va demander pas mal de sueur.

***
Merci beaucoup Steve de tes critiques et de tes éloges ! Je ne savais pas que tu pensais tant de bien mon travail (que ce soit Monostatos ou La Saveur du Ciel) ou que tu avais poussé tes réflexions dessus aussi loin.

Je ne suis pas sûr de saisir ce que tu as compris lorsque j'ai parlé d'« interprétation de seconde main ». Ce que je voulais dire, c'est que je ne la connaissais pas directement, j'en avais entendu parler (par toi, je crois) mais pas lue directement.

Pour aller au cœur du problème, je crois que la solution est simple, et même que tu la donnes toi-même.
La note d'intention et les lectures en fin du livre donnent le ton du jeu et comment je l'ai pensé.
En même temps, comme tu le fais bien remarquer, les règles n'empêchent pas de créer un personnage à l'orientation politique que l'on souhaitera, y compris des personnages conservateurs ou « libéraux » (au sens français) si le cœur des joueurs leur en dit. Les règles sont infiniment plus puissantes que ma note d'intention, et dans les nombreuses parties que j'ai menées, j'ai vu une bonne quantité de personnages très critiquables voire franchement salopards, contre lesquels on pouvait se dire que le Culte de Monostatos a raison de se battre.
D'ailleurs dans l'univers le Maître Abime ne sert pas d'autre but que de fournir un adversaire au Culte de Monostatos qui soit objectivement pire (qui règne par la peur et le poids des traditions, alors qu'au moins Monostatos règne par le confort et la sécurité).
La note d'intention est un guide, les joueurs en font ce qu'ils veulent.[1]

Tout ce que les règles imposent c'est de se rebeller contre Monostatos et son Culte. (Et en soit, ça peut poser problème. Je crois que je dis dans le podcast que j'ai eu des joueurs qui étaient bloqués face à cette situation.) Mais elles n'imposent pas la forme que doit prendre cette rébellion.
Si, comme tu le dis, les règles de Monostatos incitent à produire du discours politique et des arguments, alors je peux me féliciter d'avoir atteint mon objectif.
Que les règles n'incitent pas à produire un vrai dialogue (et pas seulement un débat où on se jette les arguments à la figure) ne me dérange pas. Je comprends que ça puisse gêner, mais je ne suis pas convaincu de l'efficacité de ces dialogues, en particulier en politique. D'une certaine manière, les règles disent quel que chose dont je suis convaincu: on peut (il faut) se construire intellectuellement, mais il y a un moment où il faut aussi passer à l'action, ça ne peut pas rester des arguments en l'air.
Ce qui m'intéressait dans ce jeu, c'était que les joueurs se positionnent, ne soient pas léthargiques (et c'était une problématique qui me travaillait très fortement à l'époque, j'avais une lecture de Nietzsche très orientée dans ce sens, en particulier en m'appuyant sur les § 4-5 de l'introduction d'Ainsi parlait Zarathoustra).
A nouveau, c'est la même position: je préfèrerais que les joueurs se positionnent sur une position qui est politiquement proche de la mienne, mais je préfère encore qu'ils se positionnent contre moi plutôt qu'ils n'aient pas d'opinion. D'où le fait que la note d'intention soit sur mes opinions, mais les règles poussent à se positionner.

Je ne pouvais pas me priver de la note d'intention parce qu'il me semble qu'elle rajoute une dimension qui serait invisible sinon. Plus personnellement, j'ai toujours apprécié les notes d'intention, j'aime savoir où va l'auteur et ce qui l'intéresse lui. J'ai tendance à voir les jdr (et les œuvres en général) comme des ponts, d'un être à un autre, et ça m'intéresse d'arriver à toucher l'esprit de l'autre et ce qu'il a à me proposer. Bien entendu, c'est plus élégant quand les règles toutes seules permettent d'y arriver, mais quand ce n'est pas le cas la note d'intention est bienvenue, ne serait-ce que comme béquille.

[1]D'ailleurs en repensant au débat, c'est amusant que les positions se soient renversées. D'habitude je dis qu'il faut suivre de très près la position de l'auteur, mais ici je dis qu'on peut s'en passer.
Inversement, si quelqu'un ayant une position de jdr plus « traditionnel » me reproche ma note d'intention, c'est bien qu'il ne peut pas s'empêcher d'y prêter attention, il ne peut pas « faire ce qu'il veut », comme on entend souvent.
Je ne suis pas à une contradiction près, je veux bien le reconnaître. Je pense qu'on pourra reparler aussi de ce débat, parce que ma position est plus fine que ça et que je pense que c'est qu'une contradiction en apparence. Mais ce message est déjà vraiment long et je ne veux pas dérailler plus loin.


