La Citadelle

La lutte contre Sens est à son commencement. Rejoignez la Résistance !

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 07 Nov 2019, 19:20

Suite des rapports de partie avec Sen et Amalsy...

Ils font parfois le même rêve, la même nuit et au même moment. Ils partagent leurs sentiments un Instant, pendant ce souvenir. Ils parcourent le chemin ensemble depuis si longtemps maintenant... L'Harmonie des Ombres se met alors à l'oeuvre...




Session 0 : (date inconnue)
03/01/1001 csh - Nouvelle York.
Amalsy est réveillé en sursaut, la moitié de sa chambre a été détruite dans un fracas assourdissant et s’ouvre vers l’extérieur. La pluie et le vent s’engouffrent dans la chambre, le ciel rouge est constellé de vaisseau de guerre de l’Omicron qui vomissent des milliers de soldats et des machines de guerre, des bruits d’explosions et de tirs nourris se font entendre partout dans la cité. Amalsy aperçoit au loin des êtres scintillant d’un bleu électrique qui détruisent les bâtiments avec de la foudre qui sort de leur corps. Amalsy se lève et cherche ses parents, mais il ne trouve personne.
Sen est réveillé dans la nuit par des bruits de détonations. Il a peur et ne comprends pas ce qui arrive. Ses parents s’affairent pour quitter l’appartement le plus vite possible, son frère Auria essaye de le réconforter.
Amalsy sort de son appartement, il croise un autre enfant qui lui demande s’il est perdu et qui lui dit de venir avec lui pour chercher ses parents, Ils se dirigent vers les ascenseur. Une femme appelle le garçon par son prénom : Akina, c’est sa mère. Anika, le frère jumeau d’Akina demande qui est Amalsy, Akina explique qu’Amalsy est perdu. Les parents des jumeau leurs disent qu’il faut prendre les escaliers, Amalsy les suit.
Sen et ses parents descendent tous les escaliers avec plein d’autres personnes, mais ils sont bloqués en arrivant près du Hall d’entrée de l’immeuble, rempli de monde. Des habitants armés sont tiennent prêt devant la baie vitrée du Hall. De nombreux soldats impériaux passent en courant dans la rue et tirent des coups de feu. Soudain un homme grand et vêtu de noir apparait et tue les soldats de l’Omicron avec son épée, c’est Finlongfinger, il tue les derniers soldats uniquement en disant « Je t’accepte », à ses paroles, les soldats s’effondre, pris de convulsions.
Finlongfinger s’approche du Hall de l’immeuble, il croise le regard d’Amalsy et dit qu’il faut fuir vers le port, la ville est tombée, les gens dans le hall reprennent confiance, Finlongfinger va les aider !
Les gens commencent à sortir et ils se retrouvent dans la rue. Dehors, il y a beaucoup de bruits, des tirs, des explosions, des immeubles en feu.
Dans la cohue, Akina perd ses parents et son frère, mais il ne lâche pas Amalsy.
La foule coure dans la rue en direction de la mer, ils espèrent pouvoir monter à bord des sous-marins de la rébellion. Mais la course est vite freinée, ils sont bloqués par un être humanoïde nimbé d’électricité bleue, un quadrilla. Des gens essayent de fuir mais des soldats de l’Omicron les abattent à l’autre bout de la rue, ils sont pris au piège. Les parents de Sen prennent des armes et commencent à combattre, son frère reste avec lui pour le protéger.
Amalsy croit entendre la voix de sa mère qui l’appelle, mais soudains les gens s’écroulent, découpés par le fouet électrique du quadrilla.
Le frère de Sen est coupé en deux, Sen voit un quadrillas agripper sa mère et lui transpercer la tête avec une pointe d’électricité qu’il a fait sortir de son doigt.
Amalsy et Akina trouvent Sen en pleurs à côté du cadavre de son frère, les enfants s’enfuient par une ruelle.
Soudain un quadrilla apparait devant les enfants, Akina est terrifié mais fait face au quadrilla. La quadrilla esquisse un sourire en voyant les enfants, et fait apparaitre une épée de foudre. Mais soudain l’expression du quadrilla change, il génère une bulle bleue autour des enfants pour les empêcher de fuir. Le Quadrilla appelle Kranisten en criant vers le ciel, un autre quadrilla apparait au loin, encore plus grand que le premier. Kranisten enjoint le quadrilla de remplir sa mission, il lui dit que Ghaust et Hélium comptent sur eux. Soudain Le quadrilla à côté des enfants est projeté en arrière, c’est FinlongFinger qui l’attaque en le martelant de coups. Chaque coup donné fait diminuer la puissance de la bulle bleue, qui finit pas disparâtre. Finlongfinger finit par mettre le quadrilla au sol et s’approche de sa tête pour dire « je t’accepte », mais ça ne marche pas, il répète ces paroles plusieurs fois mais sans effet. La quadrilla se relève, le sourire aux lèvres, Finlongfinger recule et crie aux enfants de s’enfuir. Les enfants courent vers une porte alors que Kranisten se précipite sur Finlongfinger, Akina referme la porte derrière eux. Les enfants continuent à fuir, ils se retrouvent dans une rue, et finissent par croiser une patrouille Omicron, ils se cachent mais le Duc Orion qui dirige la patrouille les repère. Il détourne alors la patrouille de leur cachette pour leur laisser le champ libre. Les enfants finissent par atteindre un sous-marin de la rébellion sur le port. A son bord, Maria Greedway les identifie avec une liste de noms d’enfants tous nés le même jour, elle passe une pierre de philonite devant les enfants, la pierre réagit en se liquéfiant quand elle est proche d’Amalsy, Sen et Akina. Le sous-marin plonge et prend la mer. Il doit amèner les résistants jusqu’au Pôle Sud. A destination, les rescapés sont emmenés dans une grotte profonde en forme de tunnel au bout duquel se présente un porte gigantesque qui s’ouvre devant eux. Dans la cavité géante qui se présente à eux il y une ville comme sortie de nulle part et qui les attendait. Les rescapés sont regroupé et Soren, un homme mince à la chevelure blanche, prend la parole. Sen ne comprends pas tout ce qu’il dit, mais il parle des enfants, Akina, Amalsy et Sen et il dit qu’ils sont l’espoir de l’humanité, ça a l’air de rendre les gens heureux d’entendre ça.