***
Bonus !
Puisque Valentin suggérait de parler de sciences et de faire des ponts, je me lâche !

Une des influences importantes de Monostatos est celle de ma directrice de thèse, Eve Chiapello, qui est une sociologue spécialiste entre autres des critiques du capitalisme, c'est-à-dire des discours qui s'indignent contre notre système économique et plus largement notre société.
Dans un livre plutôt connu dans les milieux sociologiques, Le Nouvel Esprit du Capitalisme, elle et Luc Boltanski développent une théorie des interactions entre les critiques et le capitalisme, comment ce dernier peut (ou pas) les récupérer, etc. C'est exactement de là que me viennent la notion des Cabales, ces organisations qui s'opposent au Culte mais sont récupérées et instrumentalisées par lui.

D'abord dans Le Nouvel Esprit puis dans d'autres travaux, Chiapello développe une typologie de cinq critiques majeures du capitalisme:
  • la critique sociale, qui reproche au capitalisme d'encourager l'égoïsme et de créer de la misère, c'est la critique de la gauche marxiste/marxienne et plus largement des mouvements syndicaux
  • la critique artiste, qui reproche au capitalisme d'encourager le contrôle et la standardisation des existences individuelles; c'est une critique portée par Baudelaire, par plein de philosophes et penseurs allemands (allez lire L'homme unidimensionnel d'Herbert Marcuse !), mais aussi de gens comme Foucault ou Peter Sloterdijk (voir Critique de la raison cynique)
  • la critique conservatrice qui reproche au capitalisme d'encourager l'immoralité, mais qui reproche aussi à la critique sociale de répandre l'idée que les humains pourraient égaux, alors que c'est une chimère, il y a nécessairement ceux qui sont en haut et ceux qui sont en bas, mais il est du devoir des dirigeants d'une société (ou d'une entreprise) de s'assurer que les travailleurs puissent avoir des conditions de vie dignes et morales. C'est une critique fortement portée par la doctrine sociale de l'Eglise, voir les encycliques De Rerum Novarum et Quadragesimo Anno.
  • la critique écologique qui reproche au capitalisme de détruire le patrimoine naturel et de ne pas être soutenable dans le temps (je ne développe pas, on la connait tous bien)
  • la critique libérale qui reproche au capitalisme de ne pas aller au bout de sa propre logique et de ne pas laisser suffisamment de liberté économiques
La proximité entre Foucault et le libéralisme est tout à fait possible (mais à mon avis discutable si on repense à son concept de bio-politique): c'est la proximité possible entre la critique artiste et la critique libérale, qui partagent toutes les deux l'éloge de l'individualité et de la liberté (que ne partagent pas les autres).

Chacune de ces critiques peut se rapprocher plus ou moins des autres (c'est parfois très difficile), mais il y a des proximités entre la critique artiste et la critique sociale (c'est mai 68, l'anarchisme, l'auto-gestion), entre la critique libérale et la critique conservatrice (la droite américaine le fait très bien, mais des gens comme les ordo-libéraux allemands de l'après-guerre sont aussi dans cette position), entre la critique écologique et la critique artiste (revenir à des modes de vie plus sains et plus libres), entre la critique écologique et la critique conservatrice (revenir à des modes de vie plus traditionnels, proches de la terre et d'une image à mon sens romantisée de la paysannerie), entre la critique sociale et la critique conservatrice (la misère comme facteur d'immoralité, l'immoralité comme facteur d'égoïsme), etc.

Monostatos s'appuie beaucoup sur la critique artiste, c'est en tout cas comme ça que je présente les choses dans ma notes d'intention (et l'univers y pousse aussi, soyons honnête).
Mais effectivement rien n'interdit de se positionner à partir d'autres critiques. J'avais ce cadre théorique dans la tête au moment d'écrire Monostatos, donc j'imagine que ça s'y retrouve.

***
Quant à La Saveur du Ciel, il y aurait sans doute beaucoup à en dire aussi.

Merci encore Steve de ton intérêt pour ce jeu, je dois dire que je ne lui donne pas autant d'importance. J'aime bien ce jeu parce qu'il est efficace, fini et qu'il me torture moins que Monostatos et que Sphynx parce que j'en attends aussi moins. Mais en même temps, il ne me porte pas aussi haut que les deux autres. Je le sens nettement moins personnel, j'ai l'impression que beaucoup de ses thèmes sont en fait très présents dans beaucoup d'autres œuvres; ce n'est pas vraiment « mon » jeu, plutôt un jeu issu d'une certaine culture (nipponophile notamment) dans laquelle je baigne.

Au départ, je l'ai écrit sans ambition, simplement pour répondre au défi que m'avait un soir lancé Christoph Boeckle.
Peut-être que cette expérience porte aussi un enseignement d'une certaine profondeur sur la création de jdr: pour réussir un jeu (c'est à dire, comme tu dis, pour y mettre quelque chose concrètement plus personnel), il aborder sa création avec peu d'ambition et ne pas se donner un trop grand objectif au départ. La grandeur du jeu viendra en cours de route.

C'est une réflexion que je poursuis beaucoup en ce moment alors que je bloque pour produire mon prochain jeu, sans doute parce que j'y mets trop d'attentes préalables, je le rêve tout de suite parfait et c'est une attitude extrêmement néfaste pour un jeu en train de naître.
Fabien | L'Alcyon
 
Messages: 184
Enregistré le: 06 Mai 2010, 11:07
Localisation: Strasbourg

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar KcoQuidam » 11 Juin 2016, 14:32

Héhé,

Juste pour réagir en disant que sur ma table de Monostatos j'ai eu des choses tellement variées en terme de positionnement contre le culte: Une personne voulait vaincre Monostatos mais pour prendre sa place et instaurer son règne à lui, une autre était persuadée que le problème n'était pas Monostatos mais le culte et voulait rencontrer Monostatos pour lui montrer la corruption de son culte et le convaincre de faire quelque chose contre (donc absolument pas en opposition avec le dieu mais bien avec le culte).

De plus dans les parties que j'ai faites jouer je joue toujours le culte avec ses propres conflits internes, et ses prêtres et prêtresses qui souvent sont des gens qui tente d'améliorer le monde avec leur moyens. (J'ai à un moment autorisé un conflit entre PJs à l'encontre des règles d'ailleurs car un PJ voulait protéger un prêtre du courroux d'un autre PJ et les deux voulaient activement jouer cette confrontation).

D'ailleurs j'ai remarqué qu'avec plusieurs parties que les gens discutaient sur le but et la manière de se révolter contre le culte. J'ai peut être trop laissé les choses aller dans cette direction mais c'était vraiment plaisant.
KcoQuidam
 
Messages: 107
Enregistré le: 09 Aoû 2008, 22:45

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar angeldust (Simon) » 11 Juin 2016, 17:20

Simple message de remerciement: le podcast était très sympa. C'est agréable de découvrir les coulisses de Monostatos. Merci également pour le "bonus". Est-ce qu'on ne tiendrait pas un sujet pour les prochaines Incarnations des Ateliers ?
angeldust (Simon)
 
Messages: 39
Enregistré le: 19 Nov 2015, 17:10

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar Valentin T. » 11 Juin 2016, 17:54

Fabien | L'Alcyon a écrit:
Valentin T. a écrit:J'ai le sentiment que la théorie rôliste gagnerait énormément à se rapprocher des concepts déjà existants en science, et dont les propriétés ont beaucoup été étudiées. Elle gagnerait à la fois en clarté et en prédictions puissantes.

Oui, on le fait en fait beaucoup entre nous, moi surtout avec des théories de sciences sociales. C'est compliqué pour deux raisons.
  • D'une part ça demande du temps et beaucoup d'efforts. Je dois dire que le climat actuel du jdr ne me donne pas envie de parler de théorie de jdr et encore moins de parler de mes travaux scientifiques ou de mes connaissances de thésard. Entre le galvaudage à outrance (par rapidité, par manque de rigueur ou par instrumentalisation) et le fait de se faire traiter d'élitiste intello, je peux pas dire que ça donne envie de sortir de ma coquille (assez épaisse, j'en conviens).
Oui, c'est principalement le temps que prend l'analyse rigoureuse qui est le plus limitant pour moi. Après, si on veux faire les choses bien, il y a un moment où je ne vois pas trop comment tu peux échapper à l'intello-phobie. On ne méprise personne, on ne contraint personne, on essaie juste d'y comprendre quelque chose bon dieu!