Amalsy et Sen se réveillent en sursaut, ils ont 23 ans et sont à la base du pôle Sud, ils ont encore fait le même cauchemar pénétrant en même temps.
Dasmask
 
Messages: 114
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Re: La Citadelle

Messagepar Dasmask » 08 Nov 2019, 23:21

Session 17 : (06/11/2019)
30/01/1019csh – base du pôle Sud
Deux semaines ont passé depuis le retour des bugs au pôle Sud. Gladius se remet doucement de son opération de reconstruction faciale, Désiré s’occupe bien de lui. A propos des documents qu’Akina a volé, Gladius indique qu’il s’agit d’une prise de guerre de la résistance, volée à l’Omicron et conservés à la Nouvelle-York avant l’attaque. Ces documents sont très sensible, ce sont Finlongfinger et Soren qui ont dit à Gladius de les conserver avec lui. Gladius reste discret sur sa capture, il ne veut pas avouer qu’il n’a pas eu le courage de se suicider. Akina, lui, est sorti de l’hôpital mais reste mutique.
Amalsy va tester le diadème sur Rose, ça semble fonctionner. Sen va parler à Soren de la phrase que répétait Rose, pour lui c’est un extrait d’un ouvrage très ancien, mais il ne sait pas lequel.
Depuis son retour de Sydney, Amalsy dort mal, et les médecins de la base découvrent une tache sombre au niveau de son cœur qui apparait sur les échographies, il resent également des douleurs au cœur quand il utilise le diadème. Sen entend de nouveau parler Graveur, une nuit il se réveille en sursaut paralysé, avec Graveur assis sur son torse, Graveur disparait et Sen s’aperçoit qu’il a sa resplioïde et qu’il est dans l’ombre-monde.
Amalsy et Sen décident d’aller voir Soren pour relater ces faits. D’après Soren, les problèmes de Sen sont liés à des ombre-pouvoirs, mais il ne comprend pas que cela puisse affecter la resplioïde. Gladius entre alors dans le bureau de Soren, et il dit aux bugs qu’il va les envoyer en mission de reconnaissance à la Nouvelle-York. Leur mission sera de reconnaitre les lieux, d’enquêter sur la tornade, et de trouver d’éventuels survivants. Les bugs prendront un subzeris dans une semaine.
06/02/1019csh – base du pôle Sud
Les bugs montent à bord d’un subzeris qui mettra 3 jours pour atteindre le large des côtés américaine au niveau de la Nouvelle-York. Au bout d’un jour dans le subzeris, Amalsy et Sen ont le sentiment d’être épié, Graveur parle à nouveau dans la tête de Sen, Sen lui répond qu’il arrive.
Le deuxième jour de voyage, les bugs trouvent un bout de papier plié dans un couloir. En l’ouvrant ils voient que c’est un poème de WGA, Sen le lit, puis Amalsy souhaite également le lire mais demande à Sen de le surveiller pour voir si le poème a des effets néfastes sur lui, rien ne se passe.
Le poème dit ceci :