Fabien | L'Alcyon a écrit:
  • D'autre part, ces rapprochements sont effectivement importants, mais il est aussi important de développer nos propres concepts et notre propre théorie et de ne pas être esclave de concepts venus d'autres champs (on en discute ici). Le Vide fertile c'est un concept de jdr, et on en reparlera et on reparlera des liens entre ce concept et les notions de système en sciences (sociales pour ma part). Mais il faudra aussi faire preuve de pédagogie et de clarté pour que ça ne se résume pas à des concepts d'autres champs.
Tu commence déjà (malgré toi?) à développer l'analyse? héhéhé

Fabien | L'Alcyon a écrit:Bref, il faudra faire un podcast sur ce sujet précisément
Seulement un podcast? Je vois plutôt une série d'articles et de discussions poussées, au moins.

Fabien | L'Alcyon a écrit:et je sens que ça va demander pas mal de sueur.
Oh que oui!

angeldust (Simon) a écrit:Est-ce qu'on ne tiendrait pas un sujet pour les prochaines Incarnations des Ateliers ?
Le problème, c'est que si on me lance sur le sujet des théories rôlistes et de leur lien avec les théories scientifiques, je risque de partir en vrille assez salement (Big Up Thouny). Ou je peux aussi juste écouter.
Mais sinon, mieux vaut continer playtester pantouflardement dans notre cadre de pensée confortable, c'est moins risqué, hein.
Valentin T.
 
Messages: 25
Enregistré le: 04 Juin 2015, 12:28
Localisation: Paris 12eme

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar angeldust (Simon) » 11 Juin 2016, 18:09

On ne méprise personne, on ne contraint personne, on essaie juste d'y comprendre quelque chose bon dieu!


Je suis d'accord ! Intellectualisation ne veut pas dire élitisme ! Ca me fait penser à ça: https://www.youtube.com/watch?v=pdREfg7ZXIM

Le problème, c'est que si on me lance sur le sujet des théories rôlistes et de leur lien avec les théories scientifiques, je risque de partir en vrille assez salement


Même pas peur !
angeldust (Simon)
 
Messages: 39
Enregistré le: 19 Nov 2015, 17:10

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar Steve J » 13 Juin 2016, 10:53

Fabien | L'Alcyon a écrit:Merci beaucoup Steve de tes critiques et de tes éloges ! Je ne savais pas que tu pensais tant de bien mon travail (que ce soit Monostatos ou La Saveur du Ciel) ou que tu avais poussé tes réflexions dessus aussi loin.

En fait il fut une époque où j'envisageais très sérieusement d'écrire un jeu aynrandien (pas impossible que je le fasse un jour) et -comme j'aime envisager la création de jeux comme un dialogue avec d'autres JDR- j'avais beaucoup lu, relu et analysé Monostatos (que j'ai aussi un peu testé évidemment).
Je trouve assez intéressant que tu considères le jeu comme étant un jeu parfait (i.e. que tu n'aurai pas pu faire mieux dans ce contexte) parce qu'il s'agit d'un jeu dont je pense beaucoup de bien et beaucoup de mal. Je suis très content d'y avoir passé du temps -et à l'analyser et à y jouer- mais je ne me vois pas le reproposer à ma table.

Du coup je développe.

1) Sur l'aspect politique

Un reproche que je fais souvent au traitement de la question politique dans les JDRs c'est que les idées n'y comptent finalement qu'assez peu. On traite souvent la politique comme un jeu d'influence et de pouvoir un peu cynique. C'est une vision du monde qui a du sens mais que je ne peux pas m'empêcher de trouver un peu automatique (les politiques sont tous les mêmes, ils ne sont que des êtres calculateurs visant juste à obtenir un maroquin/un poste de président, prêts à toutes les alliances).
J'apprécie que Monostatos fasse de la place aux idées, aux cheminement intellectuels et au débat. Par contre je trouve que le biais pro-théorie critique (qui a le mérite d'être assumé) vient annuler une partie de ces avantages. D'autant que quand on décompose les mécaniques de jeu on retombe sur une logique d'exercice du politique comme pur défi ludique (qu'importe ce qu'on pense du Culte de Monostatos quand on décrit ses conséquences négatives : ce qui compte c'est l'effet mécanique et le gain tactique de cette description de scène).


2) Sur l'univers et sa transmission

L'univers est effectivement une belle création mais je fais partie de ceux qui trouve un peu longues les pages de descriptions.
Bon je suis un peu difficile parce qu'on trouve bien des jeux dont les descriptions d'univers sont beaucoup plus longues et rébarbatives. Sauf que je trouve ton schéma de préparation de lieux beaucoup plus évocateur (au fond les descriptions de l'univers de jeu me semblent presque uniquement utiles pour créer des lieux) et efficace comme outil de transmission (je trouve d'ailleurs étonnant qu'on ne trouve pas plus de jeux s'inspirant de tels outils).