Bien que tu aies reçu la Vie
Utilise la pour vivre
Germe dans ton esprit
Sélections de matières libres

Révèles-toi à toi-même
Deviens ce que tu es
Vis ce que toi seul peut vivre

Dans tout secret réside une verticalité
Annihilant le sens de sa complexité
N’ajoute à ta Folie, totalement démente,
Silences et bouches fumantes

Loin, loin des soupçons
Arrimé à ton rivage,

Ce Moi, l’être le plus royal,
A jamais est un mirage
La lecture de ta Finalité
Exigera une grande Volonté

Babille, babille, sans cesse, ces quelques mots
1 homme est bon
5 se querellent

W.G.A.

Les bugs ne comprennent pas la signification de ce poème, [Ne comprends-tu pas ? Vraiment ? Ça devient un peu longuet non ?], Sen ne se laisse pas influencer par les raillerie de Graveur, et il finit pas comprendre : les initiales de chaque lettre forment un message : « Bugs rdv dans la cale B15 », les bugs s’y rendent.
La cale est plongée dans l’obscurité, les bugs mettent leurs armures pour éclairer, soudain une ombre passe très vite devant eux et va au fond de la cale, Sen peut le voir avec sa visière qui détecte la vie. Il s’approche, Amalsy fait chauffer son canon Delta qui se met à rougeoyer dans la pénombre, et fait le tour pour prendre à revers la personne présente. [Le monstre est avec vous, shuuut ! Le plan se déroule parfaitement]. En s’approchant, Sen appelle : « qui est là », l’homme dans l’ombre saute sur une caisse et semble s’assoir dessus. Amalsy saute sur l’homme pour essayer de le toucher, mais il est repéré et en un éclair il se prend un coup de pied qui le fait voler au fond de la cale. [C’est ça votre leader, pitoyable !]. Sen reconnais l’homme, il s’agit de l’albinos WGA qui lui demande de l’écouter. Sa bouche est recouverte d’un écharpe, seuls ses yeux rouges et ses cheveux blancs sont visibles. Il raconte aux bugs qu’il se nomme Wilfried Gabriel Anchors, qu’il est immortel et qu’il a connu Finlongfinger. Quand Sen lui demande, il dit que ce n’est pas lui qui était avec Akina déguisé en costume de No. Wilfried est né un peu avant 600csh et a vécu à NY. [C’est un assassin de la pire espèce]. Quand Amalsy lui demande s’il a une respli, il leur montre une armure faite d’écailles de métal avec de longues griffes au bout des doigts. Il leur dit que c’est Soren qui lui a donné. Il était journaliste avant l’attaque de la NY.
Il ne connaît pas ses origines, il se demande s’il ne serait pas le fils de Finlongfinger. Il a été adopté enfant, et a hérité de la fortune de ses parents adoptifs. Il a rapidement dilapidé sa fortune et s’est suicidé, c’est à ce moment-là qu’il a réalisé qu’il ne pouvait pas mourir. Il a décidé de prendre un nouveau départ et s’est trouvé une femme, mais comme il ne vieillissait pas, il a vu sa femme mourir de vieillesse.
Maria le connait, c’est elle qui est venu le chercher lors de l’attaque de la NY, mais l’empire le connaissait aussi et a envoyé une quadrilla du nom de Metatron pour le tuer. Elle n’a pas pu le faire à cause de son immortalité mais Wilfried l’a tué en se défendant [Assassin !]. Lorsqu’il a tué Metatron, il a vu une petite tornade bleue sortir de son cœur, et Wilfried pense que c’est ce qui a engendré la tempête qui ravage la Nouvelle-York. Il veut en savoir plus et demande aux bugs de les accompagner. Amalsy demande à Wilfried quels sont les capacités du diadème, Wilfried répond qu’il ne sait pas de quoi Amalsy parle. Sen parle de Graveur, et Wilfried dit se souvenir de se quadrilla [enfin quelqu’un qui se souvient !].
Amalsy teste le diadème sur Wilfried, mais ça ne marche pas, par contre, quand Amalsy réessaye en touchant la main de Wilfried, qui est glacée, il a un flash très bref, il voit Wilfried se battre contre une quadrilla dans un parking en train de s’effondrer. Quand Sen lui demande, Wilfried pense qu’il a toujours eu la capacité de se déplacer rapidement.
Les bugs acceptent qu’il les accompagne, et Wilfried demande à passer à son ancien manoir et à retourner sur les lieux où il a tué Metatron, dans le parking du siège de la résistance. [Assassin !], Sen répond à Graveur : « c’est vous les assassins, c’est vous qui avez attaqué, qui avez versé le premier sang ! »
Au 3ème jour, le capitaine du subzeris dit aux bugs qu’il va accoster dans un port souterrain à quelques kilomètres de NY car l’océan est trop agité pour pouvoir s’approcher par l’eau. Les bugs débarquent, Wilfried les suit discrètement pour ne pas être vu des résistants du subzeris, le port est abandonné depuis longtemps, les lieux empestent une odeur d’algues en décomposition.
[Acte II scène 1, je n’interviendrais pas dans cet acte, je reviendrais à l’Acte III]
Le groupe sort à l’extérieur, il pleut très fort et le ciel est zébré d’éclairs, au loin ils voient la tornade bleue formée de deux cônes opposés qui tournent dans des sens inverses. La ville est en ruine, des squelettes jonchent le sol. Amalsy va voir dans l’ombre-monde et constate que la tempête est présente aussi, il reviens dans la réalité. Sen et Wilfried mettent également leurs resplioïdes et le groupe s’avance pour prendre la direction du manoir de Wilfried. Au bout de 15 minutes, ils entendent une sorte de sifflement, soudain Wilfried plaque Sen au sol, un drone Omicron en forme de sphère vient de tirer une rafale de balles, et passe en raz-motte au-dessus d’eux. Le groupe va se cacher dans un bâtiment en ruines. Wilfried jette un coup d’œil pour voir que plusieurs drones sont en vol stationnaire et larguent des robots araignées qui commencent à fouiller la zone. Le groupe passe dans l’ombre-monde pour leur échapper. La tornade est aussi présente dans l’ombre-monde, il y a également dans le ciel des zeppelins Omicron tout en métal qui patrouillent. Amalsy et Sen utilisent un ombre-pouvoir pour ne pas être repéré par les vaisseaux, et le groupe reprend son avancée. Plus ils se rapprochent de la tempête et plus leur progression est ralentie par les vents violents, ils voient également à quelques kilomètres de leur position des araignée-tanks Omicron en train de patrouiller la zone, ils ne pourront pas passer. Amalsy demande à Wilfried d’aller voir dans la réalité ce qu’il en est. De l’autre côté, Wilfried remarque que les araignée-tanks scannent des squelettes un par un avant de les détruire, ce qui leur permettrait d’atteindre une bouche de métro intacte sans se faire repérer, il va chercher les bug. Le groupe est dans la réalité, quand ils atteignent la bouche de métro, Sen passe en premier. Dans le métro, il règne une odeur putride de moisi.
Ils marchent 10 minutes sur les voies abandonnées du métro et soudain Sen aperçoit des lumières bleues qui crépitent plus loin dans le couloir. Les lumières se rapprochent, les bugs cherchent un endroit pour se cacher mais n’en trouvent pas, 6 sphères Omicron arrivent par le tunnel, Wilfried fonce sur elles, suivi de Sen avec ses ailes, Amalsy ajuste son tir, mais ne fait que déstabiliser une des sphères sans la détruire. Wilfried éventre une première sphère avec ses griffes. Les sphères sonnent l’alarme et font sortir des mitrailleuses pour se défendre, Sen attaque une sphère avec son bâton et ses ailes, il arrive à la détruire. Amalsy se précipite sur une autre sphère et la détruit avec son pouvoir de nuée en la martelant de ses multiples poings, Wilfried en détruit une autre. Les deux sphères restantes tirent des salves de balles, l’armure de Sen lui évite la mort. Sen détruit une des sphère restantes avec ses ailes et Amalsy frappe la dernière à l’aide de la sphère qu’il a encore entre ses mains, mais la sphère n’est pas détruite, c’est alors que Wilfried arrive et fend en deux la sphère avec sa jambe. Le tunnel est à nouveau plongé dans le silence.
Le groupe reprend son avancée, mais cette fois en courant. Au bout d’un moment, Sen aperçoit au loin une silhouette qui disparait, en s’approchant, ils voient une brèche dans un des murs du tunnel et décident de l’emprunter. La brèche court sur une dizaine de mètres dans la roche avant de déboucher dans un couloir de maintenance. Il y a beaucoup de poussière dans le couloir et Sen aperçoit des traces de pas, le groupe suit les traces, Sen en premier, suivit d’Amalsy, Wilfried ferme la marche. Ils atteignent une échelle qui donne sur un autre couloir qu’ils suivent. Le couloir débouche sur une autre ligne de métro, Sen perd les traces, ils décide de se diriger en direction du centre de la ville. Ils remarquent en route des boites de conserves ouverte et des bouteilles d’eau vide au milieu des rails de métro. Ils continuent à avancer et au bout d’un moment, ils entendent une musique douce et voient de l’herbe au milieu des rails, le murs du tunnels irradient d’une lumière bleue. Toujours en avançant, ils remarquent des cadavres, certains sont des soldats de l’Omicron, sur ces cadavres, ils voient des marques de brulures en filament, d’autres donnent l’impression que leur tête a implosé. Sur les murs ils voient des sortent de dessins faits au laser.