3) Mécaniques tactiques

C'est un des mécaniques de scènes les plus convaincants que je connaisse. Le jeu à la grande qualité d'avoir une cohérence d'ensemble entre l'aspect enchainement des scènes et l'aspect narration des scènes : tout est tendu dans une direction, jouer un affrontement entre le MonostatosJ et les autres joueurs. On cherche à gagner des avantages qu'on utilisera dans d'autres scènes, on cadre des scènes qui vont dans ce sens là, il y a des perdants et des gagnants.
Mais malgré cette cohérence je trouve le jeu mécaniquement trop simpliste et la victoire se décide finalement aux dés. L'absence de choix tactiques complexes fait disparaitre la notion de risques (on va toujours prendre les mêmes décisions lors des affrontements).

4) L'absence de groupe de PJs

Le jeu ne propose pas de groupe de PJs cohérent ce qui est une chouette promesse mais se traduit par de l'ennui pour les joueurs (qui passent beaucoup de temps dans une posture de spectateurs). C'est finalement ce qui m'embête le plus dans ton jeu (et qui fait que je ne me vois pas y rejouer avec plus de deux PJs...et encore je pense qu'il fonctionne surtout avec un PJ unique). La gestion de l'ennui (et en miroir celle de son efficacité : que produit-il sur les joueurs ?) devrait à mon sens être la principale préoccupation du créateur de jeu.
Steve J
 
Messages: 81
Enregistré le: 03 Jan 2013, 23:59
Localisation: Lyon

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar Fabien | L'Alcyon » 13 Juin 2016, 11:43

Merci sincèrement pour ces développements.

Je vais être un peu décevant: je suis assez d'accord avec toi dans l'ensemble. Beaucoup de problèmes que tu pointes (pas de cohérence de groupe, simplicité excessive de la politique, mécaniques réductrices) sont des choses que je connais/ressens depuis longtemps, mais j'ai aussi le sentiment que je n'aurais pas pu faire mieux. Et même aujourd'hui, je ne suis pas sûr que je pourrais faire mieux (un peu, mais pas fondamentalement).

Je te trouve effectivement un peu dur avec l'univers, c'est un des rares trucs dont je suis vraiment fier et pour lequel j'avais fait l'effort de me limiter et de réduire uniquement à ce qui était nécessaire. En effet, le but de l'univers était surtout de donner des idées pour les personnages et pour les lieux. Je me suis éclaté avec des références poétiques ou bibliques, mais c'était plutôt annexe.

Pour résoudre la question de l'absence de cohérence du groupe, j'avais laissé une solution dans le jeu, mais que j'ai finalement très peu testée (une ou deux fois, je crois): jouer avec un seul joueur. Faire des campagnes de Monostatos à deux, comme avec S/Lay w/Me (inspiration majeure) et aller d'aventure en aventure en reprenant les PNJs d'une fois à l'autre, en faisant évoluer les lieux.
Peut-être qu'il faudra que je revienne à mon jeu ainsi.

Merci pour ces réflexions, ça me fait aussi avancer.
Fabien | L'Alcyon
 
Messages: 184
Enregistré le: 06 Mai 2010, 11:07
Localisation: Strasbourg

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar Globo » 15 Juin 2016, 07:04

Merci à toi Fabien, j’ai passé un excellent moment à vous écouter avec Romaric. De plus, je trouve assez courageux de faire son auto-critique en live, sur un support que l’on sait si ouvert à la Shit Storm …

Cela dit, bien que je trouve l’analyse de Steeve sur Monostatos assez intéressante. J’aime Monostatos pour deux raison : 1) c’est ma première expérience de jeu sans MJ. Je ne suis pas super fan de ce genre de pratique mais je pense que c’est un pratique indispensable à connaitre (et donc à avoir pratiqué un minimum) 2) bien que je n’aime généralement pas le « fluff » j’apprécie beaucoup celui de Monostatos.
Pour autant je ne sais pas s’il faut faire 200 parties de Monostatos …

Ceci dit, je trouve la fin de la saison 7 de la cellule beaucoup plus intéressante que son début. Vous avez démarré mollement cette année les enfants. Mais dans cette épisode, je trouve qu’en plus d’une réflexion intéressante, il y a une émotion et une sincérité rafraichissante.
"Do Not Question Authority" (because they don't know either).
Globo
 
Messages: 49
Enregistré le: 21 Nov 2013, 02:06
Localisation: Nantes / Paris

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar Romaric Briand » 16 Juin 2016, 08:16

Cette semaine nous discutons de Libreté, avec Vivien Féasson !

Libreté est un spin off de Perdus sous la Pluie, un jeu qui, selon la formule consacrée, a été "propulsé par l'Apocalypse". En d'autres termes, le système de Libreté s'inspire ouvertement de celui d'Apocalypse World. Dans Libreté, les joueurs incarnent des enfants ayant miraculeusement survécus aux sirènes de l'averse. Ils parviennent dans un havre de paix, une citadelle nommée "Libreté". Sur place, les rapports de force s'organisent entre nos jeunes survivants.

Avec Adrien, Natacha, Maxime, Stéphane et Frédéric Sintès, nous interrogeons la démarche éditoriale de Vivien Féasson, en revenant sur les playtests du projet. Pourquoi faire un spin off ? Quelles problématiques Vivien Féasson cherche-t-il à soulever avec ce nouveau projet ? Comment et pourquoi ce jeu patche-t-il Apocalypse World ?Quelles solutions éditoriales Vivien envisage-t-il pour ce nouveau jeu ? Faut-il faire un financement participatif ? Mais, faire appel à un tel financement, n'est-ce pas perdre une partie de son indépendance ?

http://www.lacellule.net/2016/06/podcast-jdr-librete-spin-off-de-perdus.html

Bonne semaine à tous ! Portez-vous bien et surtout jouez bien !
Un personnage de fiction souhaitant s'incarner dans la réalité... Les rolistes sont mes proies...
Sens - La Guerre des Immortels - Le Blog de la Cellule - Le Blog de Sens - Le Blog du Val - Le Val
Romaric Briand
 
Messages: 2840
Enregistré le: 07 Déc 2007, 18:36
Localisation: Saint Malo

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar Thomas Munier » 16 Juin 2016, 09:51

Je suis fort marri de manquer d'opportunités pour écouter tous les super podcasts qui sortent depuis un mois ! Heureusement que c'est pour la bonne cause !
Énergie créative. Univers artisanaux.
http://outsider.rolepod.net/
Thomas Munier
 
Messages: 114
Enregistré le: 30 Nov 2012, 12:04

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar Frédéric » 16 Juin 2016, 18:15

Génial le détournement d'affiche ! :D

C'est marrant de faire un podcast sur un jeu sans y jouer, c'est quelque chose que tu penses reproduire ?
Frédéric
 
Messages: 823
Enregistré le: 08 Déc 2007, 13:27
Localisation: L'Arbresle (69)

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar Mangelune » 16 Juin 2016, 19:26

Frédéric a écrit:Génial le détournement d'affiche ! :D

C'est marrant de faire un podcast sur un jeu sans y jouer, c'est quelque chose que tu penses reproduire ?


Pour chacun de mes jeux je pense ;)
Contes et histoires à vivre, un site pour parler des Errants d'Ukiyo, de Perdus sous la pluie et du reste.

Pensez aussi à la page Facebook officielle de Perdus sous la pluie.
Mangelune
 
Messages: 290
Enregistré le: 30 Avr 2013, 10:10
Localisation: Paris 18

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar Maxime (Laconfir) » 16 Juin 2016, 19:38

Mon avis, c'est que c'est un podcast sur le projet Libreté et pas sur le jeu. De plus, tous les participants ont joué à une version, Rom étant l'animateur, ce n'est pas grave, il est là pour distribuer la parole et relancer le débat :). Et puis, Rom assume le côté promotion des jeux issus entre autre des auteurs des ateliers, donc pour le coup, c'est aussi une opération de communication assumée ^^.

Il répondra comme un grand, mais quelque chose me dit que parler d'un jeu sans y avoir joué, c'est possible, mais en tant qu'animateur uniquement, ou avec l'auteur et des joueurs à la table. Le problème se poserait autrement avec un simple entretien Rom/auteur du jeu, avec Rom n'ayant pas joué au jeu :).
Maxime (Laconfir)
 
Messages: 248
Enregistré le: 23 Aoû 2013, 20:50

Re: Les podcasts de La Cellule, saison 7

Messagepar Frédéric » 16 Juin 2016, 21:27

C'est bien vu, Maxime. :)
Frédéric
 
Messages: 823
Enregistré le: 08 Déc 2007, 13:27
Localisation: L'Arbresle (69)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Les nouvelles du front

cron