Un peu plus loin, Sen remarque une forme de vie dans sa visière, en fouillant le mur, il découvre un passage caché par de la végétation, le groupe l’emprunte pour se rapprocher de la forme de vie. Le passage les mène aux abords d’une grande salle, un puit de lumière d’une ancienne bouche d’aération du métro, au centre, ils voient un jeune homme qui fouille les décombres et qui ne les a pas encore vu. L’indicateur Réalité/Ombre-monde des leurs resplioïdes clignote par moments. Il y a une autre issue à la grande salle, Amalsy demande à Wilfried d’aller se poster là-bas au cas où le jeune homme essaye de s’enfuire. Amalsy appelle alors le jeune homme, celui-ci s’enfuit vers l’autre sortie mais se fait prendre par Wilfried. Le jeune homme semble malade, il a les yeux rouges, la peau marbrée et une partie de son cuir chevelu est abimé, il supplie de ne pas le tuer, Amalsy et Sen arrivent à le convaincre qu’ils ne lui veulent pas de mal, Sen et Wilfried enlèvent même leur resplioïde pour lui montrer qu’ils sont humains, mais au bout de quelques instants Sen commence à saigner du nez et remet sa resplioïde, Wilfried fait de même. Le jeune homme dit que c’est la tornade de graveur qui en est la cause, c’est elle aussi qui fait pousser la végétation et qui a fait apparaitre des monstres. C’est graveur qui a fait les dessins dans les tunnels. Il dit également qu’il n’est pas seul et qu’il est venu ici récupérer des ressources, Amalsy et Sen lui demande de le conduire à son chef, il accepte. Le groupe repart en courant, et finit par quitter la zone de la tornade. Au bout d’un moment le jeune homme demande au groupe de l’attendre là, et disparait dans une conduite étroite.
20 minutes plus tard, il revient, demande au groupe d’enlever leurs armures et de le suivre. Tout le monde passe à 4 pattes dans la conduite, il fait très chaud, et ils débouchent dans une grande salle pleine d’eau. Là les attendent plusieurs hommes armés de fusils qui les mettent en joue. Sen lève les bras en l’air, imité par ses compagnons, et ils suivent les hommes armés. Ils passent par une passerelle qui est retirée après leur passage, et empruntent un long tunnel éclairé de bougies. Ils débouchent dans un immense garage du métro dont toutes les issues ont été condamnées, le garage contient des centaines de rames de métro, aménagée en logements de fortunes pour les nombreux résidents qui regardent le groupe avec curiosité.
Les hommes en armes disent à Amalsy, Sen et Wilfried de monter dans une des rames, ils tirent des rideaux pour cacher l’extérieur et leurs disent d’attendre là. Au bout de 5 minutes, les hommes armés reviennent et leurs disent de les suivre, ils les accompagnent au centre du garage où se trouve un grand brasero autour duquel des hommes se tiennent debout.
Le jeune homme qui accompagnait le groupe s’adresse à l’un des hommes autour du brasero : « Nadir, c’est eux que j’ai trouvé dans la tornade ». Nadir répond « Merci Ulike, tu peux partir ». Ce Nadir est assez jeune (moins de 30 ans), mais il est marqué par des années de lutte, il lui manque un œil, son crâne est en parti brulé, il lui manque le pouce et l’index à une main et il porte une barbe hirsute. Amalsy et Sen ressentent des picotement électrique quand Nadir s’approche, Amalsy ressent également des picotements électrique quand Ulike s’en va, et il a un flash quand celui-ci le frôle : il voit Ulike très jeune, la morve au nez dans les bras d’un résistant juste avant que ce résistant se fasse éclater la tête par un quadrilla.
Nadir se rapproche alors du brasero et à sa lumière Amalsy et Sen remarquent qu’il ressemble énormément à Akina, Sen ne peut s’empêcher de dire : « Anika ? »
Dasmask
 
Messages: 114
Enregistré le: 22 Aoû 2016, 16:29

Précédente

Retourner vers Sens Hexalogie